Adrien Stratégie, un électron libre dans la galaxie du conseil en ...

Publié par

Adrien Stratégie, un électron libre dans la galaxie du conseil en ...

Publié le : mardi 5 juillet 2011
Lecture(s) : 436
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
47 RUE ARISTIDE BRIAND
92300 LEVALLOIS PERRET - 01 41 49 93 60
AVRIL 08
Mensuel
Surface approx. (cm²) : 986
Page 1/4
ADRIEN3
0668735100503/GOA/MTS
Eléments de recherche :
Toutes citations : - ADRIEN STRATEGIE : cabinet conseil pour PME/Petites et Moyennes Entreprises et le PMI/
Petites et Moyennes Industries - ROGER COUFFIN : fondateur de Adrien Stratégie
M
É
T
I
E
RS
Adrien Stratégie, un électron libre dans la galaxie du
conseil en stratégie
Après s'être créé à Angers en 1981 avec des activités sur les études marketing, Adrien
Stratégie évolue sur la période 1986/88 vers le conseil en stratégie. En 2002, le cabinet
s'implante dans la capitale, notamment pour faciliter le recrutement des consultants.
Fait notable, malgré sa taille modeste (une dizaine de salariés et une équipe de 8 experts
intervenant ponctuellement, pour un volume d'activité de 2,4 M€ environ), Adrien
Stratégie ne limite pas son activité aux « petites » PME/PMI.
«Parmi nos clients nous
avons des acteurs réalisant entre 5 M€ et 3 Md€ de chiffre d'affaires, d'ailleurs SO % de
notre volume de facturations se fait avec des structures dépassant I Md€,
constate Roger
Couffin, Pdg d'Adrien Stratégie. Nous
intervenons sur différents marchés en travaillant par
exemple pour Banque Populaire Rives de Paris, les peintures Pébéo, le cimentier Holcim,
Vicaro, regroupement de viticulteurs et d'autres encore. Dans notre positionnement nous
mettons toujours en avant hdée selon laquelle nous conseillons des entrepreneurs et
non des entreprises. »
47 RUE ARISTIDE BRIAND
92300 LEVALLOIS PERRET - 01 41 49 93 60
AVRIL 08
Mensuel
Surface approx. (cm²) : 986
Page 2/4
ADRIEN3
0668735100503/GOA/MTS
Eléments de recherche :
Toutes citations : - ADRIEN STRATEGIE : cabinet conseil pour PME/Petites et Moyennes Entreprises et le PMI/
Petites et Moyennes Industries - ROGER COUFFIN : fondateur de Adrien Stratégie
Adrien Stratégie, un électron libre dans la
galaxie du conseil en stratégie
A rebours des pratiques et des grandes méthodologies déployées
par les grandes firmes anglo-saxonnes spécialisées dans le conseil en
stratégie, le cabinet français Adrien Stratégie fait valoir une appro-
che fondée sur un contact très proche avec les décideurs. Au point
de les faire parfois intervenir comme consultants auprès d'autres
clients du cabinet. Un atout de poids auprès des nouveaux don-
neurs d'ordres. Rencontre avec Roger Couffin, Pdg du cabinet qui
a récemment signé un livre dans lequel il expose ses vues.
Savoir 'réinterroger* les
questions
La
n
u
a
n
ce
?
A
d
r
i
en Strategie a
c
o
m
p
r
is
que le changement, quand réel
c
h
a
n-
gement il y a, ne peut
p
a
s
s
er que par
l'impulsion donnée par un manager a un
projet D'où une
p
r
i
se de distance, pour
ne pas
d
i
re plus,
e
n
v
e
rs les méthodes
et
a
u
t
r
es bonnes
p
r
a
t
i
q
u
es
c
l
a
s
s
i
q
u
es
«
Toute mission doit partir d'une 'réin-
terrogation' de la question stratégique
telle qu'elle est formulée par l'interlocu-
teur qui nous reçoit Cette reformulation
permet de cerner le champ de l'inter-
vention et donc d'en réduire les coûts et
les donneurs d'ordre y sont sensibles
»,
a
j
o
u
te Roger
C
o
u
f
f
in Cette
i
m
m
e
r
s
i
on
a
u
p
r
ès du client est
i
n
d
i
s
p
e
n
s
a
b
le pour
c
a
l
er
la
m
i
s
s
i
on
C
ar pour
l
'
i
n
t
é
r
e
s
s
é,
il n'est pas
q
u
e
s
t
i
on de
c
o
n
s
t
r
u
i
re une
stratégie sur la
b
a
se du
b
e
n
c
h
m
a
r
k
mg
« Cette
t
e
c
h
n
i
q
ue a
s
on
u
t
i
l
i
té bien sûr
m
a
îs
la
s
t
r
a
t
é
g
ie
d
o
it
r
é
e
l
l
e
m
e
nt débou-
cher sur une
m
i
se en
oe
u
v
re
c
o
n
c
r
è
te ce
qui
s
u
p
p
o
se de
f
i
x
er des
p
r
i
o
r
i
t
és dans
l
'
e
n
t
r
e
p
r
i
se Sur le papier,
c
'
e
st évident
S
a
uf que
ce
r
a
i
s
o
n
n
e
m
e
nt
a
p
p
r
o
f
o
n
di
qui,
p
o
ur se déployer,
r
é
c
l
a
me la
p
e
r
s-
pective de la durée, n'en
b
é
n
é
f
i
c
ie pour
a
i
n
si dire
j
a
m
a
is
« Aujourd'hui, 95 %
des missions de conseil en stratégie se
déroulent dans des entreprises en bonne
santé financiere et pourtant les managers
sont pratiquement en etat de souffrance
Le livre cle Roger Couffin n'a pas dè tabous
«
Fous d'Entreprise, demain quel par/ stratégique
?
» est le titre du livre que vient de
publier Roger Couffin, chez Economica (140 pages, 14 €) Au travers d'entretiens
avec Gérard Bonos, directeur de la rédaction de Radio Classique, il détaille sa vision
du conseil en stratégie, d'une manière un rien décalée et parfois iconoclaste Ainsi le
consultant se méfie des modélisations, dénonce le manque de réflexion réelle de trop
de consultants enfermés dans leurs matrices et autres méthodologies, «
incapables
de sortir du cadre »,
l'exaspération de managers face à I' «
arrogance
» de quèlques
grandes marques anglo-saxonnes, le poids
e
x
c
e
s
s
if de la finance sur l'économie
réelle, les dérives de certaines pratiques en vogue dans les fonds d'investissement
et d'une façon générale, l'obsession, souvent injustifiée, du très court terme «
Le
despotisme du compte de résultat réduit le management au reporting alors que
la gestion budgétaire étouffe l'initiative
», note-t-il Au travers d'un jeu très vif de
questions/réponses, l'homme ne mâche pas ses mots et appuie ses arguments sur
des exemples de missions, présentés dans le livre
M
a
îs le message clé du livre est
de rendre hommage aux « fous » d'entreprise et à ceux qui veulent créer et stimuler
l'esprit d'entreprise Au total, au travers d'Adrien Stratégie, Roger Couffin revendique
plus de 700 missions stratégiques et plus de I 000 conférences
sur de nombreuses problématiques tour
nant souvent autour du management
des hommes,
e
x
p
l
i
q
ue
e
n
c
o
re Roger
Couffin
Le consultant doit savoir s'adap-
ter à cette situation »
Traduction • pres-
sion des
f
i
n
a
n
c
i
e
rs ou pas, le
c
o
n
s
e
i
l
l
er
en
s
t
r
a
t
é
g
ie
a
u
ra
t
o
u
j
o
u
rs
f
a
ce à lui un
manager pressé, stressé, débordé D'où
la qualité du contact pour identifier les
v
o
i
es de
p
a
s
s
a
ge et les
a
c
t
i
o
ns à mener
A
p
a
r
t
ir de là, on peut développer sur
toutes les grandes questions relevant, en
effet, de la stratégie se divensifier
m
a
îs
jusqu'où, croître
m
a
îs avec quelle
v
i
s
i
on
de ce que doit
ê
t
re
la
t
a
i
l
le
c
r
i
t
i
q
u
e, avec
qui nouer
d
es
alliances, s'm-
t
e
r
n
a
t
i
o
n
a
h-
ser,
c
o
m
m
e
nt
m
a
i
n
t
e
n
ir
la
motivation
des
é
q
u
i
p
es
d
a
ns
l
es
p
r
o
c
e
s
s
us
de
f
u
s
i
o
n ,
ete
«Dans la
mission, nous
revenons sur
l'examen du
besoin initial tel qu'exprimé par le client,
c'est ce qu'il ne faut jamais perdre de
vue pour qu'une intervention soit fruc-
tueuse
»,
a
j
o
u
te Roger Couffin
M
a
îs ce
n
'
e
st
p
as tout pour donner du corps à
son discours,
A
d
r
i
en Stratégie a eu l'idée
de demander à
c
e
r
t
a
i
ns des ses
c
l
i
e
n
ts
d
'
i
n
t
e
r
v
e
n
ir à leur tour
d
a
ns le
c
a
d
re de
n
o
u
v
e
l
l
es
m
i
s
s
i
o
ns
L
'
a
n
c
i
en donneur
d'ordre, le temps d'un projet auquel il
p
a
r
t
i
c
i
pe ponctuellement, change donc
de
c
a
s
a
q
ue « Nos
clients sont agréa-
blement surpris de pouvoir rentrer en
contact avec certains de nos anciens
clients non pas au travers de simples
échanges maîs dans le cadre d'une
mission,
d
é
c
l
a
re Roger
C
o
u
f
f
in
Notre
vision de la stratégie se trouve alors
incarnée par la présence d'un interve-
nant qui est un manager lui-même
» •
Gilles PROD'HOMME
47 RUE ARISTIDE BRIAND
92300 LEVALLOIS PERRET - 01 41 49 93 60
AVRIL 08
Mensuel
Surface approx. (cm²) : 986
Page 3/4
ADRIEN3
0668735100503/GOA/MTS
Eléments de recherche :
Toutes citations : - ADRIEN STRATEGIE : cabinet conseil pour PME/Petites et Moyennes Entreprises et le PMI/
Petites et Moyennes Industries - ROGER COUFFIN : fondateur de Adrien Stratégie
Le développement durable s'impose
progressivement dans le conseil
Semaine du développement durable oblige (1), manifestations
professionnelles et conférences de presse en tous genres se suc-
cèdent depuis quèlques semaines. Accenture a profité de ce
contexte pour dévoiler une étude sur les enjeux et opportunités
de ce sujet majeur pour les entreprises françaises. Les change-
ments liés au développement durable impactent les métiers de
l'audit et du conseil et poussent les consultants à concevoir de
nouveaux types de prestations pour accompagner les entreprises,
et pas seulement les grands comptes, dans leurs projets.
micr.r» if rtéy*!nf)[>«.m»r,f (J«r*bl« »it
'tmtt
«to •
:";l*ëfit»wtsiMss»m»rm i*wAm*'sjue ttens tt.'
Nouvel enjeu pour le conseil, le développe-
mentdurable a en effet fait l'objet d'une étude
approfondie par Accenture, auprès des 100
premiers groupes français Le constat permet
de fixer les enjeux du marché et de remar-
quer qu'entre les volontés affichées et les pra-
tiques, il existe encore un certain décalage
Pour le cabinet, le point de départ de l'en-
quête, menée auprès des 100 premiers
groupes français, a été d'identifier la diffé-
rence entre la communication des entrepri-
ses sur leur image éthique et la réalité des
actions menées
m
a
îs également de regarder
les progrès bien réels
Une évolution tangible
«Nous
avons été agréablement surpris en
constatant que l'intégration de ces préoccu
pations allait parfois tres lom sur le terrain»,
indique Sylvie Ouziel, directeur général de
l'activité conseil d'Accenture en France et au
Bénélux Sur bon nombre de sujets en effet,
comme les économies d'énergie par exemple,
développement durable et profitabilité ne
constituent pas des objectifs contradictoires
Ainsi lorsque La Poste forme ses chauffeurs
à l'éco-conduite pour réduire sa consomma-
tion de CO2 (qui est actuellement de l'ordre
de 200 DOO tonnes par an), elle diminue au
passage sa consommation de carburants de
20 %, ce qui, lorsque l'on aligne 900 millions
de km par an, est loin d'être négligeable Idem
pour McDonald's, lorsqu'il réduit la facture
d'électricité de ses restaurants de 10 % grâce
à l'instauration d'un plan d'allumage rigou-
reux par ses employés Ces bonnes pratiques
perçues positivement par tous les protagonistes
constituent les premières étapes, très concrè-
tes, d'un vrai changement dans l'organisation
et les procédures
L'état d'esprit est en tram d'évoluer dans
les directions des plus grandes entreprises,
qui ne considèrent plus cette dimension
comme une simple obligation réglemen-
t
a
i
re à laquelle répondre
v
ia un beau
rapport sur papier glacé
m
a
îs comme un
enjeu stratégique Même si le pas est lom
d'être franchi
A
i
n
s
i, déjà
m
a
îs seulement
22 % des dirigeants pensent que leurs
clients sont
d
e
m
a
n
d
e
u
rs de produits et
services respectueux de l'environnement
et prêts à changer de
f
o
u
r
n
i
s
s
e
u
rs pour
cela 54 % pensent en revanche que cette
e
x
i
g
e
n
ce
c
r
o
î
t
ra fortement d'ici 3
a
ns
De même
v
i
s
-
à
-
v
is de leurs fournisseurs,
61 % des sondés indiquent prendre en
compte cette dimension
m
a
îs de manière
non décisive tandis que 20 % l'affirment
comme un
c
r
i
t
è
re de
r
é
f
é
r
e
n
c
e
m
e
nt
Par ailleurs, 43 % estiment que les inves-
t
i
s
s
e
u
rs sont intéressés par les initiatives
développement durable et les valorisent
M
a
îs 41 %
c
o
n
s
t
a
t
e
nt
e
n
c
o
re que cet
intérêt ne donne pas lieu à valorisation
Parmi les moteurs de l'action, les deux
p
r
i
n
c
i
p
a
ux facteurs sont
a
u
j
o
u
r
d
'
h
ui la
mise en
c
o
n
f
o
r
m
i
(
c
i
t
és
c
o
m
me très
importants par 68 % des répondants) et
la
r
é
d
u
c
t
i
on des
c
o
û
ts de
c
o
n
s
o
m
m
a-
tion des
m
a
t
i
è
r
es
p
r
e
m
i
è
r
es (56%) Les
n
o
u
v
e
l
l
es opportunités de
b
u
s
i
n
e
ss et
attentes des clients sont citées par 43%
et 42% des personnes, ce qui n'est pas
négligeable
m
a
îs pas encore
m
a
j
o
r
i
t
a
i
re
Les
a
t
t
e
n
t
es des
e
m
p
l
o
y
és et
l
'
a
t
t
r
a
c-
tion des meilleurs talents n'obtiennent
MM • «ae*» * «
WU fS
que 28 % et 24 % de
t
a
ux de réponse.
L'aspect différenciation-création de valeurs
apparaît clairement, même si pour l'ins-
tant réserve aux pionniers
A
i
n
si 26 % de
pionniers indiquent
r
é
a
l
i
s
er déjà plus de
5 % de leurs recettes grâce à des initiati-
ves de développement durable, et parmi
ceux-ci, 60 % tablent sur plus de 15 %
d'ici 3 ans L'une des entreprises citées
est la régie publicitaire Decaux, avec son
s
e
r
v
i
ce de
v
é
l
os à la demande, Vélib.
Exemple magistral d'innovation marketing
totalement portée par le développement
durable
Pour les métiers du conseil, la prise en
compte de cette dimension par les direc-
tions générales constitue également une
nouvelle donne à intégrer dans son offre
de conseil ll s'agit de projets comme les
autres, qui nécessitent des
o
u
t
i
ls de pilo-
tage, d'évaluation, d'audit, de benchmar-
kmg et encore de réflexion stratégique
A
c
c
e
n
t
u
re indique du reste déjà réaliser
5 % de son
c
h
i
f
f
re
d
'
a
f
f
a
i
r
es autour du
développement durable
47 RUE ARISTIDE BRIAND
92300 LEVALLOIS PERRET - 01 41 49 93 60
AVRIL 08
Mensuel
Surface approx. (cm²) : 986
Page 4/4
ADRIEN3
0668735100503/GOA/MTS
Eléments de recherche :
Toutes citations : - ADRIEN STRATEGIE : cabinet conseil pour PME/Petites et Moyennes Entreprises et le PMI/
Petites et Moyennes Industries - ROGER COUFFIN : fondateur de Adrien Stratégie
Le développement durable s'impose progressivement
dans le conseil
Un salon pour comprendre
les enjeux
A
l
'
o
c
c
a
s
i
on du
s
a
l
on Produrable, qui
s'est tenu la première semaine d'avril à La
Defense, l'une des conférences s'est intéres-
sée à l'impact du développement durable sur
l'audit, le conseil et la certification De nou-
velles pistes à explorer sur des dimensions
aussi variées que la diversité, l'audit sociale,
la gestion des risques, la
c
e
r
t
i
f
i
c
a
t
i
on
A
i
n
si
N
a
t
h
a
l
ie Malige,
p
r
é
s
i
d
e
n
te de
Diverseo, société de conseil spécialisée dans
la gestion de la diversité, a-t-elle insisté sur le
fait que « cet
élément devient un indicateur,
pour les fonds d'investissement notamment,
et qu'il ne s'agit plus d'une option maîs
d'une nécessité pour être en phase avec les
marchés et milieux dans lesquels l'entreprise
évolue
»
Audit social
De son côté, Thomas Busuttil, ex directeur
développement durable de PPR, devenu
consultant du cabinet Des enjeux et des
hommes témoigne de son expérience des
audits sociaux et notamment du travail en
collaboration avec les autres grands distri-
buteurs français, dans le cadre de l'Imtia-
tive Clause
S
o
c
i
a
le
(
w
ww
i
c
s
-
a
s
so org)
Objectif mettre en place une grille d'analy-
se commune, en partenariat avec 4 cabinets
d'audit
(
B
u
i
e
au Veritas, CSCC, Intertek et
SCS), afin de s'appuyer sur le même reféren-
tiel et de réfléchir aux meilleures pratiques ll
relate « Nous avons
pu cogiter ensemble sur
certaines pierres d'achoppement Comment,
par exemple, intégrer le droit syndical en
Chine alors qu'il n'y a pas vraiment de syndi-
cat sauf dépendants du management
<" Nous
nous sommes auss; assurés qu'au
moins un
des 2 auditeurs parlent la langue locale,
dans chaque pays Ce qui n'est pas évident
en Inde ou il y a pas moins de
72
langues
locales
' Cette
expérience nous a oblige a
nous confronter aux réalités et a réaliser
que certaines bonnes idées sur le papier ne
fonctionnent pas forcément Ainsi, cela ne
marche pas de construire des écoles lorsque
les enfants doivent travailler pour nourrir leur
famille Ils ne peuvent y aller Nous avons
donc progressivement associé cette initia-
tive avec du micro-crédit à destination des
femmes afin que celles-ci développent des
mini business (comme la location de vaisselle
pour les mariages par exemple) et permettent
ensuite a leurs enfants d'aller étudier»
Le développement
durable, aussi pour les
petites entreprises
Directrice technique de l'association Qualité
France, Florence Bourgeais a présenté, de
son côté, le programme de diagnostic Lucie
«ll s'agit d'un ensemble d'outils de diagnos-
tics, de plate forme collaborative, de certi-
fications, d'accompagnement, de conseils,
destinés aux PME-PMI, voire même aux
TPE
», explique-t-elle Au total, 28 principes
d'action (respect des consommateurs, trans-
parence, préservation de l'environnement,
valorisation du capital humain, diversité,
rayonnement local, prévention du harcèle-
ment ) inscrits dans une charte élaborée
avec Vigeo et aux quelles les entreprises
peuvent souscrire, ont été créés
La démarche passe par un mini audit pour
déterminer les points d'amélioration que la
société s'engage ensuite à mettre en oeuvre
A la clef, un label Lucie, attribué pour une
période de 12 à 24 mois Une démarche qui
concilie conseil et auto-diagnostic, conçue
pour promouvoir le développement durable
dans les petites entreprises
Où l'on reparle de gestion
des risques
Enfin, Serge Gathelier, manager marketing
et communication de l'organisme de certi-
fication DNV insiste sur «
la dimension de
gestion de risques, à laquelle le développe-
ment durable apporte des solutions
», quand
Pierre Mangas, pour Ernst & Young, met en
avant «
le rôle véritablement discriminant
que prend désormais la dimension dévelop-
pement durable dans les appels d'offres
» ll
indique que sur cette question, les entrepri-
ses, bien obligés d'en passer par là, étaient
notamment demandeuses de conseils pour
bénéficier d'une fiscalité plus attractive en
contrepartie de leurs engagements, voire
d'un lobbymg pro-actif pour aller dans ce
sens Ces activités qui ont l'avantage d'être
très précises et de nécessiter des compé-
tences très pointues chez les consultants,
sont appelées à s'intégrer dans les missions
de conseil appliqué au développement
durable •
Cécile DUBOIS
(
I) Série
d
'
i
n
i
t
i
a
t
i
v
es et de manifestations de
s
e
n
s
i
b
i
l
i
s
a
t
i
on des
e
n
t
r
e
p
r
i
s
es et des particu-
liers menées au 1er au 7
a
v
r
il 2008 partout en
France, sous l'égide des Ministères concernés
e
n
v
i
r
o
n
n
e
m
e
n
t, amenagement du territoire,
ete
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.