Les nouvelles expériences du monde socialiste ou les raisons d'un colloque sur « Agriculture et développement socialiste » - article ; n°1 ; vol.111, pg 3-5

De
Publié par

Économie rurale - Année 1976 - Volume 111 - Numéro 1 - Pages 3-5
The recent experience of the socialist world, or the reasons for a symposium on Socialist agriculture and development - At the invitation of Prof. W. Schmidt of the well-known Humbolt University in East Berlin, a delegation of rural economists from the SFER visited the GDR in October 1974.
Thorough visits of the agri-business combinats in the province of Rostock enabled them to understand the the problems and to see the changes under way in farming in the socialist countries. A delegation of colleagues from the GDR later visited France at our invitation and these different socialist experiences (Germany, Poland, Rumania, Bulgaria, Jugoslavia) were compared at a symposium organized by the SFER in Montpellier from 24-26 September, 1975. It is with pleasure that Economie Rurale in nos. 111 and 112 reviews the discussions which took place at the Institut Agronomique Méditerranéen, whose Director is our President, L. Malassis. We would like to thank our foreign colleagues for their active and constructive participation, Profs. Schmidt and Rohde from Berlin, Prof. K. Bajan from Warsaw, Prof. Florea from Bucarest, Prof. Guorguiev and Mrs Koleva from Sofia and Prof. Radovic from Belgrade, and our French colleagues who are specialists in these problems. A few remarks will show that it is time we abandoned our old preconceptions to see what is really at stake in the experiments and realizations being carried out in these countries.
The organization models in the agri-business sector as they exist today, seem much more diversified than Western economist usually think. These differences are not explained only by geographical conditions but above all by changes in the ideology behind the models of collectivization. The technical and productivist attitude adopted until today to lay the foundations of industry in the service of the people, required that agriculture should be a source of accumulation for the rest of society. Farming had to be mechanized to release labour for the towns, to drain off the surplus value for industry, to feed citydwellers cheaply and to ensure food supplies for the towns.
Since 1960, a great variety of models have been developed, ranging from complexes of unprecedented size, like those in the GDR, Rumania, Bulgaria, Jugoslavia, to ingenious forms of peasant cooperatives (Poland). The processes of vertical and horizontal integration, the high degree of specialization, the extreme concentration of the production units (models of dairy stables of 4000 cows !) which not only are in harmony with new socialist conceptions of society but also modify the fundamental terms of the relationship between farming and the rest of society. These changes pose formidable problems ; the industrialized processes thus set up, considerably increase the vulnerability of these agri-business systems, which are a totally new departure from the old form of semi-autarchic peasant economy, and are becoming dependent on foreign trade and thus suffering the full effects of the recession in capitalist countries. The Soviet choice of a stock-breeding model based on cereals and soja, like the American model, underlines these constraints and becomes a factor of change.
The agri-business sector is no longer a source of accumulation. Its growth is increasingly « subsidized » by the rest of the nation. The high capital cost of the industrial-type units, Stade aid for investment, credit based on urban savings, a reduction in the difference between farm purchase price and retail price — all these factors contribute to a complete reversal of the situation. This is probably the price the socialist societies will have to pay to ensure equality of income and living conditions between workers in town and country.
The Jugoslavian experience of « self -management » in its vast combinats opens new perspectives for decision techniques in centralized socialist economies. This involves the question of the control and sharing of the surplus value. Real decision-making power is thus obtained by the workers who decide democratically with the bureaucratic technistructure how the « profits » should be shared between investment and immediate consumption.
This reconsideration of the division of labour between the sectors leads to the setting-up of complex firms, difficult to manage well. The problem of the quality of the managers is now posed. The days of specialized brigade leaders and «commanders of production», unaware of human problems, are over. These complex firms need the individual's full agreement with group decisions and the group's openness to the creative aspirations and genuis of individuals.
As one observes all these developments one cannot help asking whether the socialist world of tomorrow will still be built with « peasants » or not, in other words, with people who over the centuries have been the great country- planners, the creators of our familiar landscapes, the great developers of natural resources, indispensible to maintain life.
What has become of the dream of the « garden-city » ? What price must be paid to equip the country-side like the towns and avoid the desertification to be seen in capitalist countries ? What kind of decentralization of power is possible or desirable to encourage individual and collective creativity in future in socialist countries ?
These discussions have convinced us that a comparison between capitalist and socialist societies cannot only be made quantitatively. The main question is human happiness and in this struggle for life, judgment will be made with reference to the global aspects of « all » life — the level of consumption but also the degree of participation, ability to create, the quality of justice.
There remains the whole problem of relations between industrialized societies and the rest of the world, more or less developing countries. Will the socialist countries agriculture ; like that of capitalist countries, become the predator of the world ecosystem ? Will it also become a consumer of the energy resources of the Southern countries ? These questions are beyond us today, but we, citizens of the dominant countries, can no longer ignore them. Efficient models of biologico-chemical production are still to be invented... that will provide an exciting task for the future.
Sur l'invitation du Professeur W. Schmidt, de la célèbre Université Humboldt à Berlin-Est, une délégation d'économistes ruraux de la SFER s'est rendue en République Démocratique d'Allemagne, en octobre 1974.
Des visites approfondies de combinats agro-industriels dans la province de Rostock leur ont permis de comprendre les problèmes et de percevoir les transformations en cours dans l'agriculture des pays socialistes. Par la suite, une délégation de collègues de RDA s'est rendue en France à notre invitation, et une confrontation de ces diverses expériences socialistes (allemande, polonaise, roumaine, bulgare et yougoslave) a été organisée lors d'un colloque tenu par la SFER à Montpellier, du 24 au 26 septembre 1975. La revue Economie Rurale est heureuse de rendre compte dans ses deux numéros 111 et 112, des débats qui se sont déroulés dans le cadre de l'Institut Agronomique Méditerranéen, dirigé par notre président L. Malassis. Nous remercions très vivement nos collègues étrangers pour leur participation active et constructive, les Professeurs Schmidt et Rohde, de Berlin, le Professeur K. Bajan, de Varsovie, le Professeur Florea, de Bucarest, le Professeur Guorguiev et Mme Koleva, de Sofia et l'ingénieur Radovic, de Belgrade, ainsi que nos collègues français, spécialistes de ces problèmes. Quelques réflexions montreront combien il est temps de dépasser nos anciennes problématiques, pour percevoir les enjeux des expériences et réalisations en cours dans ces pays.
Les modèles d'organisation du secteur agro-alimentaire, tels qu'ils se développent aujourd'hui, apparaissent beaucoup plus diversifiés que le ne pensent habituellement les économistes de l'Ouest. Ce ne sont pas seulement les conditions géographiques qui expliquent de telles différences, ce sont surtout les modifications intervenues dans l'idéologie dominante du modèle de collectivisation : la vision technique et productiviste adoptée jusqu'à nos jours pour créer une base industrielle au service du peuple, exigeait de l'agriculture qu'elle soit source d'accumulation pour le reste de la société. Il fallait mécaniser pour fournir des hommes aux villes, drainer la plus-value vers l'industrie, alimenter à bas prix les urbains, planifier et contrôler la production pour asseoir la sécurité alimentaire des citadins.
Depuis 1960, se développent des modèles très divers, allant des complexes d'un format sans précédent, tels ceux de RDA, de Roumanie, de Bulgarie et de Yougoslavie, jusqu'à des formes astucieuses d'encadrement coopératif des paysans individuels (Pologne). Les procédures d'intégration verticale et horizontale, la spécialisation très poussée, la concentration extrême des ateliers (des modèles d'étables laitières de 4.000 vaches !) répondent non seulement à des visions nouvelles de la société socialiste, mais changent également les données fondamentales des rapports entre l'agriculture et le reste de la société.
Ces changements ne sont pas sans poser de redoutables problèmes : les processus industrialisés ainsi mis en place, accroissent considérablement la vulnérabilité de ces systèmes agro-alimentaires, qui s'éloignent totalement de l'ancienne économie paysanne semi-autarcique. Les pays socialistes voient ainsi leur économie, pour certains d'entre eux, devenir dépendante du commerce extérieur et subir ainsi de plein fouet les effets de la crise des pays capitalistes. Le choix en URSS d'un modèle d'élevage à base de céréales et de soja, à l'image du modèle américain, accentue ces contraintes et devient facteur de changement.
Le secteur agro-alimentaire n'est plus une source nette d'accumulation ; sa croissance est de plus en plus « subventionnée » par le reste de la nation. Le coût élevé en capital des ateliers de type industriel, le soutien des investissements par l'Etat, le crédit à partir d'une épargne furbaine, la réduction de l'écart des prix entre achat aux exploitations agricoles et vente au détail, tous ces facteurs jouent pour provoquer un retournement complet de situation. C'est très probablement le prix à payer par la société socialiste pour assurer une parité des revenus et des conditions de vie entre travailleurs de la campagne et de la ville.
L'expérience yougoslave d'autogestion dans ses vastes combinats ouvre de nouvelles perspectives aux techniques de décision dans les économies socialistes centralisées : c'est toute la question du contrôle et du partage de la plus value qui est posée ; un réel pouvoir de décision est ainsi acquis par la base, qui discute démocratiquement avec îa technostructure bureaucratique de la façon dont répartir les « bénéfices », entre l'investissement et la consommation immédiate. Cette remise en cause de la division du travail entre les secteurs débouche sur la constitution d'entreprises complexes, difficiles à bien gérer : le problème de la qualité des dirigeants est aujourd'hui largement posé. Le temps des chefs de brigade et des « commandants de production », spécialisés, peu ouverts aux problèmes humains, est révolu. Ces sociétés complexes nécessitent la pleine adhésion de l'individu aux décisions du groupe, et la pleine ouverture du groupe aux aspirations créatives et au génie des individus.
En observant toutes ces évolutions, on ne peut s'empêcher de poser la question passionnante de savoir si le monde socialiste de demain sera encore ou non bâti avec des « paysans », c'est-à-dire avec des gens qui, au cours des siècles, ont été les grands aménageurs de l'espace, les créateurs de nos paysages familiers, les grands développeurs des ressources naturelles, indispensables pour maintenir la vie.
Que devient le rêve de l'agroville ? Quel coût faut-il payer pour équiper les campagnes comme les villes et éviter la désertification que nous connaissons dans les pays capitalistes ? Faut-il préférer l'urbanité à la campagne ? Quelle décentralisation du pouvoir est possible ou souhaitable à l'avenir dans les pays socialistes, pour favoriser la créativité individuelle et collective ?
Ces débats nous ont convaincu qu'une comparaison entre sociétés capitalistes et sociétés socialistes ne peut se faire seulement en termes quantitatifs : c'est du bonheur des hommes qu'il est fondamentalement question et l'arbitrage, dans ce combat pour vivre, se fera en référence avec les aspects globaux concernant « toute » la vie : niveau de consommation certes, mais aussi degré de participation, aptitude à créer, qualité de la justice...
Reste enfin tout le problème des relations entre ces sociétés industrialisées et le reste du monde, plus ou moins en voie de développement. L'agriculture des pays socialistes deviendra-t-elle à son tour, comme l'agriculture des pays capitalistes, une grande prédatrice de l'écosystème mondial ? Sera-t-elle dévoreuse des ressources énergétiques des pays du Sud ? Ces questions nous dépassent aujourd'hui, mais nous autres, gens des pays dominants, nous ne pouvons plus les ignorer : les modèles efficaces de productions biolobico-chimiques restent à inventer ...voilà une tâche passionnante pour l'avenir.
3 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1976
Lecture(s) : 64
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
Philippe Mainié
Les nouvelles expériences du monde socialiste ou les raisons
d'un colloque sur « Agriculture et développement socialiste »
In: Économie rurale. N°111, 1976. pp. 3-5.
Citer ce document / Cite this document :
Mainié Philippe. Les nouvelles expériences du monde socialiste ou les raisons d'un colloque sur « Agriculture et développement
socialiste ». In: Économie rurale. N°111, 1976. pp. 3-5.
doi : 10.3406/ecoru.1976.2390
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecoru_0013-0559_1976_num_111_1_2390
Abstract
The recent experience of the socialist world, or the reasons for a symposium on Socialist agriculture
and development - At the invitation of Prof. W. Schmidt of the well-known Humbolt University in East
Berlin, a delegation of rural economists from the SFER visited the GDR in October 1974.
Thorough visits of the agri-business combinats in the province of Rostock enabled them to understand
the the problems and to see the changes under way in farming in the socialist countries. A delegation of
colleagues from the GDR later visited France at our invitation and these different socialist experiences
(Germany, Poland, Rumania, Bulgaria, Jugoslavia) were compared at a symposium organized by the
SFER in Montpellier from 24-26 September, 1975. It is with pleasure that Economie Rurale in nos. 111
and 112 reviews the discussions which took place at the Institut Agronomique Méditerranéen, whose
Director is our President, L. Malassis. We would like to thank our foreign colleagues for their active and
constructive participation, Profs. Schmidt and Rohde from Berlin, Prof. K. Bajan from Warsaw, Prof.
Florea from Bucarest, Prof. Guorguiev and Mrs Koleva from Sofia and Prof. Radovic from Belgrade, and
our French colleagues who are specialists in these problems. A few remarks will show that it is time we
abandoned our old preconceptions to see what is really at stake in the experiments and realizations
being carried out in these countries.
The organization models in the agri-business sector as they exist today, seem much more diversified
t
h
a
n
W
e
s
t
e
r
n
e
c
o
n
o
m
i
s
t
u
s
u
a
l
l
y
t
h
i
n
k
.
T
h
e
s
e
d
i
f
f
e
r
e
n
c
e
s
a
r
e
n
o
t
e
x
p
l
a
i
n
e
d
o
n
l
y
b
y
g
e
o
g
r
a
p
h
i
c
a
l
conditions but above all by changes in the ideology behind the models of collectivization. The technical
a
n
d
p
r
o
d
u
c
t
i
v
i
s
t
a
t
t
i
t
u
d
e
a
d
o
p
t
e
d
u
n
t
i
l
t
o
d
a
y
t
o
l
a
y
t
h
e
f
o
u
n
d
a
t
i
o
n
s
o
f
i
n
d
u
s
t
r
y
i
n
t
h
e
s
e
r
v
i
c
e
o
f
t
h
e
people, required that agriculture should be a source of accumulation for the rest of society. Farming had
to be mechanized to release labour for the towns, to drain off the surplus value for industry, to feed
citydwellers cheaply and to ensure food supplies for the towns.
Since 1960, a great variety of models have been developed, ranging from complexes of unprecedented
size, like those in the GDR, Rumania, Bulgaria, Jugoslavia, to ingenious forms of peasant cooperatives
(Poland). The processes of vertical and horizontal integration, the high degree of specialization, the
extreme concentration of the production units (models of dairy stables of 4000 cows !) which not only
are in harmony with new socialist conceptions of society but also modify the fundamental terms of the
relationship between farming and the rest of society. These changes pose formidable problems ; the
industrialized processes thus set up, considerably increase the vulnerability of these agri-business
systems, which are a totally new departure from the old form of semi-autarchic peasant economy, and
are becoming dependent on foreign trade and thus suffering the full effects of the recession in capitalist
countries. The Soviet choice of a stock-breeding model based on cereals and soja, like the American
model, underlines these constraints and becomes a factor of change.
The agri-business sector is no longer a source of accumulation. Its growth is increasingly « subsidized »
by the rest of the nation. The high capital cost of the industrial-type units, Stade aid for investment,
credit based on urban savings, a reduction in the difference between farm purchase price and retail
price — all these factors contribute to a complete reversal of the situation. This is probably the price the
socialist societies will have to pay to ensure equality of income and living conditions between workers in
town and country.
The Jugoslavian experience of « self -management » in its vast combinats opens new perspectives for
decision techniques in centralized socialist economies. This involves the question of the control and
sharing of the surplus value. Real decision-making power is thus obtained by the workers who decide
d
e
m
o
c
r
a
t
i
c
a
l
l
y
w
i
t
h
t
h
e
b
u
r
e
a
u
c
r
a
t
i
c
t
e
c
h
n
i
s
t
r
u
c
t
u
r
e
h
o
w
t
h
e
«
p
r
o
f
i
t
s
»
s
h
o
u
l
d
b
e
s
h
a
r
e
d
b
e
t
w
e
e
n
i
n
v
e
s
t
m
e
n
t
a
n
d
i
m
m
e
d
i
a
t
e
c
o
n
s
u
m
p
t
i
o
n
.
This reconsideration of the division of labour between the sectors leads to the setting-up of complex
firms, difficult to manage well. The problem of the quality of the managers is now posed. The days of
specialized brigade leaders and «commanders of production», unaware of human problems, are over.
T
h
e
s
e
c
o
m
p
l
e
x
f
i
r
m
s
n
e
e
d
t
h
e
i
n
d
i
v
i
d
u
a
l
'
s
f
u
l
l
a
g
r
e
e
m
e
n
t
w
i
t
h
g
r
o
u
p
d
e
c
i
s
i
o
n
s
a
n
d
t
h
e
g
r
o
u
p
'
s
o
p
e
n
n
e
s
s
t
o
t
h
e
c
r
e
a
t
i
v
e
a
s
p
i
r
a
t
i
o
n
s
a
n
d
g
e
n
u
i
s
o
f
i
n
d
i
v
i
d
u
a
l
s
.
A
s
o
n
e
o
b
s
e
r
v
e
s
a
l
l
t
h
e
s
e
d
e
v
e
l
o
p
m
e
n
t
s
o
n
e
c
a
n
n
o
t
h
e
l
p
a
s
k
i
n
g
w
h
e
t
h
e
r
t
h
e
s
o
c
i
a
l
i
s
t
w
o
r
l
d
o
f
tomorrow will still be built with « peasants » or not, in other words, with people who over the centuries
have been the great country- planners, the creators of our familiar landscapes, the great developers of
natural resources, indispensible to maintain life.
What has become of the dream of the « garden-city » ? What price must be paid to equip the country-
s
i
d
e
l
i
k
e
t
h
e
t
o
w
n
s
a
n
d
a
v
o
i
d
t
h
e
d
e
s
e
r
t
i
f
i
c
a
t
i
o
n
t
o
b
e
s
e
e
n
i
n
c
a
p
i
t
a
l
i
s
t
c
o
u
n
t
r
i
e
s
?
W
h
a
t
k
i
n
d
o
f
decentralization of power is possible or desirable to encourage individual and collective creativity in
future in socialist countries ?
T
h
e
s
e
d
i
s
c
u
s
s
i
o
n
s
h
a
v
e
c
o
n
v
i
n
c
e
d
u
s
t
h
a
t
a
c
o
m
p
a
r
i
s
o
n
b
e
t
w
e
e
n
c
a
p
i
t
a
l
i
s
t
a
n
d
s
o
c
i
a
l
i
s
t
s
o
c
i
e
t
i
e
s
cannot only be made quantitatively. The main question is human happiness and in this struggle for life,
judgment will be made with reference to the global aspects of « all » life — the level of consumption but
also the degree of participation, ability to create, the quality of justice.
There remains the whole problem of relations between industrialized societies and the rest of the world,
more or less developing countries. Will the socialist countries agriculture ; like that of capitalist countries,
become the predator of the world ecosystem ? Will it also become a consumer of the energy resources
of the Southern countries ? These questions are beyond us today, but we, citizens of the dominant
countries, can no longer ignore them. Efficient models of biologico-chemical production are still to be
invented... that will provide an exciting task for the future.
Résumé
S
u
r
l
'
i
n
v
i
t
a
t
i
o
n
d
u
P
r
o
f
e
s
s
e
u
r
W
.
S
c
h
m
i
d
t
,
d
e
l
a
c
é
l
è
b
r
e
U
n
i
v
e
r
s
i
t
é
H
u
m
b
o
l
d
t
à
B
e
r
l
i
n
-
E
s
t
,
u
n
e
délégation d'économistes ruraux de la SFER s'est rendue en République Démocratique d'Allemagne,
en octobre 1974.
Des visites approfondies de combinats agro-industriels dans la province de Rostock leur ont permis de
comprendre les problèmes et de percevoir les transformations en cours dans l'agriculture des pays
socialistes. Par la suite, une délégation de collègues de RDA s'est rendue en France à notre invitation,
et une confrontation de ces diverses expériences socialistes (allemande, polonaise, roumaine, bulgare
e
t
y
o
u
g
o
s
l
a
v
e
)
a
é
t
é
o
r
g
a
n
i
s
é
e
l
o
r
s
d
'
u
n
c
o
l
l
o
q
u
e
t
e
n
u
p
a
r
l
a
S
F
E
R
à
M
o
n
t
p
e
l
l
i
e
r
,
d
u
2
4
a
u
2
6
septembre 1975. La revue Economie Rurale est heureuse de rendre compte dans ses deux numéros
111 et 112, des débats qui se sont déroulés dans le cadre de l'Institut Agronomique Méditerranéen,
dirigé par notre président L. Malassis. Nous remercions très vivement nos collègues étrangers pour leur
participation active et constructive, les Professeurs Schmidt et Rohde, de Berlin, le Professeur K. Bajan,
de Varsovie, le Professeur Florea, de Bucarest, le Professeur Guorguiev et Mme Koleva, de Sofia et
l
'
i
n
g
é
n
i
e
u
r
R
a
d
o
v
i
c
,
d
e
B
e
l
g
r
a
d
e
,
a
i
n
s
i
q
u
e
n
o
s
c
o
l
l
è
g
u
e
s
f
r
a
n
ç
a
i
s
,
s
p
é
c
i
a
l
i
s
t
e
s
d
e
c
e
s
p
r
o
b
l
è
m
e
s
.
Quelques réflexions montreront combien il est temps de dépasser nos anciennes problématiques, pour
percevoir les enjeux des expériences et réalisations en cours dans ces pays.
L
e
s
m
o
d
è
l
e
s
d
'
o
r
g
a
n
i
s
a
t
i
o
n
d
u
s
e
c
t
e
u
r
a
g
r
o
-
a
l
i
m
e
n
t
a
i
r
e
,
t
e
l
s
q
u
'
i
l
s
s
e
d
é
v
e
l
o
p
p
e
n
t
a
u
j
o
u
r
d
'
h
u
i
,
apparaissent beaucoup plus diversifiés que le ne pensent habituellement les économistes de l'Ouest.
Ce ne sont pas seulement les conditions géographiques qui expliquent de telles différences, ce sont
surtout les modifications intervenues dans l'idéologie dominante du modèle de collectivisation : la vision
technique et productiviste adoptée jusqu'à nos jours pour créer une base industrielle au service du
peuple, exigeait de l'agriculture qu'elle soit source d'accumulation pour le reste de la société. Il fallait
mécaniser pour fournir des hommes aux villes, drainer la plus-value vers l'industrie, alimenter à bas prix
les urbains, planifier et contrôler la production pour asseoir la sécurité alimentaire des citadins.
D
e
p
u
i
s
1
9
6
0
,
s
e
d
é
v
e
l
o
p
p
e
n
t
d
e
s
m
o
d
è
l
e
s
t
r
è
s
d
i
v
e
r
s
,
a
l
l
a
n
t
d
e
s
c
o
m
p
l
e
x
e
s
d
'
u
n
f
o
r
m
a
t
s
a
n
s
p
r
é
c
é
d
e
n
t
,
t
e
l
s
c
e
u
x
d
e
R
D
A
,
d
e
R
o
u
m
a
n
i
e
,
d
e
B
u
l
g
a
r
i
e
e
t
d
e
Y
o
u
g
o
s
l
a
v
i
e
,
j
u
s
q
u
'
à
d
e
s
f
o
r
m
e
s
astucieuses d'encadrement coopératif des paysans individuels (Pologne). Les procédures d'intégration
v
e
r
t
i
c
a
l
e
e
t
h
o
r
i
z
o
n
t
a
l
e
,
l
a
s
p
é
c
i
a
l
i
s
a
t
i
o
n
t
r
è
s
p
o
u
s
s
é
e
,
l
a
c
o
n
c
e
n
t
r
a
t
i
o
n
e
x
t
r
ê
m
e
d
e
s
a
t
e
l
i
e
r
s
(
d
e
s
modèles d'étables laitières de 4.000 vaches !) répondent non seulement à des visions nouvelles de la
société socialiste, mais changent également les données fondamentales des rapports entre l'agriculture
et le reste de la société.
Ces changements ne sont pas sans poser de redoutables problèmes : les processus industrialisés ainsi
mis en place, accroissent considérablement la vulnérabilité de ces systèmes agro-alimentaires, qui
s'éloignent totalement de l'ancienne économie paysanne semi-autarcique. Les pays socialistes voient
ainsi leur économie, pour certains d'entre eux, devenir dépendante du commerce extérieur et subir ainsi
de plein fouet les effets de la crise des pays capitalistes. Le choix en URSS d'un modèle d'élevage à
base de céréales et de soja, à l'image du modèle américain, accentue ces contraintes et devient facteur
de changement.
Le secteur agro-alimentaire n'est plus une source nette d'accumulation ; sa croissance est de plus en
plus « subventionnée » par le reste de la nation. Le coût élevé en capital des ateliers de type industriel,
le soutien des investissements par l'Etat, le crédit à partir d'une épargne furbaine, la réduction de l'écart
d
e
s
p
r
i
x
e
n
t
r
e
a
c
h
a
t
a
u
x
e
x
p
l
o
i
t
a
t
i
o
n
s
a
g
r
i
c
o
l
e
s
e
t
v
e
n
t
e
a
u
d
é
t
a
i
l
,
t
o
u
s
c
e
s
f
a
c
t
e
u
r
s
j
o
u
e
n
t
p
o
u
r
provoquer un retournement complet de situation. C'est très probablement le prix à payer par la société
s
o
c
i
a
l
i
s
t
e
p
o
u
r
a
s
s
u
r
e
r
u
n
e
p
a
r
i
t
é
d
e
s
r
e
v
e
n
u
s
e
t
d
e
s
c
o
n
d
i
t
i
o
n
s
d
e
v
i
e
e
n
t
r
e
t
r
a
v
a
i
l
l
e
u
r
s
d
e
l
a
c
a
m
p
a
g
n
e
e
t
d
e
l
a
v
i
l
l
e
.
L'expérience yougoslave d'autogestion dans ses vastes combinats ouvre de nouvelles perspectives aux
techniques de décision dans les économies socialistes centralisées : c'est toute la question du contrôle
et du partage de la plus value qui est posée ; un réel pouvoir de décision est ainsi acquis par la base,
qui discute démocratiquement avec îa technostructure bureaucratique de la façon dont répartir les «
bénéfices », entre l'investissement et la consommation immédiate. Cette remise en cause de la division
du travail entre les secteurs débouche sur la constitution d'entreprises complexes, difficiles à bien gérer
:
l
e
p
r
o
b
l
è
m
e
d
e
l
a
q
u
a
l
i
t
é
d
e
s
d
i
r
i
g
e
a
n
t
s
e
s
t
a
u
j
o
u
r
d
'
h
u
i
l
a
r
g
e
m
e
n
t
p
o
s
é
.
L
e
t
e
m
p
s
d
e
s
c
h
e
f
s
d
e
brigade et des « commandants de production », spécialisés, peu ouverts aux problèmes humains, est
révolu. Ces sociétés complexes nécessitent la pleine adhésion de l'individu aux décisions du groupe, et
la pleine ouverture du groupe aux aspirations créatives et au génie des individus.
En observant toutes ces évolutions, on ne peut s'empêcher de poser la question passionnante de savoir
si le monde socialiste de demain sera encore ou non bâti avec des « paysans », c'est-à-dire avec des
g
e
n
s
q
u
i
,
a
u
c
o
u
r
s
d
e
s
s
i
è
c
l
e
s
,
o
n
t
é
t
é
l
e
s
g
r
a
n
d
s
a
m
é
n
a
g
e
u
r
s
d
e
l
'
e
s
p
a
c
e
,
l
e
s
c
r
é
a
t
e
u
r
s
d
e
n
o
s
paysages familiers, les grands développeurs des ressources naturelles, indispensables pour maintenir
la vie.
Que devient le rêve de l'agroville ? Quel coût faut-il payer pour équiper les campagnes comme les villes
et éviter la désertification que nous connaissons dans les pays capitalistes ? Faut-il préférer l'urbanité à
la campagne ? Quelle décentralisation du pouvoir est possible ou souhaitable à l'avenir dans les pays
socialistes, pour favoriser la créativité individuelle et collective ?
Ces débats nous ont convaincu qu'une comparaison entre sociétés capitalistes et sociétés socialistes
n
e
p
e
u
t
s
e
f
a
i
r
e
s
e
u
l
e
m
e
n
t
e
n
t
e
r
m
e
s
q
u
a
n
t
i
t
a
t
i
f
s
:
c
'
e
s
t
d
u
b
o
n
h
e
u
r
d
e
s
h
o
m
m
e
s
q
u
'
i
l
e
s
t
fondamentalement question et l'arbitrage, dans ce combat pour vivre, se fera en référence avec les
aspects globaux concernant « toute » la vie : niveau de consommation certes, mais aussi degré de
participation, aptitude à créer, qualité de la justice...
Reste enfin tout le problème des relations entre ces sociétés industrialisées et le reste du monde, plus
ou moins en voie de développement. L'agriculture des pays socialistes deviendra-t-elle à son tour,
comme l'agriculture des pays capitalistes, une grande prédatrice de l'écosystème mondial ? Sera-t-elle
dévoreuse des ressources énergétiques des pays du Sud ? Ces questions nous dépassent aujourd'hui,
mais nous autres, gens des pays dominants, nous ne pouvons plus les ignorer : les modèles efficaces
de productions biolobico-chimiques restent à inventer ...voilà une tâche passionnante pour l'avenir.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.