Le Pater Noster et la Fatiha

De
Publié par

L'étude du Pater Noster et de la Fatiha se présente comme un des lieux de découverte des convergences entre le christianisme et l'islam. L'auteur souligne la place fondamentale de la prière dans les deux religions. Etudier ces deux textes, c'est véritablement pénétrer au coeur de la démarche croyante des uns et des autres. L'auteur nous invite à plonger dans le texte de l'autre, à l'apprendre pour mieux le comprendre et pour construire sur cette compréhension l'harmonie et le vivre-ensemble.
Publié le : mercredi 15 avril 2015
Lecture(s) : 17
EAN13 : 9782336375922
Nombre de pages : 148
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Alioune bah
LE PATER NOSTER ET LA FATIHA
L’étude du Pater Noster et de la Fatiha se présente comme un des
lieux de découverte des convergences entre le christianisme et l’islam,
et de ces deux religions au judaïsme. Le discours exclusiviste que
permet l’apologétique dans chaque religion ne conduit pas à saisir les
convergences fortes qui les rassemblent. En conséquence, ce discours
renforce les monologues parallèles avec des faux semblants de dialogue
entre des religions qui privilégient plutôt le débat que le dialogue.
L’auteur est convaincu que la possibilité d’un dialogue véritable passe LE PATER NOSTER
par la connaissance de l’autre religion, de ses textes, de sa spiritualité.
Il ne s’agit plus de se contenter des discours sur telle ou telle religion,
au contraire l’auteur nous invite à plonger dans le texte de l’autre, à ET LA FATIHAl’apprendre pour mieux le comprendre et pour construire sur cette
compréhension l’harmonie et le vivre ensemble. Ouvrir à une meilleure
connaissance de l’autre, tel est le but visé par cet ouvrage. Ne cherchant
ni l’apologie et ne donnant pas dans les controverses, ce livre invite les Deux textes, une même prière
croyants des deux religions à se retrouver autour de la prière adressée
à Dieu, le Miséricordieux qui, par son Verbe, crée, lui le Créateur
suprême.
Alioune Bah est l’auteur de La Réception théologique et philosophique de
l’islam en Europe à l’époque moderne, chez l’Harmattan, 2014. Docteur
en Philosophie, ses recherches portent sur des questions de démocratie, de vivre
ensemble et de diversité.
ISbN : 978-2-343-06062-0
14,50 €
Alioune bah
LE PATER NOSTER ET LA FATIHA








LE PATER NOSTER ET LA FATIHA

Deux textes, une même prière















Allioune BAAH









LE PATER NOSTER ET LA FATIHA


Deux textes, une même prière



























































© L'HARMATTAN, 2015
5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-06062-0
EAN : 9782343060620







A mon épouse et à nos enfants.






« La question sur l'origine du livre, l'interrogation absolue,
l'interrogation sur toutes les interrogations possibles,
l' «interrogation de Dieu » n'appartiendra jamais à aucun livre. A
moins qu'elle ne s'oublie elle-même dans l'articulation de sa
mémoire, dans le temps de l'interrogation, dans le temps et la
tradition de phrase, et que la mémoire de soi, syntaxe la reliant à
soi, n'en fasse une affirmation déguisée. Déjà un livre de question
(s) s'éloignant de son origine ».

Jacques Derrida, L'écriture et la différence, Paris, Seuil, 1967, p.116.



Préface


La méfiance tenace entre chrétiens et musulmans
a été réelle dans notre société, et il arrive qu’elle le soit
encore. Elle s’est souvent muée en haine, avec les effets
tragiques qu’elle a pu générer au cours des siècles et
qu’elle génère encore parfois aujourd’hui. Le fossé ainsi
creusé, à coups d’affrontements en tout genre, est dû
surtout à l’ignorance et à la méconnaissance de l’autre.
Aussi faut-il saluer toute tentative de promouvoir
l’information et le dialogue.
Ce dialogue portera tout particulièrement sur les
textes fondateurs du christianisme et de l’islam, à savoir
la Bible et le Coran. L’auteur souligne à juste titre
combien rares sont les chrétiens, à part un certain
nombre de spécialistes, à avoir lu le Coran.
Inversement, la connaissance de la Bible par les
musulmans demeure lacunaire, voire inexistante. Nous
sommes, les uns et les autres, enfermés dans nos
doctrines, nos convictions et nos identités. Mais
l’ambition de l’auteur ne se limite pas à faire connaître
les textes comme tels. Il entend aussi dégager un certain
nombre de convergences, convaincu qu’il existe des
liens particuliers entre l’islam et le christianisme.
L’angle d’attaque pour mettre en évidence les
convergences, c’est la prière des uns et des autres telle
qu’elle s’exprime dans le Notre père pour les chrétiens
et la Fatiha pour les musulmans. L’auteur souligne la
place fondamentale de la prière dans les deux religions.
Il observe que la foi comme telle ne suffit pas, elle a
besoin de s’exprimer par des rites, des paroles, un cadre.
C’est ce que proposent les deux textes qui, selon
11 l’auteur, constituent « la charpente de la doctrine ».
Étudier ces deux textes, c’est véritablement pénétrer au
cœur de la démarche croyante des uns et des autres.
La comparaison entre les deux prières entreprise
par Alioune Bah ne met pas en évidence une identité
des mots, mais des convergences dans l’approche et
dans le mouvement de la prière. L’auteur le souligne:
aussi bien pour les chrétiens que pour les musulmans, la
prière est d’abord louange. Celle- ci s’adresse au Dieu
créateur et transcendant, et célèbre sa gloire, mais aussi
sa grande miséricorde, que bien des chrétiens
perçoivent insuffisamment dans l’islam alors qu’elle y
est très présente.
L’auteur consacre un certain nombre de pages
éloquentes à la « descente de Dieu » vers l’homme,
c’est-à-dire à la grâce. Celle-ci concerne, dans les deux
prières, aussi bien les besoins matériels de l’homme, tel
le pain quotidien, que ses besoins spirituels, à savoir son
péché et sa demande de pardon.
Nous avons particulièrement apprécié ce qui est
dit du caractère universel de la miséricorde divine. Dieu,
nous dit l’auteur, n’aime pas seulement les membres de
telle ou telle religion, ni même les seuls croyants, il aime
aussi l’athée. En conséquence, il s’agit pour les croyants
de respecter à la fois la diversité et l’égalité des êtres
humains.
Tout en mettant en évidence d’heureuse manière
les convergences entre les deux prières, l’auteur résiste
au syncrétisme, de même qu’il évite tout prosélytisme
malvenu. Les différences ne sont pas passées sous
silence. Elles apparaissent à propos de la place accordée
aux médiateurs Jésus et Muhamed. Mais « les deux
religions se rejoignent sur l’unité transcendante de Dieu
12 et sur la dépendance de l’homme à son égard ». L’auteur
peut dire encore que les uns et les autres sont « les
enfants d’un même père» et que cela se manifeste dans
la prière.
L’exposé d’Alioune Bah se fonde sur un certain
nombre de travaux consacrés aux deux prières, plus
nombreux pour le Notre Père que pour la Fatiha. Les
multiples citations qui jalonnent le texte de l’auteur
attestent une vaste culture aussi bien philosophique que
théologique et historique.
Au-delà de la lecture croisée des deux prières,
Alioune Bah propose aussi des réflexions intéressantes
sur le Coran, qui ne feront sans doute pas l’unanimité,
mais qui constituent une contribution suggestive aux
débats. Il estime que le Coran, comme d’ailleurs la
Bible, n’est pas un code, mais un récit. D’ après lui, le
texte n’est pas donné une fois pour toutes, mais doit
être réactualisé. Il plaide pour une lecture sociocritique
et historique du Coran qui évite de se figer sur la lettre
écrite. Il rappelle aussi, à juste titre, la place importante
faite autrefois dans l’islam à la raison. Il y a tout lieu,
pense-t-il, d’y revenir. Il est d’avis qu’il ne faut pas
réduire la foi à une simple opinion, mais qu’elle doit être
« une conviction réfléchie». Un tel programme que nous
ne pouvons que saluer appelle d’autres travaux que
l’auteur nous donnera peut-être un jour !


Marc Lienhard, professeur émérite
de l’Université de Strasbourg

13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.