Dossier - Untitled

De
Publié par

Dossier - Untitled

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 268
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
 
Générique
aroque Production présente ORIS VIAN hansons possibles hansons impossibles hansons pas possibles hansons... enfin !
BORIS VIAN EN CHANSONS Sur une idée de de Jérôme Marin. Une production de Baroque Production.
CHANSONS POSSIBLES Avec Aimée Leballeur & Jérôme Marin au chant, accompagnés au piano par Antoine Bernollin. Arrangements musicaux d' Antoine Bernollin. CHANSONS IMPOSSIBLES Avec Muriel Blondeau & Jérôme Marin au chant, accompagnés au piano par Antoine Bernollin. Arrangements musicaux d'Antoine Bernollin.
CHANSONS PAS POSSIBLES Avec Muriel Blondeau, Aimée Leballeur & Jérôme Marin au chant, accompagnés au piano par Antoine Bernollin. Arrangements musicaux d'Antoine Bernollin. CHANSONS... ENFIN ! Distribution en cours. Travail de compositions musicales d'Antoine Bernollin & Jean-Yves Rivaud
CONTACT BAROQUE PRODUCTION 108 rue de Bourgogne 45000 Orléans téléphone : 02 38 62 78 19
DIFFUSION Corinne CONTASSOT : 06 86 97 50 82 / corinnebaroque@gmail.com
Aimée Leballeur, Muriel Blondeau & Jérôme Marin
A propos d projet... u
Pour les saisons 2009/2010 et 2010/2011, Baroque Production vous présente son nouveau projet autour des chansons de Boris Vian, comprenant 4 spectacles originaux. Pourquoi les chansons de Boris Vian ? Son oeuvre, énorme (environ 500 chansons), écrite en à peine 10 ans, est peu ou méconnue. Même si la gloire populaire de ses chansons n'est plus à faire, on peut s'apercevoir qu'au bout du compte le grand public n'en connaît vraiment que quelques unes : J'suis snob, Fais-moi mal Johnny, La Java des bombes atomiques, Le Déserteur,... Jouissives, percutantes, dérangeantes, épatantes... 50 ans après, ses chansons n'ont pas pris une ride. Nous avons eu envie de travailler en profondeur sur cette partie de l'oeuvre de Boris Vian, et faire découvrir au plus grand nombre ces chansons méconnues ou mal jugées du vivant de l'auteur ; et comme il nous semblait difficile de résumer cette étonnante production en un unique spectacle, nous avons décidé de nous aventurer dans une grande odyssée vian esque ... Les deux premières étapes de ce travail seront proposées dès la saison 2009/2010 et s'intituleront « Chansons possibles » et « Chansons impossibles ». Elles s'articuleront autour d'un répertoire de morceaux plus ou moins connues, qui ont eu pour interprètes, notamment : Boris Vian, Henri Salvador, Magali Noël, Louis Massis, Serge Reggiani, Arlette Téphany, Mouloudji, Béatrice Moulin, les Frères Jacques, Les 4 Barbus,... . Complémentaires et totalement indépendants ces deux tours de chant originaux à une, deux ou trois voix offriront un nouveau regard sur ces chansons mordantes, fantaisistes, engagées ou dégagées, rock and roll ou délicieusement swing... mais surtout terriblement actuelles ! Les deux dernières étapes de création de cette odyssée seront proposées pour la saison 2010/2011 et s'intituleront « Chansons pas possibles » et « Chansons... enfin ! ». Elles s'articuleront autour de textes mises en musique mais jamais chantées (ou peu) pour l'une, et de chansons sans mélodie, qui feront l'objet d'un travail de composition originale, pour l'autre.
Boris Vian connaît la chanson...
Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu du XX° siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et desmerveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc.) inspirées par la poésie extrême et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. [...]
« J'ai toujours songé à la musique, de près ou de loin », déclarait-il à la radio en 1956, « puisque j'ai commencé à jouer de la trompette dans des orchestres de jazz et, de fil en aiguille, connaissant de plus en plus de musiciens, j'en ai trouvé qui jouaient du piano et qui m'ont demandé des paroles. » Chansons d'amour, chansons poétiques, chansons politiques, chansons engagées, chansons dégagées, chansons délirantes, chansons à boire, à manger, à danser, à marcher dans l'autre sens, à ne pas travailler, à rêver, à chanter... Chansons possibles et chansons impossibles et même chansons pas possibles. Il y en a de toutes les couleurs, des roses, des rouges, des vertes, des blanches, des grises, des noires et même une « jaune avec des raies bleues » ; sur tous les rythmes, berceuses, blues et blouse, calypso, javas, messes, polkas, rock and roll, tangos, valses ; de toutes les extractions, comédies musicales, ballets, opéras, théâtre, cinématographe ; de toutes les traditions, de France, des contrées latines, des empires centraux, de Moscovie, des Îles et des Amériques ; toutes contiennent ce « je ne sais quoi » dont parlait Georges Brassens. Cette oeuvre « à chanter », nourrie à la fois du talent de Boris Vian à manier la versification française, fût-elle mirlitonesque, et de sa passion pour la musique de jazz, naît durant l'hiver 1942-1943 lorsque l'un de ses amis, le guitariste Jean-Marc (Johnny) Sabrou, lui demande d'écrire des paroles sur une musique qu'il a composée. C'est Au bon vieux temps , dont Noël Arnaud, le bio(parallèlo)-graphe de Boris Vian écrit qu'elle révèle du « réalisme-bouffe des vieux chants noirs du Sud ». [...] Comment en vient-on à la chanson quand on est Boris Vian ? Deux routes se sont croisées : celle de l'amateur inspiré de jazz, fécond et précoce, et celle du romancier, qui connaît, vers 1950, des revers de fortune. Dès lors, Vian y consacre avec bonheur et bonne humeur une part importante de son activité artistique et professionnelle, écrivant toujours les textes, parfois la musique. Son rythme de travail effréné et son esprit brillant lui permettent d'exceller dans le texte court et percutant. Nicole Bertolt et Georges Unglik
NOTES D'INTENTION « CHANSONS POSSIBLES » & « CHANSONS IMPOSSIBLE » S
Parmi toutes les autres, je dois bien dire que ce sont vraiment les chansons de Boris Vian qui ont bercées mon enfance (c'était d'ailleurs à peu près les seules qui passaient sur le tourne-disque de la maison)! Depuis longtemps elles trottaient dans ma tête, sortant parfois pour telle occasion festive ou tel spectacle, mais depuis quelques années, je sentais qu'il était temps de faire plus ! Aussi en 2007, je me suis plongé littéralement dedans : lisant, relisant, écoutant encore et encore, recherchant la rareté, découvrant de somptueux bijoux. Et j'ai donc lancé cet odyssée vianesque avec les quatre projets de tour de chant qu'elle comporte.
Je souhaitais explorer en profondeur cette partie mal-connue de l'oeuvre de Boris Vian (500 chansons environ), mais je ne voulais pas tomber dans la facilité, la simplicité ( « on les a déjà tellement entendues... » ), je voulais surprendre, innover !
L'une des forces de ces textes, c'est l'énorme potentiel théâtral qu'ils recèlent, et j'ai tout de suite compris que c'était par ce biais là que je pourrais apporter un nouvel éclat, un autre regard sur ce répertoire. Musicalement aussi, ces chansons disposent d'une grande richesse de par les genres et les styles qu'elles explorent, et c'était une ressource dont je devais me servir. Alors j'ai composé les deux premiers menus : « Chansons possibles » et « Chansons impossibles ». Le premier proposant un répertoire de chansons fantaisistes et poétiques, et le deuxième, un répertoire de chansons rock  et plutôt absurdes.
Pour approfondir ces deux couleurs, j'ai demandé à deux comédiennes-chanteuses de me rejoindre sur l'un et l'autre de ces projets. Nous avons travaillé ensemble sur la création de personnages (Aimée Leballeur sera la femme classique et chic - Muriel Blondeau sera la femme fatale, la vamp hystérique – Antoine Bernollin, le pianiste à l'allure swing et le personnage masculin que j'interprète étant les liens et le liant), sur les esthétiques (l'univers des années 50, de Saint Germain des Près), sur le style des registres (ainsi que la restructuration de certaines chansons à deux ou trois voix, ouvrant l'interprétation à de nouvelles subtilités), afin d'offrir un vrai contraste entre les deux tours de chant, mais aussi une nouvelle approche de ces chansons dans le but de mieux les servir encore.
À la fois légers et profonds, rosses et tendres, improbables et percutants ces « Chansons possibles » et « Chansons impossibles » offriront une joyeuseté et une poésie communicative mais aussi un regard (troublant d'actualité) pas toujours polissé sur l'homme et sur notre société... un régal en perspective !
Jérôme MARIN
Boris Vian et Juliette Gréco
Eléments d'une biographie de B ris Vian avantageusement connu o sous le nom de Bison ravi :
Je suis né par hasard, le 10 mars 1920 à la porte d'une Maternité fermée pour cause de grève sur le tas. Ma mère enceinte des oeuvres de Paul Claudel (c'est depuis ce temps-là que je ne peux plus le blairer) en était au treizième mois et ne pouvait attendre le concordat... Je grandis en force et en sagesse, mais je restais toujours aussi laid, quoique orné d'un système pileux discontinu, mais très développé. En fait, j'vais la tête de la Victoire de Samothrace. Tout d'un coup, ma physionomie se transforma et je me mis à ressembler à Boris Vian, d'où mon nom.
Boris Vian
PARCOURS...
A propos de J ér ôme M arin...
Après plusieurs années au Conservatoire d'Art Dramatique d'Orléans dans les classes de Nicole Mérouze et Jean-Claude Cotillard, au cours desquelles il montera sa première pièce : « Le journal de Jack l'Eventreur » (en 1996, dans le cadre des travaux d'élèves du Conservatoire), il crée sa première compagnie de théâtre en 1997 : la Compagnie de l'Eau qui dort, qu'il installe à Ingré, juste à côté d'Orléans. Son travail s'oriente déjà vers le cabaret. Il imagine et joue plusieurs spectacles de théâtre et chansons, notamment autour de l'univers de Karl Valentin et de l'absurde : « Kabaret truc » en 1998, « Saucisson de cheval »   en 1998, « La fin du monde » en 2000, « Saucisson de cheval 2 » en 2001. C'est là que l'envie de chanter, et de travailler spécifiquement sur la chanson cabaret vient ; naîtra alors en 2001 le personnage de Monsieur K. qui fera ses armes avec le répertoire de Kurt Weill et Bertolt Brecht, et qui prendra son envol en 2006 avec un nouveau répertoire composé de chansons originales (dont Jérôme Marin signe la plus grande partie des textes). Entre 2000 et 2003, il monte deux pièces dans le cadre du Forum des Droits de l'Homme d'Orléans : « Description » de Philippe Minyana et « Ils sont deux désormais sur cette terre immense » d'Enzo Cormann, il participe à deux spectacles de prévention : « Léo, les mains sales » de Sophie Baudeuf et « L'amour du risque » de Sonia Savary, il adapte et met en scène la nouvelle de Maupassant : « Le Horla ». En 2003, il fonde à Orléans le Théâtre Orchestral de Mlle Jézabel, où il met en place différents projets et spectacles autour du théâtre et de la chanson : les Ateliers d'écriture de chansons (depuis janvier 2004), « D amour et de chair fraîche » (2004) un spectacle de chansons '  d'amours tendres et cruelles, « Il était un piano noir » (2003) lecture musicale d'après les mémoires inachevés de Barbara. En dehors de ses recherches artistiques, Jérôme Marin travaille, en tant que comédien, avec plusieurs compagnies : « Illusions » d'après Richard Bach, adapté et mis en scène par Niseema Theillaud (Cie de l'Eau qui dort – 2003) - « Fallait rester chez vous « de Rodrigo Garcia, mis en scène par Christian Sterne (Les Fous de Bassan ! - 2004) - « La vie c'est scopitone » installation cinématographique de rue autour de l'univers visuel et musical des scopitones des années 60-70 (La Tortue Magique – 2005) - « Tango : 1er mouvement » d'après des textes de tangos argentins, mis en scène par Anna Vilas et Jérôme Marin (Cie Les Passeurs – 2007) -« Léonie est en avance » de Feydeau, mis en scène par Anouck Hilbey (Cie HexActe 2007) - « La Conjuration des Imbéciles » d'après John Kennedy Toole, mis en scène par Bastien Crinon (Aurachrome Théâtre –2008) – « Entre les murs » d’après le roman de François Bégaudeau, mis en scène par François Wastiaux (Cie Valsez-Cassis – Création en janvier 2009 à Théâtre Ouvert – Paris). En 2006, il participe à l'Atelier Théâtral du Centre, organisé par la Cie Orlamonde : projet de réflexion, formation et création autour de « Moby Dick » de Bruno Sachel et « Entre les murs » de François Bégaudeau, sous la direction de François Wastiaux. En 2007, il crée et dirige la 1°édition du Kabaret Festival à Ingré (Loiret), dédié aux différentes expressions du cabaret (organisé par la Cie de l'Eau qui dort) ; et de décembre 2006 à décembre 2007, il organise à Paris des soirées cabaret décalées mensuelles au café littéraire l'Ogre à Plumes, et depuis janvier 2008 des soirées K-Baret à la Péniche Antipode (Paris 19°) tous les deux mois. Depuis juillet 2008, il fait partie du Collectif PLUG & Co (Madame H., The Man Inside Corrine, Victor Marzouk, Monsieur K., Monsieur Katia, Déborah Dégout, Tom de Pékin) et présente une création cabaret et genrée : « Cabaret Bouffe de l'extraordinairissime Alberto Morillo » à la friche culturelle L'Antre-peaux (EMMETROP) à Bourges, en avril 2009 (off du Printemps de Bourges). En octobre 2008 sort le premier album enregistré en public de Monsieur K. (le personnage de cabaret imaginé et interprété par Jérôme Marin), intitulé : « L'antre de l'Ogre ».
A propos d'Antoine BERNOLLIN...
Il commence l'étude du piano à l'âge de cinq ans. La découverte du Jazz et de l'improvisation à l'adolescence, l'incite à faire de la musique son métier. En tant qu’accompagnateur, de nombreuses collaborations l'entraînent dans des styles très divers - du lyrique à la chanson française, en passant par la comédie musicale. Partenaire de compagnies de théâtre ou de danse, il écrit et arrange des musiques vouées spécifiquement à la scène. Et c'est toujours avec une grande joie qu'il retrouve le bonheur d'être en jeu au sein d'un spectacle vivant. Voici en quelques dates son parcours : 1995 : Deuxième médaille en accompagnement au piano – E.N.M. d’Orléans – classe de Jean-François Ballèvre 1994 : Certificat en histoire de la musique – C.N.S.M. de Paris – classe de Brigitte François-Sappey 1992 : Premier prix de formation musicale – E.N.M. d’Orléans – classe de Roland Creuse 1991 : Licence de musicologie – Université de Tours Accompagnement au piano et Chef de chant :  Requiem” de Jean Duruflé - Ensemble Choral de Vincennes - 2006 -- Nuit Blanche Parisienne - Ensemble vocal “Boréale” Jazz et Lyrique - 2004 / 2005 - “La Belle Hélène” et “La Vie Parisienne” de Jacques Offenbach - “Le Cagibi Lyrique - 2003 - “Les Noces de Figaro” de Wolfgang Amadeus Mozart - Le Cagibi Lyrique - 2002 - Comédie Musicale “FAME” - Choeur Contemporain du Centre - 2001 - “L’Heure Espagnole” de Maurice Ravel - Opera 45 E.N.M. d’Orléans - 1994 - “Madame Butterfly” de Giacomo Puccini - Opera 45 E.N.M. d’Orléans -1993  Jazz : - Enregistrement du disque “Tribute” avec le Florent Savigny trio - Août 2007 Festival Orléans’ Jazz avec le “Mainstream Quartet” - Juin 2006 -- 1ère partie du trio de Martial Solal avec “A Suivre…X’tet” de Bruno Régnier - Orléans’ Jazz 95 - 1ère partie du duo Chick Corea/John Mc Laughlin avec “Orlane Quartet” - Orléans’ Jazz 95 - 1ère partie de Al Jarreau avec “Orlane Quartet” - Orléans’ Jazz 94  Spectacles musicaux : Monsieur K. - Chansons Cabaret en tournée depuis sa création au “Divan du Monde” en Octobre 2006 “Mainstream Quartet” - Standards de Jazz Swing - depuis 2006 “Mélopées pour deux solitudes” - Compagnie du Butor - Spectacle musical en tournée depuis sa création au Lavoir Moderne Parisien en Juin 2005 “Pas d’Pagaille !”(d’après “La Flûte Enchantée de W.A.Mozart) - Spectacle jeune public -depuis 2003 « Cabaret Bouffe de l'extraordinairissime Alberto Morillo » - Spectacle cabaret – création en avril 2009
A propos d'Aimée LEBALLEUR...
Formée au Conservatoire National d’Art Dramatique de la ville d’Orléans de 1992 à 1996 par Jean-Claude Cotillard et Nicole Mérouze de la Compagnie Renaud-Barrault, Aimée Leballeur a également été l’élève de Claude Duparfait et de Jean-Marc Eder. Elle a ensuite suivi une formation de manipulation et de création de marionnettes avec la compagnie La Tortue Magique, à Orléans. Elle participe activement en tant que comédienne à plusieurs créations de cette compagnie ( La Vie c’est Super 8 !, La Vie c’est Scopitone !, Arbrange… ), et tourne avec elle depuis 2001 dans de nombreux festivals en France et à l’étranger. C’est aussi en 2001 qu’elle rencontre Christophe Thébault, avec qui elle travaille le jeu masqué, et l’art de la commedia dell’arte. Elle a participé depuis 2003 aux spectacles et à la recherche autour du jeu masqué de la compagnie KRIZO théâtre ( Scène Russe, Les Rites Bougent, et actuellement Les Vies d’Ulysse… ) à Orléans. Elle collabore régulièrement avec d’autres compagnies dans des registres très variés et peaufine au fil des rencontres et des expériences son jeu de comédienne et sa capacité d’interprète (actuellement dans Le Jeu des 7 Familles du Théâtre , compagnie Clin d’œil, Le Cœur Mangé, compagnie Les Fous de Bassan). Aimée Leballeur est également la chanteuse irrévérencieuse des Tord-Boyaux, puis des Amuse-Gueules, formations musicales avec lesquelles elle explore depuis 1998 le répertoire français de la chanson cabaret à personnages.
A propos de Muriel BLONDEAU... De 1998 à 2004, Muriel Blondeau reçoit une formation de comédienne au Conservatoire d’Art Dramatique d’Orléans, sous la direction de Jean-Claude Cotillard puis de Christophe Maltot. Participant à différents stages, elle travaille avec des personnalités aussi diverses que Sophie Loucachevsky, Rafaël Bianchotto, ou Olivier Py. Depuis 2004, elle a joué dans Pièce  de Jean-Marc Poullet, Une saison en enfer  de Arthur Rimbaud et  La maison de  Bernarda Alba  de Federico Garcia Lorca pour la compagnie de L’Eau Qui Dort . En 2005, elle chante dans Projet Hôtel 16 , spectacle mis en scène par Jérôme Marin et en musique par Eric Amrofel pour le Théâtre Orchestral de Melle Jézabel (Médiathèque d’Orléans, Mai 2005) et crée avec Eric Amrofel le spectacle de chanson cabaret Louisa Mauer . En 2006, elle participe à l’Atelier Théâtral du Centre dirigé par François Wastiaux, pour la compagnie Orlamonde et joue dans Le Cœur Mangé mis en scène par Christian Sterne pour la compagnie des Fous de bassan. En 2007, elle joue dans Alpenstock , de Rémy De Vos, mis en scène par Wissam Arbache pour la compagnie de L’Oeuf à dix pas.
Chansons possibles Avec Aimée Leballeur, Jérôme Marin & Antoine Bernollin.
« Un humoriste n'a pas le droit d'être gai. Il peut rire, certes, mais il doit toujours traîner dans son rire un écho du grelot funèbre des prophètes. »  Boris Vian
VA L S E J A U N E (Boris Vian/Marguerite Monnot) - 1954 P O K E R B L U E S (Boris Vian/Philippe Gérard) – entre 1954 et 1959 L E S L E S I O N S DA N G E R E U S E S (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954 N E V O U S MA RI E Z PA S L E S F I L L E S (Boris Vian/Alain Goraguer) - 1958 E N V O L E-T OI (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954 J E N ' AIM E Q U E MOI (Boris Vian/Yves Gilbert) - 1957 T E R R E-L U N E (Boris Vian/Alain Goraguer) 1955 -L' AM E S L AV E (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954 U N E B O N N ' PA I R E D E C L A Q U E S (Boris Vian/Henri Salvador) -1958  A L L O N S Z' E N FA N T S (Boris Vian/Albert Assayag & Mouloudji) - 1952 AU B O N V I E U X T E M P S (Boris Vian/Johnny Sabrou) - 1943 L E F E TA R D (Boris Vian/Henri Salvador) - 1958 J E B OI S (Boris Vian/Alain Goraguer) - 1955 Q U A N D J ' A U R AI D U V E N T DA N S MO N C R A N E (Boris Vian/Serge Gainsbourg) L A J A VA D E S B O M B E S AT O MI Q U E S (Boris Vian/Alain Goraguer) - 1955 L E P E T I T L A U RI S T O N [Berceuse pataphysique à récapitulation] (Boris Vian/Jacques Tritsch) - 1953 N ATA C H A-C HI E N C HI E N C HI E N (Boris Vian/Alain Goraguer) - 1955 A H S I J ' AVA I S U N F R A N C C I N Q U A N T E (paroles orginales : Malvin Schonberger – paroles françaises : Boris Vian/ John Schonberger) – 1947
Chansons impossibles Avec Muriel Blondeau, Jérôme Marin & Antoine Bernollin.
 « Dire des idioties, de nos jours où tout le monde réfléchit profondément, c'est le seul moyen de prouver qu'on a une pensée libre et indépendante. »  Boris Vian
J ' S U I S U N MO N S T R E D E P E R V E R S I T E (Boris Vian/Yves Gilbert) - 1958 L A MAU VA I S E M E M OI R E [Il oublia d'oublier d'oublier] (Boris Vian/Philippe Gérard) - 1958 F R A N K E N S T E I N (Paroles originales : Lou Bartel – Paroles françaises : Boris Vian/Lou Bartel) - 1958 TA N G O I N T E R MI N A B L E S D E S P E R C E U R S D E C O F F R E S - F O R T S (Boris Vian/Jimmy Walter) – 1954 MO Z A R T AV E C N O U S (Boris Vian/Musique arrangée par Alain Goraguer) – 1956 VA L S E DI N G U E (Boris Vian/Boris Vian) - 1954 T R E N T '-N E U F D E F I E V R E (Paroles originales : John Davenport & Eddie Cooley Paroles françaises : Boris Vian/John Davenport & Eddie Cooley) - 1958 A L H AM B R A R O C K (Boris Vian/Alain Goraguer) - 1956 S U I C ID E VA L S E (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954 C I N E M AT O G R A P H E (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954   Q U' E S T- C E Q U E V O U S AT T E N D E Z (Boris Vian/Alain Goraguer & Jean Labille) - 1958 J ' C O U T E C H E R (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954 MO N O N C L E C E L E S T I N (Boris Vian/Claude Bolling) - 1955 C' E S T L E B E-B O P (Boris Vian/Jack Diéval) - 1949 R U E WAT T (Boris Vian/Yves Gilbert) - 1954 L E S P I R AT E S (Boris Vian/Boris Vian) - 1954 B O U R R E E D E C O M P L E X E S (Boris Vian/Alain Goraguer) - 1955 L E S J O Y E U X B O U C H E R S (Boris Vian/Jimmy Walter) - 1954 FAI S-MOI MA L J O H N N Y (Boris Vian/Alain Goraguer) – 1956
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.