Médiation télévisuelle et représentation de la diversité

De
Publié par

Le cahier des charges de France Télévisions comporte des obligations sur la représentation de la diversité dans son ensemble, avec ses différences et ses particularités culturelles, linguistiques et religieuses. Cet ouvrage analyse le concept de médiation, de service public, de "minorité visible" et pose la question du lien entre médiation télévisuelle et représentation des minorités.
Publié le : jeudi 15 octobre 2015
Lecture(s) : 9
EAN13 : 9782336394046
Nombre de pages : 210
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Catherine GHOSN
Médiation télévisuelle et représentation de la diversité
Médiation télévisuelle et représentation de la diversité
Communication et Civilisation Collection dirigée par Nicolas Pélissier La collectionCommunication et Civilisation, créée enseptembre 1996, s’est donné un double objectif. D’une part, promouvoir des recherches originales menées sur l’information et la communication en France, en publiant notamment les travaux de jeunes chercheurs dont les découvertes gagnent à connaître une diffusion plus large. D’autre part, valoriser les études portant sur l’internationalisation de la communication et ses interactions avec les cultures locales. Information et communication sont ici envisagées dans leur acception la plus large, celle qui motive le statut d’interdiscipline des sciences qui les étudient. Que l’on se réfère à l’anthropologie, aux technosciences, à la philosophie ou à l’histoire, il s’agit de révéler la très grande diversité de l’approche communicationnelle des phénomènes humains. Cependant, ni l’information, ni la communication ne doivent être envisagées comme des objets autonomes et autosuffisants. Dernières parutions Tourya GUAAYBESS (dir.),Cadrages journalistiques des « révolutions arabes » dans le monde, 2015. Fathallah DAGHMI, Farid TOUMI, Abderrahmane AMSIDDER (dir.),Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen, 2015. Hadj BANGALI CISSE, André-A LAFRANCE, Linda SAADAOUI (dir.),Communication et sociétés en crise, Savoir y entrer ; pouvoir en sortir,2015.Jean-Claude DOMENGET, Valérie LARROCHE, Marie-France PEYRELONG (dir.),Reconnaissance et temporalités,Une approche info-communicationnelle,2015.Aïssa MERAH et Vincent MEYER (dir.),Communisation publique et territoriale au Maghreb, 2015. Sylvie P. ALEMANNO (dir.),Communication organisation-nelle, management et numérique, 2014. Linda IDJÉRAOUI-RAVEZ et Nicolas PÉLISSIER (dir.), Quand les traces communiquent… Culture, patrimoine, médiatisation de la mémoire, 2014.
Catherine GHOSN
MEDIATION TELEVISUELLEET REPRESENTATIONDE LA DIVERSITEL’Harmattan
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07480-1 EAN : 9782343074801
A Edouard, Alexandre et Chloé
INTRODUCTION GENERALE Ma recherches’inscritprincipalement en sciences de l’information et de la communication, mais ne se limite pas exclusivement à cette discipline. Des thèmes aussi transversaux que la télévision, les médias, la diversité, les minoritésse nourrissent d’autres travaux menés dans des disciplines différentes qui ne peuvent qu’alimenter ma recherche en termes d’approche conceptuelle ou même en termes d’approche empirique.Pour traiter de la médiation télévisuelle et de la représentation des minorités, j'ai donc aussi convoqué des travaux menés en droit des médias (Derieux 2010, Regourd, 1992, 2001, 2008) ou en sociologie (Siracusa, 2001, Maigret, 2003, Rieffel, 2005), par exemple.J’ai choisi de baliser mon périmètre de recherche en me basant sur une approche compréhensive et constructiviste. Cette approche permet de cerner le sens et surtout les motifs consécutifs à cet état des lieux; elle permet aussid’appréhender la réalité sociale comme « construite », créée, objectivée et/ou institutionnalisée en m’obligeant à m’interroger sur la manière dont cette réalité a été construite. La problématique de la représentation des minorités à la télévision représente unobjet d’études dans plusieurs pays (Grande-Bretagne, Canada, États-Unis...). Or, en France, au début des années 2000, on comptait très peu de publications sur le sujet en sciences de l'information et de la communication, alors qu’onen trouvait davantage dans d'autres domaines scientifiques (sociologie, histoire,…). C’està partir du milieu des années 2000 que notre discipline accueille une publication sur le sujet, avec le dossier « Minorités visibles » paru en 2006 dans la revue
7
Médiamorphoses et coordonnée par G. Lochard. Cette publication procède à une approche comparative de la représentation des minorités à la télévision, en se référant à plusieurs pays francophones et traite clairement de la distinction entre les « Blancs » et les « Non-Blancs ». Il faut noter que les articles contenus dans la revue publiée en 2006 ont été peu suivis par d'autres publications, identifiées en sciences l'information et de la communication, du moins en France. Cet ouvrage se présente donc comme une tentative de contribution à la thématique de la médiation et de la représentation, liées toutes deux au concept de la diversité à la télévision. Je souhaite qu’il contribue aux recherches menées sur le sujet, à une période où la télévision connaît de nombreux changements d’ordre structurel (convergences technologiques), politique et économique (réforme de la loi sur l’audiovisuel public pour France Télévisions) et qualitatif. J’étudiela manière dont la télévision de service public, qui compte des obligations inscrites dans son cahier des charges au niveau de la représentation de la diversité, sert de médiation entre un concept riche en valeurs et en significations et un public qu’il se doitde considérer dans son ensemble avec ses différences et ses particularités culturelles, linguistiques, religieuses. Trois principales parties mon travail. La première partie présente une approche méthodologique et conceptuelle de deux termes clés de ma recherche, la télévision et la médiation. L’emploiet les fréquent analyses développées dans la littérature scientifique convoquée pour ma recherche tendent, à mon sens, à les
8
lisser et à oublier ainsi leurs particularités. Pour retrouver leur «sens d’origine» et expliquer les différentes analyses dont ces concepts ont été l’objet avant de les inscrire de manière plus évidente en sciences de l’information et de la communication, je choisis de relever plusieurs étapes. J’aborde le dispositif de médiationtélévisuelle en privilégiant une approche structurelle et insiste sur la notion de « médiation » dans cet échange avec «l’autre». La télévision considérée comme un dispositif de médiation se pose comme une formulation généralement admise, mais en même temps tellement galvaudéequ’elle souffre d’une polysémieaplanissant au final ses caractéristiques et sa singularité.Partir de l’hypothèse que la télévision représente un support de médiation demande d'abord à justifier ce choix pour relever ensuite en quoi cette médiation télévisuelle présente un lien avec la représentation de la diversité. Je propose ainsi un relevé sommaire mais significatif de la production scientifique consacrée au concept de médiation en sciences de l’information et de la communication (Lamizet, Silem, 1997 ; Peraya, 1999 ; Noyer, 2009 ; Liquete, 2010) en insistant sur la difficulté épistémologique du concept en raison de sa polysémie. La seconde partie de mon travail procède à une analyse du concept du service public, lequel est lourd de sens, et plusieurs raisons en motivent l’étude. Au vu de l’histoire qui a fondé le système du service public en France, des valeurs sur lesquelles il repose, des intérêts communs qu’il est censé défendre, le concept de service public oscille entre les caractéristiques du mythe et celles du droit, et se trouve même «saturé de significations multiples» (Chevallier, 2006: 4) à l’instar de celui de la médiation.La difficulté épistémologique se retrouve dans le peu d’études menées sur le service public audiovisuel de manière
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.