Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Partagez cette publication

Publications similaires

Sommaire

Sommaire ................................................................................7

Préface : L’empathie soignante, par Laurent Vidal...............9

Dédicace................................................................................13

Remerciements......................................................................15

Introduction: Rencontre inédite avec les malades du sida....19

Chapitre 1: Engagement auprèsdes malades: entre douteset
certitudes.................................................................29

Chapitre2: Des hommes touchés..........................................41

Chapitre3: Destinsdefemmes .............................................73

Chapitre4: Perspectivesdelalutte contrele VIH/sida au
Cameroun: enjeux liésàlafemme........................107

PostFace(1) parCharlesKouanfack..................................117

Post-Face(2) parJeanMarie Talom ...................................121

7

Préface

L’empathie soignante

1
Laurent Vidal

Face au sida, les professionnelsdesanté ont été
successivementconfrontésàunemaladie, audiagnostic
délicatà délivrerau patient, à des moyensdetraitement
longtemps inaccessiblesetà des réactionsdes personnes
atteintesdifficilement prévisibles.C’estdansce contexte,
où l’incertitude et la craintese côtoient,que Berthe Ymele
a commencé il yaune décennie às’occuperdes personnes
vivantavecle VIH dans un servicehospitalierà Yaoundé.
Travaillant «aucœurdes souffrances »elle décide alors
de« romprelesilence»,selon ses mots,face à cequ’elle
vitet voit quotidiennement: des hommescomme des
femmes, detoutesconditions, dont l’existencesetrouve
transforméepar la découverte deleur séropositivité,
souffrantdestigmatisation, de délaissement,
d’accusations,voyant leurs projets s’effondrer,multipliant
les recoursaux prières, aux tradipraticiens ;des hommeset
des femmes qui meurent,mais qui, aussi,redoublent
d’initiatives pour vivre,pour surmonterces
bouleversements.
Et lorsque Berthe Ymelerompt lesilence, c’est pour
écrire cela, dans unelangueprécise,touchante,qui ressort
du témoignage.Mais un témoignage complexe et subtil,
puisqu’il nous parle aussibiendes personnes touchées par

1
Anthropologue, Directeurderecherche àl’IRD(Institutde Recherchepour
le Développement).FondationPaulAngoEla(FPAE), Yaoundé, Cameroun.
9

Travail social et sida en Afrique

le VIH que du métier de soignant, en l’occurrence celui
d’une Assistante Principale des AffairesSociales.
Detellesorteque, construitautourdelaprésentation
deviesdepatients longuement suivis parBerthe Ymele,le
proposestaussi uneplongée dans lapratique d’une
professionnelle desanté.Sesdoutes,ses surprises,ses
colèresaussi,s’expriment sansdétourdevantcesdestins
defemmes quideviennent veuvesetapprennentalors
qu’elles sont infectées par le VIH, de ces hommes qui
voient leuraura,leimur «age dessoi »e dégraderavec
l’évolutiondelamaladie,ouencore d’hommesetde
femmes quidoiventaffronter lesaccusations sorcellaires,
lerejet par lafamilleou lemonde du travail – telle cette
enseignante– ou l’appâtdu gainde certains.
Nous sommesdonc en présence derécits forts, avant
tout sur lesautres mais inévitablementaussi sur soi,qui
marquent lelecteur,par leur ton – touchant mais jamais
larmoyant,riche d’informations sans être excessivement
didactique.Là est laforce del’ouvrage de Berthe Ymele :
livre-témoignage,livre detémoignages,maisaussi livre
d’analyses il séduira des lecteursd’horizons variéset
porteursd’attentesdiverses.Lemédecindécouvrira des
viesavecle VIHqu’il n’apas l’occasiondetoucherde
prèsdans son métier,le« profane» seraému parces vies
– tantôtbrisées,tantôtd’espoir -,le chercheurenfin sera
captivé par larichesse de ces récitset leur mise en forme.
Eneffet,s’ils nous parlentavant toutdemalades
côtoyés parBerthe Ymele,s’ils nousdisent – parfoisentre
les lignes parfoisdirectement –cequ’est lemétierde
soignantaucœurde cequel’onappellela«prise en
chargepsychosociale du sida», ces récitsdessinentaussi
cequefutetcequ’est lalutte contrelesida auCameroun.
Deses scandales (celuicréé par l’essai médical sur le

10

Au cœur des souffrances

Tenofovir)àsesavancées (lagratuité, courant 2007, des
traitementsantirétroviraux), des relationsentrehommeset
femmesdans lasociétéen général, à cequ’elles
deviennent lorsquefait irruption lamaladie,puis son nom,
«le Sida».
Cet ouvrage estaussi lerécitd’unesociétéconfrontée
àune affection qui oblige à des remisesen question.Ce
seralesensdu plaidoyerconclusifde Berthe Ymelequi
appelle àuneprise encompte des problèmes rencontrés
par les femmes souffrantduVIH,par uneécoute deleur
parole, dans uncontexte deviolenceréelle comme
symbolique àleurencontre.Etdanscesdernières pages se
donnentàvoir l’expérience et lasensibilitédela
professionnelle desanté, delafemme etdelamilitante
associative.En sommeune«empathiesoignante» prend
corpsau fildes pages:l’empathie du soignant pour les
malades,« ses » malades maisaussi,peut-être,l’empathie
qui soigne,parcequ’elle estàl’écoute delaparole de ceux
qui souffrent.
Certes,lemétierd’assistantesocialeprédispose d’une
certainefaçon plus que celuidemédecin –essentiellement
pris par le diagnostic,par l’administrationet lesuividu
traitement –àlaprise encompte descraintesetdes
souhaitsdes malades: cependant que celasoit une
démarche attendue de cesoignantest une chose,que cela
soit réellement misen œuvre,quotidiennement, enest une
autre.Et,naturellement,que celasoit partagéavec des
lecteurs relève encore d’une autre démarche.C’estencela
que celivre est éminemment intéressant pour les
chercheurs.J’ajouterai qu’il fonctionne commeun étrange
et fascinant miroirdenotrepropre expérience, dema
propre expérience.Eneffet, ayant menédes travaux sur le
vécudelamaladie,laprise enchargemédicale comme

1

1

Travail social et sida en Afrique

familiale du sida, ces récits mesont familiers:mêmes’ils
sont tous marqués par leur irréductiblesingularité ils
évoquentceux quej’ai pu –ailleurs – recueillir.Demême,
lescraintes,les hésitationscommeles révoltesde Berthe
Ymelefont échodans monesprità celles quej’ai
l’occasiondereleverchez les professionnelsdesanté
auprèsdesquels jetravaillelorsquejem’intéresse aux
rapports qu’ils nouentavecles maladesduSida,ou qu’ils
entretiennent,les unsaveclesautres, au seindes structures
desanté.
Descorrespondances, des échos, donc,maisaussi,
des particularités qui font l’étrangetéet l’attraitde ces
pages.Asavoir queles récits rapportés, commeles
analyseseffectuées,sontcellesetceuxd’unepersonne
actrice de ces viesetdes soins qu’elleleurapporte.Et
finalement, avecses mots,ses «concepts», ellerelate des
parcourseteffectue desanalyses qui pourraient être ceux
duchercheur,mais qui neseront peut-êtrejamaisceuxdu
chercheur: d’abord,parcequ’aussi familier soit-ilde ces
expériences,il n’enest pas l’acteur premier,mais plus
fondamentalement l’observateur, etensuiteparcequ’il
analyse cequ’il voit, cequ’ilcôtoie, dansdes termes qui
nesont pasceuxde ces pages.Jemesensdonc àlafois
proche de cequerelate Berthe Ymele et novice devant
l’expériencequi porte ces pages, aveclafermesensation
que cesentiment serapartagé par les lecteursdetous
horizons intellectuelsauxquels l’auteur s’adresse.
Etc’est làlesceaudes textes qui marquent:parlerà
tous, exprimerdes situations universelles parbiendes
égards, àpartird’une expérienceéminemment singulière
et intime.

12