Face à la crise: les nouveaux arbitrages - Face à la crise:

Publié par

Face à la crise: les nouveaux arbitrages - Face à la crise:

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 122
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins
Face à la crise: les nouveaux arbitrages de l’euroconsommateur
Allemagne Belgique Espagne France Hongrie Italie Pologne
Portugal République tchèque Royaume-Uni Russie Serbie Slovaquie
Sommaire
p.2.p
Synthèse Europe Focus Francep. 7 Le moral des Européens Situation actuelle des pays : un repli généralisé p. 12 Situation future des pays : léger regain d’optimisme p. 15 Intentions d’achat : des ambitions sans moyens p.17
21
Le pouvoir d’achat des Européensp. 19 Une préoccupation majeure pour les Européens p. 19 Le B. A. BA du pouvoir d’achat p. 20 Évolutions contrastées du pouvoir d’achat en Europe p. 20
Pouvoir fragilisé : quelles conséquences sur la consommation des ménages européensp. 22 Les nouveaux arbitrages p. 22 La perception des ménages de l’évolution de leur budget et d’autant plus marquée que la dépense est élevée p. 24 Les nouveaux arbitrages opérés : des compromis aujourd’hui sur l’alimentation, la santé et les loisirs, un renoncement futur sur les sorties p. 28 Les nouveaux comportements d’achat p. 30
Conclusion
p.33
Éditorial
2008 restera sans aucun doute dans les esprits Comme chaque année,L’Observatoire Cetelema mené comme une année particuliè re avec une succession son enquête dans 13 pays d’Europe – Portugal, Pologne, de nombreux chocs : choc pétrolier, choc financier, Royaume-Uni, Italie, France, République tchèque, puis choc économique. Dans ce contexte difficile, Slovaquie, Hongrie, Serbie, Russie, Allemagne, Belgique l’euroconsommateur a dû s’adapter. Avec une volonté et Espagne , afin de décortiquer les comportements intacte de consommer, mais avec des contraintes des consommateurs dans chacun de ces pays. budgétaires plus fortes, il s’est montré réactif et lucide dans ses arbitrages de consommation. Plus intéres- Pour ses 20 ans,L’Observateur Cetelemdevient sant encore, il semble plus optimiste pour l’annéeL’Observatoire Cetelem. Il sera décliné enObservatoire 2009, avec toujours une solide volonté de consom-Cetelemde l’automobile, de l’immobilier… mation. Pour autant, la crise financière et économique a poussé l’euroconsommateur à faire des choix, Bonne lecture ! voire des sacrifices, et a transformé durablementPascal Roussarie et Flavien Neuvy certains comportements d’achat.Responsables de L’Observatoire Cetelem
Partenaire et méthodologie Les analyses et prévisions ont été réalisées en décembre 2008 en collaboration avec le cabinet d’études et de conseil BIPE, sur la base d’une enquête barométrique menée sur le terrain en décembre 2008. Enquête par téléphone, Internet et entrevues en face à face. Interrogation d’échantillons représentatifs des populations nationales (18 ans et plus) de 13 pays : Espagne, France, Italie, Portugal, Belgique, Allemagne, Royaume-Uni, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Pologne, Russie et Serbie. Plus de 10 000 Européens interrogés en décembre 2008avec des échantillons d’au moins 500 individus par pays.
L’Observatoire Cetelem 2009 –1
Synthèse Europe Sans surprise, le moral des consommateurs a flanché partout en Europe En partant, cet hiver 2008, à la rencontre réelle, qui souffrait déjà en Europe ?soit le secteur d’activité des consommateurs européens, de la hausse interminable des prix L’effondrement manifeste des transac-L’Observatoire Cetelem matières premières. dess’attendait bien dans l’immobilier ou l’automobile tions à trouver une Europe à la confianceDans une crise d’une brutalitéet leur cortège de dommages colla-dégradée. Les craintes étaient justifiées.et d’une ampleur rares, commenttéraux en termes d’emplois et de revenus Comment pouvait-il en être autrement ?la confiance des Européens aurait-elleont donc eu raison d’une confiance Partie des États-Unis il y a plus d’un an,pu résister à la litanie des mauvaisesqui pointe désormais à un niveau histo-la crise dite dessubprimess’est généra-nouvelles concernant désormaisriquement bas dans les chroniques lisée à l’ensemble du système financierl’ensemble des agents économiques,deL’Observatoire Cetelem. et a fini par contaminer l’économieentreprises et ménages, quel que
Évaluation de la situation des pays « Pourriez-vous donner une note sur 10, afin d’évaluer la situation générale, actuelle et à venir, de votre pays ? »
7 6,3 6 4,85,25,54,05,25,24,495,54,04,75,34,65,24,4754,74,5,9455,4,45,5 5,74,444,,164,6,4,2 4,44,54,34,04,34,24,1 43,837,31, 32,92,92,82,8 2 1 0 BE RU SK CZ FR PL DE IT UKMoy.SE ES HU PT 1 Note sur 10 en 2007Note sur 10 en 2008Note sur 10 en 2009 pays 3 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
Un consommateur groggy mais toujours debout Pour autant, s’il a clairement mis avec les baisses de taux diminueraPrévisionniste, pragmatique et réactif, un genou au sol, l’euroconsommateurle consommateur européen aura certai- récemment intervenues. directeurs ne semble pas vouloir abdiquer.nement intégré les effets positifs à atten- Il se peut enfin que les ménages aient Signe encourageant en effet, sa percep- dre de la chute des cours du pétrole correctement anticipé les réactions tion de l’avenir résiste à la sinistrose et de ses effets déflationnistes, et donc massives et coordonnées des gouver-ambiante pour pointer un timide mais protecteurs de pouvoir d’achat. nements qui, oubliant leurs objectifs probablement révélateur redressement. De même, peut-être mesure-t-il efficace- de réduction de la dette publique, On pense d’abord à la simple formulation ment le stimulus qu’apportera l’assou- abandonnent tour à tour les politiques d’espoirs volontaristes, mais cet opti- plissement de la politique monétaire sur de rigueur pour se lancer dans de vaste misme relatif est certainement emprunt l’investissement et la charge de la dette ; plan, de relance de l’investissement et de d’une bonne dose de rationalité. parfois contractée à taux variable, celle-ci la consommation.
2– L’Observatoire Cetelem 2009
Des ambitions de consommation sans moyens Avec un moral touché mais prêt à se fourmis que cigales les Européens ? Rien détail, un constat s’impose : les Européens redresser et un pouvoir d’achat fragilisé, on n’est moins sûr…Malgré la baisse den’ont pas les moyens de leurs ambitions. observe dans l’enquête 2009 une inflexion Ilsleur revenu disponible, les Européens deviennent alors des experts des de l’avance des intentions de consomma-ne veulent pas faire une croix sur leurs arbitrages de consommation et des tion par rapport à celle de l’épargne. Plusdépenses.Pourtant, en regardant plus enachats malins.
Arbitrage consommation/épargne « Dans les douze mois à venir, pensez-vous augmenter votre épargne ? » 50 %46 40 %3740 40 3331323031 30 %23182123192822 222522 20 %17131810 1213 1315 10 %6 0 % DE BE ES FR IT PT UK HU PL CZ SK RU SEMoy. 2008 pays2009 13 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
« Dans les douze mois à venir, pensez-vous augmenter vos dépenses ? » 82 798000%%%576557777170628584797485757267 711817 65 70 60 %5260 6457 55 50 %45 40 % 30 %26 20 % 10 % 0 % DE BE ES FR IT PT UK HU PL CZ SK RU SEMoy. 13 pays 20082009 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
Solde consommation/épargne DE BE ES FR IT PT UK HU PL CZ SK RU SEMoy. 13 pays 2007 18 ++ 53 12 + 42 + + 53 + 67 + 42 + 41 + 57 + 56 + 75 + 14 66 ++ 46 2008 ++ 64 + 17 - 35 78 + 61 + 45 + 54 + 5 + 52 + 44 + 17 + 33 49 ++ 41 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
L’Observatoire Cetelem 2009 –3
sbOL 4leteCee irtovaer90 m02et lhat dacoir tnd noosalitifndet anssretéint vuop el euq riovjeure daation maya sedl snl sep vo éésquanavgetacoérpuc-moc p emtnapn opoét sdamonn la uniqaie ue enozad euq ors les anui qysparul seE rupoeésn entre61% et 10 .eu enUoérppuccioatman urjepoe e %0 ertne%53 t e6% 2rente5% 4 %te e63nert06% et  46%ntre0%eSNT ipO 96 e 2,e trbaromèropaèr suEIBEP ,dSource: t 25%NCett haaclanfi lop el tnd riovudividincitadus & S inno.l %coaieus péroneendes  ruo selcelénoitème impor-tant pitnoc moemu  nhtêuete qnu enaDsnmoc dnameétirap e  lrlPaenemeut orépnep roattns ur lesélections neéporuej ed sen0920n uihè tle,  elemd taoinilf du n etoirdpouvnu eed socmm elpparaît achat aed suE sjam erueatupnsioé prcc-omè eiois nrtere figu Il ens.ropédromirp ségujsemhè tes dontisipoière le chô-mageaixu ,ujts eedrréce omonueiqTo.  te c alsiorcnasourtnt ppas ant  sapsuel eossyn e gneinsesl  iet à ségole emêmal ua merp reignar00 2 l9:Fra ceanCLSZHKSUE
RU
Synthèse Europe Un pouvoir d’achat fragilisé, des conséquences sur la consommation des ménages européens Évolutions du pouvoir d’achat par ménage en Europe(En %) 13 % 11,711,7 11 % 9 %8,7 7,8 7 % 5 5 % 3,7 3 %2,1 1,2 1 %0 0,20,2 - 0,5 -- 0,2 1 % - 0,-40,9- 1,-11,2- 0,-20,9- 0,5- 1- 0,8- 0,8- 0,2- 1- 0,7 1,3 -- 1,3- 1,4- 0,6,1 -- 1,2 - 3 %- 1,75,1- 2- 1,2- 1,6  RU SK PL CZ FR BE ES IT DE UK PT HU 200720082009 Source : prévisions BIPE. Si, indubitablement, un grand nombre déjà fortement ralenti en 2008, bascule-ménages devront composer avec des d’indicateurs avancés (prix, taux d’intérêt) ront presque partout en Europe en zoneprogressions de leur pouvoir d’achat virent au vert, des effets retardés du choc négative en 2009.L’inflation diminuera voire nulles ou négatives. limitées, viendront rattraper les ménages l’an pro-certes, mais avec la remontée du chô-chain. Ainsi, les niveaux de vie, qui aurontmage, les revenus aussi et,in fine,les
!DEFRBEESPTITUKP
Face à la crise : des arbitrages de consommation lucides
Alimentation, santé et loisirs : trois types de dépenses aujourd’hui sacrifiées Une dépense qui augmenterait si le(Allemagne, Italie, Hongrie, Pologne,accentue certainement cette tendance. Si la pouvoir d’achat progressait est uneSlovaquie, Russie), puis par les loisirs.est une dépense contrainte pour lessanté dépense que les ménages pensent Recours au hard discount, report vers des soins médicaux importants, elle regroupe sacrifier aujourd’hui… produits moins chers : si les ménages en aussi des soins que les ménages sacrifient En moyenne, en Europe, c’est l’alimen- (soins dentaires ou ophtalmo-avaient les moyens, il semble qu’ils privilé- aujourd’hui tation qui vient en tête de ces sacrifices, par exemple). Quant aux loisirs, logiques,plus de qualité en ce qui concernegieraient suivie de très près par la santé qui sont souvent le grand sacrifice auquel ilsleur alimentation. La pression pour une prend la tête dans la moitié des pays ménages doivent consentir.alimentation plus saine et plus écologique les
Boissons alcoolisées et tabac, hôtels, cafés et restaurants, loisirs : les postes d’arbitrage Une dépense qui diminue en casdéclarations des ménages européens.des prix significative. Hôtels, cafés, de baisse de pouvoir d’achat est une Déclarations… de bonne intention ? Pas restaurants et loisirs, des postes plaisir dépense dont les ménages déclarent forcément : le poste a effectivement dimi- auxquels les ménages renonceraient, pouvoir se passer… nué dans la consommation moyenne dans une mesure légèrement moindre Les boissons alcoolisées et le tabac pourdes ménages en Europe au cours desles loisirs. On sacrifierait donc plus arrivent largement en tête dans lesdix dernières années, malgré une hausse les sorties que les vacances. aisément
La spécificité des dépenses de loisirs : le poste plaisir par excellence Les loisirs sont la seule dépense qui révèle queles loisirs tiennent unebon an, mal an de sacrifier, mais qu’on ressorte à la fois en tant que dépense àplace à part dans la consommations’empresse de vouloir réaugmenter laquelle on renoncerait et dépense qu’ondes ménages européens :c’est le poste dès que possible. augmenterait. Cette double casquette plaisir par excellence, celui qu’on accepte
« En cas de hausse du pouvoir d’achat, sur quel poste principal augmenteriez-vous vos dépenses ? »(En %) Alimentation21 Santé20 Loisirs, culture, tourisme16 Logement et charges9 Éducation, enseignement7 Habillement6 Transports5 Équipement électronique4 Bricolage, travaux4 Ameublement, décoration3 Hôtels, cafés et restaurants2 Équipement électroménager2 Boissons alcoolisées et tabac1 Communications1 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
« En cas de baisse du pouvoir d’achat, sur quel poste principal diminueriez-vous vos dépenses ? »(En %) Boissons alcoolisées et tabac Hôtels, cafés et restaurants15 Loisirs, culture, tourisme11 Transports7 Habillement6 Équipement électronique6 Ameublement, décoration6 Bricolage, travaux5 Communications5 Alimentation4 Logement et charges4 Équipement électroménager3 Santé2 Éducation, enseignement2 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
24
L’Observatoire Cetelem 2009 –5
Synthèse Europe Arbitrages et achats malins Face à la crise, le consommateur ne s’est pas résigné. Réactif, il est prêt à adopter toute une gamme de ripostes, variable d’un pays à l’autre, pour maintenir son niveau de consommation et de bien-être : composer en renonçant au moins temporairement à certains types de dépenses, chercher autant que possible les plus bas coûts sur d’autres postes, opter pour le cyber-achat plus compétitif… Pour concilier un désir d’achat intact avec un pouvoir d’achat menacé, le consommateur européen développe son “savoir d’achat” !
La consommation sacrifiée sur certains postes Diminuer les dépenses sur les postes sentiment de baisse du pouvoir d’achat. sur la valeur, soit sur le volume des achats. jugés les moins prioritaires, telle estEn moyenne, ce sont 91 % desL’heure est donc au sacrifice. Mais, la solution envisagée majoritairementEuropéens qui semblent prêts à rognerheureusement, il existe d’autres solutions par les Européens pour contourner lesur certaines dépenses, en jouant soit pour satisfaire son vouloir d’achat.
Consommer malin : à la recherche du petit prix Lehard discount Le : voyages et loisirs à bas prix Bricolage, e-commerce, troisième voletsans complexe En cette période de vaches maigres etlelow costa la cote ! de la consommation maligne à une époque où de nouveaux postes L’attrait pour des produits à bas prix ne concer-selon les Européens budgétaires viennent comprimer le poste ne pas uniquement les dépenses courantes L’achat en ligne, qui a été au cœur du des dépenses alimentaires, lehard discount sujet deen alimentaire ou en textile. Ainsi, troisL’Observatoire Cetelem2008, tire son épingle du jeu, profitant de son Européens sur quatre déclarent également continue de se faire remarquer dans attractivité en matière de prix. pouvoir avoir recours à des produits dits cette nouvelle édition : 67 % des «Discount» n’est plus synonyme de«low cost considèrent l’achat sur» pour leurs dépenses en Européens « consommation du pauvre » en Europe, comme un moyen d’accroître Internetou automobile: si « bas prix »transports, loisirs mais bien plutôt de « consommationrime avec « services réduits », on peut dire Internet ! capacité de consommation leur maligne ». en effet de chercher et d’acheter permetque les consommateurs sont prêts à être moins regardants sur les produits de consom- « la » bonne affaire en quelques clics. mation courante, mais restent pourtant plus exigeants dès qu’il s’agit d’achats plus onéreux.
Le premier prix à tout prix… Oui, mais pas sur tous les postes… … ni dans tous les paysLes habitudes d’achat de ces derniers La consommation maligne passe par la La recherche du prix le plus bas marque sont encore fortement ancrées dans le recherche du prix le plus bas… mais pas sur une frontière entre les pays d’Europe petit commerce traditionnel, qui continue n’importe quel produit. L’idée selon laquelle de l’Ouest et les pays d’Europe centrale. de satisfaire l’exigence des consomma-«low cost aussi parce que l’association teurs, très demandeurs en termes de» rime encore avec « low-qualité » Peut-être ou « low-sécurité » reste tenace. Si le consom- petit prix-faible qualité est encore très qualité des services proposés, de com-mateur européen est prêt à accepter une présente dans les esprits des consom- pétence et de disponibilité des vendeurs. moindre qualité de services lors de ses mateurs est-européens. Les consomma-voyages ou loisirs, en revanche, le critère teurs ouest-européens figurent quasiment du prix perd en importance dès qu’il s’agit systématiquement parmi les plus intéres-d’acheter des produits ou des biens dans sés par des produits bon marché, tandis lesquels il recherche un minimum de sécu- que les attentes des consommateurs rité et de qualité, comme c’est par exemple d’Europe centrale en matière de prix le cas pour l’alimentation ou la voiture. sont moins fortes.
6– L’Observatoire Cetelem 2009
Focus France Bien que légèrement supérieur à la de près d’un point (de 5,3 en 2007 à 4,4). et favorisent nettement l’épargne. Ils sont moyenne européenne, le moral des La crise financière en est la principale expli- les seuls Européens à afficher un solde ménages français a significativement cation. Dans ce contexte, les Français res- consommation-épargne négatif (- 5) : flanché en 2008, avec une note dégradée tent sur leurs gardes, hésitent à consommerles fourmis françaises sont de retour.
« Dans les douze mois à venir, pensez-vous augmenter votre ?… » 50 %45 40 % 3331 30 %26 20 % 10 % 0 % Épargne 20082009 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
Consommation
En observant l’évolution du pouvoir d’achat des ménages français, on ne peut pas les blâmer pour cet excès de prudence. Encore en croissance l’année passée ( 2,1 %), le pouvoir d’achat des ménages + s’inscrit en baisse dès 2008 (- 0,5 %), baisse qui s’accentuera malheureusement en 2009 (- 1 %).
« En cas de hausse du pouvoir d’achat, sur quel poste « En cas de baisse du pouvoir d’achat, sur quel poste principal augmenteriez-vous vos dépenses ? » principal diminueriez-vous vos dépenses ? » Alimentation33Loisirs, culture, tourisme20 Loisirs, culture, tourisme18Boissons alcoolisées et tabac16 Santé9Communications13 Logement et charges8Hôtels, cafés et restaurants12 Habillement8Transports8 Bricolage, travaux5Ameublement, décoration7 Transports4Habillement5 Éducation, enseignement3Équipement électronique5 Hôtels, cafés et restaurants3Bricolage, travaux3 Équipement électronique3Alimentation3 Ameublement, décoration3Équipement électroménager2 Boissons alcoolisées et tabac1Logement et charges2 Équipement électroménager1Santé1 Communications0Éducation, enseignement1 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009. Les ménages français se distinguent Par ailleurs,33 % des Français indiquentpareille situation. À l’inverse, en cas fortement des ménages européens surqu’ils augmenteraient leurs dépensesde baisse de leur pouvoir d’achat, plusieurs items. Concernant les dépenses les Français n’hésiteraient à baisserd’alimentation si leur pouvoir d’achat de santé, les Français ne sont que 9 %était en hausse, avec en toile de fond dépenses de communication leurs à vouloir augmenter leurs dépensesla volonté de privilégier la qualité.pour 13 %d’entre eux contre seulement sur ce poste en cas de hausse de leur Les Européens, en moyenne, ne sont 5 % des Européens. pouvoir d’achat, contre 20 % en Europe. que 21 % à vouloir faire de même en
L’Observatoire Cetelem 2009 –7
Coup de zoom sur 8 grandes régions françaises Cette nouvelle édition 2009 de Midi-Pyrénées, Pays de la Loire. Ainsi, Ce décrochage n’a épargné aucune L’Observatoire Cetelem les notes régionales pour cette région ;apporte sur l’ensemble de ces 8 régions, ce sont une attention particulière à la perception 2 500 interviews qui ont été menées année sont très homogènes, comprises des ménages français dans 8 grandes d’octobre à novembre 2008.Commeentre 4,3 et 4,5. Pourtant, les ménages régions métropolitaines : Rhône-Alpes,nous l’avons vu précédemment,français ne sont pas gagnés par la sinis-Ile-de-France, PACA, Aquitaine,le moral français a dévissé en 2008,trose :le moral remonte en 2009 (4,6), Alsace-Lorraine, Nord - Pas-de-Calais,avec une note moyenne de 4,4.et ce, dans toutes les régions !
Évaluation de la situation de la France « Pourriez-vous donner une note sur 10 afin d’évaluer la situation générale, actuelle et à venir, de votre pays ? » 54,44,84,54,84,34,74,44,64,44,64,54,64,54,64,34,54,44,4 4 3 2 1 0 Rhône-Alpes Ile-de-France PACATotal FranceAquitaine Alsace- Pays Midi- - Nord de  sur 10 en 2008N teNote sur 10 en 2009 la LoireLorraine Pas-de-Calais Pyrénées o Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009. Les deux régions les plus optimistespar la crise actuelle, justifie certainementOn retrouve ainsi en tête la région pour l’année prochaine sont le Rhône-ces notes supérieures à la moy enne.Rhône-Alpes (29 % d’intentions posi-Alpes et l’Ile-de-France.Côté PACA, les jeunes retraités profitenttives), talonnée par l’Ile-de-France et Elles représentent les deux grands pôles du soleil, et surtout d’un pouvoir d’achatl’Alsace-Lorraine (27 %).A contrario, les d’emploi en France, et plus particulière- plutôt supérieur à la moyenne. régions Midi-Pyrénées et Pays de la Loire ment d’emploi qualifié. Elles présentaient, Il n’est d’ailleurs pas surprenant de présentent les intentions de consomma-au troisième trimestre 2008, des taux constater que ce sont dans les régions tion les plus faibles, dans la lignée de chômage inférieurs de 1 point à où le moral est le meilleur que les inten- de la note de perception globale affichée la moyenne nationale (7,3 %). Par ailleurs, tions générales de consommation sont précédemment. la forte représentativité des catégories les plus élevées. socioprofessionnelles+, moins touchées
8– L’Observatoire Cetelem 2009
Arbitrage consommation/épargne « Dans les douze mois à venir, pensez-vous : augmenter vos dépenses ? augmenter votre épargne ? »
40 % 36 3333 31 31 31 2929 29 30 %27 27 26 26 25 25 23 20 %
10 %
0 % Rhône-Alpes Alsace- Ile-de-France AquitaineTotal FranceNord - PACA Pays de Lorraine Pas-de-Calais la Loire Augmenter vos dépensesAugmenter votre épargne Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
25 21
Midi-Pyrénées
Pour autant, aucune région ne dérogece différentiel est le plus important (- 10).L’Ile-de-France se présente comme la à la frilosité nationale : exception : I’Ile-de-France (- 9).l’ensemble Seulelocomotive des intentions d’achat pour des ménages privilégie ainsi l’épargne Forts de leur pouvoir d’achat supérieurles douze prochains mois. à la consommation. à la moyenne nationale, les Franciliens Néanmoins, même si elle se situe quasi Fort logiquement, les deux régions les peuvent se permettre d’augmenter signifi- systématiquement au-dessus de la plus optimistes affichent le différentiel cativement consommation et épargne. moyenne nationale pour tous les postes [consommation-épargne] le plus faible Quel impact sur les intentions d’achat par (excepté pour le bricolage), elle n’est (- 2), alors que c’est dans la région Pays produit ? Une idée semble se détacher : cependant pas leader des intentions de la Loire, au moral le plus fragile, que il y a l’Ile-de-France, et les autres ! d’achat pour plusieurs postes.
Intentions d’achat(En %) « Pour chacun des produits, biens et services suivants, qu’envisagez-vous d’acheter dans les douze mois à venir ? » Ile-de-France Nord - Alsace- Pays Aquitaine Midi- Rhône-Alpes PACA Moyenne Pas-de-Calais Lorraine de la Loire Pyrénées Loisirs-voyages66 49 58 54 51 51 56 4754 Travaux d’aménagement 39 30 34 37 34 3037 3034 Équipement pour bricoler/jardiner 3129 31 32 37 39 31 2832 Produits électroménagers 34 27 25 29 27 2933 3130 Meubles 22 24 22 2429 27 26 2425 TV, hi-fi, vidéo29 24 22 18 22 17 23 2422 Équipement de sport24 20 21 18 20 25 23 2622 Téléphones mobiles22 14 19 12 21 16 13 1617 Voitures 21 1515 16 15 13 16 1215 Micro-ordinateurs à domicile 12 11 11 11 15 921 1313 Biens immobiliers 78 12 12 9 10 10 79 Motos/scooters 6 5 5 65 3 3 34 Source : enquête deL’Observatoire Cetelem2009.
Il existe en effet quelques spécificités régionales ; si la voiture et les travaux d’aménagement restent l’apanage de l’Alsace-Lorraine, le bricolage-jardinage
semble être particulièrement prisé en ceux du Nord - Pas-de-Calais et du Midi-Pyrénées.Les habitants de laRhône-Alpes sont leaders en termes région PACA privilégient quant à eux,d’achat de biens immobiliers. les équipements de sport, tandis que L’Observatoire Cetelem 2009 –9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.