Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Une analyse marxiste de la crise de l'Union européenne

De
184 pages
Ce livre est surtout politique; il montre [...] que la social-démocratie est moribonde et que le champ politique est ouvert aux seuls mouvements de droite ou de la pseudo-gauche. Oui, pour paraphraser Mao, ce n'est pas le vent d'est qui l'emporte. Ce livre analyse et décrit la crise socio-économique la plus violente pour les masses populaires européennes depuis 1945 et peut-être depuis les années trente si le capitalisme le plus carnassier depuis le XIXe siècle continue à mener une politique d'austérité dont le seul objectif est la défense d'un euro fort.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Une analyse marxiste de la crise de lUnion européenne
Du même auteur
Une critique marxiste de la constitution européenne de Valéry Giscard dEstaing, Édition Publibook, 2005
Dominique Nowak Une analyse marxiste de la crise de lUnion européenne
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0118903.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2013
Je dédie ce livre à tous les militants du PCF et du Front de gauche. En un mot, à ceux qui veulent que « le chan-gement révolutionnaire et démocratique [soit] maintenant ». Je dédie aussi ce livre à ma mère et à mon fils, Gabriel.Je le dédie également à mon ami, François. Enfin, je dédie ce livre, surtout, à mon ami et camarade, Roger Marie, membre du Parti communiste français de-puis 1945 et ancien conseiller municipal communiste de Saint-Quentin (02).
Avant-propos Assistons-nous à cette crise générale du capitalisme tant évoquée par Rosa Luxemburg ? Luxemburg, avant 1914, aborde peu ou non la baisse du taux de profit dans la sphère réelle de léconomie, pas plus que les cycles évo-qués par Marx, puis développés par Kondratiev et Juglar. Une chose est sûre : depuis 2001-2004, léconomie ré-elle connaît une quasi-stagnation qui provient dune stagnation, voire dune baisse, du taux de profit dans la sphère réelle de léconomie (le monde de la production capitaliste proprement dite). Le taux de plus-value, ou taux dexploitation de la classe salariée, connaîtrait-il des limi-tes ? Les économies sur le capital constant seraient-elles limitées ? Il semble que cela soit le cas. Le développement économique sinscrit dans le long terme (cycle Kondratiev) et dans le moyen terme (cycle Juglar). Or, depuis 2001-2004, le long terme sinscrit en baisse comme le cycle moyen. Le capitalisme est-il en train dêtre enterré ? Il ne faut rien conclure de tel tant ce système économique a des capacités dadaptation globales (économique, politique et idéologique) pour sopposer à des transformations révolutionnaires reniées encore par des peuples échaudés par les expériences néfastes du « communisme réel ». La crise de la dette publique et sociale, si souvent évo-quée, nest que la résultante dune crise plus profonde. Elle nest pas la cause de la crise financière actuelle, mais plutôt la conséquence dune crise structurelle qui touche léconomie réelle.
9
Les dirigeants des grandes sociétés cotées en bourse sont au bout de leur latin. Ayant déjà anticipé la perte du triple A, les valeurs boursières sont déjà inférieures à leur valeur nette comptable issue des capitaux propres compta-bles officiels. Quant aux représentants politiques de cette couche monopoliste du capital, ils se démènent de confé-rence en conférence pour retrouver de facto une supranationalité européenne. Lanalyse menée ici, et centrée sur lUnion européenne, ne peut faire abstraction de la crise mondiale du capita-lisme, la plus grave depuis 1929. Cest le cas puisque à cette époque il existait des moyens de manuvre budgétai-res pour investir dans léconomie réelle. Pour faire tout de même plaisir aux économistes libé-raux, admettons que la production P soit fonction du capital et du travail, soit en anglais P = f (K, L). Cest léquation de Kaldor améliorée par lui-même par léquation P = f (K, L. Recherche et développement). De cette dernière équation résultent les travaux de Da-niel Cohen que nous citerons dans cet ouvrage. Il résulte aussi des travaux de Marx dans le chapitre re-latif à la production de valeurs dusage. Mais lobjectif de la production capitaliste nest pas la production de valeurs dusage mais de valeur et de plus-value. Cest laccumulation du capital. Plus important en-core, laccumulation du capital au niveau mondial et européen dépend à la fois du taux de plus-value (taux dexploitation de la nouvelle classe salariée issue de la troisième révolution scientifique et technique) et surtout du taux de profit = plus-value. Capital investi (Le capital investi étant la somme du capital constant + salaires et charges patronales : voir les parties 4 et 5).
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin