La démarche initiatique

De
Publié par

A propos de l'initiation en Franc Maçonnerie.

Publié le : dimanche 14 août 2011
Lecture(s) : 1 385
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
er Thierry BURGER1 Surveillant RL Estrella del Carlit- Orient d’Estavar er 1 Surveillant Mai 6010 A.L.G.A.D.L.ULa démarche initiatique
Du latinInitium, le mot initiation signifie : commencement, début. Dans la tradition ésotérique, il signifie : introduire aux mystères, et dans l’étymologie grecque : faire passer par la mort.Dans tous les cas, il s’agit de débuter une nouvelle vie en accédant à de nouvelles connaissances ;le but de l’initiation étant un processus destiné à réaliser psychologiquement le passage réputé inférieur de l’être à un niveau supérieur(Serge HUTIN). L’initiation n’est donc pas subie, mais est librement choisie et réfléchie et suppose une demande du récipiendaire : pourquoi ais-je demandé à être reçu F.M ? ; parce que j’étais dans les ténèbres et que je voulais recevoir la lumière.
Recevoir la lumière étant le fondement même de la démarche initiatique, quelle soit religieuse ou ésotérique, cela suppose pour le demandeur une prise de conscience de ses limites et la volonté d’accéder à un savoir ou à une connaissance qui ne sont pas dispensés dans le monde profane. L’initiation revêt alors un caractère sacré et prend toute son importance, en permettant à l’individu de renaître de façon symbolique.
Toutefois, une renaissance ne pouvant cependant s’accomplir sans une mort préalable, il nous faut tout d’abord passer par cet état (d’où l’importance du passage dans la chambre de réflexion), afin d’accéder à la connaissance de soi, se libérer des illusions que nous pouvons avoir sur nous-mêmes, et prendre conscience de nos potentialités afin de nous améliorer et progresser. L’initiation peut alors être comparée au concept de la réincarnation, puisque avant de renaître dans un monde spirituel, il faut tout d’abord mourir à ce bas monde.
Le récipiendaire étant passé par le stade de la mort symbolique, la porte du temple lui ayant été ouverte, il lui appartient de commencer le travail sur lui-même, afin de pouvoir réellement renaître à un niveau de conscience supérieur.
Travail ; le seul et unique secret de la maçonnerie. En effet, non seulement, sans travail pas de progression possible, mais comment prétendre pouvoir reconstruire symboliquement le temple de Salomon ? ; ce qui est l’objectif à atteindre pour le F.M.
Se connaître soi-même est indispensable pour pouvoir s’améliorer, et est un élément primordial de la démarche maçonnique. Pour ce faire, il convient de passer de la pierre brute à la pierre taillée. Le ciseau et le maillet, outils qui nous ont été confiés lors de l’initiation, doivent être utilisés de façon adéquate, afinde travailler sur la pierre brute, c'est-à-dire nous même, et non pas rester oubliés au fond d’un tiroir où ils vont finir par rouiller. Le travail sur soi est donc un devoir pour le F.M, puisque avant de pouvoir prétendre améliorer, voire transformer la société, il faut commencer par évoluer soi-même, afin de pouvoir un jour prétendre connaître et accéder à notre véritable nature qui est avant tout Divine.
Pour autant, si il est vrai que le travail sur soi, qui est rappelons le, l’étape primordiale vers la réalisation spirituelle, n’oublions pas que tout seul, on ne va nulle part.
Il est absolument nécessaire, voire essentiel de se confronter aux autres. D’un point de vue intellectuel s’entend. Ceci étant la première étape vers la fraternité qui est le ciment de la F.M, étant donné que pour reconnaître l’autre comme étant son frère (ou sa sœur), il faut tout d’abord commencer par apprendre à le connaître ; la fraternité ne commençant pas ni ne s’arrêtant à la porte du temple, mais au contraire, s’étendant à l’humanité dans son ensemble. La loge devient alors le creuset d’un processus alchimique, puisqueétant une assemblée de maçons qui se réunissent régulièrement pour réfléchir et échanger sur des sujets divers; chacun en fonction de son grade pouvant s’exprimer librement, elle devient un lieu privilégié permettant le débat philosophique qui doit nous amener progressivement à un niveau supérieur de conscience. D’où l’importance de l’assiduité aux tenues ; cette assiduité étant un devoir pour le F.M qui désire réellement progresser, dans la mesure où elles sont de fait des tenues d’instruction.
Sur le chemin de la connaissance, on ne peut avancer qu’un pas après l’autre, chacun à son propre rythme, sans oublier quele but n’est pas le but, mais que le cheminestle but(Bouddha). L’important étant de réfléchir et de méditer (dans le silence on n’entend plus que l’essentiel), sur les différents symboles proposés à l’étude du cherchant, et ceci pour chaque grade. Il devient alors possible de commencer un travail d’introspection ; le symbole VITRIOL (visite l’intérieur de la terre, et en rectifiant tu trouveras la pierre cachée (ou occulte), nous montre la voie à suivre pour vivre cette transformation. Le philosophe Socrate nous dit d’ailleurs :connais-toi toi-même et tu connaitras le monde et les Dieux. Ordo ab chao. L’ordre naît du chaos ; en effet, plus que jamais, le chaos règne en ce bas monde ; l’intolérance étant devenu la règle, le dieu argent régnant en maître, l’homme étant devenu un loup pour l’homme, l’initiation maçonnique ne doit pas rester simplement théorique, mais se doit d’être pratique, puisque ayant reçu la lumière, il ne s’agit pas simplement de la contempler en restant inactif, mais bien au contraire de faire grandir cette petite lueur, afin d’une part qu’elle ne s’éteigne pas, et que d’autre part elle permette d’éclairer le chemin. Le notre tout d’abord, celui de l’humanité ensuite, afin de rassembler ce qui est épart, de manière à ce que ce qui se trouve en haut, se trouve également en bas. Ainsi, la finalité de l’initiation maçonnique au premier grade, est de provoquer une profonde modification de notre façon de penser afin de pouvoir prétendre réellement passer du statut de profane à celui d’Initié, ce qui permet en accédant à la connaissance de l’Etre, de pouvoir agir de façon efficace sur le monde qui nous entoure. Le processus initiatique n’est alors plus virtuel, mais devient au contraire pratique, puisqu’il permet de nous élever. D’autre part, il convient de ne pas oublier ce principe essentiel : pour celui qui veut avancer sur le chemin, il est toujours préférable de travailler sur ses points forts que sur ses points faibles, étant donné que cela amène inévitablement à une élévation des points faibles. N’oublions pas non plus cet autre aspect important de l’initiation :une âme qui s’élève et c’est l’humanité qui s’élève.Pour conclure cette réflexion sur la démarche initiatique, méditons sur cette pensée de Socrate :je crois qu’on ne peut mieux vivre qu’en cherchant à devenir meilleur, ni plus agréablement qu’en ayant la pleine conscience de son amélioration.J’ai dit.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.