//img.uscri.be/pth/9907c8ac4ea616cb11d9f76234c21d5ab6a7d1b5
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les territoires du vin

De
426 pages
L'objet vin présente de nombreuses facettes et se prête merveilleusement à l'approche pluridisciplinaire. C'est un objet culturel qui effleure tous les sens de l'homme, un marqueur géographique, territorial et historique, mais aussi un patrimoine, un marché, une industrie, un produit qui véhicule des valeurs de finesse et de qualité. Vingt-deux chercheurs regroupent ici les résultats de leurs recherches et proposent à chacun de goûter, selon sa sensibilité, aux différentes dimensions présentées.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de JeanClaude Taddei
Gestion
Géographie
Linguistique
Ethnologie
Economie
LES TERRITOIRES DU VIN
Littérature
Histoire
Sociologie
Oenologie
Philosophie
Les territoires du vin
Questions alimentaires et gastronomiques Collection dirigée par Kilien Stengel Cette collection d’ouvrages culturels, économiques, historiques, sociologiques, anthropologiques, ou techniques, contribue aux progrès de la recherche et de la réflexion sur les cultures alimentaires et gastronomiques. Ouverte sur le monde, elle permet de mieux comprendre les rapports entre l’homme et son alimentation. Ici, il n’est pas seulement question de cuisine, on se positionne à la frontière de ce qui rapproche ou sépare l’alimentation de la gastronomie, les représentations du bon et du bien-manger, le patrimoine et l’authenticité, le terroir et les identités alimentaires. Autant d’imaginaires qui hantent nos assiettes, comme nos verres.
Dernières parutions
Kilien STENGEL,Hérédités alimentaires et identité gastronomique, 2014.
Sous la direction de Jean-Claude Taddei Les territoires du vin
Avec la collaboration de Lorine BOST et Isabelle VAN-PETEGHEM-TREARD TEXTE REVU ET CORRIGÉ PARNICOLEBOST
© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02739-5 EAN : 9782343027395
SOMMAIRE
Préface7 Avant-propos9 I Appropriation et définition de l’espace15  1 - Rôle des réseaux dans un territoire viticole en 17 redéfinition : le cas de l’appellation Savennières  2 - Les vignobles, territoires de valorisation touristique ? 35 De par le monde, les vignes redécouvertes  3 - Occuper l’espace. L’appropriation territoriale du 53 négoce languedocien 1900-1939  4 - Une route pour un territoire ? L’exemple du vignoble 81 nantais  5 - Vin et charbon, un nouvel assemblage pour les 101 territoires post-industriels  6 - Les nouveaux territoires du vin … parfois 119 improbables ! Pourquoi et comment naissent-ils ? II Discours et représentation131  7 - De Platon à Montaigne : le bon usage de l’ivresse 133  8 - Les mots du vin et de la vigne dans le parler 145 champenois. Une histoire, un terroir : Les Riceys  9 - « Le vin j’y connais rien » : Stratégie de vulgarisation 157 du discours oenologique  10 - Les évolutions des représentations du vin sud-africain 179 dans le contexte post-apartheid  11 - Le vin de Duras : frontières, transgression et 195 communion dans leModerato Cantabile  12 -De la grappe au sein217dans les raisins de la colère
5
III
IV
Coopération et collectivisme237 13 - Le vin objet mémoriel et identitaire. L’exemple des 239 pratiques viticoles d’amateur en Haute-Saône 14 - Vins et terroirs : du concept à la réalisation, ou la 259 nécessaire appropriation individuelle d’un patrimoine collectif 15 - Mémoire sociale de la cave coopérative de 277 Montpeyroux : un terrain ethno-photographique en Languedoc 16 - Coordination et innovations locales : comprendre le 397 modèle coopératif viticole et vinicole des vins de Loire Innovation, et perception315 17 - Le goût du vin : des professionnels aux 317 consommateurs – une introduction aux méthodes sensorielles 18 - Compréhension du terroir par les consommateurs de 327 vin et influence des messages sur leur perception sensorielle 19 - Cultiver la différence : le développement de la 339 viticulture biologique dans le Gaillacois 20 - Mutations autour de la qualité dans la construction de 361 l’image d’un produit différencié : le marché des vins fins au Brésil 21 - Les territoires des vins biologiques en France : 377 l’innovation au service de la tradition. Le cas du bordelais 22 - L’impact de la capacité d’absorption des 399 connaissances sur la mise en œuvre de la biodiversité dans une AOC Auteurs415
Préface
On parle souvent d’un instant de bonheur, d’un moment de félicité. Comme si être bien ne pouvait durer que peu de temps. Erreur. J’ai connu deux jours de plaisir intense lors du colloque « Les Territoires du vin » organisé en juin 2012 par l’ESSCA. Le viticulteur que je suis, comme l’amateur de vin, est confronté de nos jours à des gens qui réduisent le vin à ses molécules d’alcool, censeurs d’un autre âge dont la prétention s’allie à l’étroitesse d’esprit. Alors on a peur, on se sent seul. Et puis vient le colloque. Une quarantaine d’intervenants pour une trentaine de sujets. Des intervenants scientifiques, ceux que j’appelle comme autrefois des savants. Ceux qui savent parce qu’ils ont étudié et ils ont appris. Et puis ils ont essayé, ils ont testé, ils ont perdu, ils ont gagné. Ils ne sont donc pas de ces gourous envahissant le monde du vin avec leurs certitudes fumeuses. Non ! Tout argument est réfléchi et étayé. Le sujet est présenté simplement, comme une évidence, car il est le résultat d’un travail sérieux, long, méthodique, devenu familier donc bien connu. Mais on sent bien que des questions peuvent être posées, que des doutes peuvent être émis et grâce à cela on progressera encore. Beaucoup d’intervenants étaient jeunes. Ils discouraient sur le vin, élément essentiel de notre culture et de notre économie. Ils démontraient que ce vin n’a rien à voir avec les boissons fabriquées industriellement, sans âme et sans personnalité. Avec lui, nous avons entendu l’agronomie, hélas trop souvent oubliée, l’histoire et la géographie qui revivaient, la sociologie, la psychologie, la philosophie, l’ethnologie, la linguistique, toutes sciences humaines qui prouvent justement l’humanité du vin. Ses compagnes habituelles, l’économie, la viticulture et l’œnologie se trouvaient représentées avec talent. La littérature aussi affirmait avec des sujets étonnants, traités de façon magistrale. Des jeunes donc à qui le vin inspire des travaux remarquables. Nous sommes loin des caricatures jeunesse alcool. Quant aux moins jeunes, la qualité de leurs interventions n’était pas dépourvue de cet enthousiasme qui a caractérisé l’ensemble de ces deux journées. Et c’est là que j’ai un regret : cet enthousiasme aurait pu rassurer les vignerons s’ils avaient été présents. Pessimistes sur leur avenir, notamment suite aux attaques de certains intégristes moroses, les vignerons auraient découvert ce que leur produit suscite comme intérêt et comment les spécialistes des matières concernées par ce colloque traitent le sujet. Alors merci à l’ESSCA d’avoir pris l’initiative de ce colloque et un souhait : à renouveler avec cette fois-ci la présence massive des professionnels du vin et ils verront ainsi comment, entre autres, on peut disserter sur Steinbeck et les raisins de la colère.
1 Pierre AGUILAS 1 Viticulteur, ancien président de la Confédération nationale des vins AOC, ancien président de la Confédération des vi nerons du Val de Loire, ancien résident du Comité ré ional de l'INAO, Président d'honneur de la Fédération viticole de l'Anjou, Grand maître de la Confrérie des chevaliers du Sacavin d'Anjou.
7
Avant-Propos
Cet ouvrage est l'occasion de croiser plusieurs disciplines et plusieurs champs de recherche autour d'un objet culturel et patrimonial : le vin. De nombreuses études ont été produites sur le thème du vin permettant d'analyser des situations de création, de développement ou de différenciation. On le retrouve comme pièce centrale dans la culture et les traditions françaises et méditerranéennes, célébrées depuis des siècles. Notre thématique des « Territoires du vin » nous amène à nous interroger au sein de sciences aussi variées que l’œnologie, la gestion, l’économie, l’anthropologie, la littérature, la philosophie ou la géographie, à comprendre jusqu'où s'étendent ces espaces où le vin se savoure et se crée. Comprendre où et comment il est un enjeu économique et culturel, saisir sa place dans l'espace social, ou analyser le traitement que lui réservent les acteurs, sur la page, entre les lignes et dans les rangs. De la terre au verre, quelle matérialité emprunte le vin et quels espaces tangibles ou imaginaires sont les témoins de ce breuvage ? Cet ouvrage se propose donc d’analyser comment s'élaborent, s'organisent, voire se chevauchent ces territoires tant gustatifs que culturels ou économiques et qui se constituent à partir de la chose « vini - viti ». L'analyse des territoires du vin nous conduit à présenter des réflexions pluridisciplinaires sur les différentes formes de territoires viti-vinicoles que les acteurs ont imaginées. Notre démarche de pluridisciplinarité aborde un objet d’étude selon les différents points de vue de juxtaposition des regards spécialisés, mais également de dialogue et d’échanges. L’objectif est de faire coïncider le travail de plusieurs disciplines à un même objet, un même sujet et d’enrichir ensuite nos pratiques. Notre recherche s’est nourrie de la complémentarité intrinsèque à plusieurs disciplines, chaque chercheur abordant le sujet selon sa spécialité. Afin d’éviter le danger de morcellement des approches, nous avons précisément décidé de croiser les disciplines et c’est la notion de territoire qui a véritablement permis d’aboutir à une cohérence. A l’origine de cet opuscule, il y a donc des rencontres entre chercheurs. La pluridisciplinarité de ces rencontres était une gageure : faire se rencontrer des sciences et des chercheurs d’horizons tellement différents, attachés à des méthodologies si diverses, préoccupés de modélisations tellement étrangères les unes aux autres, aurait pu mener à des dialogues de sourds, chacun restant replié sur sa manière de faire, ses modes de pensée, sa méthodologie. Car la pluridisciplinarité n’est pas si fréquente, parfois même elle peut se révéler menaçante, déstabilisant ici une certitude fermement démontrée ailleurs, introduisant là le doute quand un gestionnaire découvre l’approche littéraire, quand un géographe entend un philosophe ou quand un œnologue parle à un sociologue. De cette pluridisciplinarité pourrait ne résulter que
9