Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 6,86 €

Lecture en ligne

mSTITUTDEDÉVELOPPEMœNT

CRÉER SON ENTREPRISE EN AFRIQUE

Éditions L'Harmattan 5-7 rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

1992 ISBN: 2-7384-1330-7

@ L'Hannattan,

SOMMAIRE

PREFACE.

....... ................... .......................... .... .... ...

9

Célestin

BINBAGA

.....................................................

Il

1 - La naissance de mon projet

.. .

15

2 - A la recherche d'un marché
3 - Produire du cirage au Kanaga

.....
.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .

21
27

4 - Planifier ou tenir compte du temps 5 - A la recherche des financements nécessaires 6 - Vingt ans après...
Les fruits
ANNEXES.

31 37 43

d'une

expérience..

. . .. .. . .. . . .. . . .. . . .. . . .. . .. .. . . ... . ... . .. .

46
51

... ...................... ... ... .. .... .................... .....

- Annexe 1:

Résultats de l'étude du marché des cirages et encaustiques menée par Célestin BINBAGA
au Kanaga. .............................................. 51

5

- Annexe 2:
- Annexe
3:

Données techniques de production
Le fmancement.

59
65

. .......... ..................... ........

- Annexe 4:
GLOSSAIRE.

Dossier de présentation du projet
...........................................................

75
91

6

AVERTISSEMENT

Cet ouvrage est né d'une manière particulière qui peut expliquer son ton. A l'origine, l'Institut du Développement avait souhaité faire réaliser une recherche documentaire relative à la création d'entreprises en Afrique. Celle-ci devait mettre en évidence les caractéristiques particulières et les contraintes des créations africaines. Cette approche a donné des résultats très décevants, compte tenu du faible nombre de publications réelles sur le sujet. C'est pourquoi la décision a été prise de réaliser cet ouvrage, dont l'intention est de mêler les caractéristiques typiquement africaines et des mécanismes de création européens. La mise au point de nombreux éléments techniques a pu être faite grâce au séminaire sur l'ingéniérie financière, organisé par la Conférence Permanente des Compagnies consulaires africaines et françaises en 1989 à Ouagadougou. La synthèse et la rédaction ont été réalisées, à la demande de l'Institut du Développement, par M. Didier DEVELEY, Professeur associé, Directeur de la Pédagogie et du Développement Scientifique à l'Ecole Supérieure de Commerce de Rouen.

7

PREFACE

par M. Issa DIOP, Président de la Chambre de Commerce, d'Industrie et d'Agriculture de

la Région de Dakar, Sénégal.

.

Au moment où la crise économique sévit dans le tiers monde et plus particulièrement en Afrique, ceux qui ne désespèrent pas des possibilités de l'Afrique préparent le sursaut et le second souffle. Il est maintenant admis que le développement de l'Afrique se fera par l'imagination et le travail de ses populations et notamment par la partie la plus dynamique et la plus nombreuse, que constituent les jeunes. Une couverture de petites et moyennes industries bien pensées, bien construites et bien gérées constituera le soubassement d'un développement rationnel, progressif et intégré. Le guide de création d'entreprises en Afrique du Professeur Didier DEVELEY constitue un instrument de vulgarisation de grande portée pédagogique et un outil précieux d'initiation à la connaissance de l'entreprise. La clarté du langage, le cheminement de la pensée et l'enchaînement des différent~s étapes en font Ullouvrage remarquable qui devrait trouver sa place dans toutes les Ecoles de formation à la gestion, des Universités, des Ecoles de fonnation des cadres, quelle que soit la spécialité (ingénieurs, médecins, etc.). Nous espérons vivement que cet ouvrage obtiendra une diffusion importante à la hauteur de son mérite.

9

CELESTIN BINBAGA

Je suis Célestin BINBAGA, fondé de pouvoirs à la Banque Kanagaise de Développement. A 32 ans et par cette belle matinée d'avril 1988, je m'interroge sur mon avenir... Depuis une heure, j'ai sous les yeux le dossier de crédit d'une entreprise et je ne parviens pas à me concentrer. Lorsqu'en 1982, je suis rentré au Kanaga, j'avais passé plusieurs années en France. Plus précisément à Rouen où, dans le cadre de l'Université j'ai obtenu une licence de sciences économiques. J'ai gardé un excellent souvenir de cette période de ma vie malgré l'éloignement de mon pays. Dès mon retour, j'ai postulé à un emploi dans la banque pour laquelle je travaille toujours. J'ai été recruté sans difficulté particulière et je pense m'être fait remarquer par mon sérieux. Bien noté par mes supérieurs, j'ai gravi patiemment la hiérarchie jusqu'à ma nomination au rang de fondé de pouvoirs en 1987. Au cours de toutes ces années, j'ai pris l'habitude d'agir dans un cadre précis avec des responsabilités précises. Peu à peu, confusément, j'ai ressenti que mes activités me conduisaient à occulter une partie de ma pérsonnalité. Je ne peux nier que j'ai du goût pour l'ordre et les choses bien faites. Je me souviens aussi qu'enfant, j'aimais partir à l'aventure dans la forêt sans trop savoir vers quoi mes pas me guidaient. Je tirais de fortes satisfactions de ces peurs répétées, de ces petites angoisses naissant de la confrontation à des mondes inconnus où les points de repère sont diffus.

Il