La Finlande et le patrimoine mondial de l'Unesco

De
Publié par

Une merveilleuse brochure de l'Unesco présentant les sites du patrimoine mondial en Finlande. Contempler vous donne des envies ? Partez pour là-bas comme j'ai fait moi-même !

Publié le : mardi 13 septembre 2011
Lecture(s) : 1 188
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Sites du patri moine mondial
de l’UNESCO
 en Finlande
Les sites du patrimoine mondial sont présentés sur le site du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, à http://whc.unesco.org/en/list
PATRIMOINE MONDIAL – notre trésor commun La Convention concernant la protection du pa -trimoine mondial, culturel et naturel, adoptée en 1972, est l’une des conventions les plus appréciées et connues de l’UNESCO. Jusqu’en 2008, elle a été signée par 185 Etats.
La Convention sur la protection du patrimoine mondial a pour objet d’assurer la préservation du patrimoine cul -turel et naturel exceptionnel de l’humanité, d’organiser son entretien, d’augmenter son estime et de distribuer des informations le concernant. Elle fournit une base pour la coopération internationale destinée à sauvegar -der, à remettre en état et à sauver le patrimoine culturel et naturel même dans le cas où les ressources nationales ne suffisent pas. Sauvegarde du patrimoine mondial La sauvegarde du patrimoine mondial appartient à toute l’humanité. L’histoire de chaque nation se reflète dans le patrimoine matériel et immatériel. Le patrimoine im -matériel concerne les connaissances, le savoir-faire, les représentations et les traditions. Dans le patrimoine ma -tériel, l’histoire se manifeste par des objets concrets, des milieux culturels bâtis, des paysages culturels et des si -tes naturels exceptionnels. La convention sur la protec -tion du patrimoine mondial porte sur la protection et l’entretien du patrimoine matériel afin que celui-ci soit transféré aux générations futures sous sa forme la plus authentique possible.
Sites du patrimoine mondial Les Etats parties à la Convention peuvent proposer pour la liste du patrimoine mondial des biens se trouvant sur leurs territoires. Pour être inscrit sur cette liste, le site du patrimoine culturel doit être un chef-d’œuvre de la créa -tivité humaine ou un témoignage exceptionnellement important sur une culture existante ou déjà disparue. Il peut consister en un type de construction représentant une période historique importante ou une habitation traditionnelle d’une culture déterminée. Il peut égale -ment être lié à des événements, des traditions vivantes, des idéologies, des religions ou des croyances ou bien des œuvres artistiques ou littéraires. Les paysages culturels sont des milieux qui expriment une longue interaction de l’homme avec son environnement. Un site de patrimoine naturel peut témoigner d’une phase d’évolution importante de la Terre ou d’un chan -gement écologique ou biologique en cours. Il peut éga -lement consister en un habitat d’une espèce de faune menacée ou représenter un paysage d une beauté excep -tionnelle.
Vous trouverez de plus amples informations sur les patrimoines finlandais sur le site de la Direction nationale des monuments historiques de Finlande, à http://www.nba.fi/fi/maailmanperintokohteet
L’ANCIENNE RAUMA
L’ancienne Rauma est la plus grande zone urbai -ne construite en bois préservée des pays nordiques C’est encore aujourd’hui le cœur d’une ville dans laquelle les gens habitent, vivent, font du com -merce, travaillent et participent à des loisirs.
L’ancienne Rauma contient, sur son territoire de 29 hec -tares, plus de 600 bâtiments dont la plupart sont possé -dés par des personnes privées. L’ancienne Rauma a 800 habitants. Le commerce animé est concentré autour de la place du marché. « Rauma est toujours Rauma » Le centre de la ville de Rauma – l’ancienne Rauma – qui a reçu en 1442 son acte de fondation, a fait l’objet d’une construction dense après l’incendie de 1682. Jusqu’au début du 20ème siècle, il formait la ville de Rauma et il est encore aujourd’hui son cœur battant. Les rues étroi -tes de l’ancienne Rauma suivent les lignes qui datent du Moyen Âge et sont bordées de maisons dont une partie fut construite au 18ème siècle. L’ensemble actuel des bâ -timents porte la marque de la grande époque des voiliers des années 1890. Un grand nombre des bâtiments de la rue principale furent alors revêtus dans le style néore -naissance ornemental. Le centre des activités de Rauma se situe sur la place du marché et dans les rues commer -ciales environnantes. Celles-ci sont bordées de quelques centaines de magasins, de restaurants charmants et de cafés ainsi que d’ateliers d’artistes.
www.rauma.fi
Outre son cadre idyllique de maisons en bois, l’ancienne Rauma est également connue pour l’Eglise Sainte Croix bâtie au 15ème siècle. Cette église avait jadis appartenu à un monastère franciscain et son chœur est orné de bel -les peintures médiévales.
Coordonnées: 61º 7’ 49” N, 21º 30’ 42”E
L’Ancienne Rauma fut inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 1991. Elle forme un ensem -ble architectural historique dont l’authenticité se fonde sur un ensemble de bâtiments histori -que bien préservé, sur un réseau de rues partiellement médiéval et sur une communauté vivante dans laquelle l’habitation et le commerce s’entremêlent.
SUOMENLINNA
Construite en 1748 sur des îles au large de Hel -sinki, la forteresse de Suomenlinna est un des trésors culturels de la Finlande. L’importance de cette forteresse pour la défense de trois Etats – la Suède, la Russie et la Finlande – lui donne son caractère particulier. La construction de la forteresse de Suomenlinna com -mença au milieu du 18ème siècle sous la direction d’Augustin Ehrensvärd, car la Suède désirait améliorer sa défense contre la Russie. Les contemporains donnèrent à Suomenlinna le surnom de Gibraltar du Nord et pen -sèrent qu’elle était imprenable. Suomenlinna se rendit cependant durant le siège des Russes en 1808 et devint ensuite une ville de garnison animée russe pendant plus de cent ans. La forteresse subit de dégâts considérables sous le feu d’artillerie de la marine anglo-française du -rant la guerre de Crimée en 1855. Après cela, les Russes entamèrent des travaux de rénovation de la forteresse et construisirent un nouveau front de défense comprenant des remparts de sable.
Période de l’indépendance  Après l’accession à l’indépendance de la Finlande, Suo -menlinna devint une garnison finlandaise. Elle fit fonc -tion de camp de prisonniers pour les Rouges pendant un an après la guerre civile. Durant la Seconde Guerre mondiale, Suomenlinna occupa une fonction importan -te pour la défense antiaérienne et elle servit également de base pour les sous-marins. Elle passa sous l’adminis -tration civile en 1973, mais ses traditions militaires sont poursuivies par l’Ecole navale basée à Suomenlinna. www.suomenlinna.fi
Cette forteresse est également une partie vivante de la ville avec 850 habitants. Des appartements, des ateliers, des salles de réunions et de fêtes, des restaurants et des musées ont été aménagés dans les ouvrages de fortifica -tion et dans les anciens bâtiments de garnison. Suomen -linna reçoit annuellement environ 650 000 visiteurs.
Coordonnées: 60° 8’ 57” N, 24° 59’ 6” E
Suomenlinna est une fortifica -tion irrégulière munie de bas -tions construite sur plusieurs îles sur un terrain dont la hau -teur varie. Elle fut inscrite en 1991 sur la liste du patrimoine mondial afin d’être conservée pour les générations futures comme un exemple de l’archi -tecture de fortification euro -péenne du 18ème siècle.
Vieille église de PETÄJÄVESI
Située sur l’itinéraire lacustre qui se jette dans le lac Päijänne, cette église fut construite en 1763 – 1765 sous la direction de Jaakko Klemetinpoika Leppänen. Son petit-fils Erkki Jaakonpoika Lep -pänen se chargea de bâtir son clocher dans les an -nées 1820. Cette église fut abandonnée en 1879 après la construc -tion d’une nouvelle église sur la rive opposée du détroit. Elle ne fut cependant pas démolie. Ses cloches restèrent dans le clocher et sa cour servit de cimetière. Lors de sa rénovation, ses structures ont été fortifiées et son toit de bardeaux a été remplacé. L’église est actuellement utili -sée uniquement en été.
Influences baroques et de la Renaissance La structure extérieure de cette église suit le plan en croix grecque de nombreuses autres églises. Son toit est raide et les extrémités des branches sont en croupe. On accède à l’église par le bas du clocher. Les branches de l’inté -rieur en forme de croix se rétrécissent conformément à la perspective en trompe-l’œil du baroque. L’intérieur de l’église révèle ses valeurs particulières sur les plans architectural et architectonique. Son impres -sion spatiale est celle d’une église de plan centré de la Renaissance. Les bras de la nef ont de hautes voûtes et la croisée du transept est surmontée d’un dôme octogo -nal. Les planches charpentées des voûtes sont fixées sur les fermes qui s’appuyent sur les murs et une structure de rondins de soutien qui reposent sur ces murs. Seuls
www.petajavedenseurakunta.fi
les lattes couvrant les voûtes et les rondins de soutien qui renforcent les murs sont décorés par la peinture.L’in -térieur de l’église s’est conservé presque dans son état original. Les bancs sont devenus brillants par l’usure. Les planches sont courtes afin de permettre de les soule -ver facilement lors des enterrements sous le plancher au 18ème siècle.
Coordonnées : 62° 14’ 57” N, 25° 11’ 2” E
Inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 1994, la vieille église de Petäjävesi est un monument de l’architecture en bois du Nord. Elle est un exemple de la capacité des maîtres-charpentiers locaux d’appliquer les éléments de l’ar-chitecture de l’Europe occidentale à l’ancienne technique d’assem -blage de rondins à la périphérie des régions de culture occidenta -le et de religion luthérienne.
Le musée de l’usine de traitement du bois et de carton de Verla ouvrit ses portes en 1972. Il est ouvert en été. Les machines et les équipements se trouvent à leurs pla -ces originales dans ce musée authentique. Les visiteurs peuvent se familiariser avec les diverses phases de la fa -brication du carton sous la direction d’un guide.
Usine de traitement du bois et de carton de VERLA L’usine de traitement du bois et de carton de Ver -la est un ensemble d’installations industrielles ex -ceptionnel et uni datant des premières années de l’industrie forestière finlandaise. Les logements destinés aux ouvriers et un grand nombre d’autres bâtiments complètent cet ensemble. L’ingénieur Hugo Neuman fonda en 1872 l’usine de traitement du bois de Verla en aval de l’itinéraire de flot -tage de Mäntyharju. Cette usine fut toutefois incendiée quatre ans plus tard et ses activités s’arrêtèrent. Une nou -velle société fut fondée en 1882 et une usine de carton adjacente à l’usine de traitement du bois fut construite. La sécherie des feuilles de carton originale fut détruite lors d’un incendie en 1892 et fut remplacée par un bâti -ment de séchage à quatre niveaux en briques rouges. Ul -térieurement, l’usine de traitement du bois et de carton fut également construite en briques. Le produit princi -pal de l’usine était le carton de bois blanc fabriqué en différentes épaisseurs. Le carton de Verla eut une bonne réputation sur le marché. Il était vendu entre autres en Russie et en Europe centrale. Un ensemble bien préservé Outre les bâtiments d’usine, Verla comprend l’appartement du gérant datant de 1885, le pavillon de la piste de bowling, le hangar pour le matériel de lutte contre l’incendie, un en -trepôt pour les produits et le magasin du moulin. L’acti -vité industrielle fit naître aux bords du rapide de Verla une communauté villageoise et industrielle dont témoignent les bâtiments résidentiels des ouvriers, le sauna, le moulin, la salle de réunion des ouvriers et le magasin d’alimentation qui ont été préservés dans cette zone. www.verla.fi
Coordonnées: 61° 3’ 45” N, 26° 38’ 17” E
Verla est un exemple bien con -servé d’installation industrielle rurale de petite dimension qui prospéra en Europe du Nord et en Amérique du Nord au 19ème et au début du 20ème siècle. Seules quelques-unes de ces anciennes communautés industrielles ont été conservées jusqu’à nos jours. Ce site fut inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 1996.
Le musée est maintenu par son proprétaire UPM-Kymmene Oyj
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.