//img.uscri.be/pth/013d1a67ac0d5d68f43d1b70c6c7b960c038436e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Endettement international (L')

De
220 pages
Le monde est devenu tellement interdépendant qu'aucune économie ne peut éprouver de difficultés sans ébranler les autres. Le nécessaire effort d'ajustement économique n'épargne aucun pays, pauvre ou riche, petit ou grand. L'endettement international, en lui-même n'est pas un mal; il est un vecteur indispensable de promotion du développement, dans le sillage de la mondialisation. Mais l'endettement peut devenir un problème, du fait de la manière dont il est généré et géré. La gouvernance stratégique et l'éthique doivent être et demeurer la boussole de la complémentarité responsable entre créanciers et débiteurs, gage d'une croissance inclusive et solidaire, pour un développement durable à visage humain.
Voir plus Voir moins
IsaacNJIEMOUNMANCHOU
L’ENDETTEMENT INTERNATIONAL
Financement d’un développement inclusif à visage humain
Préface de Joseph Tsang Mang Kin
L’endettement international
Isaac NJIEMOUNMANCHOU
L’endettement international Financement d’un développement inclusif à visage humain Préface de Joseph Tsang Mang Kin
Du même auteur 1. Impact des industries manufacturières sur les économies en voie de développement : cas du Cameroun, Mémoire de Maîtrise en sciences économiques, Université de Yaoundé, 1976.2. Enquête sur l’indice de la production industrielle, Note méthodologique de calcul, Direction de la statistique et de la comptabilité nationale, Yaoundé, Cameroun, 1977.3. Typologie des entreprises de l’Institut de développement industriel (IDI), Rapport d’étude, IDI, 1978, Paris, France.4. Les anticipations rationnelles dans les modèles macroéconomiques, mémoire de DEA Économétrie, Paris I Panthéon-Sorbonne, 1980.5. Initiative d’allégement de la dette des pays pauvres très endettés (Initiative PPTE), Note technique, Ministère de l’Économie et des Finances, septembre 1998.6. Évaluation du Centre de réhabilitation des victimes de la violence et de la torture (TRAUMA CENTER), Yaoundé, Cameroun, 2003.7. Évaluation de la Chambre des artisans du Cameroun (CHART), Bafoussam, Cameroun, 2003.8. Les objectifs de développement du millénaire (ODM) et le renforcement de la lutte contre la pauvreté au Cameroun, Atelier de formation des femmes leaders sur l’aspect genre, SIDA et pauvreté, Kribi, 13-15 décembre 2005.9. Évaluation du Programme de promotion des initiatives locales (PIL), Douala, Cameroun, septembre 2006.10. Bruce Murray, Patrick Downes, Henry Gaperi, Isaac Njiemoun, (2009), Final Report of the Independent Evaluation of the African Technical Assistance Centers (AFRITACs), International monetary Fund.11. Pr. Dorothy Ndjeuma, Adorgloh Koffi, Isaac Njiemoun et autres, (2009), NEPAD (équipe d’évaluation par les pairs), Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), Rapport d’évaluation de la République du Mali.12. L’Afrique est capable de relever le défi de son développement, à condition de le vouloir véritablement, (2011), in Repenser le développement à partir de l’Afrique, ouvrage collectif sous la direction du Pr. Jean-Emmanuel Pondi, Éditions Afrédit, mai 2011. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11303-6 EAN : 9782343113036
Remerciements
Par la grâce de Dieu, ce livre a pu voir le jour. Que Dieu soit loué, pour cette capacité dont il m’a doté ; ainsi ai-je pu conduire à terme ce projet qui me tenait à cœur depuis quelques années. Après avoir consacré plus de trente ans de ma vie au service de l’État du Cameroun, dont près de vingt 1 dans la gestion de la dette publique , je me devais de laisser une référence écrite à la postérité, comme modeste contribution au nécessaire partage de l’expérience accumulée. Je remercie infiniment l’honorable Joseph Tsang Mang Kin, qui malgré ses innombrables occupations au sein du NEPAD entre autres, a bien voulu en être le préfacier.
Par ce livre, je rends aussi hommage à mes parents, Nsangou Manchou Abraham et Manfon Rose : après avoir mis mes pieds à l’étrier, ils sont partis assez tôt, sans avoir vraiment eu le temps de savourer le fruit de leurs efforts. Je revois encore ma mère prendre sa petite boîte métallique lui tenant lieu de porte-monnaie, l’ouvrir avec délicatesse, pour en sortir toutes ses économies en vue de financer mes études ; je revois mon père vider sa poche de tout son capital, produit de vente du vin de raphia récolté la veille, pour compléter les efforts de ma mère. Cette réalité, ajoutée à l’éducation reçue de mes parents, m’interpellait fortement : c’est dès l’école primaire que j’ai commencé à me battre pour contribuer au financement de mes études. Dieu m’a permis de témoigner autant que possible, ma reconnaissance à tous ceux qui, de
1  Premier Directeur de la dette publique au ministère en charge des finances ; premier Directeur général de la caisse autonome d’amortissement du Cameroun (CAA) dont il a participé activement aux études de création et de démarrage des activités.
quelque manière, m’ont tenu la main sur le chemin de l’école et de la vie : ils se reconnaîtront ici, je les remercie de tout cœur ; mes efforts inlassables pour le développement de mes localités d’enfance, voire au-delà, participent de ma sincère gratitude. Dans ces efforts, j’ai largement bénéficié des apports de mes amis, les frères Patrick et Jacques notamment, qui m’ont fait vivre dans la pratique la signification concrète 2 du nom de ma grand-mère maternelle. Patrick m’a beaucoup encouragé dans la rédaction de ce livre, particulièrement au moment où ma famille et moi avons eu à affronter des épreuves dignes de contes de fées. C’est grâce à lui que j’ai pu construire l’école de MENKEFU, pour l’éducation de la future élite du quartier de ce nom et ses environs.
Je remercie mes sœurs, mon épouse et mes enfants, pour leur assistance, leurs prières et leur compréhension. Mes nombreux voyages professionnels, notammentpour les contacts techniques et stratégiques auprès des bailleurs de fonds et les négociations de la dette du Cameroun, ont contribué à renforcer la pertinence et la qualité de nos visions.Certes ce travail, dont j’assume totalement la responsabilité, est le produit de mes recherches. Mais il est aussi celui des échanges fructueux que j’ai pu avoir avec mes nombreux collaborateurs, collègues et amis tout au long de ma carrière. Il est par ailleurs tributaire de mes contacts avec mes étudiants de l’institut des relations internationales du Cameroun (IRIC), de l’université de Yaoundé I et de l’institut sous-régional de statistique et d’économie appliquée (ISSEA) de Yaoundé. Que tous trouvent ici l’expression de mes remerciements.Très modestement, j’ai voulu par ce livre, apporter ma contribution à la meilleure compréhension possible de
2 Sunshètfit : nom signifiant « l’amitié surpasse la fratrie ».
6
l’endettement, en le situant dans son rôle, sous la double responsabilité des créanciers et des débiteurs. Ma grande satisfaction aura été d’y avoir réussi, en suscitant au passage des critiques constructives, dans la permanente quête commune de l’excellence.3 Isaac NJIEMOUN
3 er  Mon entrée au gouvernement du Cameroun le 1 septembre 1999 m’a valu de la part de ma communauté de naissance un titre traditionnel de noblesse qui s’est ajouté au nom de mon père, que je porte en tant qu’héritier : d’où désormais mon nom complet Isaac NJIEMOUN Nji MANCHOU.
7
Préface
Le développement est au centre des préoccupations de tout gouvernement. Les populations en font à juste titre un critère d’appréciation de l’action des dirigeants du pays. Bien souvent, la volonté ne fait pas défaut à ces décideurs : « ils ont la course dans les jambes, mais les sillons sont 4 nombreux » . Et l’un des obstacles majeurs, c’est bien le « nerf de la guerre », c’est-à-dire l’argent, en d’autres termes les financements appropriés pour les différents projets de développement, qui manque. Ainsi se trouve justifié, l’important sujet que nous présente avec clarté, précision et cohérence, Isaac NJIEMOUN MANCHOU dans ce livre L’endettement international, Financement d’un développement inclusif à visage humain.
Nous réalisons déjà à partir du titre qu’il s’agit pour l’auteur de mettre l’accent sur la dette extérieure, dont les pays en développement ont tant besoin pour pallier à l’insuffisance de l’épargne nationale, affectée à l’investissement productif. Par définition, « La dette extérieure brute est égale au montant, à une date donnée, des engagements contractuels en cours et ayant donné lieu à versement des résidents d’un pays vis-à-vis des non-résidents comportant obligation de remboursement du principal avec ou sans paiement d’intérêts, ou de paiement d’intérêts avec 5 ou sans remboursement du principal » . Une question vient tout de suite à l’esprit : suffit-il à un pays en développement de disposer de financements extérieurs requis pour assurer son développement ? Non, évidemment ! Car une chose est
4  Proverbe africain signifiant que l’on a la bonne volonté, mais il faut surmonter de nombreux obstacles pour réussir.5  Définition « centrale », premier rapport de IWGEDS (International Working Group on External Debt Statistics), Groupe de travail international sur les statistiques de la dette extérieure, 1988.