maladie d'alzheimer

162 lecture(s)

Dans le cadre de laCommuniqué de presse, le 8 septembre 2010
17ème Journée mondiale
de la maladie d’alzheimerCONFÉRENCE
grand public
maladie d’alzheimer
quoi de neuf
100 ans après sa découverte ?
mardi 21 septembre 2010 - 18h30
hôtel de ville de Tours - salle des mariages
Programme
Diagnostic et prise en charge de la maladie aujourd’hui
Professeur Caroline Hommet / Centre Mémoire Ressources Recherche - CHRU de Tours
Recherche : l’apport de l’imagerie
Professeur Denis Guilloteau / Directeur unité recherche INSERM U930 / CHRU de Tours
Le soutien aux proches
Dominique Beauchamp / Présidente de Touraine Alzheimer
Aujourd’hui, la maladie d’Alzheiler est connue, pour autant le diagnostic reste difficile car il repose sur un faisceau
d’arguments avant tout cliniques, bien que des examens radiologiques et biologiques puissent aider au diagnostic.
Pourtant, malgré l’amélioration des connaissances sur la maladie, actuellement encore, et plus de 50 % des sujets
atteints ne seraient pas diagnostiqués et échapperaient ainsi à tout prise en charge.
Les dispositifs de diagnostic se sont mis en place depuis 10 ans, au travers trois plans gouvernementaux successifs.
Ainsi, deux types de dispositifs ont vu le jour : les consultations mémoire et les Centres Mémoire de Ressources
et de Recherche (CMRR). Ces derniers sont des structures de recours régionales pour les cas difficiles justifiant
d’une expertise spécialisée et d’un plateau technique large (imagerie, biologie, ...

lire la suite replier

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
Shous
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi

Communiqué de presse, le 8 septembre 201017ème DJaonusr lneé ec amdroen ddiea llea CONFÉRENCEde la maladie d’alzheimergrand publicmaladie d’alzheimerquoi de neuf 100 ans après sa découverte ?mardi 21 septembre 2010 - 18h30hôtel de ville de Tours - salle des mariagesProgrammeDiagnostic et prise en charge de la maladie aujourd’huiProfesseur Caroline Hommet / Centre Mémoire Ressources Recherche - CHRU de ToursRecherche : l’apport de l’imagerieProfesseur Denis Guilloteau  / Directeur unité recherche INSERM U930 / CHRU de ToursLe soutien aux prochesDominique Beauchamp  / Présidente de Touraine AlzheimerAujourd’hui, la maladie d’Alzheiler est connue, pour autant le diagnostic reste dificile car il repose sur un faisceau d’arguments avant tout cliniques, bien que des examens radiologiques et biologiques puissent aider au diagnostic. Pourtant, malgré l’amélioration des connaissances sur la maladie, actuellement encore, et plus de 50 % des sujets atteints ne seraient pas diagnostiqués et échapperaient ainsi à tout prise en charge. Les dispositifs de diagnostic se sont mis en place depuis 10 ans, au travers trois plans gouvernementaux successifs. Ainsi, deux types de dispositifs ont vu le jour : les consultations mémoire et les Centres Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR). Ces derniers sont des structures de recours régionales pour les cas dificiles justiiant d’une expertise spécialisée et d’un plateau technique large (imagerie, biologie, expertise neuropsychologique). Leur mission ne se restreint pas exclusivement à l’expertise clinique, mais concerne aussi l’enseignement et la recherche. Différents professionnels y interviennent : médecins neurologues, gériatres, psychiatres, orthophonistes, psychologues, inirmières etc...Si la maladie d’Alzheimer est avant tout une maladie de la mémoire, les données de suivi de la cohorte française PAQUID, plaident en faveur d’une altération précoce, parfois plus de 10 ans avant le diagnostic, de certaines fonctions cognitives. Tout l’enjeu actuel repose sur le diagnostic précoce qui permet une prise en charge adaptée, à la fois médicamenteuse et non médicamenteuse. Aussi l’équipe de l’unité Inserm U930 de Tours travaille-t-elle au développement d’outils de diagnostic précoce à l’aide de l’imagerie cérébrale, en collaboration avec d’autres équipes françaises. La Tomographie d’émission de positons (TEP) offre maintenant la possibilité de visualiser les dépôts de protéines amyloïdes dans les cerveaux des sujets atteints de la maladie d’Alzheimer, dès les stades très précoces de la maladie. Jusqu’à présent seule l’utilisation d’un radiopharmaceutique marqué au Carbone 11 rendait cette visualisation possible, mais cette technique n’était réalisable que dans quelques centres de recherche, sans perspective d’utilisation en routine clinique pour la majorité des patients. Les équipes de Tours (Pr Denis Guilloteau), de Caen (Dr Louisa Barré), deToulouse (Pr Pierre Payoux) associées à Cyclopharmma, en lien avec une société de biothechnologie américaine (AVID) ont obtenu les premières images en France des plaques amyloïdes chez des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer, en utilisant un nouveau radiopharmaceutique dont le marquage au Fluor 18 permet d’envisager une utilisation très large en pratique clinique de routine. En effet ce traceur est beaucoup plus facile à manier en raison de sa demi vie plus longue que le carbone 11. Les retombées pratiques sont très importantes tant en terme de diagnostic précoce permettant d’envisager les traitements le plus tôt possible, que dans le suivi de l’eficacité des nouveaux traitements, en particulier ceux visant à diminuer l’accumulation intra-cérébrale de substance amyloide.Contact presseAnne-Karen NanceyDirection de la communication02 47 47 37 57ak.nancey@chu-tours.frwww.chu-tours.frPour mémoireLa maladie d’Alzheimer a été décrite pour la première fois il y a plus de 100 ans par A Alzheimer. La description initiale chez une femme jeune a longtemps entretenu une certaine confusion autour de cette maladie, qui a été jusqu’au milieu du XX ème siècle, considérée comme une maladie rare, affectant des personnes de moins de 60 ans. Ce n’est qu’à partir des années 80 qu’il a pu être établi que sa fréquence augmentant avec l’âge, le vieillissement de la population en faisant alors une des principales préoccupations de santé publique.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.