Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,13 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Quand la dent mène l'enquête...

De
228 pages
Dans cet ouvrage digne d'un Sherlock Holmes ou d'un Hercule Poirot, l'auteur nous entraîne avec frénésie à la découverte d'enquêtes bien réelles concernant des personnalités du passé. De Hatshepsout à Che Guevara ou encore J.F. Kennedy, en passant notamment par Henri IV et Voltaire, il nous révèle les grandes supercheries que l'étude des dents a dénoncées ainsi que les vérités que leur examen a confirmées comme étant authentiques. Une approche palpitante d'odontologie légale et des principes des grandes investigations de police scientifique.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Quand la dent mène l'enquête...

@ L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan I@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-06405-8 EAN:9782296064058

Xavier RIA UD

Quand la dent mène l'enquête...

Préambule du Docteur Philippe Pirnqy Préface du Docteur Claude Laborier

L'Harmattan

DU MEME AUTEUR :

- La pratique dentaire dans les camps du II/me Reich, Collection Allemagne d'hier et d'aujourd'hui, L'Harmattan, Paris, 2002. - Les dentistes allemands sous le II/me Reich, Collection Allemagne d'hier et d'aujourd'hui, L'Harmattan, Paris, 2005. - L'influence des dentistes américains pendant la Guerre de Sécession, Collection Médecine à travers les siècles, L'Harmattan, Paris, 2006. - Les dentistes, détectives de l 'Histoire, Collection Médecine à travers les siècles, L'Harmattan, Paris, 2007. - Première Guerre mondiale et stomatologie: des praticiens d'exception..., Collection Médecine à travers les siècles, L'Harmattan, Paris, 2008. - Plaidoyer pour un enseignement historique de l'Art dentaire, Collection Ethique & Pratique médicale, L'Harmattan, Paris, 2008. - Etude de la pratique odontologique et de ses déviances dans les camps de l'Allemagne nazie, AN.R.T. (éd.), Lille, 2008.
CONTRIBUTION A UNE ŒUVRE COLLECTIVE Le conflit, sous la direction d'Olivier Ménard, Journée de la Maison des sciences de l'homme Ange-Guépin, Collection Logiques sociales, L'Harmattan, Paris, 2006.

A l'Association Française d'Identification en Odontologie (A. F. I. O.), à ses dirigeants et à ses membres, pour leur gentillesse et leur soutien dans mes recherches.

Préambule
Le débat commence par une énigme... A travers l'histoire, le désir de découvrir l'identité d'un corps s'est toujours manifesté dans toutes les civilisations. Parfois, le fait divers rencontre la science. Ce sont les traces de morsures sur les bras de jeunes femmes dans le jugement du procès des « Sorcières de Salem» qui ont conduit à condamner à mort le Révérend George Burroughs. C'est le corps exhumé de Lee Harvey Oswald identifié par comparaison de son dossier dentaire qui permet de s'assurer qu'il n'a pas été échangé. C'est l'acquittement d'une mère quatre ans après avoir été condamnée pour homicide par coups de couteau de son enfant de sept ans retrouvé mort en 1997 à Kingston, grâce aux conclusions de l'odontologiste qui découvre que l'enfant est mort suite à la morsure d'un chien... Dans ce nouvel ouvrage, le Docteur Xavier Riaud révèle, à travers les siècles, ce que chacun de nous espéraient trouver. .. le dénouement des énigmes!

Il apporte ses lumières sur les origines de l'anthropologie criminelle et de la criminologie, et nous fait participer à la naissance de la police scientifique en France. Amoureux d'Agatha Christie, de Sir Arthur Conan Doyle, de Maurice Leblanc, j'ai été introduit par Robert Hossein dans la Société Sherlock Holmes de France. Passionné par la chirurgie dentaire, je retrouve aussi en Xavier Riaud l'enthousiasme, l'inspiration et la rigueur de l'homme de lettres et du scientifique. Le Docteur Riaud mêle avec brio cette double compétence dans un style agréable. Il nous fait partager sa passion de l'écriture et les révélations de ses recherches méticuleuses à travers des récits originaux de qualité. Plus que tout, Xavier Riaud doit être loué pour mettre en avant le chirurgien-dentiste et éclairer l'odontologie médico-légale apparaissant dans cet ouvrage au centre de la criminologie. En 2007, à la question de savoir si ces disciplines trouvaient un intérêt auprès de nos confrères, le Docteur Francis Janot me disait! « que l'intérêt et la demande sont forts dès le cursus universitaire en odontologie. En effet un nombre grandissant d'étudiants s'intéresse à la paléontologie, à l'anthropologie, à l'archéologie, et naturellement à l'apport de notre discipline dans les sciences humaines. » On peut être persuadé que l'ouvrage de Xavier Riaud qui complète son premier volet « Les dentistes, détectives de I 'Histoire» (2007) comblera les étudiants en chirurgie dentaire, les confrères, les amoureux de l'histoire, des énigmes, des enquêtes, et des séries policières. Bref, un
1

Cf. Pimay Philippe, « Entretien avec Francis Janot », in Le Fil 10

Dentaire, avril 2007, n° 22.

livre que chacun peut apprécier puisque le Docteur Riaud réussit une fois encore à garder notre attention depuis la première jusqu'à la dernière page. Docteur Philippe Pirnay de l'Académie Nationale de Chirurgie Dentaire Lauréat des Académies Nationales de Médecine, de Chirurgie, et de Chirurgie Dentaire Secrétaire Général du Comité National Odontologique d'Ethique.

11

Préface
Cela a été un réel plaisir pour moi de préfacer cet ouvrage qui m'a littéralement conquis. Je connais Xavier depuis longtemps et je le connais en tant que membre fidèle de l'A. F. I. O. A l'occasion d'une discussion lors du dernier congrès de notre société à Gand en octobre 2007, j'avais proposé à notre ami de participer avec lui à un travail consacré à Edmond Locard, ce fabuleux spécialiste de la criminalistique qui m'a toujours fasciné. Il n'en a pas fallu plus pour exciter l'enthousiasme débordant de Xavier Riaud qui s'est mis au travail pour nous livrer ce dernier ouvrage. La découverte de ce document tant pour le profane que pour l' odontologiste médico-légal est un enrichissement intellectuel constant. Dans plusieurs chapitres, le lecteur y côtoie des noms célèbres qui ont fait, comme le dit Xavier, l'histoire de la criminalistique. Les théories de Lombroso qui ont été à l'origine de tant de controverses et qui ont induit tant de déviances y sont notamment exposées avec une grande clarté. Quant à Edmond Locard, cela a été pour moi une vraie satisfaction que de lire les pages le concernant. J'ai toujours pensé que ce grand précurseur de

la police scientifique avait été mal considéré eu égard à l'immense travail qu'il a fourni. Ici, lui est enfin rendu l'hommage qu'il mérite tant! A travers une galerie de portraits, l'auteur nous emmène dans des enquêtes surprenantes. Ainsi, chaque évocation d'un personnage célèbre apporte au lecteur un éclairage nouveau sur les mœurs et habitudes d'époques révolues. C'est le cas notamment de l'introduction du couteau à bout rond par Richelieu qui en est un exemple « piquant» ou encore de l'état totalement délétère de la denture de nos illustres prédécesseurs. Avec l'aventure du «Che », l'auteur nous entraîne dans des méandres politiques où la récupération d'événements à n'importe quel prix pour servir une idéologie est monnaie courante. D'autres exemples historiques hexagonaux et transatlantiques enrichissent ce texte passionnant. Pour ce qui intéresse plus spécialement ma discipline, l'odontologie médico-légale que j'ai tenté de promouvoir et de faire évoluer depuis plus de 25 ans, Xavier Riaud brosse de notre activité un tableau historique très documenté et très actuel. Il est vrai que grâce à l'impulsion dynamique de tous les amis de l'A. F. 1. O., la problématique criminalistique est aujourd'hui totalement différente de ce qu'elle était à l'origine. L'apport de la science est en perpétuelle évolution (traces de morsures, informatique, reconstructions faciales,...). Notre participation, modeste certes, à plusieurs enseignements universitaires permet de révéler chaque année de nouveaux talents. Le chantier du tsunami de décembre 2004 sous la haute direction de l'IRCGN2 a également fait progresser beaucoup de choses tant dans la méthode que dans l'approche psychologique de la mort.
2 Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale. 14

Pour finir Xavier, sache que cela a été pour moi un véritable bonheur de préfacer et de participer très modestement à ton travail que je puis qualifier de remarquable. Docteur Claude Laborier Membre associé de l'Académie Nationale de Chirurgie Dentaire Expert près la Cour de Cassation Président de l'Association Française d'Identification Odontologique (A. F. I. O.)

15

Avaut-propos
Il est toujours difficile d'écrire une suite à un livre historico-scientifique, surtout si celui-ci a été particulièrement apprécié. Il faut pour cela éviter les redondances, bien que certains rappels semblent inévitables. Il faut évidemment que les thèmes abordés ou les études présentées apportent de la nouveauté et sollicitent la curiosité. Avant toute chose, pourquoi une suite? Dans «Les dentistes, détectives de l'Histoire3 », j'avais affirmé que je n'irai pas plus loin dans mes investigations. Il est vrai que c'était mon intention. Puis, le hasard a voulu que je découvre un cas, puis un autre, et encore un autre, d'identification par les dents, de personnes célèbres ayant laissé leurs noms à la postérité.
Cf. Riaud Xavier, Les dentistes, détectives de l'Histoire, L'Harmattan (éd.), Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2007. Deux cas sur les trente du premier livre sont repris. En effet, pour les besoins d'une communication, j'ai été amené à reprendre mes recherches sur John Wilkes Booth et à considérablement développer cette étude. J'ai estimé qu'il était intéressant de présenter les résultats de cette nouvelle enquête. De même pour Molière pour lequel j'ai découvert quelques éléments nouveaux intéressants à citer. Pour des raisons énoncées plus loin, j'ai été amené également à rappeler l'histoire d'Oscar Amoëdo y Valdes. Je n'ai rien repris d'autre.
3

Ensuite, l'Association française d'identification en odontologie4 m'a demandé lors du dernier congrès annuel à Gand en Belgique, en octobre 2007, d'effectuer des recherches sur un précurseur de la médecine légale qui s'appelait Edmond Locard. Après réflexions, je me suis interrogé: « Pourquoi ne pas étendre mes investigations à quelques-uns des bâtisseurs incontournables de cette spécialité? » La remarque m'avait d'ailleurs été faite au cours d'un colloque où j'étais venu présenter diverses études d'identification. J'avais omis de présenter l'origine de la médecine légale et d'expliquer ce qu'avait été le siècle, moteur essentiel qui avait permis à l'aube du ~me une envolée spectaculaire des moyens scientifiques d'investigations policières. C'est l'occasion par cet ouvrage, de réparer cet oubli épistémologique. Ainsi, même si l'approche des origines de l'anthropologie criminelle et de la police scientifique à travers l'histoire de deux de ses précurseurs, Edmond Locard et Alphonse Bertillon, ne relèvent pas à proprement parler de la dentisterie, il m'a semblé indispensable d'en présenter brièvement les tenants et les aboutissants afin de mieux comprendre les impératifs et les objectifs de l'odontologie médico-légale. Il est indéniable que mon engouement pour cette dernière discipline a refait surface au cours de cette nouvelle quête littéraire. Quel plaisir intense de participer deux siècles après, d'une façon même lointaine, à l'étude du mystère qui entoure les crimes de Jack l'Eventreur ou de démasquer la supercherie qui entoure le rapatriement à Cuba, d'un corps présenté comme celui du Che! Quelle joie pour moi, de poursuivre ma contribution à l'odontologie médico-légale à travers l'énoncé de dossiers historiques résolus ou controversés! Quelle joie d'avoir pu par cette étude, aborder modestement l'égyptologie,
Odonte = dent et logos en grec signifie science. Odontologie = science de la dent. 4

18

l'Egypte étant un des deux pays où je rêve d'aller avec l'Islande! Je reprendrai quelques mots du premier volet de mes « dentistes détectives5 » : « Quelle exaltation que de participer à une enquête policière! Quel enthousiasme que de démêler les nœuds tortueux d'un crime! Et pourtant, rien n'est plus triste que la mort d'une personne, mais, c'est aussi à l'odontologiste averti de rendre sa dignité d'être humain à un cadavre sans nom et de soulager la famille de la disparition intempestive d'un proche en lui permettant de faire son deuil. Enfin, l'aboutissement de leurs investigations permet sur un plan plus administratif, l'ouverture d'une succession, ce qui est rendue impossible si la personne décédée n'a pas été reconnue. » Ainsi, c'est un engouement sans précédent qui a vu le jour avec la série télévisuelle « Les Experts », engouement que le temps ne dément pas. C'est aussi une réminiscence pour moi de tous les livres écrits par Agatha Christie et Sir Arthur Conan Doyle que j'ai lus avec passion dans mon adolescence. C'est enfin l'occasion pour moi, à travers des faits historiques, de poursuivre le détail entrepris dans le précédent volume, des techniques employées par la police scientifique contemporaine et en particulier, celles utilisées par les odontologistes experts.

Cf. Riaud Xavier, Les dentistes, détectives..., pp. 11-12. 19

5

op. cit., 2007,

Origines de l'anthropologie criminelle et de la criminologie
« Le discours médico-légal sur lafotie est bien antérieur à celui de l'anthropologie criminelle, car il est déjà formalisé dans l'œuvre monumentale de Paolo Zacchias (1584-1659). Sous l'Ancien Régime, les juges n'hésitaient pas à appeler des médecins pour expertise dans les affaires civiles et criminelles. L'ordonnance de 1667, et surtout celle de 1670, y faisaient déjà allusion à propos de la constatation du corps du délit, des eYfertises en écriture et de l'examen de l'esprit des suspects. »(...) « Le XIxme siècle est caractérisé par une transformation de la criminalité tant dans son importance que dans ses manifestations?» «La psychiatrie scientifique se transforme en s'appuyant sur la pratique asilaire. Un concept voit le jour: la monomanie homicide. Ce concept s'est avéré symptomatique de l'impuissance des psychiatres à donner une étiologie claire du
Cf Renneville Marc, «L'anthropologie criminelle en France », in Revue criminologie, 1994, vol. 27, n° 2, pp. 185-210. 7 Cf Mazévet Michel, Stagnara Denise & Fischer Louis-Paul, ({ Le Dr Edmond Locard (1877-1966), Ie Sherlock Holmes lyonnais », in Revue d'Histoire des Sciences Médicales, JuilIet-Août-Septembre 2007, tome XLI, n° 3, pp. 269-278.
6

comportement criminel, car sa définition ne portait que sur les actes. Etait susceptible d'être atteint de monomanie tout individu qui avait commis un crime particulièrement atroce. Le paralogisme tautologique dans lequel s'enfermaient ces délits sans délire ont laissé les juges dubitatifs et plus d'un a hésité avant d'appliquer dans les cas de monomanie l'article 64 du code de 1810, qui soustrayait à la procédure pénale les aliénés-criminels en état de « démence ». Pour les juristes de l'époque, la « monomanie homicide» devait se soigner en place de Grève8'H »(...) « A une criminalité violente, se substitue une criminalité intellectuelle avec des milieux déterminés et de nombreux récidivistes. C'est dans ce contexte qu'apparaît une nouvelle science: l'anthropologie criminelle qui est l'étude du comportement antisocial, de ses causes et de ses conséquences. Son objectif est d'essayer de mettre en place des solutions aux problèmes posé/. »(...) « Le médecin François-Joseph Gall (1758-1828), donnant ses cours en France à partir de 1808, a théorisé le premier la phrénologie. Pour Gall, toutes les facultés intellectuelles et morales sont localisées dans les « organes» du cerveau. Un plus ou moins grand développement de l'organe d'une faculté provoque sa plus ou moins grande activité chez l'individu qui la possède. Partant du principe erroné que les protubérances de l'enveloppe crânienne correspondent à celles du cerveau, il parvient à « lire» les aptitudes et les penchants de chacun en repérant les saillies et les méplats des crânes.
Cf RenneviIle Marc, «L'anthropologie criminelle en France », in Revue criminologie, 1994, vol. 27, n° 2, pp. 185-210. 9 Cf Mazévet Michel, Stagnara Denise & Fischer Louis-Paul, « Le Dr Edmond Locard (1877-1966), Ie Sherlock Holmes lyonnais », in Revue d'Histoire des Sciences Médicales, Juillet-Août-Septembre 2007, tome XLI, n° 3, pp. 269-278. 22
8