Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Faire dialoguer les disciplines en sciences humaines et sociales

De
154 pages
Le dialogue entre disciplines s'impose de plus en plus au sein de toute recherche en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Cela se joue dans l'emprunt de problématiques et dans le choix des méthodologies. Comment s'assurer que ce dialogue soit fécond ? Au sein de cet ouvrage, les différents auteurs illustrent, à travers des exemples concrets, la manière dont se structure le dialogue entre disciplines au sein de leur recherche.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Susana BORDA CARULLA Marie BROCHARD Yves CHARBIT
FAIRE DIALOGUER LES DISCIPLINES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES
Épistemologie et études de cas
FAIRE DIALOGUER LES DISCIPLINES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES EPISTEMOLOGIE ET ETUDES DE CAS
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02368-7 EAN : 9782343023687
Sous la direction de Susana BORDA CARULLA Marie BROCHARD Yves CHARBIT FAIRE DIALOGUER LES DISCIPLINES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES EPISTEMOLOGIE ET ETUDES DE CAS
Remerciements
Cet ouvrage est issu du premier colloque des doctorants de l’UMR 196 – CePeD (Centre Population et Développement), le CoDoCe 2012, intitulé «Faire dialoguer les disciplines dans une thèse en sciences humaines et sociales: facteurs, pratiques et enjeux», organisé avec le soutien de l’École Doctorale 180 «Sciences humaines et sociales: Cultures, individus, sociétés» de l’Université Paris Descartes. Il est publié et diffusé avec le concours de l’Institut pour le Développement et la Solidarité Internationale (IDSI) de l’Université Paris Descartes. Nos remerciements vont avant tout aux doctorantes du CePeD, membres du comité d’organisation et du comité scientifique du colloque :Anna CHRUSCINSKA, Marie-Christine DELEIGNE, Stéfanie MALAUSA, Caroline PANIS, Giulia PIZZOLATO, Cécile VERMOT et Madeleine WAYACK-PAMBE. Le riche travail de réflexion concernant l’interdisciplinarité en SHS mené en amont au sein du comité ainsi que les discussions le jour du colloque ont fourni les bases pour la publication de cet ouvrage. Les pages qui suivent doivent beaucoup aux chercheurs et enseignants-chercheurs, membres du comité scientifique du CoDoCe 2012 et/oudu comité éditorial de ce livre : Jean-Loup AMSELLE (anthropologue et ethnologue, CeAf-EHESS), Jacqueline AUTHIER-REVUZ(linguiste, Université Paris3), Alban BENSA(anthropologue, IRIS-EHESS), Doris BONNET (anthropologue,CePeD), CécileCANUT (Linguiste, CePeD), Yves CHARBIT (démographe,CePeD), Denys CUCHE (anthropologueet sociologue, CePeD), Jean COPANS, (sociologue et anthropologue, professeur émérite, CePeD), Hamidou DIACePeD), Sylvie F (socio-anthropologue,ANCHETTE (géographe, CePeD), ÉtienneGERARDCePeD), (sociologue,Christophe Z. GUILMOTOCePeD), Pénélope L (démographe,ARZILLIERE(sociologue, IRD-CePeD), Marc-Antoine PEROUSE DEMONTCLOS(politologue, CePeD), Véronique PETITUniversité de Poitiers), Jean- (démographe, Marie PRIEUR(sociolinguiste, ITIC-Montpellier 3). Leurs contributions et leur encadrement nous ont permis d’assurer la bonne qualité des textes présélectionnés pour le colloque et de ceux retenus pour publication. Un grand merci à Yves CHARBIT, directeur du CePeD, pour son soutien inconditionnel et son encadrement rigoureux et patient tout le long du processus de préparation du colloque et de l’édition de cet ouvrage. Travailler conjointement avec lui a constitué pour nous, doctorantes, une véritable initiation au métier de l’édition scientifique.
Susana BORDACARULLAet Marie BROCHARD
SOMMAIRE
INTRODUCTION ............................................................ 9Susana BORDACARULLA, Marie BROCHARD, Yves CHARBIT
I. PROBLEMATIQUES DISCIPLINAIRES, EMPRUNTS PONCTUELS
TERRITORIALISER LE HANDICAP .......................21Noémie RAPEGNO1. La géographie au carrefour des disciplines....................... 221.1. L’espace, un objet complexe................................................. 221.2. L’ouverture aux autres sciences sociales...............................231.3. Une discipline à l’image brouillée.........................................242. Le handicap comme objet de recherche............................ 252.1 Handicap etdisability studies................................................. 252.2. Le handicap, un objet peu étudié en géographie ...................263. Les corps et les institutions ............................................... 273.1. Les corps dans l’expérience du quotidien .............................273.2. Le passage au terrain .............................................................29
PSYCHOPATHOLOGIE DES TENTATIVES DE SUICIDE AU SUD-BENIN............................................39Olga BAMISSO, Dominique CUPA, Lucien HOUNKPATIN1. Pourquoi une approche interdisciplinaire ?....................... 411.1 Sociologie : le suicide comme fait social ...............................421.2 Psychiatrie : le suicide comme modalité symptomatique ......441.3 Psychanalyse : le suicide comme processus intrapsychique ..461.4 La nécessité de s’ouvrir à des pensées  etlogiques d’ailleurs : l’anthropologie ..................................482. Structuration du dialogue entre psychologie et anthropologie..................................................................... 492.1 De la recherche à la recherche-action.....................................492.2 Ouverture de la médecine aux croyances  etaux représentations d’ailleurs.............................................512.3 Les « rencontres anthropologiques »......................................535
2.4 Le cas de Joël : mise en tension de l’univers médical  etde la pensée locale..............................................................562.5 La clinique de la multiplicité..................................................60
COMPRENDRE LA PAUVRETE RELATIVE EN NOUVELLE-CALEDONIE .......................................... 67Laure HADJ1. Des inégalités à la pauvreté relative  enNouvelle-Calédonie ......................................................691.1 La construction du taux de pauvreté relatif............................ 691.2 L’indicateur d’inégalité: le niveau de vie...............................712. Histoire coloniale : la construction  durapport inégalitaire ....................................................... 732.1 Division ethnique et institution de l’économie marchande.... 732.2 Les revendications indépendantistes : réconcilier  l’économiedomestique et l’économie marchande.................743. Science politique : inégalités et politiques de développement .................................................................. 763.1 LesAccords de Matignon-Oudinot à l’origine du rééquilibrage économique...................................................... 763.2 Les provinces comme marqueur de rééquilibrage spatial ......784. Anthropologie et sociologie: économie kanak  etéconomie marchande..................................................... 804.1 Systèmes économiques et systèmes de représentations .........804.2 L’exemple de la diffusion de l’argent ....................................82
II. EFFACEMENT DES FRONTIERES DISCIPLINAIRES
LE DRAME DE THIAROYE AU SENEGAL (DECEMBRE 1944) .......................................................91Martin MOURRE1. Une posture sociologique face aux travaux  d’historiensrelatifs aux événements de Thiaroye............. 942. La sociologie de la mémoire et la perspective du passé.... 973. Thiaroye 44 comme référent anthropologique................ 101
CIRCULATION ET FABRIQUE DE LA VILLE : PARIS AUX PERIODES MEDIEVALE ET MODERNE ................................................................... 111Léa HERMENAULT1. Les apports possibles de la géographie 6
 etde l’histoire à l’archeologie......................................... 1132. Co-construire et problématiserl’objet d’étude « circulationurbaine »....................................... 1163. Risques et ecueils de l’utilisation conjointe des sources archéologiques et historiques .......................................... 118
PRATIQUES DES ASSOCIATIONS SPORTIVES DE QUARTIERS AUX VISEES EDUCATIVES ET CITOYENNES.............................................................. 125Tristan CROSNIER1. Enjeux théoriques et choix méthodologiques ................. 1271.1 Un manque crucial d'évaluation de l’impact  desassociations sur le comportement des jeunes.................1271.2 Un observatoire adapté pour combler ce manque ................1292. Deux approches disciplinaires distinctes et complémentaires ............................................................. 1312.1 Une orientation psychologique :  l'approchedu cours d'action................................................. 1312.2 Une orientation sociologique :  lasociologie des espaces sociaux.........................................1332.3 Deux niveaux distincts de l'étude de l'activité pour une compréhension globale ........................................................1343. Des données sur le vécu « éclairées »  parl’observation participante.......................................... 1363.1 Des résultats inattendus révélés par  l'approchesémiologique....................................................... 1363.2 Des résultats approfondis par l'approche sociologique  etla remise en contexte........................................................ 1384. L'analyse des déplacements collectifs lors de tournois individuels ....................................................................... 1404.1 Des comportements originaux mis en évidence par l’observation participante.....................................................1414.2 Le sens et les motivations des comportements observés......142
7
INTRODUCTION
Susana BORDACARULLA, Marie BROCHARD, Yves CHARBIT
En France, le sentiment d’appartenance disciplinaire au sein des Sciences Humaines et Sociales (SHS) apparaît souvent fortement marqué: les frontières disciplinaires continuent de structurer, dans une large mesure, autant la formation à la recherche que la construction même des champs de la connaissance. Aux Etats-Unis, en revanche, ce n’est souvent plus la discipline mais l’objet d’étude qui structure les champs(cultural studies,childhood studies, gender studies, population studies). Par ailleurs, la diversité des termes employés de nos jours pour désigner différentes modalités de dialogue entre les disciplines est un indicateur de la diversité des approches possibles : multidisciplinarité, pluridisciplinarité, interdisciplinarité, transdisciplinarité, etc.
Le dialogue entre disciplines s’impose, même si c’est à des degrés différents et selon des modalités différentes, au sein de toute thèse en SHS. La question est de savoir comment garantir que ce dialogue soit fécond: quels sont les avantages et les inconvénients d’emprunter à différentes disciplines des concepts, des techniques d’enquête, des méthodes et des modes d’analyse ? Les possibles croisements entre les disciplines sont-ils semblables pour toutes les SHS (le dialogue entre la sociologie et l’anthropologie, par exemple, peut-il se construire de la même façon que le dialogue entre la démographie et l’anthropologie) ? Quelles peuvent être les conséquences de l’abolition des frontières entre les disciplines ?Dans quelle mesure peut-on encore parler d’une identité disciplinaire ?
9