//img.uscri.be/pth/1b3558242ca0a5d6c1bd0dbf391b11474a19fcdc
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mystérieux et merveilleux 6eme sens

De
98 pages
Détection de l'eau souterraine, des sites, aliments et remèdes nocifs, localisation des personnes et objets perdus, l'auteur reconnaît l'évidence d'un sixième sens commun à l'homme et aux animaux. Un sens qui permet de percevoir quantité de choses inaccessibles à la vue, l'ouïe, l'odorat. La radiesthésie n'est pas à classer dans le paranormal mais dans les sciences naturelles. Ces propos sont illustrés par de nombreux faits impliquant des animaux, plusieurs radiesthésistes et l'auteur lui-même.
Voir plus Voir moins
        
Mystérieux et merveilleux sixième sens
 
Marcel Bocquel       
 
Mystérieux et merveilleux sixième sens
 
  
 
 
DU MEME AUTEUR
Faire fleurir le désert et abolir la faim. Suggestions pour ceux qui oeuvrent au développement des pays où sévit la faim.
Gracieusementàleurdisposition.
disponible chez lauteur : Résidence de la Rochefoucault 44630 Plessé © LHarmattan, 2012 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.frharmattan1@wanadoo.frISBN : 978-2-296-55848-9 EAN : 9782296558489
 
INTRODUCTION
Cent ans après l’explication du phénomène « sourcier » par une sensation d’un rayonnement, ce qui l’a fait appeler « radiesthésie », il reste méconnu, rejeté, objet d’explications farfelues alors qu’il serait pourtant d’une grande utilité pour l’homme comme pour les animaux : ceux-ci en font grand usage. Des millions de puits, toutes les mines en profondeur jusqu’à la fin du 19ème ont été indiqués par des siècle sourciers ; de tous temps ils sont intervenus pour des problèmes de santé ; ils savent détecter les sites nocifs qui en sont souvent la cause. Ce qui démontre l’usage d’un sens apte à capter et à reconnaître le rayonnement des objets. Je déplore l’aveuglement des « scientifiques » sur le sujet malgré tous ces faits. Ils feraient mieux d’admettre qu’ils ne savent pas tout et que le fait de n’avoir pas encore mesuré la longueur de ces ondes et distingué les cellules réceptrices ne les empêche pas d’exister. J’ai pensé que j’avais une expérience suffisante pour traiter le sujet : environ 250 puits au Sahel, plus du double en France, nombreuses interventions pour des problèmes de santé de gens et de bêtes, localisation de personnes. J’ai intitulé mon étude « Mystérieux et merveilleux sixième sens ». Sens mystérieux parce que encore mal connu, sens merveilleux que je considère comme la plus grande merveille de la nature. Lisez pour vous en convaincre et surtout apprenez à faire usage d’un sens d’une telle utilité. Même s’il y a plus de déficiences que pour les autres sens, il y a sûrement assez de personnes suffisamment douées pour que cessent les constructions sur des rayonnements
5
nocifs, les empoisonnements par des médicaments et les drames de disparitions d’enfants. Et celles qui ont encore à trouver des sources ont souvent beaucoup à apprendre pour les localiser avec exactitude (ce que j’ai souvent constaté) et pour en déterminer le débit, la profondeur et la qualité.
6
1è
er
 
PARTIE  TROP MÉCONNU, MAIS BIEN RÉEL
DE QUOI S'AGIT-IL ?
Un sens comme les autres ? Le fonctionnement des sens demande : un organe, un objet adapté à cet organe, un lien entre l’objet et l’organe et une interprétation par le cerveau. Pour l’ouïe, c’est le bruit qui parvient aux oreilles par les vibrations de l’air. Pour la vue, c’est la lumière directe ou réfléchie qui parvient aux yeux par des vibrations d’un autre ordre. Et le cerveau interprète en faisant appel à la mémoire ; pour reconnaître, il faut préalablement connaître ; donc un apprentissage. Le sixième sens fonctionne de la même façon, mais il diffère des autres sens. L’organe n’est pas évident, sans doute un réseau de nerfs. Le lien n’a pas encore été mesuré, ni même détecté alors qu’il faut bien qu’il existe. Ce qui est saisi par ce sens, ce n’est plus l’aspect des objets, mais leur nature. C’est donc un sens qui reste mystérieux.
A t un nom ? - -il Il l’attend encore. Mais, en 1910, l’abbé Bouly qui savait utiliser admirablement ce sens a donné le nom de "Radiesthésie" tout ce qui est du domaine de ce sens. à Auparavant, on n’utilisait guère que le terme de "sourciers" pour ceux qui pratiquaient la recherche de l’invisible, du fait qu’on faisait appel à eux surtout pour trouver les sources ou, plus précisément, les nappes phréatiques ou les courants d’eau souterrains. Le terme "Radiesthésie" (sensation d’un rayonnement) évoquait un champ beaucoup plus vaste et surtout marquant nettement qu’il s’agit de la perception d’un
9