//img.uscri.be/pth/c4248cf77a4974597fad9d8ce471319f49f6d8b4
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Voyage dans les provinces du Caucase

De
306 pages
Ce récit de voyage vaut par son réalisme mais surtout par la qualité de son auteur, le peintre russe Verechtchaguine, qui était aussi un grand voyageur. Son séjour de 1864-65 dans le Caucase lui a inspiré un texte personnel et savoureux. Il y livre ses impressions et des descriptions d'une précision presque photographique de paysages, d'habitations, de gens, de costumes... qu'il a également dessinés dans toute leur vérité. Cette édition comprend les illustrations originales et y ajoute une introduction et les notes nécessaires.
Voir plus Voir moins
Vassili Verechtchaguine
VOYAGE
DANS LES PROVINCES DU CAUCASE
Présentation et introduction de Lora Arys-Djanaïéva et Iaroslav Lebedynsky
Collection « Voix du Caucase »
VOYAGE DANS LES PROVINCESDU CAUCASE
9RL[ GX &DXFDVH Collection dirigée par Lora Arys-Djanaïéva et Iaroslav Lebedynsky  /H &DXFDVH HVW O¶LVWKPH TXL V¶pWHQG HQWUH OD PHU 1RLUH HW OD PHU &DVSLHQQH j OD IRLV EDUULqUH HW SRLQW GH FRQWDFW HQWUH GHV PRQGHV GLIIpUHQWV  (XURSH HW $VLH FKUpWLHQWp HW LVODP QRPDGHV HW VpGHQWDLUHV ,O FRQFHQWUH VXU XQ WHUULWRLUH UHVWUHLQW XQH WUqV JUDQGH GLYHUVLWp HWKQLTXH HW OLQJXLVWLTXH TXL Q¶D SDV HPSrFKp OH GpYHORSSHPHQW GH FHUWDLQHV WUDGLWLRQV FRPPXQHV  $XMRXUG¶KXL TXH FHWWH UpJLRQ VRXYHQW GLVSXWpH HQWUH OHV HPSLUHV GX QRUG HW GX VXG HVW XQH IRLV GH SOXV UHGHYHQXH OH WKpkWUH GH FRQIOLWV HW GH ULYDOLWpV JpRSROLWLTXHV LO HVW HVVHQWLHO GH PLHX[ OD FRQQDvWUH /H &DXFDVH D WRXMRXUV pWp QLPEp GH P\WKHV HW GH OpJHQGHV PDLV VRQ KLVWRLUH VHV FXOWXUHV O¶pWHUQHO EDODQFHPHQW HQWUH OH IRQG LQGLJqQH HW OHV LQIOXHQFHV H[WpULHXUHV GRLYHQW rWUH UHGpFRXYHUWV /D FROOHFWLRQ © 9RL[ GX &DXFDVH ª V¶\ HPSORLH j WUDYHUV GHV SXEOLFDWLRQV DX[ WKqPHV YDULpV 'HUQLqUHV SDUXWLRQV ,DURVODY /(%('<16.<Sur les traces des Alains et Sarmates en Gaule,/RUD $U\V'MDQDwpYD HW ,DURVODY /HEHG\QVN\, Contes populaires ossètes (Caucase central) 9ODGLPLU *28'$.29Caucasiens, Cosaques et empires  ,DURVODY /(%('<16.<Témoignages anciens sur les Tcherkesses  ,DURVODY /(%('<16.<Armes et guerriers du Caucase 
Vassili VERECHTCHAGUINEVoyage dans les provinces du Caucase * Traduit du russe par M. et Mme Ernest BarbierPrésentation et introduction de Lora Arys-Djanaïéva et Iaroslav Lebedynsky
,OOXVWUDWLRQV9DVVLOL 9HUHFKWFKDJXLQH 5HPHUFLHPHQWV/HV GLUHFWHXUV GH OD FROOHFWLRQ UHPHUFLHQW -) %UXQHDX SRXU VD SUpFLHXVH FRQWULEXWLRQ WHFKQLTXH ‹ /¶+DUPDWWDQ   UXH GH O¶eFROH3RO\WHFKQLTXH  3DULVZZZKDUPDWWDQFRP GLIIXVLRQKDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU KDUPDWWDQ#ZDQDGRRIU ,6%1   ($1  
INTRODUCTION
Le Caucase, terre de paysages sublimes et de populations diverses aux fortes personnalités, a inspiré de nombreux récits de voyage depuis plusieurs siècles. Les amateurs français du genre connaissent souvent celui dAlexandre Dumas, aussi remarquable par sa qualité littéraire que par ses inventions saugrenues. Le texte que nous proposons ici vaut lui aussi par la personnalité de son auteur, mais il est considérablement plus réaliste et précis.
Verechtchaguine
Il est inattendu de découvrir, dans le rôle du voyageur et chroniqueur, un homme connu surtout comme lun des grands peintres russes du XIXe siècle : Vassili Verechtchaguine (dont le nom apparaît, dans lédition originale, sous la forme francisée de « Basile Vereschaguine »).
Vassili Vassilievitch Verechtchaguine est né en 1842 dans une famille de propriétaires fonciers à Tchérépovets, dans lactuelle région de Vologda en Russie du nord. Il entama une carrière militaire, assez classique dans son milieu social, en entrant dans le Corps des cadets de la marine impériale. Son premier voyage, en 1858, le conduisit sur les côtes danoises, françaises et égyptiennes.
Bien quexcellent élève-officier, il quitta dès 1860 la marine pour se consacrer à sa véritable passion : la peinture. Il étudia à lAcadémie des beaux-arts à Saint-Pétersbourg de 1861 à 1863, date à laquelle il reçut sa première récompense : une médaille pour un tableau intituléUlysse tuant les prétendants. En 1864, il partit poursuivre sa formation à Paris auprès dun maître réputé de la peinture historique et orientaliste : Jean-Léon Jérôme (1824-1904). Corps des cadets de la marine impériale. Son premier voyage, en 1858, le conduisit sur les côtes danoises, françaises et égyptiennes. Bien quexcellent élève-officier, il quitta dès 1860 la marine pour se consacrer à sa véritable passion : la peinture. Il étudia à lAcadémie des beaux-arts à Saint-Pétersbourg de 1861 à 1863, date à laquelle il reçut sa première récompense : une médaille
- 5 -
pour un tableau intituléUlysse tuant les prétendants. En 1864, il partit poursuivre sa formation à Paris auprès dun maître réputé de la peinture historique et orientaliste : Jean-Léon Jérôme (1824-1904).
Vassili Vassilievitch Verechtchaguine
De retour en Russie, Verechtchaguine accompagna les armées impériales dans leurs campagnes de colonisation de lAsie Centrale, entre 1867 et 1870. Ce voyage lui inspira plusieurs de ses premiers grands tableaux, dont la très célèbreApothéose de la guerrevision glaçante d (1871), une pyramide de crânes sur fond - 6 -
de désert. L’œuvre renvoie aux sinistres monuments qu’élevait le conquérant centre-asiatique Tamerlan devant les villes prises, mais limage a une portée universelle.
Le peintre fut, durant toute sa vie, un grand voyageur. En Russie même, outre le Turkestan, il visita le Caucase. A létranger, il retourna en France, séjourna en Allemagne, en Grande-Bretagne. Il accompagna à nouveau larmée russe, en 1877-78, lors de la campagne des Balkans contre les Ottomans. Il voyagea aux Indes, en Syrie et Palestine et même, dans les premières années du XXe siècle, aux Philippines, à Cuba et au Japon. Ces voyages nourrirent sans cesse son inspiration. Par exemple, ses impressions de Palestine se retrouvent dans son cycle deLa vie du Christ.
Verechtchaguine connut le succès et la célébrité dès le début des années 1870, à partir de ses premières expositions à Londres (1873) et à Saint-Pétersbourg (1874). Il est principalement connu comme peintre dhistoired notamment histoire militaire et aussi peintre orientaliste. Cependant, la plupart de ses tableaux à thématique orientale sont en réalité dinspiration historique. A côté d’œuvres isolées, on lui doit des ensembles de plusieurs tableaux, comme ceux deLa vie du Christprécitée ou deNapoléon en Russie (années 1890).
Le style réaliste à lextrême de Verechtchaguine suscita naturellement diverses critiques. Sa peinture fut jugée trop dure et même parfois « vulgaire ». On le soupçonna demployer des élèves tant il peignait vite. Plus grave, les autorités russes décelèrent dans certains de ses tableaux de bataille des sentiments antimilitaristes. De fait, ses œuvres sont très éloignées de la peinture héroïque classique. Elles insistent sur les horreurs de la guerre, et en cela reflètent fidèlement lopinion de lartiste. Cela nempêcha pas Verechtchaguine de participer aux campagnes du Turkestan et des Balkans, plus tard au conflit russo-japonais. Il paya dailleurs un lourd tribut à la guerre : son frère fut tué au siège de Plevna (Pleven, Bulgarie) en 1877. Lui-même fut blessé au cours de la même campagne. Et cest au cours des combats du Pacifique contre les Japonais quil mourut : le 13 avril 1904, il se trouvait à bord du navire amiral de la flotte russe, le Petropavlovsk, à
- 7 -
linvitation de lamiral Makarov, quand le bâtiment coula après avoir heurté deux mines. Cette mort tragique couronnait symboliquement une vie et une carrière intimement liées à la guerre.
Verechtchaguine est moins connu comme écrivain mais, comme le montre le texte que nous publions, sa plume bénéficiait du même don dobservation que son pinceau.
Le Voyage dans les provinces du Caucase
Le Caucase a toujours fasciné les Russes. Cétait la terre des belles princesses et des nobles guerriers, des vengeances inexpiables et dune certaine liberté. Cet attrait na jamais été aussi fort quau XIXe siècle, à lépoque où lempire prenait, lentement et non sans mal, le contrôle de la région. Laventure caucasienne marqua fortement larmée russe, qui copia même larmement de ses adversaires. Elle inspira peintres (Gagarine), musiciens (Ippolitov-Ivanov), écrivains (Lermontov, Tolstoï) et savants (Klaproth, Miller).
LeVoyagede Verechtchaguine relève dun genre littéraire bien connu, à cheval entre la lecture récréative et la description ethnographique. Il est dépourvu de prétention scientifique au sens fort ; on ny trouve pas les longs développements que Klaproth, par exemple, consacrait aux peuples et langues du Caucase. Il naborde que très superficiellement certains sujets classiques, comme les affinités linguistiques des différentes ethnies ou leur histoire ancienne.
Lauteur est loin dêtre ignorant à ce sujet : il sait ce que savent les Russes cultivés de son temps. Il comprend que la situation quil voit résulte dune stratification de peuples, de cultures et de religions. Il évoque la présence des Ossètes sur un territoire plus septentrional que lOssétie moderne (même sil ne les relie pas expressément à leurs ancêtres alains dont il parle par ailleurs). Il mentionne le substrat chrétien au Caucase du Nord. Mais il ne cherche pas à faire un exposé scientifique. Il livre avant tout des impressions subjectives et des descriptions, dune précision
- 8 -
presque photographique, de paysages, dhabitations, de gens, de costumes… Sa vision des peuples rencontrés ne pèche certes pas par excès de romantisme. Le portrait des Kalmoukslaids, sales, misérables et malhonnêtesest cruel, et Verechtchaguine se laisse aller à quelques lieux communs sur la vie nomade. Aux Nogaïs, il reconnaît «un certain degré dintelligence»… parce qu’ils parlent russe. Mais au-delà des préjugés, beaucoup dobservations sont justes, comme celle sur la relative unité de civilisation des montagnards caucasiens, qui transcende leur grande diversité ethnique et linguistique.
Lauteur critique franchement certains aspects de ladministration russe : le laisser-aller des fonctionnaires, mais aussi leur corruption et les vexations infligées aux indigènes : «Ceux-là même qui ont entre les mains les instruments de la civilisation, cest-à-dire ladministration, encouragent au contraire le vol et le brigandage.» Dans ces conditions, résistances et rebellions ne sont pas surprenantes, et cest encore une occasion pour Verechtchaguine d: la cruauté de laévoquer son thème favori guerre. Il nen prend pas moins clairement le parti de la Russie, comme le montre son récit de linsurrection de Hadji-Mourtouz au Daghestan : il vante la bravoure des soldats russes et décrit les rebelles comme des sauvages mûs par le fanatisme religieuxmais aussi comme de « pauvres diables » victimes des circonstances. En définitive, le peintre ne reproche pas à la Russie de coloniser le Caucase, mais plutôt de ne pas avoir encore pu le « civiliser » efficacement.
Deux longs développements témoignent dun certain intérêt pour les questions religieuses : celui sur les sanglantes cérémonies chiites dAzerbaïdjan, quil compare à celles observées en Perse, et celui sur les colonies de sectaires russes établies dans les provinces 1 caucasiennes . Sans que Verechtchaguine cherche à se mettre particulièrement en valeur, le lecteur comprend vite que son équipée au Caucase relève
1  Nous avons omis, dans cette publication, la très longue note que les éditeurs français avaient ajoutée au texte de Verechtchaguine pour présenter les sectes russes. Cet exposé, assez médiocre et périmé, est sans rapport avec le reste du Voyage. - 9 -