Traité de méthodologie et d'épistémologie de la recherche

79 lecture(s)

Prenant à contre-pied l'allégation selon laquelle la méthodologie de la recherche serait un discours relatif, cet ouvrage se propose d'en élaborer le traité, en redonnant à cette discipline ses lettres de noblesse. Fondées sur trois principes (la précision, la complexité et la relativité), la science de la recherche dégage cinq modules: les préliminaires, les composantes de la rédaction, les instances de la référence, les différentes tables et l'après-rédaction. D'une grande clarté pédagogique, ce guide de la recherche est documenté et méthodique.

lire la suite replier

Lecture en ligne sur YouScribe

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
harmattan
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi

Traité de méthodologie et d'épistémologie de la recherche

Collection Recherche et Pédagogie dirigée par Grégoire BIYOGO

Cette collection entend promouvoir la recherche dans les lettres et les sciences humaines en priorité en Afrique, en insistant sur le "retour au texte", en vue de produire des analyses d'intérêt pédagogique. Elle tente ainsi un nouveau partage entre deux grandes orientations souvent demeurées sans médiation, en valorisant l'examen interne et patient des textes. Le dessein de cette collection est donc d'accueillir des productions originales pour la publication des ouvrages attentifs aussi bien au contrôle des connaissances tirées du textes eux-mêmes qu'à la clarté de leur exposition, pour fournir aux universités africaines - et à celles d'ailleurs comme aux grandes Ecoles un ensemble de travaux de référence.

Dernières parutions

Grégoire BIYOGO, Adieu à Jacques Derrida, 2005 Grégoire BIYOGO, La Philosophie africaine revisitée, 2005

Grégoire BIYOGO

Traité de méthodologie et d'épistémologie de la recherche
Introduction aux modèles quinaires

L'Harmattan 5-7~me de l'ÉcolePolytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALlE

www.librairieharmattan.com e-mail: harmattanl@wanadoo.fr cg L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8872-6 EAN : 9782747588720

AVANT -PROPOS
Après avoir enseigné pendant dix années le cours de Méthodologie et d'épistémologie de la recherche (19942004) en Licence, Maîtrise, DEA et doctorat, dans plusieurs universités 1, étudiants, chercheurs et collègues enseignants de Libreville, de Masuku et du Séminaire doctoral du Centre d'Etudes Francophones de Paris XII, dirigé par le professeur DIOP, m'ont suggéré de réaménager mon cours en vue de la publication d'un guide de la recherche. Vœu que j'entends réaliser ici et maintenant. Mais on s'en doute, il y a des raisons autrement plus techniques qui justifient la publication de cet ouvrage. En effet, quelque précieux que puissent être les conseils des diIecteurs de thèse ou des maîtres de recherche, on admettra qu'ils ne parviendraient jamais assez à systématiser cet enseignement sans l'appui d'une série de documents techniques. Cet ouvrage entend donc contribuer à mettre en œuvre les fondements scientifiques de la méthodologie qui, il convient de le souligner, compte encore assez peu d'ouvrages normatifs2. Et il n'est pas jusqu'aux auteurs les
1. Notamment aux départements de Lettres, d'Anthropologie (FLSH), à l'Institut National des sciences de Gestion (INSG) de l'université Omar BONGO, à l'Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM}, à IVniversité Cheikh Anta DIOP (DCAD) de Dakar, et à l'université du Burkina Fasso, sous forme de conférences. Et depuis ] 998, à l'université de Paris XII, aux étudiants préparant la maitrise, le DEA et surtout la thèse de doctorat. 2. Le 1ecteur consultera avantageusement l'ouvrage de Jean-Claude ROUVEYRAN, Le Guide de la thèse, Du projet à la soutenance, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, 249 p. Signalons également le manuel de J-P. FRAGIERE, Comment réussir un nlémoire, Comment présenter une thèse, Comment rédiger un rapport, Paris, Dunold, 1986. Mais aussi l'ouvrage désormais classique de Michel BEAUD, L'Art de la thèse, Paris, La Découverte, 1985, 2001., 201 p. Il en est de même - du
moins du point de vue épistémologique

- de

l'ouvrage

de Madeleine

GRAWITZ, Méthodes des sciences sociales, troisième édition, Paris, Dalloz, 1976, 1079 p. On n'omettra pas de lire le texte de Guy JUCQOIS, Rédiger, présenter, composer. L'art du rapport et du

7

plus autorisés qui ne se soient sentis obligés de souligner dans ce discours "l'absence de règles absolues et rassurantes ,,3, donnant ainsi libre cours à un relativisme hardi. Certes, le constat de la variation de la réglementation et des usages en la matière est un fait. Mais n'est-ce pas précisément pour cette raison qu'il importe de sortir la science de la recherche de cette difficulté avouable et de ce relativisme pour tenter d'élaborer les bases de sa scientificité et pour lui offrir un cadre opératoire permettant l'accord du plus grand nombre sur ses règles? Convaincu que la méthodologie est tout autre chose qu'un discours relatif, subjectif: passablement exigeant, et que l'on pourrait instruire moyennant quelques lectures, sans requérir la moindre technicité, sans instruire une science qui exposerait ses usages et réglementerait ses prescriptions, j'ai choisi d'écrire ce guide, dans les termes d'un traité, c'est-à-dire un discours rigoureusement structuré, qui entend déterminer les critères susceptibles de garantir le statut de science à ses énoncés. Il y aurait ainsi dans c~ texte, au moins indirectement, un programme de réfutation de cette idée facile que, SOlnme toute, la méthodologie de la recherche ne serait pas un discours autonome, technique, strictement réglementé, prenant garde de sa codification et de ses normes de validation internes. Pour lever une telle équivoque, l'élaboration de ce guide m'est apparue comme une impérieuse nécessité. Car, le but visé ici est de faire de la méthodologie de la recherche un enseignement exhaustif:
ménl0ire. Méthodes en sciences hunlaines, BruxeUes, De Boeck ] 996, 84 université, P . Et de Michel LENOBLE-PINSON, La Rédaction scientifique. Conception, rédaction, présentation, signalétique; méthodes en sciences humaines, Bruxelles, Boeck Université, 1996, 2000, 152 p. Lire aussi de Simone DREYFUS et Laurence NICOLAS- VULLIERME, La Thèse de doctorat et le mémoire. Etude méthodologique (Science juridique et politiques), Cujas, 2000, 2002, 86 p. Enfin, GUIDERE (Mathieu), Méthodologie de la recherche, Paris, Ellipses, 2004, 127 P 3. ROUVEEYRAN (Jean-Claude), Le Guide de la thèse, Du projet à la soutenance, op. cit. p. 22

8

dont la pratique gagnerait à s'étendre aussi bien dans les Facultés que dans les grandes Ecoles. D'autant que le pari qui est le nôtre a une visée qui s'étend à trois niveaux. D'abord du point de vue de la recherche, le dessein de ce Guide est l'amélioration de la qualité des travaux, par leur rigueur, leur précision, leur technicité et leur caractère heuristique. Ensuite, au plan pédagogique, le dessein de cet ouvrage est de contribuer à la création de la méthodologie et de l'épistémologie de la recherche comme enseignement autonome, fondamental~ là où cela n'avait pas encore été fait. Enfin, d'un point de vue purement didactique, j'y vois la possibilité unique, ultime peut-être, de sauvegarder le système des enseignements à troncs communs," ayant l'avantage de concerner plusieurs départements et plusieurs champs de savoir. Quitte à ce que le cours soit dispensé par plusieurs enseignants (par des équipes de recherche ou des équipes pédagogiques). Dans mon esprit - tout au moins
dans la perception que j'en ai

- le cours

sera donné par des

professeurs, qui pourraient librement y associer des Maîtres de conférences - ou à défaut, des Maîtres-Assistants. Je précise que je distingue ici renseignement de la méthodologie interne aux différentes disciplines de ce que j'appelle la méthodologie et l'épistémologie de la recherche, c'est-à-dire l'art de concevoir une recherche, de conduire le raisonnement et de rédiger avec science un travail universitaire, quel qu'il soit. Comme on distinguerait l'épistémologie régionale de l'épistémologie générale. D'où mon parti pris pour des approches plutôt transdisciplinaires et systémiques. Dès la fm du second cycle, le travail de recherche permet de tester les connaissances des étudiants, et surtout d'évaluer leur aptitude à en faire un usage approprié, pertinent, original et démonstratif dans le cadre de leur travail d'initiation à la recherche. Le Jury du mémoire de Maîtrise ou de fin de cycle, composé de 2 à 4 membres (le Rapporteur et un ou plusieurs spécialistes des questions traitées), a le devoir d'éprouver le candidat pour le préparer

9

cycle. D'où la prééminence de à affronter le niveau du 3 ème l'exercice de contrôle des connaissances. Dans le cadre du DEA - et du DESS -, le jury devient beaucoup plus regardant et pointjlleux à la fois au sujet de la restitution exacte des connaissances et de la distinction rigoureuse des objets, des enjeux et des finalités pratiques d'une recherche. Car il examine un projet qui prélude à la recherche doctorale. A ce niveau élevée, le Jury examine techniquement chacune des 5 composantes de la recherche qu'on exposera tout au long de ce travail et qui est, au demeurant, le fondement de notre théorie quinaire. Cette rigueur est encore plus aiguë pour les candidats en thèse de doctorat, dont le jury ne concèdera aucune indulgence vis-à-vis des négligences techniques et méthodologiques du travail. C'est pourquoi ce livre se penchera explicitement sur les différentes étapes de la rédaction d'un travail de recherche. Encore convient-il de dire un mot, même succinct, sur l'origine de la discipline. Le mot méthodologie lui-même se découpe en deux articulations selon son étymologie grecque: odos (chemin), et logos (science). La méthodologie voudrait indiquer le chemin qui mène à la science. Le mot recherche, quant à lui, vient de J'infinitif grec heuriskein, chercher, rechercher. De là est né le nom même de la science de la recherche: l'heuristique, avec ou sans h. Les textes philosophiques de la vieille Egypte rapportent que cette science est née dans les souterrains, là où les prêtres astronomes ont écrit les premiers grands fragments de la méthode, avant d'inventer la géométrie et l'architecture. .. La tradition occidentale, pour sa pa~ fait naître ce discours dans les jardins d'Athènes, avec le philosophe de Stagire. Ce serait en marchant en compagnie de ses disciples, les péripatéticiens, qu'ARISTOTE, aurait eu l'intuition de systématiser la méthode formelle. C'est à lui que l'on doit la logique formelle, lorsque, après avoir dépensé sa fortune, il quitte tout et se dirige à Athènes, à la rencontre de Platon, le fondateur de l'Académie, auprès de qui il restera pendant huit ans, contrairement à la version que ses hagiographes médiévaux instruiront, en le faisant

10

entrer à l'Académie à l'âge de 17 ans. Mais il saura se forger la réputation de meilleur esprit d'Athènes. Et son mérite immense est d'avoir tiré de la dialectique la logique formelle. On en connaît les troÏs principes, bien que mis à mal par le temps. Le principe d'identité: A==A. e principe L de non contradiction A=t=-A. t le principe du tiers exclu: si E l'on admet que A=A et que A=t=-A, jamais on n'admettra que A==-A. Avec René DESCARTES, Le Discours de la méthode est écrit,4 la méthode devient le discours garantissant la science, et qui s'appuie exclusivement sur Je raisonnement mathématique. Plus récemment, Roland BARTHES a soutenu que l'objectivité d'une recherche est fonction de la restitution correcte des étapes et des règles de la méthode que l'on choisit soi-même pour attaquer la lecture d'un texte - et par extension, on ajoutera pour envisager une recherches. Mais la méthodologie de la recherche, en tant que telle, en tant que heuristique, est bien plus récente, qui est un discours né et ayant connu des avancées considérables au XX ème siècle. L'importance du programme de ce Guide tient sur la régularité du schéma quinaire. Ce schéma permet d'abord de codifier et de faciliter la rédaction dans la mesure où, le candidat a à l'esprit l'idée que chacun des grands axes développés est subdivisé en 5 parties, chapitres ou souschapitres. Ensuite, une telle segmentation confère unité et rigueur à l'ensemble des analyses, balayant progressivement le hasard et l'indétermination. Et affirmant le principe d'une série de chaînes démonstratives. Puisse le lecteur manifester, au contact de ce traité, le besoin d'approfondir ses recherches en découvrant le travail minutieux et exaltant de la recherche scientifique - noblesse
4. DESCARTES (René), Discours de la méthode, précédé de Descartes inutile et incertain par Jean-François REVEL. Commentaires et notes par Jean-Marie BEYSSADE, Paris, Librairie Générale Française, CoU. "Le Livre de Poche", 1973, 229 p. 5. BARTHES (Roland), Critique et vérité, Paris, Seuil, Coll. "Tel Quel", 1966, 75 P

Il

de l'université, cette institution dont DERRIDA rappelle à juste tire qu'elle entretient une relation inconditionnelle6 avec le savoir.

6. DERRIDA 200].

(Jacques), L'Université

sans condition, Paris, Ga]ilée,

12

o. PRECAUTIONS METHODOLOGIQUES

1. Le volume standard des travaux

2.LesnonnesinternatioDwesde la frappe
3. Le choix du Directeur de la recherche 4. Le choix du sujet 5. Le choix du sujet de DEA et de thèse 6. Du sujet et du dossier d'Habilitation 7. Le calendrier de progression de la recherche ou le chronogramme

CHAPITRE
I

L LE

VOLUME

STANDARD

DES
I

TRAVAUX

Les normes suivantes sont tenues pour réglementaires toutes les universités:

dans

I. Le Rapport de Licence ou de stage est écrit entre 25 et 30 pages. 2. Le Mémoire de maîtrise comprend au moins 80 pages.

3. Le mémoire de DESS7, de DEA8 et de fin de cycle comprend à peu près 100 pages. 4. La thèse de doctorat comprend au moins 300 pages et peut comporter jusqu'à 500 p. Toutefois, il peut arriver, lorsque cela est indispensable, que le travail se subdivise en plusieurs volumes, ou qu'il s'étende sur plusieurs parties. Dans cette hypothèse, le candidat ne doit pas être effrayé par le volume de sa recherche, du moment qu'il ne s'éloigne pas du sujet traité, et qu'il a l'approbation de son directeur de recherche. 5. Généralement, d.ans les sciences dites "exactes", les travaux de recherche s'avèrent être moins volumineux. C'est là un constat qui n'a pas toujours été démenti. Pourtant, les indications qui figurent ici sont valables pour tous les ordres de savoir: Lettres et sciences humaines~ sciences économiques, juridiques et politiques~ sciences de la gestion et de la communication~ sciences médicales et de la vie~ sciences et techniques... C'est que les normes sont identiques. Examinons maintenant les normes de la frappe.
7. DESS : Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées, préparé un anou deux - après la maltrise. 8. DEA: Diplôme d'Etudes Approfondies, préparé après la maîtrise en un an - ou deux.

15

CHAPITRE ll. LES NORMES INTERNATIONALES DE LA SAISIE D'UN DOCUMENT DE RECHERCHE.

Comme le volume de la recherche, la frappe obéit à une norme précise.
1. La frappe tient sur une seule face (et ne se fait pas recto verso ). 2. Interligne: 1,5 est recommandé.

3. Avoir environ 30 à 35 lignes par page. 4. Marge de gauche: 2,5 cm / Marge de droite: 2,5 cm. 5. Haut de page: 30 mm / Bas de page: 30 mm. 6. Chapitres: titres des parties (en majuscule, caractère taille 24)~ chapitres ( en majuscules et en20) et sections ( en minuscule et en 16). 7. Ne pas couper de mots en fin de ligne.

8. On tâchera d'observer un espace avant ou après les signes de ponctuation suivants: - Le point (.) la virgule (,) suivent le mot précédent sans espace mais sont suivis d'un espace. - Les deux points (:), le point virgule (~), le point d'interrogation, le point d'exclamation (1) sont précédés et suivis d'un espace. - Le trait d'union (-) n'est pas précédé d'un espace mais en suivi. Toutefois, le trait d'union d'un mot composé n'a aucun espace entre les deux mots. - Les parenthèses ( ) et les crochets ( ) sont précédés d'un espace malS

17

L'extrait de cette publication vous a plu ?

Ajoutez-la votre panier pour la lire dans son intégralité !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.