Partition complète - chefs-d'oeuvres classiques de l'opéra français par Jean-Baptiste Lully

De
Publié par

Redécouvrez la partition de musique Armide partition complète, tragédies en musique, par Lully, Jean-Baptiste , LWV 71. La partition baroque célèbre écrite pour les instruments tels que:
  • vocal soli + chœur
  • 5-
  • partie orchestre (dessus de violons
  • hautes-contre
  • tailles
  • quintes
  • basses de violon)

Cette partition est constituée d'une sélection de mouvements: Prologue + 5 acts et l'on retrouve ce genre de musique classée dans les genres
  • tragédies en musique
  • Stage travaux
  • opéras
  • pour voix, chœur mixte, orchestre
  • partitions pour voix
  • partitions chœur mixte
  • partitions pour orchestre
  • pour voix et chœur avec orchestre
  • langue française
  • pour 5 enregistrements (arr)
  • pour 5 musiciens
  • partitions pour enregistrement
  • pour clavecin (arr)
  • pour 1 musicien
  • partitions pour clavecin
  • pour piano (arr)
  • partitions pour piano

Consultez encore tout un choix de musique pour vocal soli + chœur, basses de violon), partie orchestre (dessus de violons, quintes, 5-, hautes-contre, tailles sur YouScribe, dans la catégorie Partitions de musique baroque.
Date composition: ca. 1686
Rédacteur: Théodore de Lajarte (1826-1890)
Edition: Paris: Théodore Michaelis, n. d. Plate T. M. 237.
Libbretiste: Philippe Quinault (1635−1688), afterTorquato Tasso (1544–1595): La Gerusalemme liberata (1580)
Dédicace: Louis XIV, King of France (1638–1715)
Publié le : jeudi 22 mars 2012
Lecture(s) : 256
Licence : Libre de droits
Nombre de pages : 329
Prix de location à la page : 0,0000€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

MUSIC LIBRARY
UNC-CHAPa HILL
,J FRANÇAISde L'OPÉRACLASSIQUESIIJEFS D TORE
et un Prologue.GI>fÇ ACTEStMGÉDISerj|
î dsÇUIKAULTfxHcf)M0
ifîïïâ.Représenîéeparl'Académie Royale deMusiquele iSFévrier
CHANTPIANO ETpE(j®NSTiTUÉE et 'Réduite pou\
RTEDE li Jpir TfcÉ(9D®BE H Hte
ir
'''
l'Spepdu Tli dela jfrbliothèqueManuscrits deEdition conformem exemplaires^
c
15 F i NETPRIX^
' et écrivains.des Auteurs .Compositeursa l'Aqeiu.e internationale^ $1
45-4-7PARIS -45-4-7. RUE de MAUBEUGK -PARISCHEFS-D'OEUVRE CLASSIQUES
L'OPÉRA FRANÇAIS
LULLY, CAMPRA,
SALLIERI,RAMEAU, GLUCK, PICCINNI, GRÉTRY, etc.
ARMIDE
DE LULLY
INTRODUCTION
Lully, est, avec Thésée,Dans l'œuvre du grand Armidn la partition qui
incontesté et le plus durable. Elle est.obtint le succès le plus fort intéres-
étudier, pour plusieurs raisons : d'abord, parce qu'elle est l'avanl-sante à
maître, et que la manièreproduction du de Lully s'est beaucoupdernière
Cadmus, Alceste et Thésée.modifiée depuis
— nous avouons être de ceux-li —Quelques musiciens préféreront peut-
dernière partition à l'œuvre que nous venons deêtre cette reconstituer; mais
reconnaître que la grandeseront tous unanimes à renommée â'Armide,ils
son exil du répertoire, est pleinement justifiéequia survécu à par la haute
fait remarquer dansartistique qui se plusieurs morceaux.portée
• trouve dans Armide un sentiment dramatiqueEn effet, on beaucoup
accentué que dans les premières œuvres du maître les procédés d'acplus ;
—homogénéité plus accusée nouscompagnement ont une n'avons qu'à citer,
exemple, « l'air du sommeil » de Renaud (acte II, scène m), qui estcomme
primesautier, en avance dechef-d'œuvre cent ans au moins sur tousun vrai
similaires de son époque : le rhythme persistantles morceaux des six cro-
—l'aigu,promenant du grave à est d'un effet réellement superbe.ches, se
bien le reconnaître, n'a pas écrit des pagesLully, il faut aussi belles, ni au
dans le milieu de sa carrière.début ni
J , S 5Armide est moins facile de jet et moins simple d'ai'ure que Thésée; c'est
expliquerce qui pourrait notre préférence; mais, par contre, on s'aperçoit
aussi que Lully plus maître de sa plume, a ébauché dans la première
;
grandArmide le mouvement scénique que Rameau a pressenti, et que notre
grand Gluck a réalisé dans la seconde Armide.
C'est justement à cause de la comparaison que l'on peut faire entre les
deux Armide, que celle-ci est d'une lecture fort attachante, ama-pour les
teurs de musique historique.
Ce sujet d''Armide qui, pour nous, modernes, est d'un attrait négatif
a eu le don d'émouvoir nos pères d'une façon fort suivie et par trop
il semblé utile de en revue tous les ouvragesrépétée. En effet, nous a passer
qui onl élé composés sur cet épisode de la Jérusalem délivrée. Leslyriques
avec trente-deuxcompositeurs italiens s'en sont emparés frénésie: on compte
Armida, ei, parmi les auteurs, il se trouve des maîtres, tels que Rossini,,
—Cherubini, Jomelli, Sacchini, Salieri, Zingarelli et Anfossi; trois ou
—iillemands : Haydn, Braùn et Winter. Mais, au-quatre compositeurs
dessus toutes ces amantes de Renaud, chantant leur amour perdu, planentde
Gluck. seules qui ont droit àles deux héroïnes de Lully et de Ce sont les
la postérité.l'admiration de
formeLes observations que nous avons faites déjà, à propos de la
Lully a employée dans Armide, expliquent, nous leplus serrée de style que
nou-du moins, l'accueil assez réservé que le public parisien fit à lacroyons
vendredi février 1686. Les historiens du tempsvelle œuvre du maître, le 16
défaveur momen-faire rapporter celte espèce d'insuccès à laveulent bien
auprès de Louis XIV. Ils nous racontentque Lully avait encouruetanée
de la musique du roy, étant en disgrâce, n'avait pu,que le Surintendant
entendre d'abord sa tragédie devant la Courc'était l'usage, fairecomme
« n'avait pas osé, disent-faire exécuter à Paris. La Ville »avant de la
Armide, puisque « le Roy » n'avait pas formuléexprimer son opinion surils,
insuccès écla-la première représentation, on crut donc à unla sienne. A.
— d'après nous, le public n'avait pas apprécié lesTout simplement,tant.
fairepremier ordre A"Armide, parce que Lully avait changé sonbeautés de
d'autres errements.et que lui, public, était habitué àhabituel,
maître, il était à la fois l'entrepreneur, le compo-Heureusement pour le
musique, et avec l'esprit dedirecteur de l'Académie royale desiteur et le
il trouvaqui le distinguaient entre tous,répartie et le sentiment de sa valeur
était placé. Il ordonna bientôt,de la fausse position où ille moyen de sortir
exécutâtà'Armide, que l'onlendemain de la première représentationle
lui, tout seul dans la salle.l'œuvre entière devant assiscelle nouvelle boutade son surin-Lorsqu'on eut rapporté à Louis XIV de
le roi, au lieu de s en fâcher, répliqua aussitôt: « Puisque Lullytendant,
qu'elle le mérite. » Le mot royal fit fairetrouve la musique à son gré^ c'est
l'opinion publique, et, dès lors, Annule réussit complètement.volte-face à
le jugement du maître, puisqueLes générations suivantes ratifièrent l'Armée
Lully est restée soixante-dix-huit ans au répertoire et fui l'objet de huitde
reprises très-brillantes.
parlant « remise » deLe Mercure de France (février 1746,, en nous de la
cette époque, nous dit ; « L'Académie royale de musique continue les repré-
» Il donne dessenlations tfArmide avec le feu d'un premier succès. nous
vers (assez misérables, d'ailleurs) adressés à M"' Chevalier (Armide), où on
lui décoche le compliment suivant :
De tous les spectateurs vous faites des Renaud.
Après celte poésie « l'biiteur » du Mercure ajoute : « Renaud mérite(!),
au -si l'encens du Parnasse. Enfin, on doit louer tout ce qui contribue à la
réussite du chef-d'œuvre de l'incomparable Lully. La cour a si satisfaiteété
île la première représentation qu'elle en a vue à Versailles, dans le mois de
décembre dernier, qu'elle en a demandé une seconde le jeudi janvier, et13
une troisième le jeudi 21. »
Et, pour bien apprécier ces louanges, il faut souvenir lase de date de
1740, où Rameau avait déjà fait exécuter ses opéras: Hippolyte et Aricic,
les Indes galantes, et les Fêtes cVHëbè etCastor Polhix, Dardanus.
La dernière reprise octobre 1764) est plus curieuse encore. Nous em-(3
pruntons noireà Catalogue de la Bibliothèque musicale de VOpéra le para-
graphe qui la concerne : « L''Armide, de Gluck, est proche ! Dans huit ans,
l'univers musical applaudirpourra ce chef-d'œuvre, et, malgré cela, la par-
tition de Lully oblient encore un très-grand succès représentations).(20
reDonnons, comme preuve, quelques chiffres de recette: l représentation,
e e
livres o représentation, 8 représentation, »4,133 ; 4,443 ; 4,447.
morceauxLes les plus remarquables A'Armide sonl les suivants, à notre
avis : les chœurs du prologue au premier aclc, le grand récit d'Armide :;
« ne triompheJ-é pas du plus vaillant de tous. » Au second acte, le duo
d'Hidraôt et d'Armide; Yair du Sommeil de Renaud, que nous avons déjà
cité; la scène des Naïades, el l'air d'Armide : « Enfin, il est en ma puis--- h
sance. » Au troisième acte, la scène de la Haine; toute la ravissante digres-
sion musicale Mélisse,et dramatique du quatrième acte (Lucinde, le Che-
valier danois et Ubalde). Au cinquième acte, le divertissement et, avant tout,
le célèbre monologue d'Armide, qui finit la partition : « Le perfide Renaud
me fuit. »
Toutes les indications qui ont rapport aux parties de chœurs et aux arti-
fices style,de que nous avons données dans l'Introduction de Thésée, trouve-
ront ici leur place marquée pour la partition à'Armide. Il est une seule
observation spéciale que nous devons ajouter :
Du temps de Lully, et même temps de Rameau, tous les rôlesdu de
femmes dépourvues de beauté ou désagréables d'aspect, étaient remplis par
des hommes, ayant des voix un acteur du nomde haute-contre. C'était de
Clédière qui remplissait, dans Cadmus, le rôle de la Nourrice un sieur;
Boutelou, célèbre par ses réparties et par son existeuce un peu décousue,
représentait, dans la Sérénade vénitienne de Csmpra, le personnage de
DansNérine, petite vieille. les Festes de Thalie (Mouret), Mantienne, haute-
contre, jouait le rôle de Bélise, vieille fille ridicule.
Armide, leDans rôle de la Haine était tenu par un homme. Par consé-
quent, d'après les idées de vulgarisation qui président à notre travail, la
partie écrite pour nous en clef de sol do\t être chantée par un ténor, et se
trouve être placée, par le fait, octaveun au-dessus de sa position réelle.
Théodore de LAJARTE.
8-654.— PÈRE ET FII.S, RLE AMELOT.PARIS IMPRIMERIE MOP.RIS 64,. .
ARMIDE
ET PROLOGUECINQ ACTESTRAGÉDIE EN
QUINAULTFaroles de
DE LULLYDE J.-B.MUSIQUE
REPRISESDES PREMIERESACTEURS DE LA CRÉATION OU
AMAND (1703).Les DemoisellesLA GLOIRE
[
PROLOGUE; _ SALLÉ(1703).LASAGEgSE
Sagesse.suivent ladeNymphesquila Gloire; TroupeHéros qui suiventTroupe de
TRAGÉDIE
ou Le Rochois (1686)RochoisLes Demoiselles...nièced'HidrâotMagicienne,ARMIDE,
Desmatins (1686).
jPHÉNICE.n j —Armide. .Confidentes d '„„..,j ,,.,,,.
IMûkeai 1686).
JSIDONIE.
lille danoise,de Lucinde,Démon, sous la figureUn
Le Maure (1724).Danoisdu chevalieraimée
aimée d'Ubalde.italienne,de Mélisse, tillesous la figureUn Démon,
en Naïade. transforméUn
plus re-leRENAUD (haute-contre),
dechevaliersdu campnommé des
Mesny .Du 1686Les Sieurs |Godefroy
va. avecquiDANOIS (haute-contre),CHEVALIERLE
,0.1CHOPELET .(1RenaudUbalde, chercher
F EnE L686*
(taille)LA HAINE
qu'Armidedes chevaliersconducteuriNTE (taille),\.R(
Hardouin (1703).
mettre aux fersa fait
captifs d'Ar-chevaliers(taille), un desAUTÉMIDORE
(L03i.DeSVOYESRenaud a délivrésmide, et que
Hardouin (1703).chercher Renaud. .chevalier qui va(basse),UBALDE
Dun (1686).Damasroi de(basse), magicien,HYDRAOT
Vengeance.la Cruauté, lales Furies,la Haine :Plaisirs. —Suite deLes
Bergers, enNymphes, en
: en— Démons transformésTroupe deRace, etc.la
Henaud enchanté-,ni, retientiisle Armidechampêtres deen HabitantsBergères;
Renaud dansaccompagnentfortinées. quiAmantesfortunés et enen Amants
-Zéphyrs.enet transformés- Démons volantsTroupe dele enchanté.Palais
enchanté.le Paluisqui détruisentDémons roUintsTroupe de
-RU uS..
ARMIDE
TABLE THÉMATIQUE
Ouverture
PROLOGUE
Air de la Gloire Tout doit céder dans l'Univers
Ensemble de la Gloire et de la Sagesse
Choeur général (suite de la Gloire, suite
de la Sagesse)
11Duo de la Gloire et de la Sagesse ...
15Choeur
•20Entrée
0-">
Menuet
rondeauGavotte en 23
Air de la Sagesse Suivons notre héros 24
Air de la Gloire Que l'éclat de son nom 20
Choeur 29
Entrée 35
er
1 Menuet 36
2° 37
ACTE PREMIER
DansAir de Phénice un jour de triomphe 3S
Air de Sidonie Vous allumez une fatale flamme. 39
Duo de Phénice et de Sidonie Quel sort a plus d'appas 41
Air de Sidonie Qu'importe qu'un captif 47
Ain de Phénice Pourquoi voulez-vous songer .... 49
Air d'Ar.mide La chaîne de l'hymen m'étonne. 57
Air d'Hidraot vous, quandpour il vous plaît. . 58
dArmideAir Contre mes ennemis 61
Air d Hidraot Bornez-vous vos desseins 62
Air d'Armide si je dois m'engager 63
Marche 65
Air d'Hidraot Armide encorest plus aimable 66
Choeur 69
Rondeau 79
Phénice et choeur Suivons Armide 80
Sarabande 83
Sidonie et choeur Que ja douceur d'un triomphe est
extrêm e
Duo dArmide et d'Hidraot Ipuis le
chœur) Poursuivons jusqu'au trépas ....
.
jpL
MJIW. . S
c
rf
acte deuxième
Fuyez les lieux où règne Armide.Air d'Artémidore 103
Par une heureuseAir de Renaud indifférence. . . 105
EspritsDuo d'Armide et d'Hidraot.. de haine et de raye 111
Air Renaud Plus j'observe ces 1de lieux 1
Nymphe des eauxAir d'une Au temps heureux où l'on sait
plaire 124
1-26Choeur
Airs a danser 129 et 130
Bergère héroïque On s'étonnerait moinsAm d'une 131
et air d'Armide il est en maGrand récitatif Enfin, puissance .... 137
ACTE TROISIEME
d'Armide. Ah! si la libertéAir 145
— De mes plus doux regards 153
Phénice Que votre art serait beauAir de 157
La Haine estAir de Sidonie affreuse 159
Air d'Armide Venez, Haine implacable 108
Air de la Haine Je réponds à tes vœux 172
Choeur 176
Airs a danser 182 et 192
Scène de la Haine et d'Armide Sors, du sein d'Armide 193
QUATRIÈMEACTE
Chevalier danois et d'Ubalde.Duo du
Air a danser
Air de Lucinde et Choeur Voici la charmante retraite.
Gavotte
Air de Lucinde et Choeur Jamais dans ces beaux lieux
et du ChevalierDuo de Hé ! quel autre bien
Air d'Ubalde Ce que l'amour a de charmant. . .
Chevalier danois Je rois dangerAir du le où s'expose
-Air d'Ubalde Non,je n'ai point gardé mon cœur
Air de Mélisse D'où vient que vous vous détournez
de et d'Ubalde Au rapport de mesDuo yeux
Chevalier et Fuyons les douceurs dangereuses.Duo du
ACTE CINQUIÈME
d'Armide Un noir pressentimentAir
Que j'étais insenséAir de Renaud de croire
d'Armide et de Renaud Aimons-nousDuo
•-Passacaille
Chœur
Récit d'Armide Renaud ! Ciel, ô mortelle peine!.
air d'Armide Le perfide Renaud meGrand fuit
S-fif>5 l'Anis tyi>orn. uoitnis pèiie et fils, me amklot, G4.1
j .-V-iA JJMJw" 3M3?pi; ?
j»1 fc
">/'•
if
b
^
lifi RU
11 v„-
z
.
^
%gp
LV„
^S.
ïfJBf1
sa»
su
ai
l^vO
I
"!• *->
«r
g)
11>1 16Ô6-^
-f
,<:
/'/v Li-rnri-t'ic; , lC ParisOUVERTURE
^mmÉ ¥PIAJVO
Fort
»j£
• -f3^ •
I *g
7
ppir=f^ ?f-m
Z0ZJKZm*—m >i»f^ _ .J rE S^ f! v
-* Li-JËL__3fïi
H=*J=£r-reg
fi ti*.
I»g ËJËJËg SpH IPP4?
_*l_j__ .ÇT #-* *ÊÏÉlpi
F ? i y1
gEEEE* -*—# ^^ m
J «h
g-g—4£h ^^^ WT"
*
lr^ S3*m £zcÉ *4
J-i._*a
_ ; e-g-ff-»-BEÊ?
±fzËlfiÉ ^P^l p
dOUX
:_>__r *-*!T_n',>-• ir. j. r *is ZW imiT5T
t - I
. !•. f."-.. J-H...1.Knt>

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.