Syndromes de retard et d'avance de phase - Les troubles du Rythme ...

De
Publié par

Syndromes de retard et d'avance de phase - Les troubles du Rythme ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 156
Nombre de pages : 92
Voir plus Voir moins
Les troubles du Rythme Veille-Sommeil
DIU Veille-Sommeil - Décembre 2007
Philippe Derambure
„
Les troubles du Rythme Veille-Sommeil
Deux processus rendent compte de l essentiel de la régulation veille-sommeil „ Un processus homeostasique du sommeil (S), avec établissement d’une propension au sommeil (besoin) pendant la période d’éveil et un épuisement du besoin pendant le sommeil lui-même (les deux aspects évoluent de manière linéaro-exponentielle) Un processus circadien (C), qui agit activement pour promouvoir le sommeil ou l’éveil à différents moments de la période circadienne: Pendant la seconde moitié de la période habituelle d’éveil le processus C agit pour un maintien de l’éveil (zone de sommeil interdite); il agit pour un maintien du sommeil à la fin de la période précédant l’éveil.
„
Wu J.-92
„
„
Ce n’est que lorsque ces deux processus agissent de concert que l’on observe une période soutenue d’éveil et une période soutenue de sommeil.
Dans les conditions habituelles, l’horloge est réglée de manière telle que le minimum thermique survient 1,5 à 2h avant l’éveil
„
„
Trois conditions sont requises pour cette action concertée: „ Un système homeostasique fonctionnel (quantification des ondes lentes) Un système circadien fonctionnel , incluant des synchroniseurs actifs (rythmes température/mélatonine en phase avec le cycle lumière-obscurité) Une relation de phase normale entre l’horaire choisit des épisodes veille- sommeil (homeostasie) et la phase du système circadien (constante routine, DLMO)
„
.un eedl éiposedu sommeil (survemixo étim udminie  dmmsol eiprà s ju zel niltee hermum t cheiquenorhcnys))sruesiurcoe brs an(ss acédegaletsi nu péa odrint e lreemli  id eeds mo lhorloctée parv elcyc el te egoulseimmsoe-lleireossep .éC ahtient sent prénnes ruoPitep enuartite p la e dealitopup lxenoi des leubro tes„ltnemennorivnel rt àappoar rne podègegnerooll he undimo artc ver neoppa noi tseerturbate : la prtnièsuqt py exenitsid n seL„eugadrccie Oe.nnieie losmmginidrotroudes  du blesrep brutoitaed npprat orecavne ui tnirsnqèeue  ntroubles de typert aappocle u cymmie-VoS
„
„
„
„
.l
Dans les conditions habituelles d’entraînement cette relation est un peu modifiée : l’endormissement est 5-6 h avant le minimum thermique et le réveil peu après le minimum (soit en général 23-24h et 6-8h).
onticafienle  dmennorivr raptneègen .eCnn eneodcircadiehorloge ap el rp neitraic de tét esncdoie losmmd  eapelincie prrioda pél ed eunevrus aL la propension abr ehtreimuq etet antrenlae ou c ed sahpe )etsixle (oreltionrelaletaalr etpmoi nléef rstr pae téepéd ette ecnadn
ell) uojerd mabpruC(sommeil eevliel-Haiorriugérreiladome yndrSmhtyRseha pdee ncvaemyRht phaseetard delahtcyréméhyrnpe
„ Troubles intrinsèques „ Syndrome de retard de phase du sommeil „ Syndrome d’avance de phase du sommeil „ Syndrome type libre cours (ex hypernycthéméral) „ Rythmes veille-sommeil irreguliers „ Troubles extrinsèques „ Troubles liés au décalage horaire (jet-lag) „ Troubles liés au travail posté
limoemon nsitiPo emhtyr ud selbus-leilverdmo eedSnyramroelil sdumeomTor
;)99porPitros noilimreaian duns ugilre1:9, ;ASSP 1,2% (Dagan Y.-nu snad liavart es lur sub pas cdu e etéansiajopameie (K8)etY.-9 ces, as 9de d0%emôtus s selpmysmpbell Sliés (Casnp èr s-.99.)aD
„
Epidémiologie des troubles du rythme veille-sommeil
„
e.tourt aunnenrvieeccnloseldad  eap J (onzaYaM.kiréné„ela31,0ua % la population gr tymh e-V Sadsnro tes ddus leubrp al tnecnelavéées imiternaconcs noénsesèl  trtseLnod reyntcéhémar:l21,1%, rythme irré setoP„:3 =pS;22S:RP,583 S%;yp.hreevo sbr pél setionartiivans suruop tnaelbuort om sdus on, ilme authentthme V-Sc noustlfiéi steraff dnttsenou sd seyr urt elbuos por de)Su.-93apitd  eitnoupalNon  e7%,1„09)-9hredarhcS( egèvr
Syndrome de retard de phase du sommeil (srps)
[ ICSD-2005]
Epidémiologie du SRPS
„ „
„
„
C’est le plus courant des troubles intrinsèques. Proposé comme entité clinique en 1981(Weitzman) et estimé à cette époque à 7% des sujets se plaignant de troubles d’initiation et maintien du sommeil. Dans l’ICSD-2005 on estime la proportion à 10% des patients vus en clinique pour insomnie chronique. Bien que décrit initialement chez l’adulte, le début s’observe généralement durant l’adolescence. Il n’y a pas de différence entre sexe même si on note une prédominance mâle parmi les plus jeunes. Prévalence: population d’age moyen 3,7% (Ando K..-02).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.