PROFIL ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES HÉMIPLÉGIES EN RÉÉDUCATION

De
Publié par

Médecine d'Afrique Noire : 1996, 43 (11) patients selon 3 niveaux d'autonomie, à l'aide de l'échelle proposée par DUDOGNON (4) : Séquelles discrètes : Niveau I ...

Publié le : vendredi 11 novembre 2011
Lecture(s) : 373
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
PROFIL …PID…MIOLOGIQUE DES H…MIPL…GIES EN R……DUCATION
B.M. NANDJUI*, A.M. DATIE*, B. TUO*
R…SUM… LÕÈtude concerne 105 patients hÈmiplÈgiques pris en charge en rÈÈducation fonctionnelle de 1992 ‡ 1994. LÕanalyse des caractÈristiques ÈpidÈmiologiques a mon-trÈquelacauseprincipaledelÕhÈmiplÈgieestlVÕCA (78,1% des cas), par un mÈcanisme ischÈmique (61%), le facteur de risque Ètant lÕHTA ; les groupes dÕ‚ge intÈ-ressÈs sont ceux de 30 ‡ 70 ans et plus. Nous retenons Ègalement quÕau plan de lÕÈvolution, les hÈmiplÈgies fai-sant suite aux autres causes laissent peu de sÈquelles ; dans les suites dÕAVC les sÈquelles peuvent Ítre plus lourdes (40,24% au niveau I, 45, 12% au niveau II).
INTRODUCTION
LÕhÈmiplÈgie, sÈquelle paralytique dÕun hÈmicorps par sui-te dÕune lÈsion cÈrÈbrale, a ÈtÈ, pendant longtemps, recon-nue comme survenant ‡ la suite, essentiellement dÕune pathologie cÈrÈbro-vasculaire, principalement du sujet ‚gÈ. Depuis quelques annÈes, lÕhÈmiplÈgie est devenue, Ègale-ment une pathologie du sujet jeune, liÈe ‡ des causes diver-ses (2). LÕhÈmiplÈgie se trouve ‡ la 4Ë place de nos consultations, et reprÈsente 8,67% des pathologies rencontrÈes en rÈÈdu-cation (5). Notre Ètude a pour but dÕÈtudier les caractÈristiques ÈpidÈ-miologiques de ces hÈmiplÈgies.
MAT…RIEL ET M…THODE
Cette Ètude rÈtrospective porte sur 105 patients hÈmiplÈgi-ques suivis en rÈÈducation externe au CHU de Yopougon, sur une pÈriode de 3 ans, de 1992 ‡ 1994. Ont ÈtÈ inclus dans lÕÈtude : les patients prÈsentant une hÈmiplÈgie rÈcen-te avec un bilan Ètiologique complet, et ayant bÈnÈficiÈ dÕune rÈÈducation. Nous avons analysÈ les caractÈristiques ÈpidÈmiologiques de ces patients, ainsi que lÕÈvolution, en classant les * Service de RÈÈducation Fonctionnelle : 21 BP 632 Abidjan 21 CHU YOPOUGON
MÈdecine d'Afrique Noire : 1996, 43 (11)
patients selon 3 niveaux dÕautonomie, ‡ lÕaide de lÕÈchelle proposÈe par DUDOGNON(4) : SÈquelles discrËtes :Niveau I : autonomie de la marche et dans les activitÈs de la vie quotidienne ; main plus ou moins dÈficitaire, reprise du travail envisageable directe-ment, ou aprËs reclassement. SÈquelles importantes :Niveau II : autonomie de marche en extÈrieur ; aide partielle pour les activitÈs de la vie quotidienne ; incompatible avec la reprise de travail. SÈquelles majeures :Niveau III : dÈpendance totale ou presque, nÈcessitÈ dÕune tierce personne ; marche impos-sible en extÈrieur sans aide. R…SULTATS 1) EpidÈmiologie
* 68 patients (64,8%) de sexe masculin, 37 (35,2%) de sexe fÈminin.
* lÕ‚gemoyen Ètait de 47,84 ans. La rÈpartition par tranche dÕ‚ge sÕÈtablissait comme prÈsentÈ par le schÈma 1.
* 66 patients (62,9%) exerÁaient une activitÈ profession-nelle lors de leur maladie, et 39 (37,1%) nÕavaient aucu-ne activitÈ professionnelle. Toutes les catÈgories profes-sionnelles Ètaient reprÈsentÈes.
* Les tableaux I et II reprÈsentent les Ètiologies en cause : - 78,1%des patients prÈsentaient une hÈmiplÈgie suite ‡ un accident vasculaire cÈrÈbral (AVC) ; les mÈcanis-mes des AVC se rÈpartissaient en ischÈmie : 50 pa-tients (61%) ; en hÈmorragie, 32 patients (39%). Les facteurs de risque dans les AVC sont prÈsentÈs dans le tableau III. - Lestraumatismes cr‚niens (TC) concernaient 12 pa-tients (11,4%). - Lesprocessus infectieux (PI), 5,7% comportaient 2 cas dÕabcËs du cerveau, et 4 cas de toxoplasmose ; les processus tumoraux (PT), 4,8% des cas.
PROFIL …PID…MIOLOGIQUEÉ
2) Sur le plan clinique
Les hÈmiplÈgies se rÈpartissaient en 50 hÈmiplÈgies droites (47,6%), avec aphasie dans 14 cas ; et 55 hÈmiplÈgies gauches (52,4%).
3) Sur le plan de lÕÈvolution
56 patients (53,33%) ont rÈcupÈrÈ au niveau I ; 37 patients (35,23%) au niveau II, 12 patients (11,42%) au niveau III. Le schÈma 2 reprÈsente lÕÈvolution en fonction de lÕÈtio-logie.
COMMENTAIRE De cette Ètude, il ressort que des causes variÈes peuvent Ítre ‡ lÕorigine des hÈmiplÈgies ; mais les AVC restent la cause premiËre de ces hÈmiplÈgies avec 78,1% des patients, le mÈcanisme ischÈmique, avec 61% des cas, prÈdominait sur le mÈcanisme hÈmorragique, 39% des cas. Ces rÈsultats corro-borent ceux de DUDOGNON (4), qui sur une sÈrie de 85 hÈmiplÈgies retrouve 70 cas dÕischÈmie (82,4%), et 15 cas dÕhÈmorragie (17,6%) ainsi que BILECKOT(1), qui, sur une sÈrie de 109 patients hÈmiplÈgiques, fait Ètat de 91 cas dÕischÈmie (83,5%) et de 18 cas dÕhÈmorragie (16,5%). Les patientssujetsauxAVContentre30et70anset+.LÕHTA est le facteur de risque essentiel des AVC, dans 68,3% des cas ; dans 18 cas, les facteurs de risque nÕont pu Ítre identi-fiÈs, malgrÈ les investigations paracliniques entreprises. LÕÈtiologie traumatique est retrouvÈe dans 11,4% des cas, et constitue une pathologie des moins de 30 ans. On constate une prÈdominance masculine nette. 53,33% des patients ont retrouvÈ leur autonomie au niveau I. Tous les patients ayant prÈsentÈ une pathologie autrequÕun AVC, ont rÈcupÈrÈ au niveau I. Dans les AVC, les patients sont rÈpartis dans les niveaux dÕautonomie I et II, avec res-pectivement 33 cas (40,24%) au niveau I; et 37 cas (45,12%) au niveau II. LÕhÈmiplÈgie dans les suites dÕun AVC, est ‡ lÕorigine dÕun handicap plus lourd que dans les suites dÕune autre pathologie. LÕhÈmiplÈgie est donc une pathologie qui occupe une place importante dans notre service, et concerne les sujets de 30 ans ‡ 70 ans, de sexe masculin, hypertendus, avec pour cause essentielle un AVC. LÕÈvolution se fait vers une rÈgression de la paralysie avec des sÈquelles minimes qui permettent une reprise, au moins des activitÈs professionnelles (53,33% des patients). Mais elle peut laisser des sÈquelles importantes source dehandicap.
SchÈma 1 : RÈpartition par tranche dÕ‚ge
44 40 36 32 28 24 20 16 12 8 4 0 <30 30-4970 et + 50-69 Tranches d'‚ge
Tableau I : Diagnostic Ètiologique
F
M
613
Nombre Pourcentage AVC 8278,1 TC 1211,4 PT 0504,8 PI 0605,7 Total 105100 Tableau II : RÈpartition des Ètiologies selon les tranches dÕ‚ge AVC TCPT PITotal <30 ans03 0801 0113 30-49 ans35 0303 0243 50-69 ans36 0101 0341 70 ans et +08 -- - 08 Total 8212 0506 105 Tableau III : MÈcanisme et facteurs de risque HÈmorragie IschÈmie Total(%) HTA 2135 56(68,3) DiabËte 0102 03 DiabËte + HTA02 0204 DrÈpanocytose -01 01 Non identifiÈ08 1018 (21,9) Total 32(39 %)50 (61 %)82
MÈdecine d'Afrique Noire : 1996, 43 (11)
614
SchÈma 2 : …volution selon lÕÈtiologie 40 I 35 30 II 25 III 20 15 10 5 0 A V CTC PTPI
BIBLIOGRAPHIE
1. R. BILECKOT, P. BASSOUMBA, R; OKONINDE, J.M. ZOLA, S. WASOUMBOU, G. MOUANGA-YIDIKA. RÈÈducation fonctionnelle de lÕHÈmiplÈgie vasculaire ‡ Brazzaville (Congo). A propos de 109 cas. MÈdecine dÕAfrique Noire, 1993, 40 (8/9) : 516-521. 2. A. CHANTRAINE. HÈmiplÈgie. In RÈÈducation Neurologique. Guide pratique de la rÈÈducation des affections neurologiques. MEDSI/MC GRAW-HILL, 1990, p. 285-295. 3. B.A. DIALLO, M. TRAORE. Profil ÈpidÈmiologique des AVC au Mali. A propos de 50 cas hospitalisÈs
MÈdecine d'Afrique Noire : 1996, 43 (11)
PROFIL …PID…MIOLOGIQUEÉ
‡ lÕHÙpital du Point ´Gª. MÈdecine dÕAfrique Noire, 1994, 41 (7) : 442-444. 4. P. DUDOGNON, C. LABROUSSE, J.Y. SALLE, M. MUNOZ, J.P. CHARTIER. …volution ‡ long terme des hÈmiplÈgies vasculaires : survie et devenir fonctionnel. In ActualitÈs en RÈÈducation Fonctionnelle et RÈadaption, 14e sÈrie, Masson, 1989, 231-237. 5. M.B. NANDJUI. Bilan dÕactivitÈ du Service de RÈÈducation Fonctionnelle. Archives des HÙpitaux, CHU Yopougon, 1994, p. 63-67.
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

herve.tshiosha

MEILLEUR POUR LE PERFECTIONNEMENT EN NEUROLOGIE

mercredi 4 mars 2015 - 19:18