Asterix in a Corsica

De
Publié par

Ce texte d’Anthea Bell est paru en anglais en 1980 dans
The Signal Approach to Children’s Books, collection dirigée
par Nancy Chambers (Kestrel Books éd.)
Nous tenons à remercier Anthea Bell et Nancy Chambers
pour leur aimable autorisation de traduire et de publier ce
texte.
Publié le : lundi 23 avril 2012
Lecture(s) : 1 929
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Ce texte d’Anthea Bell est paru en anglais en 1980 dans The Signal Approach to Children’s Books, collection dirigée par Nancy Chambers (Kestrel Books éd.) Nous tenons à remercier Anthea Bell et Nancy Chambers pour leur aimable autorisation de traduire et de publier ce texte.
AntheaBellafaitsesétudesaucollège  deSomervilleàluniversitédOxford.  Elletraduitenanglais,depuislefrançais etlallemand,delalittératurenon  romanesque,desoeuvreslittéraires,  desromanspopulairesetdeslivres  pourlesjeunes.AvecDerekHockridge  elleaassurélatraductiondetous  lesalbumsdAstériximaginéspar  GoscinnyetUderzo.aerlleeEuçd  nombreuxprixpoursestraductions  dontleprixSchlagel-Tiecktroisfois,  leIndependentForeignFictionPrize,  leW&olKfuerletnizeHfPr)eU(ASn 2002poursatraductiondAusterlitzde  W.G.Sebald,etleAustrianStatePrize  forLiteraryTranslationen2003.  
38
aCorse.Moncollègue  DerekHockridgeet  UderzoL. éresioemusavntoÀquà,is moi-mêmenousnous  attaquonsàstérixenA CorseGedicsoynnet cequesaventlesanglaisdelaCorse?“Napoléon.” Etàpartça?Napoléon,pointnal.LesFrançais,eux,ontuneconnais-sanceintimedelaCorse,etnombreu-sessontlesplaisanteriesàsonsujet: lescochonssauvagesainsiqueles  châtaignes et les fromages surpuis -sants;lesfemmesèresquiconser-ventleursdistancesetquisontjalou-sementgardéesparleurshommes;  lesrelationsfamilialescompliquées  etlavendetta.EnsuiteilyaTinoRos-si,lechanteurpopulairecorse,dont  lesréférencesàsescompositionsim-prègnentcelivre. MaisquestcequonvafairedeTino  Rossi?” AyantmisTinoRossidecôtépour  l’instant, nous commençons dans unpremiertempsparjoueravecdes  motsprincipalementenrapportavec  
Asterix i
Napoléon(etohavellWnoanpgo Napoleon”.laldAnynobsgniht). Lécartentrelesconnaissances  françaisesetbritanniquesconcernant  cetteîleestunedesraisonspourles-quelles,cetalbumdelasagaAstérix,  sortien1973adûattendrejusquà  maintenant (1980)tiudartetrêurpo  enanglais. Toutetraductionduneoeuvrecom-meAstérix,quireposesurdesjeuxde  motsetdescalembours,doitêtreli-bre.Souventilsagitplutôtdune  adaptation si on veut créer les mê -meseffetshumoristiquesenanglais,  etquandlesujetdesplaisan-teriesnestpasconnuparles“Mais, jeuneslecteursanglais,celaqu’est-ce entraine des problèmes sup -qu’on plémentaires.Lamoitiédesvafaeir épreuves d’Astérix face aux oinTde romainssedérouleàdomicile,?ssiRo pourainsidire,etlautremoi-tiéàlextérieur.Quandilsagitdes  matchsàlextérieur,lesfrançaisetles  anglaispartagentnombredeclichés  rassurantsconcernantces«drôles  détrangers». LEspagneévoquelescorridas,le  
n Corsica
amenco,letourisme.LaSuissefait  penserauxcomptesnumérotés,aux  tyroliennes,àlafondue.Maisquand  leshabitantsduvillagearmoricainqui  persisteàdéerJulesCésarluirésis-techezeux,oudansuneautrerégion  deGaule-commeici,enCorse-ilest  moinscertainquelelecteuranglais  partagesesidéesreçuesaveclelec-teurfrançais. Ilyauneautreraisonliéeàlapre-mièrequiexpliquequilaitfalluat-tendrelatraductiondecettehistoi-re:ellecomporteunegranderéunion  desamisdesgauloisquiontparticipé  auxaventuresprécédentesetonyre-trouvedesétrangerstelsquedesan-glais,desespagnolsetcetdesalliés  dautresrégionsdeGaulequisexpri-mentavecleursaccentsrégionaux.  PuisquelesaventuresdAstérixsedé-roulentenGaule,cequiestrappelé  parunecartedeFranceaudébutde  chaquealbum,nousnepouvonspas  mettredesaccentsrégionauxanglais  sansdétruirelillusionprécairesur  laquellelatraductionestfondée.Si  nousdonnionsàunMarseillais,par  (1) exempleunaccentduMummerset, leslecteurssarrêteraientpoursede-manderpourquoi.Ilfautdonctrouver  dautressolutionscarnousnadmet-tronsjamaisdebaisserlesbrasenfai-santunesimpletraduction,perdant  ainsilesjeuxdemotsqui,danstout  
(1)Delaietcinventéquireprnedelsac-ractéristiquesdesaccentsrégionauxdu  suddelAnglettre.Cedialecteestem-ployépardescomédiensquijouentdes  paysans.(NDT)
traduction
albumdAstérix,renforcentlhumour  duscénario.Cettedémarchenéces-siteparfoislaréécrituredeplusieurs  cases,voiremême,unefois,dela  pagetouteentièrequandlesblagues  reposaientsurunaccentauvergnat.  (Ceschangementsfurenteffectués  aveclaccorddelauteur,bienenten-du).Avantdavoirtraduitlesautres  albumsoùceproblèmesemanifes-tait(notammentarerevrobeilcuLne (AsterixandtheChieftainsShield)et LetourdeGaule(AsterixandtheBan-quet),nousnepuoivnosovriaarpp-aî trelespersonnagesinvitésdansAste-rixinCorsica. Ilfaudraitencoreremplacercesac-centsquandcespersonnagesviennent  pourlafête.Ilsagitlàdunefêtepourcommé-morerlanniversairedelafameuse  victoiregauloisedeGergovie.Nous  regardonslespagesenquestion.  Aumoinsnousavonsdéjàxéla  languedesbretons.  BiensûrpourlesFrançais,nous  lesAnglaissommesaussides“fous d’étrangers”  (“Ils sont fous ces Bre -tons!”tuolàotêrtsnqu,ari)eheur duthé(leveoclock)ettraduisons  notreanglaisenfrançaismotàmot,  pourensuiteleprononceravecnotre  épouvantableaccent.  Nousnoussouvenonsdenosdis-cussions à ce sujet avec le regret -téRenéGoscinny,quinousmanque  beaucoup:commentgarderceteffet  danslatraductionanglaisedelalbum  Astérixchezlesbretons(AsterixinBri-tain)tilium-mêeqy,nncilaarpuisoG? langlaiscouramment,étaitunauteur  
extrêmementabordableetobligeant.  Il a écouté et approuvé notre sug -gestion:laseulesolutionconvenable  était de prendre un style d’expres -sionaristocratiqueetdésuetcomme  danslesromansdeP.G.Wodehouse.  Jollygoodshow,oldboy,ehwhat,old  fruit...” “Ah!”tnyinscGotdia,puocnudtuo  t,fruioldça c’est tr ès bien, j’aime -raisavoirtrouvéçamoi-même...vieux  fruit...”entNcéueoissumaegdrnosrp lesouvenirdecetâgedor,dorécom-melapoiredanslabouteilledeaude  viequilnousservait,enbonhôte,  danssonappartementparisien. Aumoinslablagueconcernantla  sauceàlamenthenegurepasdans  cet album.”ealC,serlultaetnne,mr anglaisconsommentdelasauceàla  mentheavectout.Ilsuftdefaire  mentiondelasauceàlamentheàun  françaispourdéclencherdeséclats  derire.Nousrééchissons,pendant  quelquesinstants,surlagrandeplai-santeriedelasauceàlamenthe.  Maisoùlesfrançaisvont-ilscher-chertoutça?Làoùnoustrouvonsquilssenour-rissentexclusivementdescargotsetde  cuissesdegrenouilles,jesuppose.  Tusaisquilsvendent  maintenantdeschipssaveureruePtêt agneauetsauceàlamenthesommes ausupermarché?-disouNenodus géronscetteinformationdrôles (ausensguré,bien-sûr).d’étrangers Peutêtresommesnousde?arpèstout  drôlesdétrangersaprès  tout,etlesFrançaisnontpastortde  nousvoircommeça...
39
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.