Bienvenue à Gattaca de Niccol Andrew

De
Publié par

Fiche produite par le Centre de Documentation du Cinéma[s] Le France.
Site : abc-lefrance.com
Publié le : samedi 7 janvier 2012
Lecture(s) : 412
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Bienvenue ‡ Gattaca Gattaca de Andrew Niccol FICHE FILM Fiche technique
USA - 1998 - 1h46 Couleur
RÈalisation et scÈnario : Andrew Niccol
Musique : Michael Nyman
InterprËtes : Ethan Hawke (Vincent/Jerome ) Uma Thurman (Irene) Gore Vidal (le directeur Josef) Xander Berkeley (Lamar) Jayne Brook (Marie) Elias Koteas (Antonio) Una Damon (lÕinfirmiËre en chef) Blair Underwood (le gÈnÈticien) Mason Gamble (Vincent enfant) Vincent Nielson (Anton enfant)
L E
D O C U M E N T
Eugene Morrow avait tout du candida idÈal pour Gattaca, jusquÕ‡ ce quÕ accident ait rÈduit son avenir ‡ nÈant Chacun des deux va permettre ‡ lÕautr dÕobtenir ce quÕil souhaiteÉ
Critique
Enfin un film de science-fiction (dÕantic pation serait sans doute plus juste quÕon peut vous montrer ! Qui ne s contente pas dÕÍtre un jeu vidÈo gÈa bourrÈ dÕeffets spÈciaux mais qui crÈ un vrai univers, qui invente des person nages crÈdibles et attachants, qui sug gËre aussi quelques interrogations sur l futur possible de la sociÈtÈ humaine. Entendons-nous bien, il ne sÕagit pas d crier au chef-dÕÏuvre, mais bien de s rÈjouir de dÈnicher un bon film, adulte dans un genre phagocytÈ par lÕespr B.D. le plus infantile et par la surenchË re pyrotechnique. Nous sommes donc ici ‡ des annÈes-lumiËre duCinquiËm ÈlÈmentou deIndependence da (ouf !), nous retrouvons lÕambiance lÕinspiration de1984, ou duMeilleur de mondesÉ LÕhistoire se dÈroule dans un futur ind terminÈ, mais pas si lointain. La traduc tion visuelle de cet avenir imaginabl est parfaitement cohÈrente : lÕenviro nement et les dÈcors sont trËs proche de ce que nous connaissons actuelle ment dans nos sociÈtÈs industrielles Avec juste un lÈger dÈcalage, cÕe encore plus technologique, plus mÈtal lique, plus clean, plus froidÉ Vincent est un enfant naturel, nÈ hor programme de conception, hors sur veillance. Son cÏur est fragile, son organisme nÕest pas fait pour durer. nÕest pas valide. Mais il a des dÈsirs, un rÍve : partir, explorer lÕespaceÉ A lÕopposÈ, Jerome Eugene Morro avait tout du candidat idÈal pou Gattaca. GÈnÈtiquement parfait, scie
fiquement programmÈ pour la rÈussite. JusquÕ‡ ce quÕun accident vienne bri une si belle ligne de vie, le clouant sur un fauteuil roulantÉ Les deux vont conclure un drÙle de pacte, dangereux en diable. Vincent assure, matÈriellement et financiËre-ment, la survie de Jerome. En Èchange, Jerome sÕefface. Vincent devie Jerome. Il lui prend un peu de ses signes extÈrieurs de santÈ, et il peut ainsi sÕintroduire dans lÕunivers strict ment surveillÈ de Gattaca, dÈjouer chaque jour les systËmes de contrÙle et dÕidentification gÈnÈtique, approcher d la rÈalisation de son rÍve. A partir de l‡,Bienvenue ‡ Gattaca dÈcrit la progressive contamination dÕu monde supÈrieurement organisÈ, rigou-reusement aseptisÈ et impeccablement fonctionnel par un ÈlÈment incorrigible-ment perturbateur : le facteur humainÉ La Gazette Utopia n∞182
LÕimage est dÕun bleu limpide. On cr dÕabord voir lÕazur du ciel. Petit ‡ pe on sÕaperÁoit quÕil sÕagit de la lumi dÕun microscope Èlectronique. Nou sommes ‡ Gattaca, dans le laboratoire dÕun centre de perfectionnement rÈserv ‡ lÕÈlite de la sociÈtÈ. Une foul dÕemployÈs uniformes sÕaffairent silence sur des ordinateurs. Architecture lisse, dÈcor dÕune propretÈ maniaqu quadrillÈ par des nettoyeurs vigilants. La moindre poussiËre, le plus infime dÈtri-tus est recueilli, classÈ, analysÈÉ Tout semble fait pour que rien nÕenraie un mystÈrieuse organisation obsÈdÈe par lÕidÈe de perfection. Ici, la gÈnÈtique a pris le pouvoir. En une fraction de seconde, tel un diktat impla-cable, IÕexamen dÕune microgoutte sang dÈtermine lÕavenir dÕun nouvea nÈ. Les humains sont classÈs en deux catÈgories : ´non-validesª et ´validesª. Les premiers sont confinÈs aux t‚ches
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
lÕÈlite. Et ´IÕÈlite de IÕÈliteª, surentraÓ-nÈe, pourra sÕenvoler pour Titan, une des lunes de Saturne, dont on parle comme dÕune Terre promise. Vincent (Ethan Hawke) est ´non valideª. Des perturbations neuropsychologiques et un souffle au cÏur lui interdisent ‡ jamais de rÈaliser son rÍve : embarquer dans une de ces fusÈes qui transportent les ´navigateurs de premiËre classeª. Un jour, Vincent a lÕidÈe dÕune machination diabolique, qui va lui permettre de se faire passer pour ´valideª. Sans effets spÈciaux ni gadgets, Andrew Niccol - un nouveau venu qui a signÈ le scÈnario et dont cÕest la premiË-re rÈalisation - renouvelle avec Èclat le film de science-fiction. On pense ‡ Orwell ! (1984) ou ‡ Aldous Huxley (Le Meilleur des mondes), et pourtant tout est ici comme revivifiÈ. La fable sur les dÈrives de la science se double dÕun remarquable thriller. Le directeur dÕune mission est assassinÈ. On ouvre une enquÍte. Vincent est menacÈ. Combien de temps dÈjouera-t-il le diabolique sys-tËme de surveillance de Gattaca ? LÕintrigue flirte aussi avec le drame psy-chanalytique : le flic chargÈ dÕenquÍter est en effet le frËre de Vincent. Entre eux, la rivalitÈ remonte ‡ lÕenfance. Ils vont sÕaffronter de maniËre dÈcisive. Andrew Niccol entrelace les diffÈrents niveaux du rÈcit avec brio. Il ne dramati-se jamais de maniËre artificielle. Il fait monter la pression, lentement. Il aËre lÕaction de clins dÕÏil (IÕefficacitÈ gÈnÈ-tique aboutit ‡ crÈer des pianistes ‡ douze doigts). Bref, il maÓtrise parfaite-ment cet univers quÕil a crÈÈ de toutes piËces. Une mise en scËne prÈcise, soucieuse du moindre dÈtail, orchestre un ballet de regards vides et de visages fermÈs, puisque ‡ Gattaca le visage de lÕautre importe moins que son identitÈ gÈnÈ-tique affichÈe sur les minidÈtecteurs des forces de lÕordre. Une froide lumiËre dÕaquarium baigne cette non-vie, asepti-sÈe, normalisÈe et o˘ tout le monde sur--
D O C U M E N T
tÈ des ´validesª est contrÙlÈe et recon-trÙlÈe jusquÕ‡ la nÈvrose. Dans cet univers implacable aux engre-nages bien huilÈs, Vincent est le grain de sable, IÕhomme ‡ abattre. Avec so cÏur qui bat la chamade, il symbolise toutes les rÈsistances. Le refus aussi dÕune discrimination sociale monstrueu se. Parce quÕil refuse de voir son desti dÈterminÈ par son ADN, il va risquer sa vie. Par amour aussi, quand il rencontre Irene (Uma Thurman), une surveillante ‡ qui il apprend quÕun jour viendra l temps de la rÈvolte. On ne peut quÕÍtr saisi de mÈlancolie quand, ensemble, ils regardent sÕenvoler les fusÈes ‡ lÕho zon, tandis que sÕÈlËve la belle musiqu de Michael Nyman. Andrew Niccol a situÈ son histoire ´dans un futur pas si lointainª. A lÕheur des brebis clonÈes, qui oserait prÈtendre quÕil sÕagit uniquement de science-fi tion ? Bernard GÈnin TÈlÈrama n∞2520 - 29 Avril 1998
Entretien avec le rÈalisateur
Il est rare ‡ Hollywood quÕune ´major offre ‡ un jeune cinÈaste la possibilit de rÈaliser son premier film d aprËs so propre scÈnario. Comment avez-vou rÈussi ce tour de force ? Je me demande encore si les cadres d la Columbia ne se sont pas trompÈs, e sÕils ne mÕont pas confondu avec Mi Nichols ! Des amis mÕont aussi soupÁo nÈ de possÈder des photos compromet tantes des chefs du studio - me deman dant, au passage, si je pouvais les leur prÍter. Plus sÈrieusement, je crois qu lÕhistoire a bien fonctionnÈ.Bienvenu ‡ GattacanÕest pas mon premier sc nario : auparavant, jÕai ÈcritTh Truman showle nouveau film de Pete Weir, avec Jim Carrey, qui sort dans quelques semaines aux Etats-Unis. Pou les producteurs, cÕÈtait une garantie. se trouve que jÕai du mal ‡ Ècrire san me projeter dans le concret : le choix des dÈcors, des costumes, etc. A c stade, quand jÕai demandÈ, de faÁon u peu dÈraisonnable, si je pouvais rÈaliser le film, la Columbia a dÈcidÈ de prendr le risque. Sans cela, le scÈnario serait probablement encore dans un placardÉ
Quel a ÈtÈ votre parcours avant dÕÈcrir ces deux scripts ? Je suis originaire de Nouvelle-ZÈlande. L‡-bas, il nÕy a pour ainsi dire pa dÕindustrie cinÈmatographique. La pl part des cinÈastes nÈo-zÈlandais on quittÈ le pays. JÕai commencÈ ‡ tr vailler sur des films publicitaires ‡ Londres : une bonne Ècole, parce que le spots britanniques accordent plu dÕimportance ‡ lÕhistoire quÕ‡ lÕim Pour pouvoir faire des films de plus de soixante secondes, je suis parti pou Hollywood. Le problËme est que me idÈes ont tendance ‡ co˚ter cherÉ Si mon imagination me portait vers de films commeMy dinner with Andr [film ‡ deux personnages et un dÈco unique, rÈalisÈ par Louis Malle en 1981,
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
passer du systËme hollywoodien.
Bienvenue ‡ Gattacase prÈsente comme un film de science-fiction. Et pourtant, on a lÕimpression quÕil nous parle surtout dÕaujourdÕhui, de notre Èpoque. CÕest ce que vous recherchiez ? En Ècrivant le scÈnario, je nÕai pas rÈali-sÈ tout de suite quÕil sÕagissait dÕun film de science-fiction. Si vous retirez tout lÕenvironnement futuriste, il sÕagit dÕune histoire de toujours : celle du triomphe de la volontÈ humaine. Je suis attirÈ par les hÈros qui dÈjouent les pronostics, qui refusent de sÕarrÍter aux obstacles placÈs sur leur chemin. Un exemple : Franklin D. Roosevelt, que la polio avait laissÈ paralysÈ, et qui sÕest rendu comp-te quÕil ne pourrait pas se faire Èlire si on ne le voyait que dans son fauteuil roulant. Il a demandÈ ‡ ses deux fils de sÕentraÓner ‡ le porter, un sous chaque bras. Gr‚ce ‡ eux, en public, il avait lÕair de marcherÉ
Ce que vous dites des progrËs de la gÈnÈtique ne concerne pas seulement lÕavenirÉ Non, la discrimination gÈnÈtique est dÕores et dÈj‡ une rÈalitÈ : des sociÈtÈs recrutent en se fondant sur des tests gÈnÈtiques, des compagnies dÕassu-rances refusent des polices sur la base de ces mÍmes tests. Nous sommes ‡ une Èpoque charniËre. Et je nÕai aucune rÈponse, seulement des interrogations. Au dÈpart, les manipulations gÈnÈtiques sont un don du ciel pour ceux qui ont une maladie hÈrÈditaire. Mais la frontiË-re entre la santÈ et le confort est trËs floueÉ Etre chauve, cÕest une maladie ? Et la timiditÈ ? La diffÈrence est subtile entre un geste humain - sÕassurer que son enfant nÕaura pas la maladie dÕAlzheimer - et un geste inhumain -tout faire pour quÕil mesure 1,90 mËtre et soit un gÈnie.
La peinture que vous faites du futur est particuliËrement convaincante. Y a-t-il -
D O C U M E N T
inspirÈ ? On croit reconnaÓtre lÕes AlphavilleÉ LÕescalier en colimaÁon de lÕap ment du hÈros doit moins ‡ Go quÕaux biologistes Watson et Cric premiers ‡ avoir visualisÈ la structur double hÈlice de la molÈcule dÕA Mais je ne veux pas citer dÕinfl spÈcifique : tout mÕinfluence. Auss le cinÈma, dans son ensemble, quelque chose que je vois dans la sur le chemin du bureau. Je ne sais qui a dit que lÕart Ètait un ´pillage tifªÉ JÕavais aussi des contraintes gÈtaires assez strictes. Pas questio construire un futur en partant de Ce qui, en un sens. mÕarrangeai voulais que le monde de Gattaca suffisamment familier, accessible que lÕhistoire reste proche des s teurs. Avec lÕÈquipe dÈco, nous a un credo : ´Pas de motos volantes, dÕuniformes ‡ Èpaulettesɪ Pour l rieur de la Gattaca Aeros Corporation, nous avons utilisÈ le nier b‚timent construit par Frank L Wright. Il a ÈtÈ dessinÈ dans les an 60, alors que les gens considÈra encore lÕavenir avec optimisme. quelque chose dÕhÈroÔque, de t phant dans cette architecture. JÕ son cÙtÈ aÈrodynamique, tout en r et en courbes. CÕest un des moti film : dans un monde o˘ un seul ch peut vous trahir, il ne peut pas y dÕangle o˘ se cacherÉ
Quel a ÈtÈ le travail sur les couleurs A Gattaca, les couleurs sont hiÈra sÈes : IÕÈlite est vÍtue de bleu, t plutÙt optimiste ; les classes moyen par exemple, les inspecteurs - po du noir ou du gris, en-dessous les ments sont dÕun brun terne. Pas formes, mais une uniformitÈ. Co nous ne pouvions reconstruire le mo nous lÕavons ´peintª : gr‚ce aux f le monde dÕaujourdÕhui paraÓt dif Ainsi les extÈrieurs sont-ils volont ment trËs jaunes. Age dÕor ou j bilieux comme celui dÕune jaunisse
Le cachet esthÈtique du film tient pou Le rÈalisateur beaucoup aux collaborateurs que jÕ choisis : le point commun entre le dÈco rateur, Jan Roelfs, le musicien, Michael Gattacamarque les dÈbuts dÕAndrew Nyman, et le chef opÈrateur, Slawomi Niccol comme rÈalisateur de cinÈma. Il Idziak, cÕest quÕaucun dÕentre eux n sÕagit de son propre scÈnario original. amÈricain. En plaisantant, on se disai NÈ en Nouvelle-ZÈlande, Niccol se que, dans les magasins de vidÈo dÈcrit lui-mÍme comme un nomade qui a Bienvenue ‡ Gattacaatterrirait dan trouvÈ sa voie dans le cinÈma ‡ Londres. la section ´films europÈensª ! Il y est en effet devenu un scÈnariste et un rÈalisateur de films publicitaires trËs Votre prochain film sera un film d recherchÈ. Il sÕest depuis Ètabli ‡ Los science-fiction ? Angeles pour y faire des films ´qui Pas s˚r. Je rÈflÈchirai ‡ deux fois avan durent plus longtemps que soixante de me replonger dans le futur. Parce qu secondesª, selon ses propres termes. le plus difficile est de faire sans cess Son prochain projet seraThe Truman des prÈdictions, qui nÕont rien ‡ vo show, film rÈalisÈ par Peter Weir avec lÕhistoire elle-mÍme. ´Andrew, dÕaprËs un autre scÈnario original, et quoi ressemblent les tÈlÈphones, interprÈtÈ par Jim Carrey. Gattaca ? Et dÕabord, est-ce quÕil y a d tÈlÈphones ? Quels stylos utilisent-ils A quoi ressemble lÕargent ?ª Je devai chaque jour rÈpondre ‡ une douzaine d Filmographie questions de ce genre, le nez dans m boule de cristal. Dans un film contempo rain, vous devez choisir entre deu Gattaca1998 lampes. Dans un film de science-fiction vous devez dÈcider si les lampes exis tent encore ! CÕest Èpuisant ! Propos recueillis par AurÈlien Ferenczi TÈlÈrama n∞2520 - 29 Avril 199
SALLE D'ART ET D'ESSAI C L A S S … ER E C H E R C H E 8 ,R U ED EL AV A L S E 42100 SAINTETIENNE 04.77.32.76.96 R…PONDEUR : 04.77.32.71.71 Fax : 04.77.25.11.83
Documents disponibles au France
Positif n∞447 Cahiers du CinÈma n∞523
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Gamin au vélo

Le Gamin au vélo

de cinemavectoi

Le Discours d’un roi

Le Discours d’un roi

de cinemavectoi

suivant