Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Verbier psychanalytique

De
132 pages
Cet essai de psychanalyse allie des réflexions courtes à des fragments discursifs qui correspondent à des propos de patients. Ce petit livre s'inscrit dans la filiation des écrits psychanalytiques brefs que nous devons à Abraham, Pontalis et Racamier.
Voir plus Voir moins
Cet essai de psychanalyse allie des réexions courtes à des fragments discursifs. Le choix de la notule et de l’aphorisme vise à ouvrir des pistes pour la pensée et la pratique. Cette option a pour but corrélatif de vacciner contre l’esprit de système (la volonté d’asséner une « conception du monde », dont Freud perçut le risque lorsqu’il déploya des hypothèses métapsychologiques et se garda de manière explicite) ou de géométrie (auquel Blaise Pascal opposa en son temps l’esprit de Inesse). Ces boutures et oraisons renouvellent, complètent et di versiIent également les réexions princeps de l’auteur au sujet des mises en crise de la continuité d’existence, du désir et de la création sous l’impact du trauma psychique, que ce dernier procède d’expériences familiales ou sociales catastrophiques ou de leur monumentalisation aveugle et souvent folle par l’in fans qui s’en fait structurellement l’écho. Ce petit livre s’inscrit donc dans la Iliation des textes psy chanalytiques brefs, poétiques à force de densité et vice-versa, que nous devons à Nicolas Abraham,Jean-Bertrand Pontalis etPaul-ClaudeRacamier. Le lecteur a toute latitude pour se l’approprier, de façon
dirigée par Jean NADAL
Pascal Hachet
pàSCàL hàCHET
Verbier psychanalytique
Verbier psychanalytique
Psychanalyse et civilisations
Verbier psychanalytique
Psychanalyse et Civilisations Collection dirigée par Jean Nadal L’histoire de la découverte de la psychanalyse témoigne que démarche clinique et théorie issues de champs voisins ont concouru, par étayage réciproque à élaborer le concept d’inconscient, à éclairer les rapports entre pathologie et société et à reconsidérer les liens entre le malaise du sujet singulier et celui de la civilisation. Dans cette perspective, la collectionPsychanalyse et Civilisationstend à promouvoir cette ouverture nécessaire pour maintenir en éveil la créativité que Freud y a trouvée pour étayer, repenser et élargir la théorie. Ouverture indispensable aussi pour éviter l’enfermement dans une attitude solipsiste, qui en voulant protéger un territoire et préserver une identité, coupe en réalité la recherche psychanalytique de ses racines les plus profondes. Dernières parutions Charles MARSEL,Psychologie de l’inconscient et paganisme stellaire indo-européen,Mythe de création des Hyperboréens, 2017. Susana ELKIN et Martin RECA (Dir),Marie Langer, Une psychanalyste féministe en Argentine,2017. Robert Michel PALEM,Ecritures en folie et folies d’écrire, 2017. Marie-Laure DIMON et Michel BROUTA (dir.),Le corps & l’amour. Psychanalyse et anthropologie critique, 2016. Christian COLBEAUX (dir.),Net-addiction, du jeu à la désaffiliation sociale, 2016. Alain LEFEVRE,Don Juan et Hamlet. Une étude psychanalytique. Nouvelle édition,2016. Pascal HACHET,La terreur en héritage. L’attaque de panique sur le divan, 2016. Louis MOREAU DE BELLAING,Vivre sans le capitalisme, Inconscient et politique, 2016. Albert LE DORZE,La chair et le signifiant, 2016 Charles MARSEL,Psychanalyse de l’inconscient et hypermodernité, Essai d’interprétation du paradigme « Je suis Charlie », 2015
Pascal Hachet
Verbier psychanalytique
Du même auteur- Les psychanalystes et Goethe, L’Harmattan, 1995. - Dinosaures sur le divan. Psychanalyse deJurassic Park, Aubier, 1998. - Cryptes et fantômes en psychanalyse, L’Harmattan, 2000. - Psychanalyse d’un choc esthétique. La villa Palagonia et ses visiteurs, L’Harmattan, 2002. - Psychologue dans un service d’aide aux toxicomanes, Erès, 2002. - Du trauma à la créativité, L’Harmattan, 2003. - Peut-on encore communiquer avec ses ados ?, In Press, 2004. - Histoires de fumeurs de joints, In Press, 2005. - L’Homme aux Morts. Un analysant porteur de fantômes en lignées paternelle et maternelle, L’Harmattan, 2005. - Un livre blanc pour la psychanalyse, L’Harmattan, 2006. - Les toxicomanes et leurs secrets, L’Harmattan, 2007. - Promenades psychanalytiques, L’Harmattan, 2007. - Le mensonge indispensable. Du trauma social au mythe, L’Harmattan, 2009. - Adolescents et parents en crise. Psychologue dans un Point Accueil Ecoute Jeunes, Champ social, 2009. - (avec Pierre Della Palma)Manuel de survie pour parents d’ados qui pètent les plombs, Les liens qui libèrent, 2013. - (avec Amal Hachet) Les toxicomanes sur le divan. Nouvelles pratiques, nouveaux défis, In Press, 2013. - Ces ados qui fument des joints, Erès, 2014. - Rahan chez le psychanalyste, L’Harmattan, 2014. - La terreur en héritage. L’attaque de panique sur le divan, L’Harmattan, 2016. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12181-9 EAN : 9782343121819
À mon collègue et ami Antony Chaufton
AVANT-PROPOS Cet essai de psychanalyse allie de courtes réflexions à des fragments discursifs qui correspondent à des propos de patients (alors placés entre guillemets). Les premières comme les seconds sont présentés par thèmes, eux-mêmes agencés par ordre alphabétique. Le choix de la notule et, parfois, de l’aphorisme vise à ouvrir des pistes pour la réflexion. Cette option a pour but corrélatif de vacciner contre l’esprit de système (la volonté – entre autres – d’asseoir une Weltanschauung», dont Freuddu monde « conception  ou lui-même perçut le risque lorsqu’il déploya des hypothèses métapsychologiques et se garda explicitement) ou de géométrie (auquel Blaise Pascal avait opposé l’esprit de finesse). Ces boutures et floraisons renouvellent, complètent et diversifient également les réflexions étendues (et quelquefois princeps) que je développe depuis vingt-sept ans au gré de ma pratique de psychologue clinicien en Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) et qui, par-delà la psychothérapie analytique de sujetsaddict, interrogent les aléas critiques de la continuité d’existence, du désir et de la création sous l’impact des traumatismes psychiques (que ces derniers procèdent d’expériences psychosociales catastrophiques ou de leur « monumentalisation » aveugle, et parfois délirante, par l’infansqui s’en fait structurellement l’écho). Ce petit livre s'inscrit donc dans la filiation des écrits psychanalytiques brefs (poétiques à force de densité, et
7
1 2 vice-versa) que nous devons à Nicolas Abraham , Pontalis 3 et Racamier . Lelecteuratoutelatitudepourselapproprieràsaguise, de manière linéaire ou sur le mode du picorage.
1  Nicolas Abraham, Maria Torok (1978)L’écorce et le noyau. Paris : Flammarion, 1996. 2  Jean-Bertrand Pontalis (2000)Fenêtres. Paris : Gallimard, 2002. 3  Paul-Claude Racamier (1992)Le génie des origines. Psychanalyse et psychoses. Paris : Payot.
8
ADDICTIONS  Quel rempotage non sordide et non chimique un psychanalyste peut-il tisser avec des sujets dont l’être somatopsychique paraît constitutionnellement déraciné ?  Une esquisse de réponse passe par le relevé obstiné, même si parfois hagard, des résonances critiques auxquelles ces monstrations nous convient sans ménagement.  En toile de fond, un fait insiste et rassure. Le cramponnement nourricier et le fouissement chtonien des racines au sein de la tourbe enfantent dialectiquement, par-delà la poussive traversée du tronc (« ad augusta per angusta » écrivait Hugo), le déploiement résolu et parfois spectaculaire des ramures et des baies, donthomo sapiens sapiensadresse volontiers des échantillons esthétisés à ceux de ses congénères qu’il courtise ou chérit (cf. la verlainienne offrande « Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches »). Dante imagina que les suicidés (violents contre Dieu selon la théologie chrétienne) étaient changés en arbustes statiques et hypersensibles. Il nota pourtant avec malice et suavité que l’arbre vit de sa cime (« l’albero che
vive della cima »). * Face au « C’est plus fort que moi » et au « Je sais bien que c’est nocif mais je consomme quand même » qu’affirme le sujetaddict, le clinicien est provoqué à répondre : « J’entends bien que c’est plus fort que vous mais vous demandez quand même de l’aide. Vous sentez que
9