Entreprendre sans aucune expérience du métier

De
Publié par

Entreprendre sans aucune expérience du métier

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 246
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
…Sait oùil
veut aller
…Traite tous les aspects
(commercieux, financiers) et les
formalise dans un Business Plan
… Ne travaille jamais seul
... Se met une limite dans le temps »
«
Un bon entrepreneur…
« Mohammed Yunus »
et « 80 Hommes pour
changer le monde » pour
leurs idées simples mais
qui font avancer le
monde
Entreprendre sans aucune expérience du métier
En se déclarant « vieux sur le plan professionnel », il sous-entend qu’il se sent encore résolument jeune dans la vie en général. Marco Camerman, 54 ans, a crée son entreprise il y a 6 mois
après une longue carrière d’employé. Dans cet entretien exclusif, il lève le voile sur sa nouvelle vie d’entrepreneur.
|Thibaut Dehem & Christophe De Beukelaer à Bruxelles
(Belgique)
Marco Camerman
Père de famille
Employé pendant 30 ans dans une dizaine de
sociétés informatiques en temps que commercial.
GreenTeam
Conseiller en énergies renouvelables
Société crée en collaboration avec Eddy Simn en
2009.
Profit: rentable
www.green-team.be
urant 30 ans, Marco Camerman a travaillé
dans plus d’une dizaine de sociétés différentes
du secteur informatique en Belgique et au
Luxembourg. Il y a toujours endossé un rôle de
commercial ou de responsable commercial.
« Vendre, je ne sais faire que ça ! » dit-il en riant.
Il
avoue
volontiers
que
c’est
e.a. son « sale
caractère » qui lui a valu d’être licencié en février
2009. « J’en ai eu marre que mon boss me
demande
systématiquement
combien
j’allais
vendre le lendemain et me mette des objectifs à
peine atteignables. J’en ai eu marre d’entretenir ce
système et de transmettre des prévisions irréalistes.
Dans ces grosses entreprises, votre impact est
réduit à très peu de choses. La rigidité du système
fait en sorte qu’il est impossible d’obtenir un
quelconque service personnalisé pour le client.
Cependant, ne me comprenez pas mal, continue-t-
il. Elles m’ont beaucoup apporté mais, aujourd’hui,
j’ai besoin d’autre chose. »
Un tournant inattendu
Après quelques mois de réflexion par rapport à son
avenir, les besoins du marché, ses envies et ses
capacités, une rencontre fortuite va le mettre sur la
piste entrepreneuriale. Très vite, il s’associe à Eddy
Simon, un ex-collègue et ami,
qui fonctionne sur
des bases similaires : le conseil en énergies
renouvelables
(isolation,
panneaux
photovoltaïques, pompes à chaleur, …). Au fil des
rencontres, un producteur d’isolation lui propose
de vendre pour lui. Il crée
alors formellement son
entreprise
et
devient
l’intermédiaire
entre
le producteur et le
client. Ensemble
ils
créent
« Green-Team »
et proposent une
panoplie
de
solutions
pour
diminuer la consommation
et créer sa propre énergie verte.
L’intéressé n’aurait jamais cru passer du secteur
informatique à celui de l’énergie. « Quand on est
employé, le monde extérieur
n’existe pas. Par contre, comme
entrepreneur on est à l’affût, et les
opportunités
viennent
presque
toutes
seules. Il
suffit
d’être
ouvert ! »
Marié et père de trois enfants, il
n’a pas eu peur de délaisser une
carrière confortable pour devenir
entrepreneur. « Pourtant je n’aime
pas spécialement le risque. Qui
peut dire qu’il aime le risque ? J’ai crée une société
en commandite simple qui ne demande que peu de
démarches. Je n’ai pas de stocks ou de dépenses
déraisonnables, donc pas réellement de risque de
faillite. Si ça ne marche pas, je peux tout arrêter».
Green-Team en plein développement
Mais pour l’instant Green-Team le fait vivre. « Je
gagne un peu moins qu’avant, mais quel confort de
vie ! ». Il fait 4 à 5 visites par jour chez des clients
qui lui viennent via relations ou qui lui sont
renseignés par les donneurs d’ordre (ndlr, les
producteurs d’isolation, de panneaux solaires, etc.).
Ses principaux clients sont des particuliers d’un
certain âge qui sont souvent à la maison. L’atout de
Green-Team c’est d’être pluridisciplinaire, grâce à
l’association avec divers donneurs d’ordres. Cela
permet d’apporter des solutions qui répondent à
toutes les préoccupations du client en matière
d’économie d’énergie. « Un client qui s’intéresse
au photovoltaïque pour diminuer sa facture
énergétique sera souvent intéressé par
l’isolation et vice versa. C’est là que nous
intervenons grâce à notre
large
portefeuille
de
solutions et notre expertise
étendue.
Nous
pouvons
conseiller
aux
clients
les
meilleures
alternatives. »
Cependant,
Marco
Camerman
souhaite
augmenter
son
chiffre
d’affaire en touchant des clients « professionnels ».
« L’avenir
de
Green-
Team passera par le
B2B.
C’est
encore
une
opportunité qui
est tombée du
ciel
via
une
connaissance.
Nous proposons
aujourd’hui aux
entreprises
de
remplacer leurs lampes classiques très énergivores
par des lampes LED, plus économiques. Le
portfolio évolue donc mais nous restons dans le
domaine
de
la
réduction
de
l’utilisation
d’énergie. » Mais le développement ne s’arrête pas
là. « Je sens que d’autres opportunités vont venir.
Je n’exclus rien. »
La démarche d’entreprendre
Lancer son entreprise prend du temps, et il faut
apprendre beaucoup à propos de sa nouvelle
activité. La démarche de l’entrepreneur implique
forcément un investissement de départ. Pour Marco
Camerman,
cet
investissement
c’est
le temps
consacré à se familiariser avec la technologie et le
marché vert. « Ancien employé en IT, je ne
connaissais pas grand-chose de cette nouvelle
activité. Cet investissement-temps est d’autant plus
élevé qu’il faut y ajouter un important volet
réglementation, dans un business qui dépend
fortement des subsides et des primes régionales.
C’est un vrai casse-tête car la législation est
totalement différente dans les 3 régions du pays. »
Pour se lancer, Marco Camerman a pu compter sur
l’aide de Co&Go, une organisation qui coache les
personnes souhaitant commencer leur propre
activité. « On a la chance en Belgique d’avoir une
panoplie d’organisations comme celles-là qui sont
très accessibles. »
D
Inspiration
Questions et discussion
1)
Quelle est la force actuelle de GreenTeam ? Comment parviennent-ils à
accéder à leurs clients ? Pointez les opportunités de croissance de
l
entreprise. Réfléchissez tant au niveau des clients qu
au niveau des
produits.
2)
Mettez-vous dans la peau de Marco : vous avez une idée en tête et désirez
lancer votre propre société. Concrètement, quelles étapes entreprenez-
vous et dans quel ordre ? Assurez-vous que le projet soit faisable, qu
il y ait
de la place sur le marché, et que vous ayez les capacités pour le faire.
3)
Plusieurs organismes peuvent vous aider dans cette démarche
entrepreneuriale.
Que propose l’organisation Co&Go
? Faites une
recherche pour trouver d
autres organismes du même genre en Belgique.
Pensez également aux primes et subsides.
Mots-clés:
Stocks, risque de faillite, « customization » , B2B, information
technology (IT), portfolio de produits.
Le
profil
d’un
bon
entrepreneur ?
« Tout
entrepreneur doit aimer le changement. Et il doit
être ouvert. Ouvert pour capter les informations,
ouvert à d’autres marchés, ouvert pour cultiver un
réseau et des relations. Ce sont certainement des
caractéristiques
qu’un
entrepreneur
doit
posséder. »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.