Bienvenue à Gattaca de Niccol Andrew

398 lecture(s)

Fiche produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com

lire la suite replier

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
cinemavectoi
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi

Le Gamin au vélo

Le Gamin au vélo

de cinemavectoi

Le Discours d’un roi

Le Discours d’un roi

de cinemavectoi

précédent
suivant

Bienvenue à Gattaca
GattacaF de Andrew Niccol
FICHE FILM
Fiche technique
USA - 1998 - 1h46
Couleur
Réalisation et scénario :
Andrew Niccol
Musique :
Michael Nyman
Interprètes :
Ethan Hawke
(Vincent/Jerome )
Uma Thurman
(Irene)
Gore Vidal
(le directeur Josef)
Xander Berkeley
(Lamar)
Jayne Brook
(Marie)
Elias Koteas
(Antonio)
Una Damon
(l’infirmière en chef)
Résumé
Blair Underwood
(le généticien) L’histoire se déroule dans un futur proche. impeccable, pour ceux qui portent en eux la
Mason Gamble La science a vaincu les secrets de la géné- promesse d’une longue vie de succès. Là,
tique. On peut dès la conception d’un ils sont formés et conçoivent d’ambitieux(Vincent enfant)
enfant, le protéger de toute maladie et programmes spaciaux. Vincent, lui, est un
Vincent Nielson orienter ce qu’il sera. Gattaca est un centre enfant naturel ; son cœur est fragile, et il
(Anton enfant) d’étude et de recherche pour les meilleurs ne sait pas de quoi il mourra. Mais il rêve :
de ces jeunes au patrimoine génétique partir aux confins de l’espace… Jerome
L E F R A N C E
1D O C U M E N T S
Eugene Morrow avait tout du candidat fiquement programmé pour la réussite. l’élite. Et «I’élite de I’élite», surentraî-
idéal pour Gattaca, jusqu’à ce qu’un Jusqu’à ce qu’un accident vienne briser née, pourra s’envoler pour Titan, une
accident ait réduit son avenir à néant. une si belle ligne de vie, le clouant sur des lunes de Saturne, dont on parle
Chacun des deux va permettre à l’autre un fauteuil roulant… comme d’une Terre promise. Vincent
d’obtenir ce qu’il souhaite… Les deux vont conclure un drôle de (Ethan Hawke) est «non valide». Des
pacte, dangereux en diable. Vincent perturbations neuropsychologiques et un
assure, matériellement et financière- souffle au cœur lui interdisent à jamais
ment, la survie de Jerome. En échange, de réaliser son rêve : embarquer dans
Jerome s’efface. Vincent devient une de ces fusées qui transportent les
Jerome. Il lui prend un peu de ses «navigateurs de première classe». Un
signes extérieurs de santé, et il peut jour, Vincent a l’idée d’une machinationCritique
ainsi s’introduire dans l’univers stricte- diabolique, qui va lui permettre de se
ment surveillé de Gattaca, déjouer faire passer pour «valide».
Enfin un film de science-fiction (d’antici-
chaque jour les systèmes de contrôle et Sans effets spéciaux ni gadgets,
pation serait sans doute plus juste)
d’identification génétique, approcher de Andrew Niccol - un nouveau venu qui a
qu’on peut vous montrer ! Qui ne se
la réalisation de son rêve. signé le scénario et dont c’est la premiè-
contente pas d’être un jeu vidéo géant
A partir de là, Bienvenue à Gattaca re réalisation - renouvelle avec éclat le
bourré d’effets spéciaux mais qui crée
décrit la progressive contamination d’un film de science-fiction. On pense à
un vrai univers, qui invente des person-
monde supérieurement organisé, rigou- Orwell ! (1984) ou à Aldous Huxley (Le
nages crédibles et attachants, qui sug-
reusement aseptisé et impeccablement Meilleur des mondes), et pourtant tout
gère aussi quelques interrogations sur le
fonctionnel par un élément incorrigible- est ici comme revivifié. La fable sur les
futur possible de la société humaine.
ment perturbateur : le facteur humain… dérives de la science se double d’un
Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de
La Gazette Utopia n°182 remarquable thriller. Le directeur d’une
crier au chef-d’œuvre, mais bien de se
mission est assassiné. On ouvre une
réjouir de dénicher un bon film, adulte,
enquête. Vincent est menacé. Combien
dans un genre phagocyté par l’esprit
de temps déjouera-t-il le diabolique sys-
B.D. le plus infantile et par la surenchè-
tème de surveillance de Gattaca ?
re pyrotechnique. Nous sommes donc ici
L’image est d’un bleu limpide. On croit L’intrigue flirte aussi avec le drame psy-
à des années-lumière du Cinquième
d’abord voir l’azur du ciel. Petit à petit, chanalytique : le flic chargé d’enquêter
élément ou de Independence day
on s’aperçoit qu’il s’agit de la lumière est en effet le frère de Vincent. Entre
(ouf !), nous retrouvons l’ambiance et
d’un microscope électronique. Nous eux, la rivalité remonte à l’enfance. Ils
l’inspiration de 1984, ou du Meilleur des
sommes à Gattaca, dans le laboratoire vont s’affronter de manière décisive.
mondes…
d’un centre de perfectionnement réservé Andrew Niccol entrelace les différents
L’histoire se déroule dans un futur indé-
à l’élite de la société. Une foule niveaux du récit avec brio. Il ne dramati-
terminé, mais pas si lointain. La traduc-
d’employés uniformes s’affairent en se jamais de manière artificielle. Il fait
tion visuelle de cet avenir imaginable
silence sur des ordinateurs. Architecture monter la pression, lentement. Il aère
est parfaitement cohérente : l’environ-
lisse, décor d’une propreté maniaque, l’action de clins d’œil (I’efficacité géné-
nement et les décors sont très proches
quadrillé par des nettoyeurs vigilants. La tique aboutit à créer des pianistes à
de ce que nous connaissons actuelle-
moindre poussière, le plus infime détri- douze doigts). Bref, il maîtrise parfaite-
ment dans nos sociétés industrielles.
tus est recueilli, classé, analysé… Tout ment cet univers qu’il a créé de toutes
Avec juste un léger décalage, c’est
semble fait pour que rien n’enraie une pièces.
encore plus technologique, plus métal-
mystérieuse organisation obsédée par Une mise en scène précise, soucieuse
lique, plus clean, plus froid…
l’idée de perfection. du moindre détail, orchestre un ballet de
Vincent est un enfant naturel, né hors
Ici, la génétique a pris le pouvoir. En une regards vides et de visages fermés,
programme de conception, hors sur-
fraction de seconde, tel un diktat impla- puisque à Gattaca le visage de l’autre
veillance. Son cœur est fragile, son
cable, I’examen d’une microgoutte de importe moins que son identité géné-
organisme n’est pas fait pour durer. Il
sang détermine l’avenir d’un nouveau- tique affichée sur les minidétecteurs des
n’est pas valide. Mais il a des désirs, et
né. Les humains sont classés en deux forces de l’ordre. Une froide lumière
un rêve : partir, explorer l’espace…
catégories : «non-valides» et «valides». d’aquarium baigne cette non-vie, asepti-
A l’opposé, Jerome Eugene Morrow
Les premiers sont confinés aux tâches sée, normalisée et où tout le monde sur-
avait tout du candidat idéal pour
les plus viles. Les seconds forment veille tout le monde, tandis que l’identi-
Gattaca. Génétiquement parfait, scienti-
L E F R A N C E
SALLE D'ART ET D'ESSAI
CLASSÉE RECHERCHE
8, RUE DE LA VALSE
42100 SAINT-ETIENNE
04.77.32.76.96 2RÉPONDEUR : 04.77.32.71.71
Fax : 04.77.25.11.83D O C U M E N T S
té des «valides» est contrôlée et recon- passer du système hollywoodien.Entretien avec le réalisateur
trôlée jusqu’à la névrose.
Dans cet univers implacable aux engre- Bienvenue à Gattaca se présente
Il est rare à Hollywood qu’une «major»
nages bien huilés, Vincent est le grain comme un film de science-fiction. Et
offre à un jeune cinéaste la possibilité
de sable, I’homme à abattre. Avec son pourtant, on a l’impression qu’il nous
de réaliser son premier film d après son
cœur qui bat la chamade, il symbolise parle surtout d’aujourd’hui, de notre
propre scénario. Comment avez-vous
toutes les résistances. Le refus aussi époque. C’est ce que vous recherchiez ?
réussi ce tour de force ?
d’une discrimination sociale monstrueu- En écrivant le scénario, je n’ai pas réali-
Je me demande encore si les cadres de
se. Parce qu’il refuse de voir son destin sé tout de suite qu’il s’agissait d’un film
la Columbia ne se sont pas trompés, et
déterminé par son ADN, il va risquer sa de science-fiction. Si vous retirez tout
s’ils ne m’ont pas confondu avec Mike
vie. Par amour aussi, quand il rencontre l’environnement futuriste, il s’agit d’une
Nichols ! Des amis m’ont aussi soupçon-
Irene (Uma Thurman), une surveillante à histoire de toujours : celle du triomphe
né de posséder des photos compromet-
qui il apprend qu’un jour viendra le de la volonté humaine. Je suis attiré par
tantes des chefs du studio - me deman-
temps de la révolte. On ne peut qu’être les héros qui déjouent les pronostics,
dant, au passage, si je pouvais les leur
saisi de mélancolie quand, ensemble, ils qui refusent de s’arrêter aux obstacles
prêter. Plus sérieusement, je crois que
regardent s’envoler les fusées à l’hori- placés sur leur chemin. Un exemple :
l’histoire a bien fonctionné. Bienvenue
zon, tandis que s’élève la belle musique Franklin D. Roosevelt, que la polio avait
à Gattaca n’est pas mon premier scé-
de Michael Nyman. laissé paralysé, et qui s’est rendu comp-
nario : auparavant, j’ai écrit The
Andrew Niccol a situé son histoire te qu’il ne pourrait pas se faire élire si
Truman show le nouveau film de Peter
«dans un futur pas si lointain». A l’heure on ne le voyait que dans son fauteuil
Weir, avec Jim Carrey, qui sort dans
des brebis clonées, qui oserait prétendre roulant. Il a demandé à ses deux fils de
quelques semaines aux Etats-Unis. Pour
qu’il s’agit uniquement de science-fic- s’entraîner à le porter, un sous chaque
les producteurs, c’était une garantie. Il
tion ? bras. Grâce à eux, en public, il avait l’air
se trouve que j’ai du mal à écrire sans
Bernard Génin de marcher…
me projeter dans le concret : le choix
Télérama n°2520 - 29 Avril 1998
des décors, des costumes, etc. A ce
Ce que vous dites des progrès de la
stade, quand j’ai demandé, de façon un
génétique ne concerne pas seulement
peu déraisonnable, si je pouvais réaliser
l’avenir…
le film, la Columbia a décidé de prendre
Non, la discrimination génétique est
le risque. Sans cela, le scénario serait
d’ores et déjà une réalité : des sociétés
probablement encore dans un placard…
recrutent en se fondant sur des tests
génétiques, des compagnies d’assu-
Quel a été votre parcours avant d’écrire
rances refusent des polices sur la base
ces deux scripts ?
de ces mêmes tests. Nous sommes à
Je suis originaire de Nouvelle-Zélande.
une époque charnière. Et je n’ai aucune
Là-bas, il n’y a pour ainsi dire pas
réponse, seulement des interrogations.
d’industrie cinématographique. La plu-
Au départ, les manipulations génétiques
part des cinéastes néo-zélandais ont
sont un don du ciel pour ceux qui ont
quitté le pays. J’ai commencé à tra-
une maladie héréditaire. Mais la frontiè-
vailler sur des films publicitaires à
re entre la santé et le confort est très
Londres : une bonne école, parce que les
floue… Etre chauve, c’est une maladie ?
spots britanniques accordent plus
Et la timidité ? La différence est subtile
d’importance à l’histoire qu’à l’image.
entre un geste humain - s’assurer que
Pour pouvoir faire des films de plus de
son enfant n’aura pas la maladie
soixante secondes, je suis parti pour
d’Alzheimer - et un geste inhumain -
Hollywood. Le problème est que mes
tout faire pour qu’il mesure 1,90 mètre
idées ont tendance à coûter cher… Si
et soit un génie.
mon imagination me portait vers des
films comme My dinner with André
La peinture que vous faites du futur est
[film à deux personnages et un décor
particulièrement convaincante. Y a-t-il
unique, réalisé par Louis Malle en 1981,
des films de science-fiction qui vous ont
NDLR], je pourrais sans problème me
L E F R A N C E
SALLE D'ART ET D'ESSAI
CLASSÉE RECHERCHE
8, RUE DE LA VALSE
42100 SAINT-ETIENNE
04.77.32.76.96 3RÉPONDEUR : 04.77.32.71.71
Fax : 04.77.25.11.83D O C U M E N T S
inspiré ? On croit reconnaître l’escalier Le cachet esthétique du film tient pour Le réalisateur
d’Alphaville… beaucoup aux collaborateurs que j’ai
L’escalier en colimaçon de l’apparte- choisis : le point commun entre le déco-
ment du héros doit moins à Godard rateur, Jan Roelfs, le musicien, Michael
Gattaca marque les débuts d’Andrew
qu’aux biologistes Watson et Crick, les Nyman, et le chef opérateur, Slawomir
Niccol comme réalisateur de cinéma. Il
premiers à avoir visualisé la structure en Idziak, c’est qu’aucun d’entre eux n’est
s’agit de son propre scénario original.
double hélice de la molécule d’ADN… américain. En plaisantant, on se disait
Né en Nouvelle-Zélande, Niccol se
Mais je ne veux pas citer d’influence que, dans les magasins de vidéo,
décrit lui-même comme un nomade qui a
spécifique : tout m’influence. Aussi bien Bienvenue à Gattaca atterrirait dans
trouvé sa voie dans le cinéma à Londres.
le cinéma, dans son ensemble, que la section «films européens» !
Il y est en effet devenu un scénariste et
quelque chose que je vois dans la rue
un réalisateur de films publicitaires très
sur le chemin du bureau. Je ne sais plus Votre prochain film sera un film de
recherché. Il s’est depuis établi à Los
qui a dit que l’art était un «pillage sélec- science-fiction ?
Angeles pour y faire des films «qui
tif»… J’avais aussi des contraintes bud- Pas sûr. Je réfléchirai à deux fois avant
durent plus longtemps que soixante
gétaires assez strictes. Pas question de de me replonger dans le futur. Parce que
secondes», selon ses propres termes.
construire un futur en partant de zéro. le plus difficile est de faire sans cesse
Son prochain projet sera The Truman
Ce qui, en un sens. m’arrangeait : je des prédictions, qui n’ont rien à voir
show, film réalisé par Peter Weir
voulais que le monde de Gattaca soit avec l’histoire elle-même. «Andrew, à
d’après un autre scénario original, et
suffisamment familier, accessible pour quoi ressemblent les téléphones, à
interprété par Jim Carrey.
que l’histoire reste proche des specta- Gattaca ? Et d’abord, est-ce qu’il y a des
teurs. Avec l’équipe déco, nous avions téléphones ? Quels stylos utilisent-ils ?
un credo : «Pas de motos volantes, pas A quoi ressemble l’argent ?» Je devais
d’uniformes à épaulettes…» Pour l’exté- chaque jour répondre à une douzaine de
Filmographie rieur de la Gattaca Aerospace questions de ce genre, le nez dans ma
Corporation, nous avons utilisé le der- boule de cristal. Dans un film contempo-
nier bâtiment construit par Frank Lloyd rain, vous devez choisir entre deux
Gattaca 1998Wright. Il a été dessiné dans les années lampes. Dans un film de science-fiction,
Bienvenue à Gattaca60, alors que les gens considéraient vous devez décider si les lampes exis-
encore l’avenir avec optimisme. Il y a tent encore ! C’est épuisant !
quelque chose d’héroïque, de triom- Propos recueillis par Aurélien Ferenczi
phant dans cette architecture. J’aime Télérama n°2520 - 29 Avril 1998
son côté aérodynamique, tout en ronds
et en courbes. C’est un des motifs du
film : dans un monde où un seul cheveu
peut vous trahir, il ne peut pas y avoir
d’angle où se cacher…
Quel a été le travail sur les couleurs ?
A Gattaca, les couleurs sont hiérarchi-
sées : I’élite est vêtue de bleu, teinte
plutôt optimiste ; les classes moyennes -
par exemple, les inspecteurs - portent
du noir ou du gris, en-dessous les vête-
ments sont d’un brun terne. Pas d’uni-
Documents disponibles au Franceformes, mais une uniformité. Comme
nous ne pouvions reconstruire le monde,
Positif n°447nous l’avons «peint» : grâce aux filtres,
Cahiers du Cinéma n°523le monde d’aujourd’hui paraît différent.
Dossier DistributeurAinsi les extérieurs sont-ils volontaire-
ment très jaunes. Age d’or ou jaune
bilieux comme celui d’une jaunisse ?
L E F R A N C E
SALLE D'ART ET D'ESSAI
CLASSÉE RECHERCHE
8, RUE DE LA VALSE
42100 SAINT-ETIENNE
04.77.32.76.96 4RÉPONDEUR : 04.77.32.71.71
Fax : 04.77.25.11.83

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.