On a retrouvé la 7ème compagnie, les répliques cultes

De
Publié par

On a retrouvé la 7ème Compagnie !
Film réalisé par Robert Lamoureux en 1975.
Synopsis : Tentant de rejoindre le sud de la France, les rescapés de la 7eme compagnie sont de nouveau attrapés. Ils s'evadent une seconde fois, déguisés en officiers...
Publié le : jeudi 22 septembre 2011
Lecture(s) : 4 201
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
ème On a retrouvé la 7Compagnie !
Pithiviers: Si j’connaissais l’con qui a fait sauter l’pont.Narrateur: A l’époque où les armées Allemandes s’éloignent imprudemment de Berlin pour gagner nos plages méditerranéennes, capturant dans la foulée, la 7ème compagnie de transmission, trois soldats de cette bouillante unité, zigzaguant à l’aveuglette entre nos arrières et leurs avants, ce sont emparés euh ... involontairement, d’un euh ... d’une Panzer Abschleppwagen, en Français dépanneuse de char. Dès lors, avec un courage pondéré, ils vont tenter d’échapper à la t’naille, situation délicate plus connu dans les hautsétats-majors sous le nom de « prise en sandwich ».
Pharmacien: Vous allez faire sauter l’pont ?! Blanchet: Ba j’vais essayer. Où est il ?Pharmacien: A 2km d’ici.Blanchet: Bon et bien au revoir et merci. Pharmacien: Un conseil, pour le pont, vous faites pas voir surtout. Blanchet: Ba évidement, j’vais pas faire ça sous le nez des Allemands !Pharmacien: J’vous parle pas des Allemands. J’vous parle de la mère Crouzy. Elle habite juste à coté du pont. Si vous le faites sauter elle est obligée de faire un détour de 8km pour venir au village. Blanchet: Oh ba j’suis désolé mais c’est la guerre hein.Pharmacien: Ah ba justement, la guerre c’est rien à coté de la mère Crouzy ! Si elle vous chope en train de trafiquer le pont, faites vous sauter avec ! Ca reviendra au même ! Dynamiteur:Et mettez pas tout d’un coup surtout. Là vous en avez pour 3 ou 4 ponts.Blanchet: Oui. Ba tout dépend du pont, évidement. Dynamiteur: Évidement. Mais là, je parle du pont courant quoi. Blanchet: Et bein ... entre le viaduc et la passerelle quoi. Dynamiteur: Vous branchez le fil rouge sur le bouton rouge, le fil vert sur le bouton vert, vous appuyez et plaf ! Blanchet: Le fil rouge sur le bouton rouge, le fil vert sur le bouton vert. Soldat: Alors ? On peut ? Chaudard: Non on peut pas, y’a un convoi d’Allemands qui va passer.Soldat: Et bein ? Chaudard: Quoi « et bein » ? Soldat: Ba vous l’attaquez pas ? Nan parce que ... d’après ce que vous disiez tout à l’heure c’était plutôt ...Chaudard: Oui, d’habitude oui, mais là euh ... on est pas échauffés. Pithiviers: Il aurait pas fallu qu’on s’arrête. Hein, chef ?Blanchet:Mais tremblez pas comme ça, ça fait d’la mousse !Chaudard: Ce qu'il faut maintenant, c’est pas rattraper les Allemands qui sont devant ... sans se laisser rattraper par les Allemands qui sont derrière.
Blanchet: Le fil rouge sur le bouton blanc, le fil vert sur le bouton bleu. Chaudard: Attention hein. Port illégal d’uniforme, vous savez ce qu’on risque ?Pithiviers: Et eux, chef. Port illégal de vêtements civil. C’est pire, surtout en temps de guerre. Lieutenant: Puisque nous n’avons pas su les conduire à la victoire, sachons au moins les aider dans la défaite. N’est ce pas, mon colonel ?Chaudard: Oui, mon lieutena ... Oui euh ... Oui ça ... Ca faut reconnaître que côté victoire on a pas été ... Lieutenant: Non. Des exemples. Voilà plus que jamais ce que nous devons être. Des exemples. Chaudard: Oui, mon lieutenant. Soldat Allemand: Halt ! Groupir ! Il faut reste groupir ! Chaudard: Mais faut arrêter ça, on va se tuer ! Pithiviers: Laissez moi faire, chef. Chaudard: Pourquoi, tu t’y connais ?Pithiviers: Bein ... un peu. Papa était chauffeur de locomotive. Il m’emmenait souvent avec lui. Chaudard: Bon alors le frein ! Pithiviers: Ba oui mais j’était p’tit hein.Chaudard: Non, c’est pas ça. Ca c’était « touche pas à ça, p’tit con ».Pithiviers: Il faut sauter si on veut pas sauter ! Chaudard: Mais si on saute ils vont nous tirer comme des lapins ! Pithiviers: Mais si on saute pas on saute !
Replikultes.net
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi