La prévision des variations à court et à moyen terme de l'offre, de la demande et des prix des produits agricoles - article ; n°1 ; vol.44, pg 33-48

De
Publié par

Économie rurale - Année 1960 - Volume 44 - Numéro 1 - Pages 33-48
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1960
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins

Egon Woehlken
La prévision des variations à court et à moyen terme de l'offre,
de la demande et des prix des produits agricoles
In: Économie rurale. N°44, 1960. pp. 33-48.
Citer ce document / Cite this document :
Woehlken Egon. La prévision des variations à court et à moyen terme de l'offre, de la demande et des prix des produits
agricoles. In: Économie rurale. N°44, 1960. pp. 33-48.
doi : 10.3406/ecoru.1960.1697
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecoru_0013-0559_1960_num_44_1_1697,
LA PRÉVISION DES VARIATIONS A COURT
ET A MOYEN TERME DE L'OFFRE, DE LA DEMANDE
ET DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES
Institut de par d'étude V Université Egon des WOEHLKEN Marchés de Gôttingen Agricoles
I. INTRODUCTION
Les dispositions des agriculteurs, des chefs d'en cernant le développement économique : elles doi
treprises s "occupant de la commercialisation des vent faire certaines hypothèses a priori sur le déve
produits agricoles, et de la politique agricole gou loppement futur, qui s'avéreront, plus
vernementale dépendent de plus en plus de la façon tard, comme irréelles du fait d'événements excep
dont seront jugées, sur les bases de l'évolution tionnels dans le domaine politique, économique ou
actuelle et passée des prix et des coûts, la situation technique. des débouchés, la perspective des débouc Des pronostics purement empiriques (3), reposant
hés, les possibilités . de prof it des entreprises con exclusivement sur l'observation du fait que, tou
sidérées individuellement et les perspectives de jours ou dans la plupart des cas, l'événement B suit
l'activité économique dans son ensemble. Un « pro le fait A, sans que la relation de causalité soit con
nue, sont impossibles en économie — en dehors de nostic inconscient » des possibilités de développe
ment est sans cesse à la base des dispositions des quelques cas exceptionnels. Pourtant les sciences
entrepreneurs et des dirigeants de la politique éc naturelles emploient fréquemment de telles lois
onomique (1). Mais, on s'efforce de faire une prévi empiriques. Pour la prévision économique, seuls
sion « consciente » des perspectives du développe conviennent plus ou moins les pronostics causals
ment futur. théoriques qui reposent sur la connaissance de rap
Dans quelle mesure de tels pronostics peuvent- ports bien définis et dans lesquels l'action de gran
ils être précis ? Dans le domaine économique deurs ou mesures bien définies sera dégagée au
comme dans tout autre domaine, une connaissance moyen de modèles économiques convenables. Ces
absolument certaine de l'avenir est interdite aux modèles peuvent être établis, indépendamment des
hommes. On ne peut prévoir les événements éc cas particuliers concrets, avec l'aide de la théorie
onomiques de l'avenir qu'en les qualifiant de plus économique (4). Cependant, la plupart du temps,
ou moins vraisemblables. S'il était possible à tous on trouve à la base de ces modèles des analyses
les participants de l'économie de connaître l'ave empiriques du rapport quantitatif entre des gran
nir avec sûreté, disons un an à l'avance, alors tou-- deurs économiques particulières. Sur -la base d'une
tes les variations de prix, en ce qui concerne l'action telle. analyse des rapports causaux du passé, les
économique des participants de l'économie, pour principales grandeurs économiques seront, sous cer
raient précéder d'une année les variations objecti taines conditions (5) (pronostic de condition), pro-
ves (2). Mais en fait, l'évolution future dépend de
(3) W. A. JOHR und H. W. SINGER. — Die Natio- tellement de facteurs, que jamais une prévision
naldkonomie im Dienste der Wirtschaftspolitik. Gôttingen, 1957. totalement certaine ne peut être faite. De ce fait,
Pp. 79. il est un point commun à toutes les prévisions con-
(4) Sur la contribution de la théorie économique à la prévision
économique cf. aussi R. C. TRESS. — The Contribution of (1) F. KNESCHAUREK. — Problème der - langfnstigen
Economie Theory to Economie Prognostication. In: Economica, Marktprognose. In: Aussenvûirtschafi, Jg. 14 (1959),' Pp. 312-
Vol. 26, 1959, Pp. 194-211. 337.
(5) Cf. également F. LUTZ. — Das Problem der WirN (2) L. A. HANN. — Uber Wirtschaftsprognosen. In: Gela
schaftsprognosen (Recht und Staat in Geschichte und Gegenwart. uni Kredit. W âhrungspolUische und kpnjunktwrtheoretische Bc
No. 185). Tubingen, 1955, p. 14. trachtimgen. Frankfurt am Main, 1960, Pp. 9-21.
5 ,
'
*
»
-34
jetées dans le futur afin de préciser les limites à de structure à long terme, et par conséquent les
l'intérieur desquelles les grandeurs en question vont pronostics de croissance, ne doivent être ici l'objet
probablement se situer. On, rétrécit ainsi, autant d'une considération minutieuse que dans la mesure
que possible, le domaine de l'incertain. où. les transformations à court et moyen terme sont
Comme base> des décisions courantes concernant compris en eux.
les entreprises, les chefs d'exploitation et les ser Etant donné les relations de cause à effet entre
vices responsables de la politique des marchés et l'offre, la demande et les prix, d'une part, et les
des prix ont besoin d'un pronostic de conjoncture facteurs qui les déterminent, d'autre part, iLest
qui leur donne une image de la transformation pro toujours possible de faire des pronostics lorsque Jes
bable de la situation des marchés sous l'influence facteurs déterminants peuvent être mesurés ou est
du cours de la économique prédominante imés antérieurement à l'événement que l'on veut
à court et moyen terme. A côté de cela, pour les prévoir.
décisions fondamentales de la gestion des entrepri Comme la notion de « pronostic » anticipe déjà
ses et de la politique gouvernementale concernant un peu sur la possibilité d'obtenir un résultat, dans
les marchés, et les prix (comme, par exemple, les ce qui suit, cette notion sera autant que possible
projets d'investissement, l'orientation de la product évitée et l'expression moins liante de prévision sera
ion vers de nouveaux produits ou vers de nouvell employée. Lors de la" préestimation du développe
es méthodes de production, le ralentissement ou ment futur (prévision), on doit particulièrement faire
l'accélération des tendances de développement à la distinction entre la notion de préestimation qui
long terme), on a besoin d'une analyse et d'une est plus descriptive et la notion de prédiction qui a
estimation des perspectives à long terme qui aillent un sens plus étroit.
plus loin que des considérations de situation éc La méthode « simple » de la préestimation repose onomique à court terme et qui en fassent abstraction. sur un examen attentif des forces motrices du déveIl faudra prévoir, les perspectives à long terme de loppement considérées individuellement. En prel'activité économique et les décalages structurels mière ligne, les prévisions à court terme, concerentre des secteurs particuliers et l'économie dans nant des marchés agricoles pris en particulier, sont son ensemble. Il v aura « pronostic de croissance » encore aujourd'hui faites de cette façon-là. Mais
aussi en ce qui concerne les prévisions à moyen Ensuite, on doit examiner les variations .essent et long terme sur le développement de l'offre et de ielles à court et moyen terme et la possibilité la demande .pour l'ensemble des produits agricoles, qu'elles offrent d'être prévues. Il est opportun de les influences, que les facteurs déterminants partiplacer une délimitation entre les événements éco culiers ont sur les grandeurs ayant donné lieu à. nomiques à court, moyen et long terme. Dans l'éc prévision, seront combinées d'une manière simple, onomie politique, les événements qui, après qu'ils même si, le plus souvent, différentes hypothèses auront -été déclenchés, pourront se. dérouler^ dans sont utilisées en ce qui concerne l'évolution proun espace de temps qui peut aller jusqu'à un quart bable des facteurs déterminants. ' considérés comme d'année, seront le plus souvent
Dans certains domaines, une autre méthode de étant du domaine du court terme. On parle des
la préestimation du développement futur, qualifiée développements à long terme, en règle générale,
de test de situation économique (9), peut être utiau sujet des transformations des grandeurs écono
lisée. Le test est obtenu en posant des questions à miques qui s'étendent sur des périodes de temps
un certain échantillon, si. possible représentatif, supérieures à huit ou 10 années. Entre les deux, se d'entrepreneurs (10).' trouvent les événements économiques à moyen
terme (7). Avec certaines restrictions, en particul A la base des prédictions, il y a en général un
ier en ce qui concerne l'offre des produits agricoles modèle théorique, défini et des relations structurel -
et les prix qui sont influencés par cette offre, nous
pouvons à peu près accepter cette délimitation. La
(9) Cf. le test de situation économique de l'Institut Ifo pour longueur d'une, période de production est, en règle la recherche économique, à Munich, dans lequel est publié, mengénérale, en ce qui concerne l'offre des produits suellement, le développement de la situation économique dans agricoles, la délimitation la plus conforme entre les l'industrie, le commerce en gros et le commerce de détail, . en transformations à court et moyen terme, (8). Les blanches d'activité séparées, et, pour le mois suivant et pour six
développements de croissance et les transformations mois à l'avance, les perspectives des groupes économiques inté
ressés sont étudiées. Ces résultats sont couramment publiés dans
le Service Rapide de l'Ifo, bulletin hebdomadaire de l'institut. (6) F. KNESCHAUREK. — Problème der langfristigen (10) Cf. sur les aspects fondamentaux de ces expériences : Marktprognose. In : Aussentoirtschaft, 14e année, 1959, Pp. 321- L. BOSSE. — Uber die« Môglichkeit und den Nutzen von 337. kurzfristigen Wirtschaftsprognosen. In : WeltWirtschaftliches (7) JOHR et SINGER considèrent que les prévisions qui por Archie, 79, 1957, II, p. 65-83, et H. EICHMANN. — Einige
tent jusqu'à 25 ans sont encore du moyen terme ; op. cit. p. 81. Bemerkungen zu L. Bosses Aufsatz : « Uber die Moghchkeiten
und den Nutzen von kurzfristigen Wirtschaftsprognosen ». In : (8) E. WOHLKEN. — Die Angebotselastizitât von Agrar-
produkten und ihre Problematik. Diss. Gôttingen, 1955,- p. 116. WeltWirtschaftliches Archiv, 80, 1958, I, p.- 131-138. •
— 35 —
les constatées dans le passé/ Leur établissement, ou, en ce qui concerne les produits animaux, dépas
s'effectue . à l'aide d'un appareil statistique bien sant une période de production, sont notablement
défini et exige, pour l'exactitude de l'énoncé, des plus difficiles que les préestimations de la demande
bases statistiques multiples (11). Cependant il n'est concernant les mêmes périodes. Afin d'obtenir,
pas dit que, en cas de prédiction, un calcul méca malgré tout, et en dépit du manque de données
nique ne sera pas corrigé par. un examen réfléchi . statistiques convenables pour un calcul raffiné, une
Un calcul de corrélation multiple se trouve toute vue d'ensemble du développement futur de l'offre
fois souvent à la base de la prédiction. En règle pour les produits agricoles, une extrapolation du
générale, une prédiction de cette sorte sera établie, développement passé doit être entreprise au moyen
à court ou à moyen terme, pour une période de de « trends » linéaires ou bien de taux constants de
production ou de vente. Pour une prédiction à vues croissance, sans considération de l'influence des
prix. C'est particulièrement le cas lorsque non seuplus longues, les facteurs déterminants ne sont pas,
la plupart du temps, disponibles suffisamment long lement l'offre future d'un produit agricole particul
temps à l'avance, de telle sorte que la méthode ier, mais encore celle de tous les produits agricol
naïve de préestimation est alors à préférer. Ainsi, es, doit être préestimée (12).
les préestimations de l'offre dépassant une année
IL — PREESTIMATION DE L'OFFRE
confiance, si la production pour des types particul1. — Préestimation
iers d'exploitations n'est pas au moins extrapolée
de la production agricole séparément, afin de contrôler l'estimation globale,
au moyen d'une combinaison des préestimations dans son ensemble.
particulières pour les principales branches de pro
Lors d'une préestimation au moyen d'une extra duction (13).
Mais aussi, lors de la préestimation de la propolation de « trends », sans considération des chan
gements dans les prîx et les rapports de prix, le duction pour des types particuliers d'exploitations,
il sera couramment* raisonné sur la base de rapports développement de la production agricole, prise dans
de prix inchangés. Ensuite, la préestimation des son ensemble, est extrapolé à l'aide des indices de
la production, ou bien la production agricole d'en productions végétales consiste essentiellement en
une extrapolation du développement des rendements semble est calculée sur la base des taux de croi
ssance des dernières* années. Une méthode aussi de l'hectare (14).
grossière n'est cependant qu'une toute première Dans des cas particuliers, on peut envisager une
approximation et n'est en aucune façon digne de diminution du taux de croissance dans le cas de
rendements élevés ou, à l'opposé, une augmentat
ion rapide des rendements grâce à des méthodes (M) J. P. CAVIN. — Forecasting the Demand for Agricult de production en progrès. Le rendement préestimé ural Products. In:. Agricultural Economics Research, Vol. 4,
par hectare multiplié par la superficie emblavée 1952, Pp. 65-76.
prévue donne la production à l'époque envisagée. (12) Pour se faire une idée approximative de la production
Une préestimation de productions animales au agricole dans les divers pays, de telles projections de l'offre,
pour les pays membres pris en particulier, sont établies en ce moyen d'une extrapolation de trends est encore
moment par la commission de la Communauté Economique Euro plus incertaine que celles concernant la production
péenne à Bruxelles et de la Commission Economique pour l'Europe végétale. Les productions animales peuvent rapideà Genève.' ment s'ajuster au marché et l'on peut à peine uti
(13) De telles préestimations de • l'offre sont, la plupart du liser l'hypothèse que le cheptel sera inchangé, alors
temps, faites en rapport avec une projection de la demande. Le3
perspectives en cette matière «sont donc déjà délimitées et exa
(14)' Une étude de l'Institut d'étude des Marchés Agricoles de minées, ce qui permettra de voir dans quelle mesure l'augment
ation de la production et l'accroissement de la demande s.» cor l'Université de Gôttingen donne des renseignements sur l'augment
respondront — compte tenu du marché agricole extérieur, (cf. ation du rendement des céréales et des pommes de terre par
hectare en Allemagne depuis 1881. W. PENTZ.— Die Stei- G. T. BARTON et R. O. ROGERS. — Fam output. Past
gerung der deutschen Getreideertrage. In: Agrartûirtschaft, 9mc changes and projected needs. U.S.D.A. Agriculture Information
année, 1960, n° 4, Pp. .125-139. Les résultats de "cette étude Bull., n° 162. Washington, 1956). Dans l'optique des p-évisions
faites par la Commission de la C.E.E. à Bruxelles, une telle pré- pourraient dans ces conditions, à la façon d'un exemple, servir
d'hypothèse pour la , préestimation du rendement des céréales et • estimation de l'offre, dans le cadre du développement futur de
Cf.' également F. C. SCHLO- des pommes.de terre par hectare. la production agricole et de la demande en produits alimentaires
MER.* — An International Comparison' of Trends in Cereal dans les pays membres est faite, pour l'Allemagne, par
G. WEINSCHENK, de l'Institut d'Etude de la Gestion des Yields During 1920-1955, and Outlook. Monthly Bulletin o\
Agricultural Economics and Statistics, Vol. 5, 1956, No. 11, Exploitations agricoles et du Travail agricole de l'Université de
Pp. 9-1 5 et No. 12, Pp. 1-10. Gôttingen. .
>
.
«
1
,

36-
que cette supposition est - encore admissible , pour 2. — Préestimation
les emblavures des principaux produits . végétaux, du développement des emblavures. même dans le cas où les rapports de prix changent
dans certaines limites. La production animale est,
Une préestimation des récoltes des plus importdans son ensemble, fortement influencée par les ants produits agricoles offre de grosses difficultés prix, de telle sorte qu'une préestimation concernant
en raison dés variations des conditions atmosphérles effectifs 'du cheptel doit être faite. L'hypothèse iques d'une année à - l'autre. .. Afin de saisir à de rapports de prix constants peut considérable l'avance au moins la partie de la production qui ment s'écarter de la réalité.
dépend seulement dans une faible mesure des con
Pour l'Allemagne, toutefois, la production lai ditions atmosphériques, des enquêtes sur les projets
tière peut, être préestimée à partir des taux de de culture sont menées par le Ministère fédéral pour*
croissance du rendement laitier par vache, sous l'Alimentation,* l'Agriculture et les Forêts. Les en
l'hypothèse ample et réaliste d'un cheptel inchangé. quêtes ont lieu dans le cadre des comptes rendus
sur l'économie des exploitations agricoles. Le MinistDans les systèmes d'exploitation qui réagissent aux
ère pour l'Alimentation, l'Agriculture et lès Forêts prix (élevages avicoles pour la production des œufs,
a, de cette façon, obtenu le concours d'une série des poulets de chair, élevage du porc pour la pro
d'exploitations ^fournissant un compte rendu courant 1* duction de viande, mais aussi élevage du bœuf pour
mensuel sur les événements principaux intéressant engraissement), l'extrapolation de trends, concer
l'économie rurale. Dans le cadre de ce travail en nant d'une part les effectifs et d'autre part les poids
commun, les chefs d'exploitation sont questionnés, moyens et rendements à l'abattage, ou bien la pro
en automne et au printemps, au sujet de leurs production d'œufs par poule, peut être faite avec des
jets de culture pour l'année en cours. La première taux constants, sans considération des changements
enquête a lieu à la fin du mois d'août de chaque de prix > vraisemblables. Mais cette utilisation de
année, pour découvrir les projets de culture pour taux constants entraîne une importante incertitude
les travaux d'automne. Ainsi, on doit obtenir un qui, sera encore renforcée par le fait qu'il est pos
premier aperçu du développement prévisible des sible d'obtenir des produits animaux en quantités emblavures en céréales d'hiver et en plantes oléavariables à l'aide d'aliments de bétail importés. gineuses d'hiver. L'enquête sur l'état définitif des
Avec la description de la préestimation de la d'automne est faite à la fin du mois de
production des systèmes d'exploitation considérés novembre. Un premier aperçu, sur les projets de
isolément, la production d'ensemble future n'est pas culture pour les travaux de printemps est rendu
encore déterminée. Celle-ci est influencée d'une possible par une enquête renouvelée à la fin du
façon importante par la diminution des effectifs des mois de février. Comme; en même temps, on de
mande la déclaration des destructions de semi? animaux de trait par suite de la motorisation (15).
occasionnées par le froid qui se sont manifestées Le fourrage consQmmé par les bêtes de trait devient
jusqu'à ce moment, on obtient en même temps un disponible et peut servir à la production d'aliments.
repère pour connaître l'état des superficies en culEn dehors de ceci, l'amélioration de l'efficience
ture pour l'année agricole en cours. Par une derdes aliments du bétail, i grâce aux progrès réalisés
nière enquête à la fin mai, il est rendu compte de dans l'élevage et la nourriture des animaux, a une
l'état définitif des emblavures. , influence certaine sur la production. Il faut que ces
facteurs soient pris en considération pour pouvoir L'analyse des résultats des enquêtes des années
estimer la production d'ensemble future à partir de passées a montré que le développement général des
la préestimation de la production de systèmes par emblavures est rendu avec exactitude par les compt
ticuliers d'exploitation. Il faut encore tenir compte, es rendus des correspondants, bien qu'il ne con
cerne qu'une partie de l'ensemble de toutes les au sujet de l'offre d'ensemble des produits agricol
es, d'une extension ou d'une diminution des import exploitations.
ations de semences (la consommation de ces semenc En France, de telles enquêtes sont faites sur les
es demeurant presque absolument constante) et de intentions de production des agriculteurs (17) ; elles
Y auto-consommation des producteurs, qui, à cause font connaître de cette façon les tendances; mai-s
de l'émigration hors de l'agriculture, est décrois ne donnent aucune explication exacte sur la gran
sante (16). deur des changements de production, parce que seul
le nombre des. exploitations qui entreprennent ces
changements est connu et non l'ampleur des chan
(15) Cf. entra autres UN/ECE, Agricultural Mechanisation. gements. Au contraire, les enquêtes allemandes Efïetcs of Farm Mechanisation on Horse Numbers in European
Countries. (Agri/Mech/9). Genève, 1958.
(17) J. WEIL et F. MAUREL. — La situation et les ten(16) Cf. les préestimations de , production de A". HANAU et
de* l'agriculture au printemps 1959 d'après une enquête dances H. B. KROHN, Die langfristigen Absatzaussichten der west-
auprès des chefs d'exploitation. Etudes. et conjoncture, année 14. deutschen Landwirtschaft bis 1965. Jn : AgrarWirtschajt, 5m*
1959, No. 7, Pp. 655-668. > année, 1956, Pp. 257-265 et Pp. 302-316. <
— 37
sont orientées vers la détermination quantitative des 4. — Prévision
changements dans les emblavures, qui sont indiqués sur le marché du porc. en pourcentage des emblavures de l'année précé
dente. Les bases pour une prévision sur le marché du
porc en Allemagne furent posées par une étude de 3. — Préestimation des récoltes. Hanau (22) dans laquelle, à cette époque déjà, les
facteurs de détermination de l'offre du porc de char
En raison de l'incertitude des conditions atmo cuterie sont dégagés. Après la seconde guerre mondsphériques, l'estimation du volume probable des iale, R. Plate a développé une méthode et l'a
récoltes soulève les plus grosses difficultés. Afin de appliquée avec succès ; cette méthode permet de ne pas recourir à l'hypothèse simpliste d'une récolte prévoir, à partir du recensement trimestriel du chept
moyenne, on s'efforce de recueillir, aussi tôt que el porcin, l'offre -du porc de charcuterie pour un
possible, des indications sur le volume de la récolte. laps de temps presque égal à une période de pro
En Allemagne Occidentale, ces indications sont duction (10 à 12 mois) avec une étonnante sûreté
jusqu'à présent obtenues, juste avant ou pendant (23).
la récolte, par des arrachages ou moissonnages La prévisibilité des changements conjoncturels
d'essai sur la base d'un sondage. Ces renseigne de l'offre est basée sur la connaissance du fait que
ments servent à contrôler les estimations de récol les décisions de , production des éleveurs de porc
tes faites antérieurement par des experts. sont prises à partir des rapports prix-coûts intéres
sant l'engraissement des porcs (rapport de prix : Aux Etats-Unis on essaye, encore plus tôt avant
porcs-aliments) avec une vraisemblance qui atteint la récolte, par» des comptages de plantes sur des
presque la netteté d'une loi. Lors d'une attente de surfaces-témoins et par le dénombrement de fruits
profits avantageux, il se produit un développement et l'examen de leur fertilité," d'obtenir des indica
de la production, porcine, lors d'une perspective de tions prévisionnelles sur le volume des récoltes (18).
mauvaise rentabilité la production porcine régresse Dans certains cas, on essaye même de déterminer
(24). quantitativement l'effet sur les rendements des con
Les mouvements de l'offre sont prévisibles du ditions atmosphériques au cours de certaines pério
.lait que, entre la décision des éleveurs de porc et des critiques de la croissance. Il a ainsi été possi
son action sur l'offre du marché, un espace de temps ble, pour les pêches, en étudiant les températures
(« lag ») doit s'écouler. Le délai entre une transmaximales entre la floraison et le 30 juin, de pré
formation de la relation de prix et le changement voir l'époque de la récolte principale (19). Pour les
de l'offre qui lui fait suite sera déterminé par : pommes de terre, le maïs et le blé, il a de même
(1) le temps d'attente (variable) des éleveurs, pu être établi une corrélation entre la température
jusqu'à . ce qu'ils prennent de nouvelles, décisions, pendant l'époque critique de la croissance et l'i
c'est-à-dire déclenchent une augmentation ou mportance de la récolte (20). Même aux Etats-Unis,
une régression de la production ; et malgré les efforts faits pour leur amélioration,
(2) la durée (invariable) de la gestation qui est de ces méthodes, cherchant , à relier les conditions
•" un peu moins de quatre mois ; atmosphériques pendant les périodes critiques de la (3) la durée de l'élevage et du temps d'engraissecroissance des plantes aux rendements, ne sont pas ment depuis la naissance des porcelets jusqu'à ce encore développées et expérimentées au point que le poids d'abattage soit atteint. Cette période qu'elles puissent recevoir une large utilisation (21). de temps s'est raccourcie au cours des années, parce
que des mélanges alimentaires riches en énergie et
plus riches en protides accélèrent la ^croissance et (18) B. W. KELLY, Preliminary Report on Objective Pro
améliorent la conformation pour la viande et parce ducers for Soybean Yield Forecasts. In : Agricultural Economics
que, en outre, le poids final requis pour l'abattage Research, Vol. 9, -1957, p. 139-141 ; W. A. HENDRICKS
and H. F. HUDDLESTON, Objective Forecasts of Cotton a peu à peu diminué.
Yield. In : Agricultural^ Economics Research, Vol. 9," 1957, Lors dé la préestimation statistique de l'offre
p. 20-25. ' future des porcs charcutiers, on ne part pas des
facteurs de détermination originels de la relation (19) J. W. GANNAWAY and W. J. CREMINS,^ Fore
casting Date of Volume Movement of Colorado Peaches. In :
Agricultural Economics Research, Vol. 11, 1959, p. 1-5. (22) A. HANAU. — Die Prognose der Schweinepreise.
(20) H. P. HARTKEMEIER, The Supply Function for (Vierteljahreshefte zur Konjunkturforschung, cahiers spéciaux 2, 7
Agricultural Commodities. (University of Missouri Studies, Vol. et 18). Berlin, 1927, 1928 et 1930.
7, No. 4). Columbia, Mo. 1932 ; H. J. HENNEY, Forecasting (23) Cf. R. PLATE. — La prévision trimestrielle sur le marthe Yield of Winter Wheat Seven Months Prior to Harvest. In : ché du porc. In : Agrarwirtschaft, Hanovre. (Alfred Strothe éd.). Journal of Farm Economics,. Vol. 14, 1932, p. 319-330. (24) A. HANAU. — Schweinezyklus. In : Handhuch der
(21) 'F. H. SANDERSON. — Methods of crop forecasting Sozialwissenschaften, tome 9, Stuttgart, Tiibingen, GSitingen,.
(Harvard economic studies, Vol. 43). Cambridge, Mass. 1954. 1956, Pp. 171-173. .
,
— 38
prix-coûts, mais des « plans de production » tels sent comme leurs collègues allemands, par des
qu'ils résultent des nombres de truies en gestation, développements ou des régressions de production,
de porcelets et de jeunes porcs. De ce fait, on él aux changements dans les rapports de prix porc-
imine la période d'incertitude qui se trouve entre le aiiments du porc. Le rapport causal entre l'offre et
moment où se produit l'événement stimulant la pro la relation prix-coûts, comme hypothèse pour une
duction et le moment où l'ajustement effectif de la prédiction de l'offre française de porcs, existe donc.
production survient. Bien entendu, de ce fait, En France, les fondements statistiques de la prées
l'échéance de la prévision diminue de deux à quat timation, des recensements trimestriels des porcs
re mois. et une statistique impeccable des abattages, ne sont
Les bases statistiques de la prévision de l'offre pas encore assez organisés pour permettre, un pro
pour le marché du porc sont fournies par le recen nostic exact de l'offre. Malgré cela, on essaie en
sement trimestriel des porcins et les données mens France, par de bonnes méthodes, de se former une
uelles sur l'abattage 'et le commerce extérieur dés idée du développement futur du marché du porc.
porcs. On distingue, dans les recensements, les Neuvy (27) fait, à partir des saillies des truies, des
catégories suivantes : conclusions sur l'offre future des porcs. Cependant,
comme ces saillies des truies ne sont observées que (1) Porcelets (âgés de moins de huit semaines).
chez 10 verratiers d'Ille-et- Vilaine, le résultat n'est (2) Jeunes porcs (âgés de huit semaines à, moins
pas représentatif de la France tout entière. Une d'une demi-année).
autre méthode, qui permet d'obtenir un point de (3) Porcs d'abattage et d'engraissement (âgés de
vue sur le développement du marché du porc, conssix mois et plus).
iste à suivre la proportion des deux sexes dans les (4) Truies d'élevage (âgées de six mois et plus,
porcs abattus et à obtenir de cette sorte des concluclassées en : (a) en gestation et (b) non en gesta
sions sur la tendance de l'élevage des jeunes truies tion.
(28), (5) Verrats (âgés de six mois et plus).
Pour l'Ecosse, Holme a eu recours à un recenseLes abattages de porcs sont connus avec exacii-
ment semestriel du cheptel pour une préestimation tude à cause de l'inspection, obligatoire de tous les
du changement de en Ecosse (29). Il a utiabattages et sont classés de la façon suivante :
lisé des taux constants pour la fécondité des truies,
(1) Abattage en abattoir de porcs d'origine indi les pertes de, porcelets, et les ventes -de porcs pour
gène. l'abattage. Cependant, avec ces méthodes, les pré
(2) Abattage en abattoir de porcs d'origine étran estimations ne peuvent pas être aussi exactes
gère. qu'avec le recensement trimestriel et les statistiques
(3) .Abattage de porcs à la ferme. mensuelles d'abattage et de commerce extérieur.
La statistique du commerce extérieur offre men
suellement des données sur l'importation et l'expor 5. — Prévision tation des porcs (classés en porcs d'abattage et en
sur le marché des bovins. porcs de \ reproduction, ces derniers par catégories
de poids).
A côté de la prévision trimestrielle sur le marché A partir de ces bases statistiques, on prévoit,
du porcr F Institut de Recherches sur les Marchés •d'après un procédé mis au point par l'Institut' de
Agricoles (Braunschweig-Vôlkenrode), donne semestRecherches sur les Marchés Agricoles dé l'Etabli
riellement, dans « A grarwirtschaft », une prévision ssement de Recherches (Braunschweig-
sur le marché des bovins (30). Lors de la Vôlkenrode), les abattages de porcs escomptés pour
sur le des bovins, il s'agit, comme lors de les quatre trimestres à venir (porcs en provenance
la prévision sur le marché du porc, d'une apprécde la production intérieure) (25). Cette prévision,
iation statistique du recensement du cheptel et de qui est faite avec grand succès; tient compte du
la d'abattage. A l'aide d'un bilan pro- nombre probable de porcelets naissant par truie
gestante (aux diverges saisons) et des pourcentages
d'abattages constatés pour les diverses catégories (27) A. NEUVY. — Conjoncture du prix du porc. In : Eco'
de porcs. norme Rurale, n° 42, 1959, Pp. 3-10.
Les cycles de changements des prix et des quant (28) D. BERGMANN. — Agricultural Economies in France. ités, qui sont typiques du marché du porc all In: Journal of Agricultural Economies, Vol 13, 1959-60. n° 4.
emand, se rencontrent aussi sur le marché du porc p. 407.
français (26). Les éleveurs de porcs français (29) F. HOLME. — Some Short Term Forecasting Methods.
In: Journal of Agricultural Economics, Vol. 12, 1957, Pp. 337-
342. (25) R. PLATE, the Forecasting of Pig Meat Production , in
the Federal Republic of Germany (Manuscrit non publié d'un (30) H. J. MITTENDORF. — Vorausschau auf den Rinder-
rapport pour l'O.E.C.E., A.E.P., Paris). markt. Auswertung der Rinderzàhlung vom 3. Dezember 1959.
In: A grarwirtschaft, 9me année, 1960, cahier 1, Pp. 4-8, et (26) A. WEBER, Zur Entwicklung der fran^ôsischen Fleisch-
articles antérieurs. Droduktion. In ^ A grarwirtschaft, 1959, Pp. 215-222 et 243-249 •
>
,
— — 39
gressif, on transposera le cheptel dans la classe des bovins à l'exploitation agricole, le. niveau de-
suivante d'âge, en tenant compte de la vitesse de la récolte fourragère peut influencer le nombre des.
rotation et du taux d'abattage. De ceci on déduit, veaux 3° Les élevés taux ainsi d'abattage que l'abattage. peuvent être soumis à des dès la moitié de l'année agricole en cours, une
préestimation des abattages à prévoir pour cette changements imprévus à cause de l'élimination des
même année. Les facteurs d'incertitude de cette vaches tuberculeuses. sont toutefois un peu plus grands, que Une préestimation du cheptel bovin, et avec cela,
en quelque sorte, une prévision des abattages ' sur lors de la prévision sur le marché du porc pour les
raisons suivantes : deux ou trois ans, ne sont possibles que si, sur le
marché des bovins, un comportement typiquement I" Les recensements- ne sont que semestriels. cyclique des producteurs existe, comme c'est le cas
2° Du fait de la liaison très forte de l'élevage aux Etats-Unis (31).
III. — PROJECTION DE LA DEMANDE
Hanau et Krohn (32) ont les premiers montré, en arrêtons pas longtemps sur les méthodes et résul
ce qui concerne le domaine de la langue allemande, tats de ces projections (36).
dans une étude exemplaire, avec quelles méthodes
on s'approche d'une préestimation de la demande
Products. In: Journ. Royal Stat. Soc., Ser. A., Vol. 117, 1954, future en denrées alimentaires (33). En France, on
Part 3, p. 263-291 . a déjà parlé de cette méthode lors de réunions de
J. P. CAVIN. — Projections in Ag-iculture. In : Long-Rame la Société Française d'Economie Rurale (34).
Economie Projection. (Studies in Income and Wealth, Vol. 16). En dehors de cela, Goreux donna plus tard un Princeton. 1954, p. 107-130.
aperçu remarquable sur les projections de ce genre R. F. DALY. — Some Considerations in Appraising the dans différents pays (35). De ce fait, nous ne nous Long-Run Prospects • for Agriculture. Ibid., p. 131-189.
C.R.E.D.O.C. — Perspectives sur l'évolution de la consom
mation des particuliers de 1952 à 1957. In: Ann. rech. doc. (31) H. F. BREIMYER. — 100 Million Cattle, A Review
consom., juin 1955. of Projections and Methods of Making them. Washington : U.S.
J. D. BLACK andj. T. BONNEN. — A' Balanced United D.A., A.M.S., 1954 (polycopié).
States Agriculture in 1965. (National Planning Association. H. F. BREIMYER. — Forecasting annual cattle slaughter.
1952,' p. 392-398. Special Report No. 42). Washington, 1956. In: Journal of Farm Economics, vol. 34,
A. W. ASHBY. — The Future Pattern of Food Consumption (32) A. HANAU -und H.-B. KROHN. — Die langfristigen
in the United Kingdom. In: Journ. Agr. Econ., Vol. 12. 1956- Absatzaussichten der westdeutschen Landwirtschaft bis 1965. In:
1957, p. 262-274. Agrarwirtschaft, année 5, 1956, p. 257-265 et 302-316.
R. F. DALY. — The Long-Run Demand for Farm Products. (33) II est très difficile, en raison de la fréquence des achats In: Agr.- Econ. Res., Vol. 8, 1956, p. 73-91. et des faibles quantités achetées, de t'rer des conclusions d'en W. M. DRUMMOND and W. MACKENZIE. — Progress quêtes sur les intentions d'achat des consommateurs. Cette méthode
and Prospects of Canadian Agriculture. Ottawa, 1957. ne peut être employée avec succès que dans le cas des biens
GATT. — International Trade 1956 (Part I, ii ; Long Term durables : cf. "j..B. LANSING and S. B. WITHEY. --
Market Prospects for Primary Products in Western Europe and Consumer Anticipations : Their Use in Forecasting Consumer
North America). Genève, 1957, p. 17 et p. 268. Behaviour. In : Short Term Economie Forecasting. (Studies in
Income and Wealth, Vol. 17). Princeton, 1955, 'Pp. 381-441", GATT. — The Possible Impact of the European Economic
et J. SCHWEIGER. — The Contribution of Consumer Anti Community, in particular the Common Market, upon World
cipations in Forecasting Consumer Demand. Ibid., Pp. 455-483. Trade. (Trade Intelligence Paper No. 6), Genève, 1957.
OECE. — Europe To-day and in 1960 (8 th Report of the (34) M. LENGELLE. — Méthodes de prévision à long te me
OEEC). E.A.G." Vol. II, Europe in 1960. Paris, 1957, p. 91. de la consommation alimentaire nationale. In-: Economie Rurale.
n° 25, juillet 1955, Pp. 31-40. M. L. GOREUX. — Exposé ROBINSON. — Agriculture's Place in the National
théorique des méthodes d'étude des tendances de la consommat Economy. In: Agriculture in the British Economy. London, 1957,
ion alimentaire. In : Economie Rurale, n° 25, juillet 1955, P. 21-28.
Pp. 41-41. N.-R. COLLINS. — Demand Functions and Prospects. In:
(35) M. L. GOREUX.' — Longe-Range Projections of Food Agricultural Adjustments Problems in a Growing Economy.
Consumption. In : Monthly Bulletin of Agricultural Economies Ames/Iowa, 1958, p. 61-73.
and Statistics, Vol. 6, 1957, n° 6, Pp. 1-18. ECE. — Economic Survey of Europe in 1957 (Annex to
Chapter V : Supplementary Information on the Method Used (36) Des projections à moyen terme de cette sorte et en partie
également des à long terme furent faites plusieuis in Projecting Western Europe's Impo-t of Primary Products in p."
27. fois au cours des dernières années pour le secteur agricole, en 1975), Geneva, 1958, Chap. V,
partie dans le cadre d'une - prévision de l'économie dans son D. L. MacFARLANE and J. D. BLACK. — The Deve
ensemble, mais aussi pour la demande des denrées alimentaires lopment of Canadian Agriculture to 1970. McGill University,
piises en particulier ou dans leur ensemble : 1958.
G. T. BARTON and R. F. DALY. — Prospects for Agri- C. CLARK. — World Supply and Requirements of Farm ,
.
.
40
Lors d'une projection de la demande pour cinq calcul fait avec un taux de croissance situé à la
à 10 années dans l'avenir, l'augmentation de la moyenne des taux extrêmes est pris comme étant
population et des revenus est prépondérante parmi le développement le plus vraisemblable.
les facteurs de détermination de cette demande. Mais, déjà lors de l'estimation de l'augmentation
Cependant, les changements des prix peuvent modif de population prévisible, on trouvait pour l'All
ier, dans une certaine mesure, les tendances qui emagne de l'Ouest des difficultés supplémentaires.
résultent du développement de la population et des L'augmentation de la population dans les années
revenus. Toutefois, il est impossible de préestimer qui suivent 1950 provient seulement pour moitié "du
les changements de prix concernant une aussi lon surplus des naissances. L'autre moitié de l'augment
gue période. De ce fait, on prendra, comme c'est ation de la population provient de l'émigration,
l'usage, en ce qui concerne de telles projections, particulièrement v des réfugiés venant de la zone
des prix constants réels (c'est-à-dire des relations d'occupation soviétique. L'augmentation due à
de prix inchangées entre les denrées alimentaires l'émigration était, dans ces dernières années,, tou
prises en particulier). Comme une telle hypothèse jours importante (de 200 à 300 000 personnes). De
est un pis-aller, lors de l'étude de la demande en ce fait, pour la projection de la demande, il fallait
denrées alimentaires prises isolément, pour lesquell ajouter à l'augmentation naturelle prévisible de là
es, sur les bases de la situation de la demande, des population un afflux continuel de population dans
changements de prix sont a prévoir, comme par la République Fédérale.
exemple pour les œufs, la volaille, le bœuf et le L'augmentation des revenus réels par tête de la
porc ou bien le beurre et le fromage, on essaiera population dépend fortement du développement
de dégager l'action d'un changement de prix par économique général. Comme le - développement,
des commentaires convenables. pendant la période qui va de 1950 à 1955, fut ample
ment influencé par les activités de reconstruction La demande en quantité de denrées alimentaires
économique, il fallait revenir à une, estimation signiest ainsi préestimée à partir du développement de
ficative de l'augmentation possible des revenus population et de revenus escomptés (37). De là, il
réels dans une optique à long terme, comme point peut être déduit que l'accroissement de population
d'appui de des revenus prévisibles. agit directement sur la demande en denrées aliment
Afin de pouvoir estimer l'action de l'augmentataires alors que l'augmentation des revenus se reflète
ion des revenus réels sur la demande en quantité seulement dans une certaine mesure, fonction des
de denrées alimentaires, il faut disposer de données élasticités par rapport aux revenus. Afin de préci
sur les élasticités de la , demande en quantité auxser les limites du développement prévu, un taux de
quelles on puisse se fier relativement aux changecroissance optimiste et un taux de croissance pessi
ments des revenus. Comme de telles élasticités — miste sont pris aussi bien en ce qui concerne l'au
qui ne peuvent être calculées autrement que ex post gmentation de la population qu'en ce qui concerne
— deviennent moins fortes avec l'augmentation des l'augmentation des revenus. En dehors de cela, le
revenus, on doit, en règle générale, effectuer des
réductions sur les élasticités (revenus) du passé
culture in a Growing Economy. In : Problems and Policies of quand on doit les employer pour l'estimation du
American Agriculture. Ames/Iowa, 1959, p. 28-46. développement futur.
M. H. BROUSSE. — Les tendances à long terme de la con Les importantes modifications apportées à la
sommation en France du lait et du café. In : Etudes et conjonc' structure de la population par la transposition- des
turc, année 14, 1959, n° 7, p. 677-706. habitudes de vie rurales en habitudes de vie urbai
L. GOREUX and J. WOLF. — Market Prospects for Citrus nes, transposition due à l'émigration des popula-t
Fruit in Western Europe in, 1965. In: Monthly Bulletin of Agric tions rurales, exercent une forte influence sur la ultural Economies and Statistics, Vol. 8, 1959, n° 11, p. 1-11. demande future (en quantité) s des denrées aliment
A. VITON and F. PIGNALOSA. — Trends and Prospects aires considérées isolément. Cette influence s'exerce
of World Sugar Consumption. In: Monthly Bulletin of ■ Agricult par l'intermédiaire de la diminution de l'élasticité ural Economics and Statistics, Vol. 9, 1960, n° 1 , p. 1-10. qui va dé pair avec l'augmentation des revenus. S. de MEYNIER and L. GOREUX. — Trends and Pros
Donc, d'un côté, il faut compter, en ce qui conpects of World Tea Consumption. In: Monthly Bulletin of Agric
cerne certains produits, sur une élasticité par rapultural Economics and Statistics, Vol. 9, 1960, n° 3, p. 1-11.
port, au revenu plus élevée pour la consommation*
(37) En ce qui concerne une préestimation à l'échelle mondiale du marché que pour la consommation d'ensemble de la demande, on manque couramment d'évaluations dignes de (consommation du marché plus auto-consommation confiance des élasticités par rapport aux revenus de la demande des producteurs), car les auto-consommateurs dont en quantité, car les rapports entre les et la consommat le niveau de consommation est élevé réagissent ion, dans les pays pris- en particulier, ne se laissent pas impecca
d'une façon inélastique à l'augmentation des reveblement diagnostiquer. Alors on utilise plutôt une méthode par
nus (38). D'un autre côté, des quantités supplémen- extrapolation du développement de la consommation par tête qui
a eu lieu jusqu'à présent, cf. S. de MEYNIER et L. GOREUX.
(38) E. WOEHLKEN. — Die Bedeutung der Hausschlachtun- — Trends and Prospects of World Tea Consumption. In :
gen fur die Elastizitaten der Nachfrage nach Schweinefleisch. . Monthly Bulletin of Agricultural Economics and Statistics, Vol.
In: Agrarwirtschaft, 8me année, 1959, Pp. 1-13. 9, 1960, n° 3, Pp. 5 et 10. <
>
.
,
<
— -41
taires de denrées alimentaires seront libérées par cependant n'étaient pas compris dans l'enquête.
l'émigration hors de l'agriculture qui va générale Une certaine augmentation de la consommation fut
ment de pair avec des changements dans les habi escomptée pour le beurre, le fromage, le lait et le
tudes alimentaires, du moins lorsque la consommat sucre. Pour les céréales panifiables et les pommes
ion par tête de l'auto-consommateur est plus élevée de terre', Ie3 quantités consommées ne pouvaient,
que celle du non-auto-consommateur, comme c'est à cause de la diminution de la consommation par
le cas, en Allemagne, par exemple,1 pour le lait, le tête, être maintenues au même niveau que grâce à
beurre et. le vin. De ce fait, le développement de une augmentation de la population (39).
la consommation de lait, beurre et porc fut pré Les différences dans les chiffres de consommat
estimé, séparément pour les^ auto-consommateurs ion dès denrées alimentaires prises en particulier,
et les non-auto-consommateurs. ne surprennent que celui qui ne connaît pas les
La consommation attendue pour les principales différences dans d'élasticité, par rapport aux reve
denrées alimentaires fut calculée en considérant les nus, de la demande pour les produits alimentaires
taux annuels d'augmentation de la population " et particuliers. Cependant, une telle préestimation
des revenus réels par tête. Eventuellement, l'on quantitative est indispensable pour pouvoir se ren
dre compte des déséquilibres qui se manifesteraient distingua une élasticité (revenu) pour la consommat
ion du marché et une élasticité pour la consom si les prix étaient éliminés en tant que régulateurs
mation d'ensemble (passant ou non par le marché). de la consommation (et de la production). Avec la
Ces calculs firent apparaître des débouchés inté préestimation de la demande d'ensemble des den
ressants pour l'agriculture, avant tout pour la viande rées alimentaires il importe donc d'entreprendre
et les œufs. La plus haute perspective d'augment aussi une préestimation de la production agricole
ation de la demande fut trouvée pour le bœuf. 11 dans son ensemble, une estimation des besoins per
existe des perspectives du même ordre pour. les manents d'importation et une discussion des- pro
fruits frais, lés' fruits tropicaux et sub-tropicaux, qui blèmes de prix qui se présentent.
IV. PREDICTION DES PRIX<40>
ment des prix présente, pour la plupart des pro1. — Mouvements saisonniers
duits agricoles, un cours saisonnier caractéristique.
des prix. Comme les différences saisonnières de l'offre et de
la demande reviennent avec une assez grande régu- .
Par la liaison de la production au rythme sa larité, le mouvement des prix des produits agricoles
isonnier du climat, la agricole est sou se laisse préestimer, en règle générale, à court terme, mise à de forts changements saisonniers qui ne très exactement, d'autant plus que le mouvement peuvent être régularisés que dans une- certaine à court terme des prix est déterminé de façon déci
mesure, grâce à l'importation et au stockage. De sive par le mouvement saisonnier (42). Toutefois, même, la demande en denrées alimentaires est sou à côté du saisonnier, . il faut faire jouer
mise, même si ce n'est pas dans la même mesure, l'influence de la situation conjoncturelle, sur le
que l'offre, aux différences saisonnières et en même marché en question, dans la préestimation, afin de temps aux changements de la demande avec les saisir également ceux des changements de prix qui
plus importants .. jours de fête de l'année (Pâques, ne sont pas déterminés par le mouvement saison
la Pentecôte. Noël) (41). De ce fait, le développe- nier normal (43).
Lors de telles préestimations à court terme -des
prix, il faut toutefois prendre en considération le (39) Ces résultats sont confirmés, dans leurs tendances et leurs
fait que le mouvement saisonnier peut changer pendifférences, avec les nouvelles projections de la demande qui sont
dant le cours de l'année. Ainsi, à cause de l'avaneffectuées par H. GOLLNICK, pour la commission de la C.E.E.,
à l'Institut de Recherches sur les Marchés Agricoles (Braun cement de la période d'incubation, les mouvements
schweig- Vblkenrode). saisonniers de la production et du prix des œufs
ont subi des variations notables. Par dessus tout, (40) EZEKIEL a, parmi les premiers, il y a plus de 30 ans, qui' on devrait également, pour les mouvements saison- fait une étude sur la prédiction des prix en ce concerne Jes
productions agricoles. M. EZEKIEL. - — Preisvoraussage bei
landwirtschaftlichen Erzeugnissen. (Publication de la Société pour
la Recherche de la Conjoncture, à" Francfort); cahier 9, .Bonn, (42) K; J. STETTER. — Môglichkeiten der kurzfristigen
und sehr - kurzfristigen Voraussage von Verbraucherpreisen 1930:
ausgewàhlter NahrungsmitteL Diss. Bonn, 1958, p. 42. (41) Cf. F. W. ARNSMEYER. — Die kurzfristigen Auf-
triebs- und PreisschwanEungen an den westdeutschen Schlacht- (43) R. E. SELTZER and R. J. EGGERT. — Accuracy
schweinemarkten. In: AgrarWirtschaft, cahier spécial n° 2, Pp. 35 of Livestock Price Forecast at Kansas State College. In :
et suivantes,' Hanovre, 1956. Journal of Farm Economics, Vol. 31 ', 1949, p. 344.
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.