Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Veille et intelligence stratégiques

De
289 pages
Cet ouvrage a pour objet les fondements conceptuels et les instruments de mesure de la Veille et de l'intelligence stratégiques (IS). Ce livre s'intéresse d'abord à l'origine et à l'évolution des concepts de l'intelligence stratégique, étapes indispensables à la compréhension de ce phénomène. Il décrit aussi un modèle de mesure de l'efficacité de l'IS et de son impact sur la performance de l'organisation. Enfin, il développe une étude de l'instrument de mesure correspondant, issu d'un long processus de recherche qualitative et quantitative d'experts de l'IS et d'une phase de tests empiriques auprès de grandes entreprises.
Surveiller l'environnement, une nécessité absolue pour les entreprises. L'évolution du concept général de surveillance. L'efficacité de l'intelligence stratégique et la performance de l'organisation. Objectifs, produits, utilisations et contextes de l'intelligence stratégique. Les moyens organisationnels de l'intelligence stratégique. Les moyens processuels de l'intelligence stratégique. Les moyens humains, techniques et financiers de l'intelligence stratégique. L'instrument de mesure pour les responsables de l'IS. L'instrument de mesure pour les utilisateurs de l'IS. Conclusion. Annexe.
Voir plus Voir moins
Veille et intelligence stratégiques
©LAVOISIER, 2004 LAVOISIER 11, rue Lavoisier 75008 Paris
Serveur web : www.hermes-science.com
ISBN 2-7462-0851-2
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5, d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, "toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite" (article L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Veille et intelligence stratégiques
Corine Cohen
A mon père Georges Cohen
COLLECTIONMANEGEMTNA, FINANCE ETGESTION sous la direction de Jean-Marie Doublet
Introduction
Table des matières
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
. .
.
. . .
.
.
. . . . . . . .
.
.
. . .
Chapitre 1. Surveiller l’environnement, une nécessité absolue pour les entreprises
1.1. S’informer, une pratique et un besoin très anciens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.1.1. Un besoin fondamental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.1.2. Citation de Napoléon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.1.3. Acquérir ou conserver sa puissance économique et politique . . . . . . . . . 1.2. L’entreprise et son environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.2.1. L’entreprise, un système ouvert en interaction avec son environnement 1.3. Innovation et Japon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.3.1. L’innovation, un impératif vital pour l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.3.2. L’innovation : un choix stratégique obligatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.3.3. La surveillance au service de la stratégie d’innovation . . . . . . . . . . . . . 1.3.4. L’inévitable exemple japonais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.4. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 2. L’évolution du concept général de surveillance. . .
. .
.
.
.
. . . . . . . . .
.
2.1. La phase d’émergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1.1. Le scanning . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1.2. La détection des signaux faibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1.3. Emergence de la notion d’Intelligence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1.4. La France, pionnière de la veille technologique (~1970) . . . . . . . . . . . . 2.1.5. Terminologie anglo-saxonne et terminologie française . . . . . . . . . . . . . 2.1.6. Caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11
15
15 15 16 16 19 20
25 25 30 32
34 42
45
46 46
47 48 49 51 51
6
Veille et intelligence stratégiques
2.2. La phase de maturation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.2.1. La prédominance du concept deCompetitive Intelligence. . . . . . . . . . . 2.2.2. Emergences en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.2.3. Terminologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.2.4. Caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.3. La phase de consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.3.1. De la pratique à la théorie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.3.2. Terminologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.3.3. Caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.4. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 3. L’efficacité de l’intelligence stratégique et la performance de l’organisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1. Etat des lieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.2. Intelligence et performance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.3. Performance de l’organisation et efficacité de la surveillance . . . . . . . . . . . . . 3.3.1. La notion générale de performance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.3.2. La notion générale d’efficacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.3.3. Performance et efficacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.4. La définition du concept de mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.4.1. La mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.4.2. L’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.4.3. L’appréciation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.5. Un modèle de mesure de l’efficacité de la surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.5.1. L’importance d’évaluer l’efficacité de l’intelligence . . . . . . . . . . . . . . . 3.5.2. Un modèle d’évaluation des systèmes d’information . . . . . . . . . . . . . . . 3.6. L’importance de la démarche qualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.6.1. Les origines de la démarche qualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.6.2. Les principes et définitions de la qualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.6.3. La mesure de la qualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.7. La mesure de la performance de l’organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.7.1. Les différentes approches de la performance de l’organisation . . . . . . . 3.7.2. Les systèmes contemporains de mesure de la performance . . . . . . . . . . 3.8. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 4. Objectifs, produits, utilisations et contextes de l’intelligence stratégique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . 4.1. Les fonctions de la surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.1.1. Les principales fonctions de la veille stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.1.2. Les principales fonctions de l’intelligence stratégique . . . . . . . . . . . . . . 4.2. Les objectifs de l’intelligence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.2.1. Les objectifs de la veille stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
52 52 54 59 61 61 61 63 63 64
67
67 71 76 76 76 77 77 77 78 78 79 79 79 86 86 87 87 88 89
93 101
103 104 104 106 108 109
Table des matières 7
4.2.2. Les objectifs de l’intelligence stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.2.3. Les objectifs de compétitivité et de performance de la VIS . . . . . . . . . . 4.3. Le produit et les services de la VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.3.1. La valeur de l’information fournie par le processus de surveillance . . . 4.3.2. Les productions des services de surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.4. Les utilisations de l’IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.5. Le contexte de la surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.5.1. L’influence de l’environnement de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.5.2. L’influence des caractéristiques de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 5. Les moyens organisationnels de l’intelligence stratégique. . . . . . . .
5.1. Formalisation de l’activité de veille et d’intelligence stratégique . . . . . . . . . 5.1.1. Pour un certain degré de formalisation de VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.2. L’ancienneté de la fonction VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.3. Centralisation, décentralisation et nombre de points de VIS . . . . . . . . . . . . . 5.4. Le rattachement hiérarchique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.5. L’organisation en réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 6. Les moyens processuels de l’intelligence stratégique.
. . .
. .
.
. . . . . .
.
. .
. . . .
.
6.1. Phase 1 : la détermination des besoins en information . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.1.1. L’étendue et l’orientation de la surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.1.2. La hiérarchisation des domaines ou axes de surveillance . . . . . . . . . . . . 6.1.3. L’actualisation de l’identification des besoins en information . . . . . . . . 6.2. Phase 2 : la recherche et la collecte de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.2.1. Les sources d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.2.2. La valeur des sources d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.2.3. La valeur de l’information collectée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.3. Phase 3 : le traitement de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.3.1. L’analyse des informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.3.2. La synthèse des informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.3.3. La mise en forme des informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.4. Phase 4 : le stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.5. Phase 5 : la diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.5.1. Les destinataires et l’étendue de la diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.5.2. Le moment de la diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.5.3. Les voies de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.5.4. Les freins à la circulation et la diffusion d’informations . . . . . . . . . . . . 6.6. Phase 6 : l’utilisation de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.7. Le feeback . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.8. Le contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
110 111
116 116
121 123 125 125 127
131
132 132 134 135 140 143
151
153 153 157 158 158 158 166 168 169
170 181 181 183 187 188 189 189 190 190 191 192
8
Veille et intelligence stratégiques
Chapitre 7. Les moyens humains, techniques et financiers de l’intelligence stratégique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .
7.1. Les moyens humains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.1.1. L’importance et l’utilité perçues de la surveillance . . . . . . . . . . . . . . . . 7.1.2. Le soutien et l’implication de la Direction Générale . . . . . . . . . . . . . . . 7.1.3. L’existence et la qualité du responsable VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.1.4. La qualité des autres acteurs VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.1.5. Une culture collective de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.2. Les moyens techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.2.1. Les outils de recherche et de collecte de l’information . . . . . . . . . . . . . 7.2.2. Les outils de traitement de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.2.3. Les outils de stockage de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.2.4. Les outils de diffusion et de communication de l’information . . . . . . . . 7.2.5. L’intranet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.3. Les moyens financiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.3.1. Un budget pour les besoins en VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.3.2. L’existence d’un budget propre à la VIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.4. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 8. L’instrument de mesure pour les responsables de l’IS. . . . . . . . . . . .
8.1. Les moyens organisationnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.1.1. Le degré de formalisation de l’IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.1.2. L’ancienneté de la fonction IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.1.3. L’organisation de l’IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.1.4. Le rattachement hiérarchique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.1.5. L’existence d’une organisation en réseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2. Les moyens processuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.1. La phase de détermination des besoins en information . . . . . . . . . . . . . 8.2.2. La phase de recherche et de collecte d’information . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.3. La phase de traitement de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.4. La phase de stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.5. La phase de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.6. La phase d’utilisation de l’IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.7. La phase de feedback . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.2.8. La phase d’évaluation et de contrôle de l’IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3. Les moyens humains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3.1. Perception de l’IS par le personnel et la direction . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3.2. Le soutien et l’implication de la direction générale . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3.3. L’existence du responsable IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3.4. Les qualités du RIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3.5. La qualité des chargés de l’IS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.3.6. La culture de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
193
193 193 194 196 197 199 201
201 202 203 203 204 207 207 209 209
211
214 214 216 216 218 219 222 222 225 229 232 233 235 236 237 237 237 238 238 238 240 242
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin