Franck Provost, une fortune qui décoiffe

Publié par

Franck Provost, une fortune qui décoiffe Qui aurait pu croire qu'un petit gamin de la Sarthe deviendrait le roi de la coiffure ?

Publié le : samedi 5 mars 2011
Lecture(s) : 621
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Franck Provost, une fortune qui décoiffe
Qui aurait pu croire qu'un petit gamin de la Sarthe deviendrait le roi de la coiffure ? C'est en suivant les traces de sa mère, coiffeuse, que Franck Provost se lance dans le métier en tant qu'apprenti dans son salon. « À 20 ans, sur les conseils de mon père, je me suis installé à Paris.
Si je voulais m'épanouir et faire mes preuves dans le métier, il fallait que je "monte '' à Paris, capitale de la mode, comme on disait à l'époque. C'est là que j'ai rencontré des coiffeurs passionnés avec lesquels j'ai fréquenté un club de coiffure et préparé des concours. C'est ainsi que ma passion et ma uriosité se sont déclarées». Un premier salon à Saint-Germainen-Laye en 1975, un titre de champion du monde remporté en 977, des collaborations à la élévision (Jean-Pierre Foucault pour «Sacré Soirée» et plus récemment la «Star Academy»), le rachat d'enseignes... il en a fait du chemin avant d'être à la tête du groupe Provalliance au chiffre d'affaires de 1 milliard d'euros. Pas de moins de 30 millions de clients s'assoient chaque année sur les fauteuils de ses alons. « Les marques du groupe sont toutes sur des positionnements différents, du luxe au iscount. Toutes les enseignes sont rentables et, avec la crise, des tendances nouvelles ont émergé telles que le low cost auquel nous avons apporté une réponse au travers de nos enseignes Coiff & Co et Interview». L'inventeur de la coiffure sans rendez-vous continue de se développer en France et à l'étranger.
Franck Provost
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.