L'argent un impératif pour la nouvelle évangélisation

De
Publié par

Dans le monde entier, que ce soit dans les pays riches ou dans les pays pauvres, il n'y a pas d'annonce possible de l'Evangile sans l'argent. Et pourtant, dans ses instances autorisées et dans ses discours officiels, l'Eglise est toujours hypercritique et hypernégative vis-à-vis de l'argent, alors qu'elle-même en possède, qu'elle en a grand besoin et qu'elle le cherche pour assurer sa mission évangélisatrice. Alors en Eglise, comment aujourd'hui parler de façon positive et constructive de l'argent, d'une façon qui soit audible pour nos contemporains ?
Publié le : vendredi 15 mai 2015
Lecture(s) : 4
Tags :
EAN13 : 9782336381329
Nombre de pages : 156
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Olivier N K
L’argentun impératif pour la nouvelle évangélisation
Églises d’Afrique
L’argent : un impératif pour la nouvelle évangélisation
Collection « Églises d’Afrique » Depuis plus de deux millénaires, le phénomène chrétien s’est inscrit profondément dans la réalité socio-culturelle, économique et politique de l’Occident, au point d’en être le fil d’Ariane pour qui veut comprendre réellement les fondements de la civilisation judéo-chrétienne. Grâce aux mouvements d’explorations scientifiques, suivis d’expansions coloniales et missionnaires, le christianisme, porté par plusieurs générations d’hommes et de femmes, s’est répandu, entre autres contrées et à différentes époques, en Afrique. D’où la naissance de plusieurs communautés ecclésiales qui ont beaucoup contribué, grâce à leurs œuvres socio-éducatives et hospitalières, à l’avènement de plusieurs cadres, hommes et femmes de valeur. Quel est aujourd’hui, dans les domaines économiques, politiques et culturels, le rôle de l’Église en Afrique ? Face aux défis de la mondialisation, en quoi les Églises d’Afrique participeraient-elles d’une dynamique qui leur serait propre ? Autant de questions et de problématiques que la collection « Églises d’Afrique » entend étudier. Dernières parutions Panphile AKPLOGAN,L’effacement de la dette des pays africains, L’approche de la Doctrine Sociale de l’Église Catholique,2015. Grégoire MALOBA,Inculturation et eschatologie. Enjeux et débats dans les traditions bantu,2014. Sous la direction de Jean BONANE BAKINDIKA,La mission de l’église dans la construction des états africains,2014. Gabriel HOUSSEINI,L’éternité promise…, 2014. Gabriel TCHONANG,Du Jésus de l’Histoire au Christ de la gloire, 2014. Joseph BELEPE,Des écoles pour les pygmées du Mai–Ndombe (RD-Congo), Contribution des missionnaires scheutistes, 2014. Olivier NKULU KABAMBA,Le corps humain et sa sexualité, Jalons pour un nouveau regard théologique, 2014. Fabrice N’SEMI,Lecture d’Africae munus du pape Benoit XVI. Éléments d’une théologie prophétique en Afrique, 2013.
Olivier NKULUKABAMBAL’argent : un impératif pour la nouvelle évangélisation
© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06116-0 EAN : 9782343061160
Introduction
Aujourd’hui partout dans le monde, que ce soit dans les pays riches (en Europe et en Amérique du Nord), ou dans les pays pauvres (en Afrique, en Asie et en Amérique Latine), tout travail d’évangélisation nécessite des moyens qui engagent d’importantes sommes d’argent. Que ce soit pour mener à bien les œuvres pastorales et caritatives, pour entretenir les infrastructures existantes, pour assurer le fonctionnement des structures et fournir les moyens de subsistance au personnel ecclésiastique, ou pour réaliser des nouveaux projets, il est indispensable à l’Église d’avoir l’argent nécessaire. L’utilité de l’argent au service de l’annonce de l’Évangile est attestée et conrmée par toute l’histoire missionnaire de l’Église à travers le monde. Donc, en clair, « il n’y a pas d’annonce possible de l’Évangile sans l’argent ». Ce postulat indique clairement que l’argent s’impose indubitablement comme un des impératifs majeurs pour toute œuvre évangélisatrice et tout particulièrement pour la nouvelle évangélisation en tant que mission que se e donne l’Église catholique en ce 21 siècle. Pour certains, ce postulat sonne comme une provocation intellectuelle, mais pour le théologien et le philosophe formé en éthique
5
que je suis, ce postulat invite tout simplement les discours théologiques ofciels et les attitudes pastorales autorisées 1 à changer de paradigme au sujet de l’argent, c’est-à-dire à présenter une autre grille de lecture du message évangélique qui intègre l’argent comme une valeur sur laquelle s’appuie absolument l’action de l’Église dans le monde. Désormais en Église, surtout dans ses instances autorisées, il me semble pertinent et urgent que soient posées les bases d’un autre paradigme qui convoque les acteurs de premier plan dans l’Église catholique à passer à un autre type d’approche éthique et de discours théologique sur l’argent par rapport à l’annonce de l’Évangile. Généralement, dans les discours ofciels de l’Église catholique dont je suis membre en tant que baptisé, prêtre et théologien, on entend rarement dire du bien de l’argent. Au contraire, bien que toujours recher-ché avec opiniâtreté pour satisfaire les besoins matériels colossaux des communautés, des structures et du personnel, l’argent occupe souvent une place méprisable dans les dis-cours ofciels de l’Église catholique. Surtout dans son plus haut magistère, avec virulence, l’Église demeure toujours hyper-critique et super-négative vis-à-vis de l’argent. À la limite, dans les plus positifs et les plus progressistes des discours, on juge l’argent nécessaire et non-indispensable. On considère l’argent comme un bon serviteur et comme un mauvais maître. Et cela quand bien même la gestion au quotidien de l’argent dans l’Église catholique se vit souvent autrement que l’idéal prêché à travers les discours théologiques et les homélies pendant la messe. En dépit de la vraie réalité d’une Église toujours à la recherche de
1. Le paradigme correspond à une grille de lecture qui permet l’interprétation de données par la mobilisation d’outils théoriques spéciques. Cela est proche de la dénition que lui donne le philosophe et historien des sciences américain Thomas Kuhn pour qui : « le paradigme est un cadre qui dénit les problèmes et les méthodes légitimes, et qui permet ainsi une plus grande efcacité de la recherche :un langage commun favorise la diffusion des travaux et canalise les investigations ».Kuhn,t.,La structure des révolutions scientiques, Paris, Flammarion, 1962
6
l’argent qu’on ne le croit mais qui ne reète pas toujours l’idéal qu’elle annonce, on est souvent réduit à se calmer la conscience et à se consoler avec des messages de type : « Comme j’aimerais une Église pauvre et pour les pauvres » a avoué le pape François, « l’Église des pauvres », « l’Église au service des pauvres », « l’Église pour la libération des pauvres ». Or, de l’intérieur de l’Église, on n’entend sou-vent des discours pour lutter contre les « idées reçues » : par exemple « L’Église est riche et n’a pas besoin d’argent » : cette opinion, dit-on, est contraire à la réalité marquée notamment par les difcultés économiques que connaissent de nombreux diocèses. L’Église ne vit que des dons. La pré-tendue richesse de l’Église est une pure mais tenace illusion. Cette idée provient souvent des bâtiments (églises, salles…) qui génèrent en fait des coûts d’entretien importants. Donc, il y a d’un côté, les discours ofciels dans lesquels l’argent est méprisé et mis au banc des accusés ; de l’autre, il y a le vécu où l’argent est fort recherché voire même thésaurisé à certains endroits. Si l’Église désire être « pauvre et pour les pauvres » pourquoi ne commencerait-elle pas par se défaire matériellement de ses trésors et de ses richesses pour les donner aux pauvres, suggèrent certains. «Pourquoi l’Église a-t-elle toujours été mal à l’aise avec l’argent», s’inter-rogent d’autres, notamment l’ancien archevêque de Poitiers 2 (France) Monseigneur Albert Rouet .
Dans le cadre de la nouvelle évangélisation qui a été décrétée universellement parle Synode des évêques sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foicatholique, synode qui a eu lieu au Vatican du 7 au 28 octobre 2012, sur le plan théologique et pastoral, il me semble urgent et prioritaire qu’on rééchisse à un autre
2.Rouet, A.,L’argent: 15 questions à l’Église. Un évêque répond, Paris, Mame-Plon, 2003, p.113.
7
paradigme à propos de l’argent, c’est-à-dire qu’on procède à une autre grille de lecture de cette réalité incontournable dans la vie qu’est l’argent. Car, dans le monde d’aujourd’hui qui produit l’argent et qui est façonné par l’argent, la perpé-tuelle négation de l’importance et de l’impact de l’argent sur l’annonce de l’Évangile, ne me paraît plus comme la voie indiquée pour atteindre les ambitieux objectifs que s’est xés l’Église catholique dans la nouvelle évangélisation qu’elle s’est donnée comme mission. Et c’est juste et à bon escient qu’on dit « nouvelle », car ce n’est pas l’Évangile en lui-même qui a changé, mais ce sont les événements et les dés qui sont devenus nouveaux. Continuer à nier l’importance de l’argent en tant que valeur estimable et incontournable même pour l’évangélisation n’est plus un paradigme qui fonctionne. À un certain niveau de compré-hension et d’interprétation, il me semble que les discours qui méprisent l’argent sont parfois des discours hypocrites voire e démagogiques. En ce 21 siècle, ces discours deviennent agaçants, lassants, inopérants, inefcaces et improductifs ; les gens n’y adhèrent plus en masse et avec conviction, et les plus avisés critiquent et dénoncent ce type des discours parce qu’inadaptés à notre époque, et surtout déconnectés de la réalité des gens et des institutions. En Église, il nous faut donc une autre grille de lecture, c’est-à-dire, d’autres référents théologiques et éthiques par rapport à l’argent, référents autres que j’appelle ici « un autre paradigme ». Et dans celui-ci, l’interrogation principale demeure com-plexe : avant de stigmatiser le pouvoir de l’argent dont la perspective morale et religieuse ne souligne que le potentiel diabolique, ne faut-il pas d’abord inscrire la problématique de l’argent dans le rapport positif que l’homme entretient avec le monde, avec lui-même et avec autrui, rapport rendu possible par l’argent ou grâce à lui ? Au lieu de se braquer uniquement sur une doctrine faite des condamnations et des
8
mises en garde, des avertissements et des indignations, ne faut-il pas embrasser une logique qui replace le rôle positif de l’argent dans le rapport que l’homme entretient avec sa propre humanité, ses désirs et autrui ? Si l’argent doit être remis à sa place dans la vie, il faut donc déjà commencer par le remettre à sa place dans la pensée sur les valeurs, comprendre ce qu’il symbolise et représente dans notre imaginaire collectif.
e En ce 21 siècle, pour donner un aspect fortement nova-teur à tout projet d’évangélisation, il faut, me semble-t-il, changer de paradigme à propos de l’argent. C’est l’option théologique qui est la mienne dans cet ouvrage, à savoir rééchir sur une autre grille de lecture réaliste qui intègre l’argent parmi les impératifs les plus importants, voire les assises de premier plan pour la nouvelle évangélisation. Pour ce faire, dans cet ouvrage, ma réexion théologique et éthique sur cet autre paradigme se déploie en trois temps : tout d’abord, analyser comment l’argent est vu à travers les évangiles et comment il est présenté dans les actes et les discours ofciels de l’Église catholique, notamment les lettres encycliques et les exhortations apostoliques des papes ; ensuite, poser les jalons d’un autre paradigme qui intègre l’argent comme une valeur estimable et un puissant vecteur d’action et d’innovation ; et enn, montrer comment l’argent se présente comme un impératif pour la nouvelle évangélisation. En d’autres termes, il s’agit donc de partir de la présentation du discours éthique et théologique ofciel de l’Église catholique sur l’argent pour aboutir à montrer comment celui-ci (l’argent) joue un rôle positif dans les actions d’évangélisation ainsi que dans les nouveaux projets de l’Église. L’argent devient ainsi un élément majeur et incontournable dans le déploiement de la nouvelle évangélisation.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.