Vie de Jeanne d'Arc par Anatole France

Publié par

Vie de Jeanne d'Arc par Anatole France

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 82
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins
The Project Gutenberg EBook of Vie de Jeanne d'Arc, by Anatole France This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restricitons whatsoeve.r  You may copy ti ,give ti away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org Ttile: Vie de Jeanne d'Arc        Vo.l 2 de 2 Author: Anatole France Release Date: September 10, 2010 [EBook #33693] Language: French Character set encoding: ISO-8859-1 *** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK VIE DE JEANNE D'ARC *** Produced by wagner ,Mrieille Harmelin, Christine .P Travers and the Online Distirbuted Proofreaders at http/:/dp.ratsko.ne.t ANATOLE FRANCE DEL A'CADÉMIE FRANÇAISE VIE DE JEANNE D'ARC II PARIS CALMANN-LÉV,Y ÉDTIEURS3 , RUE AUBER, 3 Pulbsihed macrh twentif ytfh,nin eetenh undreda nd iegh.t Pirivelge of copyrgihti nht e Uinetd Satets reserved unde rhte Act approved Macrhriht dnin eteen hundred andf vieb y Man,iz Joyan tet Cie. Driod stert adutcoin etd e reprodutcoinr ésevré spour tous les pays, y compris la Hollande. VIE DE JEANNE D'ARC CHAPITRE PREMIER L'ARMÉE ROYALE DE SOISSONS À COMPIÈGNE. — POÈME ET PROPHÉTIE. Le 22j uillet ,ler oi Charles, descendant'l Asine avec son armée, reçut en unl ieu nommé Vailly les clefs de la ivlle de Sosison 1[ . ] Cette ivlle fasia tipaitre du duché de Valois indvisi enrtel a maison d'Orléans el ta masion de Bar [2] . De ses ducs,'l un étai tprsionnier des Anglais;l 'autret enati au patr irfançais par son beaurf-èrel e ro iCharles et au patr ibourguignon par son beau-père le duc de Lorraine . lIy ava tilà de quoit rouble rdansl eurs sentiments de fidéltié les habitants qui ,foulés pa rles gens de guerre ,prsi e trepirs à tout moment ,chaperons rouges et chaperons blancs, rsiquaient tour à tou rd'êrtej etés dans la riivère. Les Bourguignons mettaienl tef eu aux masions, pillaien tles égsiles, justciiaien tles plus gros bourgeosi; puis les Armagnacs saccageaien ttou,t faisaient grande occsiion d'hommes, de femmes e td'enfants ,ivolaient nonnes, prudes femmes et bonnes pucelles, tant que les Sarrazins n'eussent fait pi [3] . On avait vu les dames de la cité coudre des sacs pour y mettre les Bourguignons etl es noye rdans 'lAisne [4 . ] Le roi Charles if tson entrée le samedi 23 au mati 5[ . ] Les chaperons rouges se cachèren.t Les cloches sonnèrent, le peuple cira «Noël» et les bourgeois présentèren tau ro ideux barbeaux ,xis moutons et isx setiers de «bon suret» ,'sexcusan tdu peu: la guerre les avatir uiné [ s 6]  .Comme ceux de Troyes,sli r efusèrent leurs portes aux gens d'armes, en vertu de leurs privilèges et parce qu'lis n'avaient pas de quol ies nouirrr. L'armée campa dans la plaine d'Amblén [7] . I lsemble quel es chefs de'l armée royale eussent alorsi'l nteniton de marche rsu rCompiègne .Auss ibien importait-i ld'enleve rau duc Phiilppe cette ivlle qu iétait pou rlu ila lcef de l'Île-de-France ,et i ly avati lieu d'agi ravant quel e duc eût amené une armée. Mais danst oute cette campagnel e ro ide France étatir ésolu à reprendre ses livles pa radresse e tpersuaison et non point de force .Du 22 au 25 julilet, i lsomma part rosi fois les habitants de Compiègne de se rendre. Ceux-c inégoicèrent ,voulan tgagne rdut emps e tse donner l'apparence d'être contraint 8[ . ] Patrie de Soissons, l'armée royale futl e 29 devant Château-Thierr .yElle attendi ttout le jour que la vllie ouvr tîses portes. Au soir le ro iy if tson entré [9] . Coulommiers, Crécy-en-Brie, Provins se soumiren 1[0] . Le lundi 1 e  r août,l e roi passa la Marne su rle pont de Château-Thierry e tpr tice même jour son gîte à Montmriali. Le lendemain il atteignit Proivns à potrée du passage de la Seine e tdes routes du centr [11] . L'armée avai tgrand'faim et ne rtouvai tiren à mange rdans ces campagnes ravagées ,dans ces vllies pillées. On s'apprêtai,t faute de vivres, à farie rertatie e tà regagne rle Poitou. Mais les Anglasi conrtairèren tce dessein. Pendan tqu'on réduisati des vliles sans garnsion, le régent d'Angleterre avatir assemblé une armée. Elle s'avançati maintenan tsur Corbeil e tMelun .Les Françasi, à son approche ,gagnèren tla Motte-Nangis, à cinql ieues de Provins, où ils s'établrien tsu run de ces terrains bien plats et bien unis qu iconvenaient aux batailles telles qu'elles se donnaient en ce tempsl-à .Ils y demeurèrent rangés tout unj ou.r Les Anglasi ne ivnren tpointl es attaque 1[ r 2 . ] Cependantl es habtiants de Reims reçuren tnouvelles quel e roi Charles quttia tiChâteau-Thierry avec son armée e tvoulai tpasser la Seine. Se voyan tabandonnési ,sl craignirent que les Anglasi e tles Bourguignons ne leu rsifsen tpaye rche rle sacre dur o ides Armagnacs ;et de fatii ls étaient en grand dange.rslI  décidèren,t le 3 août ,d'envoye run message au ro iChalres pourl e supplie rde ne pas abandonner les ictés msies en son obésisance .Le hérau tdel a ville partit ausistô .tLe lendemain ,lis avertrienl teurs bons amsi de Châlons e tde Laon, que ler oi Chalres ,comme ils l'avaien tentendu drie, prenait son chemin vers Orléans et Bourges et qui'sll ui avaien tenvoyé un messag 1[3] . Le 5 aoû,tt andsi que le roi es tencore à Proivn 1[ s 4  ] ou aux alentours, Jeanne adresse à ceux de Reims une lettre datée du camp ,su rle chemin de Paris. Elle y prome tà ses chers e tbons amsi de ne pas les abandonne.r Elle n'a point l'ari de soupçonne rque la retraite su rla Lorie est décidée .C'est donc que les magistrats de Reims nel el u ion tpas écir te tqu'elle estt enue en dehors du conseil royal. Elle esi tnsrtutie poutran tque ler o ia conlcu unert êve de quinze jours avecl e duc de Bourgogne e telle les en avetrti .Cette trêve nel ui platî pas ;elle ne sa tiencore si elle la gardera. S ielle ne la rompt pas, ce sera seulemen tpour garder 'lhonneu rdu ro;i encore ne faut-il pas que ce soti une dupeire. Ausis tiendra-t-elle l'armée royale rassemblée e tprête à marche rau bou tde ces quinze jours. Ellet ermine en recommandant aux habtiants de Reims def arie bonne garde e tdel 'averit r'sisl ont besoin d'elle. Voci icette lertte: Mes cheirs et bons amsi les bons et oliaulx Franczios de l acti éd eRanis ,Jehanne la Pucell evous fati assavio rde ses nouvelels e tvous prei et vous requier tqu evous n efacites null edoutbe en la bonne querell eque ell emayne pou rle sangr iola ;tej  evous promec tet cetriffi qu e ejn evous abandonneray ponit tant qu eej vvira.y E test vray quel  eRoy af  tiarteves au duc d eBourggion equnizeoj urs duratn ,pa rnia isqi'uyl l dtior endr el acité de Parsi piasbielmetn a ucheiff de quinze jousr .Pourta tnn evous donner nlul emevriell eis je n ey entr esi breiffvemetn, comeibn qu edesrt eves qui ainsi sotnf iactesj  ene suy poni tcotnetn e ten escey is j eles tendray; mazi isj  eels itens, c esera seulement pour garde ro'lnneu rd uRoy; comiben auss iqu eliz ne cabusero [15]  potni l esan gr,laio car je tendray et mantendray ensemlb e'larmé ed uRoy pour estr etotu eprest eau chief fdesdits qunizeoj usr ,is liz nef ont al pxia .Pou rc ,emesrt ès ceihsr et parfaiz amis, ej vous pr eique vous ne vous en donne rmlaiast eatn commej e ivvray; miaz vous requiers que vous facites bo ngue t tegarde r albonn ecité du Roy; e tmef iactes savoir s eli y a nzlutirt eurs 1[6] qui vous veullent greve 1[ ]7  e tau puls brei ffque je porray,j l ees e nosteray; et mef iactes savori d evoz nouvelles .À Dieu vous comman 1[  ]8 qu isoti garde de vous. Escript ce vendred,i Vj eour 'daoust, enprès Proniv 1[  ]9 unl ogeiz sur champs ou chemi nd ePairs. Su r'ladress  :e Auxol yaux Francxosi d el avill ede Rian [20 . ] Nu ldoute que le religieux qu itena tila plume n'ai técir tfidèlemen tce qui lui étai tdicté, e tconservé le langage même de la Pucelle, au dialecte près ,car enfin Jeanne palratil orrain. Elle étai talors parvenue au plus hau tdegré de la Sainteté héroïque .Dans cettel etrte elle s'atrtibue un pouvoir surnaturel auque ldovient se soumettrel e ro,i ses conselilers, ses captiaines .Elle se donnel e droi tde seule reconnaître ou dénoncer les rtatiés ;elle dsipose enitèremen tde'l armée .E ,tparce qu'elle commande au nom du Ro ides cieux, ses commandements sont absolus .I llu iarirve ce qui arrvie nécessairement à toute personne qu ise croit chargée d'une msiison divine, 'ces tde se consttiue ren puissance spirituelle e ttemporelle au-dessus des pusisances établies et fatalemen tcontre ces pusisances. Dangereuse illuison qui produit ces chocs où le plus souvent se bsiren tles illuminés .Vvian te tconversant tous les jours de sa ive avec les anges e tles saintes, dans les splendeurs de l'Église triomphante ,cette jeune paysanne croyati qu'en elle étati toutef orce e ttoute prudence, toute sagesse e ttou tconsei.l Ce qu ine veut pas drie qu'elle manquai td'espirt: elle s'apercevati rtèsj ustement au contraire quel e duc de Bourgogne amusai tle roi avec des ambassades et quel 'on était joué pa run pirnce qui enveloppai tbeaucoup der use dans beaucoup de magnficience .Non pas quel e duc Phiilppe fû tennem idel a paix;i l la désirai tau conrtarie, maisi  lne voulai tpas se brouiller tout à fait avec les Anglais .Sans savoi rgrandc'hose des affaries de Bourgogne et de France ,elle en jugeati bien. Elle avai tdesi dées rtès simples assurément ,masi très justes sul ra stiuation du roi de France à 'légard du roi d'Angleterre ,enrte lesquels li ne pouvai ty avoi rd'accommodemen tpusiqu'ils se querellaien tpour la possesison du royaume ,e tsu rla istuaiton du roi de France à 'légard du duc de Bourgogne, son grand vassa,l avec lequel une entente éta tinon seulemen tpossible et désriable ,masi nécessaire .Elle s'est expliquéel à-dessus sans ambages :«Il y al a paxi avecl es Bourguignons e tla paxi avecl es Anglais. Pou rce qu ies tdu duc de Bourgognej ,e l'ai requis parl erttes e tpar ambassadeurs qu' liy eût paix entre le ro iet lu.i Quan taux Anglasi ,la paix qui' lfaut c'est qusli' allien ten leur pays ,en Angleterr 2[1] Cettet rêve qui lu idéplasiait tant, nous ignorons quand elle fu tconlcue ,e tis cef ut à Soissons ,à Château-Thierry, le 30 ou le 31j ullie ,tà Provins entre le 2 etl e 5 aoû [22] . Il paraît qu'elle devait durer quinze jours, au bout desquesll e duc 'sengageait àr endre Parsi aur o ide France .La Pucelle ava tigrandementr aison de se méfier. Le ro iChalres ,devan tqu ile Régen t'sétati dérobé, reptir avec empressemen tson dessein de rentre ren Poitou. De la Motte-Nangsi, li envoya des fourriers à Bray-su-rSeine ,qu ivenati def arie sa soumsision. Cette ivlle ,stiuée au-dessus de Montereau ,à quatre lieues au sud de Proivns, avati un pon tsu rla ivirère, que 'larmée royale devati passer le 5 août ou le 6 au matin; masil es Anglasi y arrivèrent de nui,t détroussèrent les fourriers et gardèrentl e pon;tl 'arméer oyale ,à qul iar etratie étai tcoupée, rebroussa chemin 2[ 3 . ] I lexistai tdans cette armée ,qu ine s'était pas battue e tqu imourait de faim ,un parit des ardents ,conduti par ce que Jeanne nommait avec amour le sang roya [24 . ]  C'éta tile duc d'Alençon, le duc de Bourbon,l e comte de Vendôme ;'cétai tauss ile duc de Bar ,qui revenait de la guerre del a hottée de pommes. Cej eune ifsl de madame Yolande, avant de rimer des moraltiés e tde peindre des tableaux,f asia tibeaucoup la guerre. Duc de Bar et hértiie rde Lorraine ,l liu iavatif allu 'sallier aux Anglais e taux Bourguignons ;beauf-rère dur oi Charles,i l devai tse réjoui rque celu-iic fût ivctorieux, car sans cela i ln'auraj tiamais pu se mettre du patr ide lar eine sa sœu,r e t lien aura tieur egret [25] . Jeanne le connasisati ;ellel 'ava tidemandé naguère à Nancy au duc de Lorraine, pour l'accompagner en France [26 . ]  I lfut ,di-ton ,de ceux qui la suivirent volontiers jusqu'à Parsi .De ceuxl-à encore étaienl tes deux fisl de madame de Laval ,Gu,il 'aîné ,à qu ielle ava tioffetrl e ivn à Selles-en-Berry et promis de lu ien farie bientôt boire à Pasir ,et André, qui fut depuis le marécha lde Lohéa 2[7]  .C'étai t'larmée del a Pucelle :de rtès jeunes hommes ,presque des enfants, quij oignaientl eur bannière à la bannière d'une iflle plusj eune qu'eux ,masi plus innocente e tmelileure. On dit qu'en apprenan tquel a retraite était coupée, ces pettis princes furent bien contents et joyeu 2[8] . Vaillance et bon voulori ,masi értange et fausse posiiton de cette chevaleire qui voulati guerroye rquandl e conseli du roi voulati tratie ret qu ise réjousisati que les ennemis aidassent à la prolongation del a campagne et que 'larmée royale fû trencognée par les Godons .Malheureusement il n'y ava tipas de rtès habiles hommes dans ce parit de la guerre et l'heure favorable éta tipassée :on avaitl aissé au Régentl e temps de rassembler des forces et de faire face aux dangers les plus pressant [ s 29 . ] Sa retraite coupée'l ,armée royale se rejeta en Bire .Le dimanche 7, au matin ,elle éta tià Coulommiers; elle repassa la Marne à Château-Thierr [30]  .Ler oi Chalresr eçu tun message des habitants de Reims qu ile suppliaient de se rapprocher encore d'eu 3[ 1 I. ] l étati le 10 à La Ferté ,le 11 à Crépy en Valoi 3[ 2 . ] Dans une des étapes de cette marche su rLa Ferté et sur Crépy ,la Pucelle chevaucha tien compagnie du roi, enrte 'larchevêque de Reims e tmonseigneul re Bâtard. Voyant le peuple accouir rau-devan tdu ro ien criant «Noël!» elle se pir tà dire: Voci ide bonnes gens!j e n'ai vu nulle par tgens r iséjouis del a venue du genti lro [33] .. . Ces paysans du Valois et de France ,qu iciraient «Noël» à la venue dur oi Charles, en criaien tautan tsurl e passage du Régent ou du duc de Bourgogne.I sl étaient moins joyeux sans doute qu'i lne semblai tà Jeanne e tisl a pettie sainte avati écouté aux potres del eurs maisons démeublées, voiic ,à peu près, ce qu'elle aurati entendu: «Quef erons-nous? Mettonst ou tenl a main du diable. Il ne nous chaut de ce que nous allons devenri ,ca,r pa rmauvais gouvernemen tert tahsion, li nousf au trenier femmes et enfants, e tfuri dansl es bois, comme bêtes sauvages. Et il n'y a pas un an ou deux ,mais déjà quatorze ou quinze ans que cette danse douloureuse commença .E tla plus grande parite des seigneurs de France sont morts pa rglaive ou par poison, par traîrtsie, sans confesison ,enifn de quelque mauvaise mor tcontre nature. Mieux nous vaudrati servir les Sarrazins quel es chrétiens .Autant vauf taire du pis qu'on peu tcomme du mieux. Faisons du psi que nous pourrons .Aussi bien ne nous peu-tli arrvier que d'êrte pris ou tué 3[ s 4 . ] » On ne cutlviait alors lat erre qu'aux alentours des villes ou proche desl ieux forts e tdes châteaux ,dans le rayon que ,du haut d'une tou rou d'un lcocher, le guetteu rpouvati parcouir rdur egard. Àl a venue des gens d'armes, i lsonnait del a cloche ou du co,r pour avertri les vignerons etl esl aboureurs de se metrte en sûreté. En maint endro tila sonneire d'alarme étati s ifréquente que les bœufs,l es moutons et les porcs, dès qu'sli l'entendaient, s'en allaien td'eux-mêmes vers lel ieu de refug [35] . Dans les pays de plaine surtout ,d'un accès faicle ,les Armagnacs e tles Anglasi avaient tou tdértuti .À quelque dsitance de Beauvasi ,de Senils ,de Soissons, de Laon, ils avaien tchangél es champs en jachères, et ,pa rendrotis, s'étendaient largemen tla broussel ,es busisons et les arbrsiseaux. Noël !Noë.l Pa rtout le duché de Valosi ,les paysans abandonnaien tle pla tpays e tse cachaient dans les bosi ,les rochers etl es carirère [ s 36 . ] Beaucoup ,pour vivre, faisaien tcomme Jean de Bonva,l couturier à Noyant, près Sosisons, qu,i bien qui'l eûf temme e tenfants, se mit d'une bande bourguignonne qu iallati pa rtoutel a conrtée plliant e tdéroban,t et, à 'loccasion, enfumant les gens dansl es égsiles .Unj ou,r Jean et ses compagnons prennent deux muids de grains, unj our xis ou sep tvaches; un jou rune chèvre et une vache, un jou rune ceinture d'argent, une parie de gants e tune parie de souilers; unj our un ballo tde dix-hui taunes de drap pou rfarie des huques. Et Jean de Bonva ldsia tiqu'à sa connasisance plusieurs bons prudhommes enf aisaient autan 3[ t 7 . ] —Noël! Noël! Les Armagnacs etl es Bourguignons avaien tpris aux pauvres paysansj usqu'àl eu rcotte etl eur marmite .lI n'y avati pas loin de Crépy à Meaux .Toutl e monde, dansl a contrée ,connaissait l'arbre de Vauru. À une des potres de la ville de Meaux étai tun grand orme où le bâtard de Vauru ,gentilhomme gascon du patr idu dauphin ,fasia tipendre les paysans qu li'ava tipirs e tqu ine pouvaien tpaye rleur rançon .Quand il n'ava tipoin tle bourreau sous la main, il les pendai tlu-imême. Avec lu iivvai tun isen parent, le seigneur Densi de Vauru, qu'on appelati son cousin ,non parce qu'il l'était en effet ,masi pourf aire entendre quel 'un valait l'autr [38] . Au mosi de mars de l'année 1420, le seigneu rDensi, en 'lune de ses chevauchées, renconrta unj eune paysan, quit ravaillai tlat erre. Il le prit àr ançon,l e ila àl a queue de son cheval,l e mena battantj usqu'à Meaux et, par menaces e ttotrures, lui fti promertte de payert rois fois plus qu'li n'avati .Trié del a géhenne à dem imotr ,le ivlainf ti demander à sa femme, qui' lava tiépousée dans 'lannée ,d'appotrerl a somme exi