La maladie de Lyme

365 lecture(s)

Info infectiologie
La maladie de Lyme :
présente, même au Québec
Dr Jean-François Roussy (avec la collaboration de Dr Alain Martel, M.D., FRCPC)
Récemment, au cours d’une garde, j’ai reçu
l’appel d’un urgentologue qui désirait obtenir
mon avis quant à l’un de ses patients qui avait
été mordu par une tique, 18 heures auparavant.
PRÉSENTATION CLINIQUE DU PATIENT
Le patient est allé dans un terrain boisé tout près de Sherbrooke.
Environ 12 heures plus tard, il a remarqué la présence d’une tique
accrochée à sa peau, au bas de son dos. Il l’a rapidement retirée et a
consulté un docteur dès le lendemain matin, puisqu’une zone de rougeur
autour du site de la morsure avait légèrement progressé et qu’il craignait
avoir contracté la maladie de Lyme. Il n’a aucun symptômes généraux et
aucune autre lésion cutanée. Le reste de la revue des systèmes et de
l’examen physique est sans particularité. Il n’a pas conservé la tique.
a maladie deL Lyme est rare
Qu’est-ce que la maladie de Lyme?au Canada. Des ette maladie infectieuse, distribuée mondialement, est causée par unepopulations Cbactérie de la famille des Spirochètes, nommée Borrelia burgdorferi.
Celle-ci est transmise aux humains par des tiques (Ixodes scapularis) dontd’I. scapularis
les hôtes principaux sont le chevreuil et la souris.sont établies sur
13 sites dans le
Mon patient a-t-il pu être mordu par une tiqueSud et l’Est de type I. scapularis au Québec? Si oui, sont-
elles toutes infectées par B. burgdorferi?ontarien, ...

lire la suite replier

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
Syal
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi

InLamaladiedeLyme:présente,mêmeauQuébecDrJean-FrançoisRoussy(aveclacollaborationdeDrAlainMartel,M.D.,FRCPC)foinfectiologieRécemment,aucoursd’unegarde,j’aireçul’appeld’unurgentologuequidésiraitobtenirmonavisquantàl’undesespatientsquiavaitétémorduparunetique,18heuresauparavant.PRÉSENTATIONCLINIQUEDUPATIENTLepatientestallédansunterrainboisétoutprèsdeSherbrooke.Environ12heuresplustard,ilaremarquélaprésenced’unetiqueaccrochéeàsapeau,aubasdesondos.Ill’arapidementretiréeetaconsultéundocteurdèslelendemainmatin,puisqu’unezonederougeurautourdusitedelamorsureavaitlégèrementprogresséetqu’ilcraignaitavoircontractélamaladiedeLyme.Iln’aaucunsymptômesgénérauxetaucuneautrelésioncutanée.Lerestedelarevuedessystèmesetdel’examenphysiqueestsansparticularité.Iln’apasconservélatique.amaladiedeLLymeestrareauCanada.DesQu’est-cequelamaladiedeLyme?ettemaladieinfectieuse,distribuéemondialement,estcauséeparunepopulationsbactériedelafamilledesSpirochètes,nomméeBorreliaburgdorferi.d’I.scapularisCelle-ciesttransmiseauxhumainspardestiques(Ixodesscapularis)dontsontétabliessurleshôtesprincipauxsontlechevreuiletlasouris.13sitesdansleMonpatienta-t-ilpuêtremorduparunetiqueSudetl’EstdetypeI.scapularisauQuébec?Sioui,sont-ontarien,enellestoutesinfectéesparB.burgdorferi?Nouvelle-ÉcosseetdansleSud-LamaladiedeLymeestrareauCanada.Despopulationsd’I.scapularisEstdusontétabliessur13sitesdansleSudetl’Estontarien,enNouvelle-ÉcosseetdansleSud-EstduManitoba.En2006,parmiles2045tiquesreçuesparManitoba.leLSPQ(LaboratoiredesantépubliqueduQuébec),662étaientdesI.scapularisprovenantdediversesrégionsduQuébec(dontl’Estrie),eten-viron11%d’entresellesétaientpositiveslorsdudépistagedeB.burgdor-leclinicienjanvier201111
Infoinfectiologien2006,Eparmiles2045tiquesreçuesparleLSPQ,662étaientdesI.scapularisprovenantdediversesrégionsduQuébec(dontl’Estrie),etenviron11%d’entresellesétaientpositiveslorsdudépistagedeB.burgdorferi.21leclinicienjanvier2011feri.Toutefois,actuellement,lespatientsatteintsdelamaladiedeLymeauQuébeconttouscontractélamaladieaucoursd’unséjouràl’extérieurdelaprovince.Parcontre,onacommencéàapercevoirdestiquesimmatures(formeayantleplusfortpotentieldetransmissiondelamaladie)dansleSudduQuébec.Ainsi,monpatientpourraitavoircontractélamaladiedeLymeaprèsunemorsuredetique«québécoise».LesmanifestationscliniquesLesmanifestationscliniquesdelamaladiesontdiviséesentroisstades:l’infectionprécocelocalisée;l’infectionprécocedisséminée;l’infectiondisséminéetardive.L’infectionprécocelocaliséeIls’agitd’unérythèmemigrantquisemanifestede3à30joursaprèslapiqûredetique(périoded’incubationdelamaladie).Deuxpatientssurtroisdéveloppentceslésions,généralementasymptomatiques,deformecircu-laire,ovaleoutriangulaire.Leurtailleaugmenterapidementetatteinthabi-tuellementundiamètrede5cm.Dessymptômesetsignesconstitutionnelspeuventapparaître,dontlafièvre,lesmyalgies,lesarthralgies,l’anorexie,lesdysesthésiesetlesmauxdegorge.Finalement,deslésionsérythémateusesannulairesdepetitesdimensions,apparaissantdansles48heuressuivantunepiqûredetique,peuventprésenteruneréactiond’hypersensibilitéetnedoiventpasêtrecon-sidéréescommeunprolongementdel’érythèmemigrant.Aussi,ilestànotéquedanslescasdepiqûredocumentéeavecI.scapu-laris,latransmissiondelabactérieB.burgdorferiseproduitdanslavastemajoritédescassil’extractiondelatiquesefaitdansundélaideplusde72heures.Monpatientn’apasdesymptômesconstitu-tionnelsetseslésionsérythémateusessontapparuesmoinsde24heuresaprèslamorsure,signifiantprobablementuneréactiond’hypersen-sibilité.LaprobabilitédemaladiedeLymeestfortementdiminuée,étantdonnél’absencedetableaucliniquecompatibleetdemorsuredetiqued’unezonenonendémique.
L’infectionprécocedisséminéeettardiveLesdeuxautresstadesdelamaladiesontl’infectionprécocedisséminéeetl’infectiondisséminéetardive;ellesseproduisentdanslesmoisetannéessuivantlapiqûre.Celles-cisontcaractériséespardestableauxmuscu-losquelettiques,neurologiquesoucardiaques.Ilexisteunesérologiepermettantderecon-naîtreleB.burgdorferi–l’agentcausaldelamaladiedeLyme.Serait-cepertinentdelademanderafind’écartercomplètementlapossi-bilitéd’unemaladiedeLyme?LasérologieD’entréedejeu,lediagnosticdelamaladiedeLymeestbasésurlessymp-tômescliniquescompatibles,sipossibleassociésàunehistoired’expositionàdestiquesdansunerégionendémique.Cesseulesconditionspeuventjus-tifierunesérologie.Enfait,lasérologiepermetdeconfirmeruntableaucliniquesuspectetnond’établirlediagnostic.Eneffet,cettesérologiemanquedespécificitépourdemultiplesraisons:infectionsàd’autresSpirochètes,dontlasyphilis;certainesmaladiesauto-immunes,tellesquelelupusetl’arthriterhuma-toïde;uneflorebuccalenormalepouvantinclurecertainsBorreliaet;d’autresinfectionsvirales.Ainsi,demanderlasérologiedanslescasdefaiblesuspicionentraînesouventdesrésultatsfaussementpositifs.Finalement,seulement20%despatientsatteintsd’érythèmemigrantontunesérologiepositive,carlaformationdesanticorpsprendaumoinsqua-treàsixsemainesavantdepouvoirêtredétectée.LETRAITEMENTDUPATIENTLaprobabilitéd’unemaladiedeLymechezcepatientesttrèsfaible(périoded’incubationtropcourte,cliniquenoncompatible,extractionrapidedelatiqueetrégionnonendémique).Ainsi,aucuneprophylaxien’estnécessaireetlasérologieestnonrecommandée.Toutefois,étantdonnélapérioded’incubationde3à30jours,ilfautrecommanderaupatientdeconsulterànouveausideslésionscompatiblesavecl’érythèmemigrantsedéveloppentdanslesjourssuivants,etce,avecousanssymptômesconstitutionnels.Infoinfectiologieeulement20%Sdespatientsatteintsd’érythèmemigrantontunesérologiepositive,carlaformationdesanticorpsprendaumoinsquatreàsixsemainesavantdepouvoirêtredétectée.DrRoussyestrésidentIVenmicrobiologie-infectiologie.IlpratiqueprésentementauCentrehospitalieruniversitairedeSherbrooke.DrMartelestmicrobiologiste-infectiologue,interniste.IlpratiqueprésentementauCentrehospitalierdel’universitéLaval.leclinicienjanvier201113
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.