Multifonctionnalité de l'agriculture et modèles de l'exploitation agricole - article ; n°1 ; vol.273, pg 134-152

De
Publié par

Économie rurale - Année 2003 - Volume 273 - Numéro 1 - Pages 134-152
Une revue de la littérature permet de dégager quatre grandes façons de concevoir et modéliser l'exploitation. Elles constituent une base large pour étudier la transformation des manières de produire. Néanmoins, l'analyse de trois programmes de recherche montre qu'il est nécessaire de mobiliser autrement ces modèles pour tenir compte des nouvelles questions que soulève le débat sur la multifonctionnalité de l'agriculture.
Multifunctionality of agriculture and farm models - A literature reviews allows to identify four major ways of conceiving and modelling the farm. They représenta wide basis for studying changes in agricultural production. However, the analysis of three research programmes shows the need for adaptations in these models to address the new issues arising in the recent debates on the multifunc- tionality of agriculture.
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins

MME Catherine Laurent
Françoise Maxime
Mme Armelle Mazé
Muriel Tichit
Multifonctionnalité de l'agriculture et modèles de l'exploitation
agricole
In: Économie rurale. N°273-274, 2003. pp. 134-152.
Résumé
Une revue de la littérature permet de dégager quatre grandes façons de concevoir et modéliser l'exploitation. Elles constituent
une base large pour étudier la transformation des manières de produire. Néanmoins, l'analyse de trois programmes de recherche
montre qu'il est nécessaire de mobiliser autrement ces modèles pour tenir compte des nouvelles questions que soulève le débat
sur la multifonctionnalité de l'agriculture.
Abstract
Multifunctionality of agriculture and farm models - A literature reviews allows to identify four major ways of conceiving and
modelling the farm. They représenta wide basis for studying changes in agricultural production. However, the analysis of three
research programmes shows the need for adaptations in these models to address the new issues arising in the recent debates
on the multifunc- tionality of agriculture.
Citer ce document / Cite this document :
Laurent Catherine, Maxime Françoise, Mazé Armelle, Tichit Muriel. Multifonctionnalité de l'agriculture et modèles de
l'exploitation agricole. In: Économie rurale. N°273-274, 2003. pp. 134-152.
doi : 10.3406/ecoru.2003.5395
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecoru_0013-0559_2003_num_273_1_5395ultifonctionnalité de l'agriculture
i
et modèles de l'exploitation agricole
Armelle Muriel Université Catherine TICHIT MAZÉ LAURENT, Paris • inra-sad, I. Inra-Sad, Françoise Paris MAXIME et atom, Analyse • inra-sad, Théorique Systèmes des agraires Organisations et Développement, et des Marchés, Paris
Depuis la fin des années quatre-vingt, il fonctions de l'agriculture impose de faire
devient fréquent d'associer à l'agriculture évoluer les limites des systèmes étudiés,
des objectifs multiples qui concernent non les objets et les modalités de l'analyse de
seulement (i) ses fonctions liées à la pro l'exploitation agricole, mais aussi d'inté
duction primaire, mais aussi (H) ses fonc grer de nouvelles échelles de temps et d'es
tions environnementales et (ni) sociales pace (deuxième partie). Ces transformat
(contribution positive à la cohésion écono ions imposent d'articuler l'analyse des
mique et sociale au travers notamment du multiples fonctions de l'exploitation avec
maintien d'emplois ruraux). Le débat sur celle de l'émergence et de l'institutionnali
l'opportunité de soutenir, par des mesures de sation de ces nouvelles normes (troisième
politique économique spécifiques, cette mul- partie).
tifonctionnalité de l'agriculture (mfa) (loi
d'Orientation agricole, 19991 ; ce, 2000 ;
Les modèles de l'exploitation agricole ocde, 2000) renvoie à deux grands types de
une revue sélective questions qui concernent l'acceptabilité de
soutiens à la mfa du point de vue des règles L'exploitation agricole est un objet pour
du commerce international, mais aussi du des chercheurs issus de disciplines relevant
point de vue des agriculteurs. Cette seconde aussi bien des sciences bio-techniques que
perspective nécessite de comprendre comdes sciences sociales dont les approches et
ment la reconnaissance de la mfa change la les méthodes sont variées. Ces recherches
façon d'aborder l'évolution de l'activité ont été recensées, de manière sélective, dans
agricole. Elle renvoie de facto à l'exploita des perspectives programmatiques2 ou à
tion agricole et aux modèles dont on dispose l'occasion de bilans de travaux3, selon des
pour l'analyser. points de vue disciplinaires ou, au contraire,
L'objet de cet article est de contribuer à à partir d'un point de vue intégrateur de
cette réflexion. Une revue sélective de la différentes disciplines. Pour préciser les
littérature permet de dégager quatre grandes acquis dont nous disposons pour aborder
façons de concevoir l'exploitation agricole la mfa, nous avons sélectionné des travaux
et de la modéliser (première partie). Nous selon deux grands principes : d'une part
verrons ensuite, à partir de l'analyse de pr nous sommes parties des approches utilisées
ogrammes de recherche en cours, menés de pour analyser la réalité en France et dans les
points de vue théoriques différents, que la
prise en compte simultanée de plusieurs 2. Par exemple Vissac et Hentgen (1979).
3. Pour les économistes, par exemple Colin et
1. Loi n° 99-574 du 9 juillet 1999. Crawford (2000), Aubert et al. (1985).
134 Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 Selon ce modèle, initialement développé pays développés4, et d'autre part nous avons
focalisé l'analyse sur les approches écono en France par Chombart de Lauwe et al.
(1957, 1963) en reprenant des contribumiques, biotechniques et gestionnaires5.
tions de Johnson (1962), l'exploitation Cette revue ne prétend donc pas à une ana
agricole est considérée comme une entrelyse historique des recherches sur l'exploi
prise pour laquelle il s'agit de déterminer tation agricole, mais vise à préciser les
un système de production optimal, c'est-à- acquis théoriques et les développements
dire une combinaison optimale des prorécents sur lesquels s'appuient les recherches
ductions et des facteurs de production actuelles mettant enjeu l'exploitation. Les
(terre, travail et capital), afin de maximiser approches ont été schématiquement clas
une fonction d'utilité (le revenu apprésées à partir des hypothèses qu'elles retien
nent quant au comportement des agents, à la hendé par divers ratio). L'analyse de l'ex
nature et au rôle des institutions, et des ploitation s'appuie donc sur des descrip
teurs tels que les productions et l'emploi outils de modélisation qu'elles privilégient.
des facteurs de production, en tenant Ce choix conduit à rapprocher des travaux
qui s'appuient sur des postulats communs compte des contraintes de ressources qui
pèsent sur les choix de l'agriculteur. Les mais qui peuvent s'inscrire dans des projets
techniques de la programmation linéaire intellectuels différents ayant, soit des visées
permettent de tenir compte de la rareté des d'aide à la décision (individuelle ou
publique), soit une ambition plus strict biens utilisés et de nombreuses relations
entre des facteurs et des productions. Dans ement analytique. Quatre grandes façons
une optique normative, elles sont utilisées d'appréhender l'exploitation agricole ont
pour résoudre des problèmes de choix écoainsi été dégagées.
nomique dans l'entreprise (Cordonnier et
al., 1970) et trouvent de nombreuses appliModèle 1 : l'exploitation agricole
« comme unité micro-économique » cations pour la gestion de l'exploitation
agricole (Chombart de Lauwe et al. 1963 ; Le modèle de l'exploitation agricole
Lefort, Sebillotte a et b, 1964 ; approches comme unité est issu
des centres de gestion et d'économie d'une lignée de travaux développés aux
rurale). Dans une optique posiEtats-Unis dès le début du vingtième siècle
tive, elles sont mobilisées pour décrire et (farm management), puis en Europe à part
simuler le comportement des agriculteurs, ir des années 1950. Ces travaux s'adossent
pour tenter de rendre compte des conditions à la théorie micro-économique de la firme,
de l'adoption d'une innovation, à l'échelle soit pour apporter une aide à la gestion
d'une exploitation ou d'une région, ou des exploitations et proposer des méthodes
pour analyser les effets politique d'organisation scientifique de l'agricul
(Boussard, 1971 ; Bourliaud étal., 1977 ; ture, soit pour tenter de décrire le fonc
Petit, 1975). tionnement effectif des exploitations et en
Ces modélisations de l'exploitation agrinourrir une analyse globale du fonctio
cole, centrées sur l'allocation des resnnement du secteur et de l'impact des poli
sources et la définition d'un système de tiques agricoles.
production, ont été raffinées i) par des
modèles dans la lignée de l'approche anglo-
4. Ce qui donne une place restreinte à toute la litt s' appuyant saxonne (household economics)
érature qui s'est développée dans les (ou à propos sur les travaux de Becker (1965, 1981),
des) pays du Sud. Pour une revue, voir par exemple ii) par le développement de modèles multi- Muller(1994).
critères et de modèles intégrant la prise en 5. Laissant ainsi de côté notamment des travaux
compte du risque et de l'incertitude dans les d'anthropologie, de sociologie ou de géographie.
Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 choix de l'agriculteur, ou encore par iii) des la complexité de la perception du risque
modèles bio-économiques qui couplent par les agriculteurs. économiques et modèles agrono Le couplage de modèles agronomiques et
miques. économiques (modèles bio-économiques)
L'approche « household economics » pros permet, ainsi que l'exposent Flichman et 'jo pose de prendre d'emblée en considération Jacquet (2000), d'estimer des fonctions de Q. 6» X la pluralité des membres et des activités du production (y compris la production d'ex-
ménage. Selon Becker, les agents arbitrent ternalités) à un très grand niveau de finesse.
entre du temps et divers biens et services Ces modèles permettent de mieux tenir
(marchands et non marchands, produits par compte de la dimension technique, soit en
le ménage) pour obtenir le maximum de fournissant, à partir de simulations, des
satisfaction finale (d'utilité), exprimée en paramètres correspondant à des techniques
termes de biens consommés et de loisir. De pour lesquelles il n'existe pas de modèle
tels modèles reposent sur l'hypothèse que les expérimental, soit en simulant l'impact de
déterminants du comportement sont pas décisions économiques sur des variables
sibles d'un raisonnement coût/bénéfice et techniques. De ce fait, ils permettent d'éva
donc quantifiables. En agriculture, ces luer l'impact de politiques sur certaines
approches ont surtout été utilisées pour comvariables environnementales qui dépendent
prendre l'offre de travail des ménages agri des techniques. Cependant, ils sont utilisés
coles (Benjamin, Guyomard, 1994). Cepend surtout pour réfléchir aux conséquences
ant, il apparaît souvent difficile de donner environnementales des politiques à des
un contenu empirique précis aux modèles niveaux d'organisation englobants à l'ex
ainsi construits, faute de données adaptées ploitation (par exemple, Vatn et al., 1999).
(données sur la production et la consom Ils ne débouchent donc pas sur une nou
mation des ménages notamment, mais aussi velle conception de l'exploitation permettant
sur la valeur attribuée par les ménages au de rendre compte simultanément de ses
patrimoine familial). fonctions environnementales et productives
Le développement des modèles de pr mais aussi sociales.
ogrammation multi-critères (goal programm
ing, multi-objective programming, comModèle 2 : l'exploitation agricole
promise programming) a permis, lui, de « comme composante d'un système social »
raffiner la fonction d'utilité de l'agriculteur
Toute une tradition de l'économie rurale et d'inclure des fonctions comme le prestige
française se démarque du champ de l'anaou la sécurité ; ils ont été notamment utili
lyse micro-économique et de l'économie sés pour traiter de la mfa par I'ocde (2000).
de l'entreprise évoqué précédemment. Elle La prise en compte du risque dans le com
revendique une approche de l'exploitation portement des producteurs est la première et
comme composante d'un ensemble éconola plus importante de ces applications (Bous-
mique et social plus large, où le comportesard, 1969). Plus récemment, des méthodes
ment des individus est lié à leur insertion telles que la Programmation stochastique
sociale et où d'autres mécanismes que le discrète (psd) ont permis de modéliser les
marché concourent à la régulation d'enséquences de décision dans les exploita
semble. tions et d'analyser la façon dont peut être
pris en compte le risque par ajustements Cette approche peut être référée à une
successifs des décisions au fil d'une camdéfinition des systèmes de production pro
pagne (Jacquet, Pluvinage, 1997). D'autres posée par Reboul (1976) selon laquelle :
« Un système de production agricole est un méthodes, tenant compte de la déformation
de probabilités objectives visent à intégrer mode de combinaison entre terre, force et
136 Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 moyens de travail à des fins de production lorsqu'il s'agit de débattre de la confrontat
végétale et/ou animale, commun à un ion de la diversité observée à un modèle
ensemble d'exploitations ». Comme le sou d'exploitation dominant (Allaire, 1983 ;
lignent les auteurs d'un bilan des travaux du Lifran, 1985 ; Rémy, 1987) ou de s'inter
roger sur la pertinence pour l'analyse de département Economie et Sociologie rurales
de I'inra (Aubert et al, 1985) : « Du fait du l'agriculture de l'entité « exploitation » par
passage de l'unité de production à un rapport aux structures englobantes du
ensemble, on impose des regroupements, « ménage » ou de la famille (Barthez, 1986 ;
des comparaisons des unités entre elles ; Brun, 1989 ; Delord, Lacombe, 1987).
on introduit une dimension « sociale » dans In fine, ces approches débouchent sur la
mise en perspective de l'exploitation dans la définition qui permet de traiter, sous ce
terme, des structures sociales de la product un ensemble de transformations de l'agricul
ion, de son organisation économique, de la ture. Elles peuvent nourrir des analyses d'ins
division du travail, etc. ». piration néo-marxistes ou régulationnistes
De fait, c'est la relation entre une dyna qui traitent aussi bien du positionnement rela
mique productive dans l'exploitation et une tif de différents types d'agriculteurs (Allaire,
dynamique économique et sociale qui est au Blanc, 1979 ; Laurent, 1995), que de leur
insertion dans la division sociale du travail cœur de l'analyse. Ainsi, cette posture de
recherche débouche-t-elle sur des travaux où (Jean et al, 1988), dans le développement
l'étude de l'exploitation vise à la fois à local et régional (Cavailhès, 1988), dans les
nourrir l'analyse de l'évolution de la strat organismes d'encadrement et, plus récem
ification sociale de l'agriculture et à préciser ment, dans la régulation des processus d'ac
les caractéristiques micro-économiques et cumulation sectorielle (Goin et al, 1985 ;
micro-sociales (voire micro-techniques) de Bartoli, Boulet, 1989 ; Allaire, Boyer, 1995).
cette évolution en positionnant chaque Mais, d'une façon générale, ces
exploitation dans ce schéma. Par consé recherches restent assez allusives sur le
quent, les modèles s'appuient sur des des fonctionnement technique de l'exploitation
cripteurs structurels de l'exploitation (travail, même si quelques travaux relevant de ce
modèle ont été centrés sur la construction de investissement, mode de faire-valoir, revenu,
etc.) qui permettent de relier ces caractéris l'articulation entre dimension économique
tiques à d'autres niveaux d'organisation. et dimension technique (Capillon, 1993 ;
Les approches couplent donc souvent le Cristofini, 1986). Du même coup, la capacité
recours à des données statistiques (en d'articuler de façon fine des problématiques
Europe, rica, rga) et à des observations environnementales aux dimensions écono
directes de terrain (Brun étal, 1970, 1982 ; miques et sociales, classiquement traitées par
Butault étal, 1979 ; Laurent, Rémy, 1998 ; cette approche, reste limitée.
Mazoyer, Roudart, 1997). Comme pour le
Modèle 3 : l'exploitation agricole modèle précédent, elles donnent lieu à des
« comme un système piloté » travaux menés dans une optique normative
ou, au contraire, s'inscrivent dans des Le comportement parfois inattendu des agri
démarches d'économie positive. culteurs face à l'innovation, et notamment le
Si certains travaux postulent que les fait qu'ils n'adoptent pas automatiquement
contraintes héritées des structures détermi les propositions de la recherche agrono
nent presque totalement les comportements mique et ne se comportent pas forcément
en décideurs rationnels cherchant à maximisindividuels, en revanche, pour d'autres, les
marges de liberté des agents individuels er un profit ou un revenu (Anderson et al,
restent fortes. C'est pourquoi ces approches 1977 ; Byerlee et al, 1980), a conduit à s'in
rencontrent les travaux des sociologues terroger sur les problèmes de développement
Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 j pratiques et règles au regard de l'objectif
8 des agricole Dans acteurs le et rural modèle sur en leurs privilégiant précédent, propres cet actions. le point écart de s'anavue poursuivi par l'agriculteur et sur leur cohé
V) IS rence et leur robustesse face à des aléas et des
lyserait en étudiant les disparités structu événements non connus à l'avance. L'ana
lyse de la cohérence et de la robustesse des relles des exploitations et les groupes d'ap
partenance sociale des agriculteurs. En règles d'action de l'agriculteur est permise
revanche, dans ce courant de recherche, en par les possibilités offertes par la simula
s' appuyant sur la théorie du système génér tion à base de connaissances (Attonaty et
al (Ackoff, 1971 ; Le Moigne, 1977) et al, 1990 ; Attonaty, Soler, 1992) et par le
sur un postulat de rationalité limitée des développement de systèmes experts à base de
acteurs (March, Simon, 1958), l'analyse va connaissances (Girard, Hubert, 1999).
porter sur les pratiques de l'agriculteur, les Ces modèles ouvrent ainsi des perspeci ID raisons de ces et les processus de tives pour concevoir de nouvelles modalités
I décision qui les sous-tendent (Dura et al, d'aide à la décision et à la rationalisations de
1988 ; Landais, Deffontaines, 1990 ; la conduite de l'exploitation, en cohérence
Sebillotte, Soler, 1990 ; Chia 1992 ; Darré, avec les connaissances et les modes de ra
Hubert, 1993). Elle s'appuie sur l'hypo isonnement des agriculteurs. En cela, ils
thèse que les décisions de l'agriculteur sont constituent un acquis important pour traiter
cohérentes avec sa vision de la situation et certains aspects de la mfa, dans la mesure où
ils aident à élaborer de nouvelles préconisa- ses objectifs (Petit, 1981).
L'exploitation agricole est considérée tions techniques et des modes de coordinat
comme un assemblage de différents sous- ion entre des acteurs hétérogènes (agricul
systèmes, dans un environnement écono teurs, entreprises de collecte et de
mique et social, dont il s'agit d'étudier les transformation ; agriculteurs et gestionnaires
interactions mutuelles et les capacités de des milieux naturels, par exemple) et à en tes
régulation, en prenant en compte le projet du ter la faisabilité (Aubry et al, 1998 ; Benoît,
groupe familial, la diversité des objectifs de Papy, 1999 ; Bonnemaire étal, 2000).
l'agriculteur et sa vision de la situation (Bour Cependant, il apparaît également que ces
modèles gestionnaires doivent être adaptés geois, Sebillotte, 1978 ; Osty, 1978). La
modélisation de l'exploitation agricole relève et/ou mobilisés conjointement avec d'autres
d'une approche globale (Brossier, Petit, pour traiter des enjeux de la mfa. En premier
1977 ; Capillon, Sebillotte, 1982 ; Bonneviale lieu, parce que les hypothèses faites sur le
et al, 1989) qui vise à rendre compte d'un décideur - le chef d'exploitation, pilote du
fonctionnement défini comme « un encha système (Brossier et al, 1990, 1997 ; Soler,
înement de prises de décisions dans un 1990) - ont mis hors du champ de l'analyse
ensemble de contraintes, en vue d'atteindre les activités non agricoles et les stratégies
un ou plusieurs objectifs qui régissent des pro familiales qui s'y rapportent. Or ces activi
cessus de production et que l'on peut carac tés et ces stratégies deviennent essentielles
tériser par des flux divers au sein de l'ex dès lors que l'on s'intéresse à la fonction
ploitation, d'une part, entre elle et l'extérieur, sociale de l'agriculture. En second lieu,
d'autre part » (Capillon, Sebillotte, 1982). parce que la recherche d'un modèle général
De tels principes de modélisation de l'ex (Duru et al, 1988) a souvent conduit à limi
ploitation agricole transforment la manière ter les frontières du système considéré à un
d'en évaluer les performances. Un jugement système de culture/d'élevage (Maxime et
de l'efficacité des pratiques et des règles al, 1995), voire à une culture particulière
de gestion demeure, fondé sur un rapport (Aubry, 1995). Or, les enjeux de la mfa
output/input. Mais l'accent est aussi porté sur imposent d'élargir les frontières du système
l'effectivité (Le Moigne, op. cit.) de ces pour mieux prendre en compte l'ensemble
138 Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 des activités concourant à l'activité agri plus particulièrement notre attention par
cole (activités commerciales, notamment) et rapport à la logique de reconnaissance d'une
pluralité de fonctions des activités qui sous- les relations entretenues par l'exploitation au
sein de territoires (avec d'autres exploita tend la reconnaissance de la mfa.
tions, avec des organismes d'amont et L'exploitation agricole peut être appré
d'aval, avec des collectivités territoriales, hendée au travers du choix pour l'agriculteur
avec des organismes de développement...). de «faire ou faire -faire », c'est-à-dire la
décision d'internaliser ou d'externaliser cer
taines activités. L'enjeu est ici de reconsidérModèle 4 : l'exploitation agricole
er les «frontières » légales et économiques « comme une organisation complexe »
et surtout, la nature de leurs déterminants. Plu
Une autre catégorie de modèles se propose sieurs approches analytiques sont possibles.
de considérer l'exploitation en s 'interro Certains modèles mettent l'accent sur les
geant sur la nature des choix organisationnels problèmes de supervision et de contrôle d'une
des agriculteurs et sur leur efficacité (Knoe- activité soumises aux aléas naturels (Alchian,
ber, 1997 ; Allen, Lueck, 1998). A la diff Demsetz, 1972 ; Allen, Lueck, 1998).
érence des autres modèles micro-économ D'autres modèles s'intéressent à la cohé
iques, l'exploitation n'est plus modélisée rence des choix organisationnels et des stra
à travers une fonction de production. Elle est tégies de diversification, notamment dans
d'abord vue comme une organisation dont les situations où il existe des complémentar
l'objet est de coordonner un ensemble d'ac ités entre différentes activités (Milgrom,
tivités. La posture se veut essentiellement Roberts, 1990 ; Teece étal, 1994).
normative et vise à évaluer l'efficacité éco Les effets de la diversification des activités
nomique des choix organisationnels. Le cri peuvent être analysés à partir d'un autre
tère d'efficacité retenu est celui de la mini champ de la théorie des organisations mettant
misation des coûts de transaction et des coûts l'accent sur les notions de routine (Nelson,
d'organisation de ces activités (Coase, 1937 ; Winter, 1982) et d'apprentissage organisa-
Williamson, 1985). Il existe cependant un tionnel6. Dans ce cadre, l'entreprise est avant
nombre encore relativement limité de travaux tout appréhendée comme un répertoire de
empiriques appliqués à la situation particu routines. L'intérêt de ces routines est de per
lière des exploitations agricoles, les choix mettre une accumulation des connaissances
organisationnels étant souvent considérés opérationnelles (notamment au travers de
par les agriculteurs comme leur domaine règles d'action tacites ou non) spécifiques à
réservé de décision. chaque firme. A notre connaissance, aucune
application empirique n'a cherché à mobiliser La finalité de ces modèles ne s'inscrit pas,
ce cadre d'analyse au niveau des exploitations a priori, dans une perspective d'aide à la
agricoles dans une perspective normative, décision. Des points de passage sont pourtant
possibles avec les modèles où l'exploitation c'est-à-dire d'évaluation de l'efficacité de
ces arrangements organisationnels. est vue comme un système piloté, notam
ment lorsque l'on cherche à formaliser les Un autre point de vue est celui où l'ex
contraintes organisationnelles qui sont enjeu ploitation agricole est appréhendée comme
un système d'information et de communicdans la conception de systèmes techniques
ation, c'est-à-dire comme une organisation (Papy, 2001). D'autres catégories analytiques
qui communique et échange des informatsont cependant mobilisées par les théories
ions (Reix, 1996). économiques des organisations. Notons que
ces théories sont encore loin de constituer
un ensemble unifié. Parmi les questions ins 6. Pour une synthèse des développements récents
de ce courant, voir Tanguy (2000). truites par cette littérature, trois retiendront
Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 Les analyses théoriques sur l'organisation différents, révèle que les questions qui se
posent ont en partie changé. Quelle que soit des systèmes d'information (si) sont généra
lement centrées sur l'optimisation des flux l'approche de l'exploitation retenue, le débat
et du traitement de l'information dans des sur la MFA correspond à l'émergence d'un
structures hiérarchiques complexes (Radner, nouveau contexte d'action. Les façons d'ap
1993). Dans de très petites entreprises, où la préhender l'exploitation doivent être adap
gestion de l'information est concentrée sur une tées en conséquence.
(ou quelques) personne(s), d'autres modèles
sont nécessaires, qui mettent enjeu des inter 1. Mise en place de systèmes
de management de la qualité actions entre processus cognitifs (notamment
et de l'environnement en terme de mémorisation) et choix organi-
au niveau des exploitations agricoles sationnels (Cerf et al., 2002) 7. Dans ce cas, le
En réponse aux demandes croissantes des problème à régler pour les agriculteurs va
consommateurs de garanties sur la qualité au-delà de la question de l'arbitrage entre
des produits et sur les modes de productdélégation et spécialisation du traitement de
ions agricoles, les agriculteurs doivent de l'information (Vernimmen étal, 2000).
plus en plus enregistrer, conserver et archiCette dernière approche de l'exploitation
agricole propose un traitement des externa- ver, mais aussi communiquer des informat
ions à des tiers. Cette situation a conduit les lités (positives ou négatives) générées par
Chambres d'Agriculture de Picardie à s'incertaines activités (Dahlman, 1979 ; Allen,
terroger sur les modalités de mise en place 1991), différent de celui des modèles micro
d'une démarche de qualité globale dans les économiques standards En suivant les pro
exploitations agricoles de leur région. Du fait positions de Coase (1960), il ne s'agit pas
du faible développement dans cette région d'agir uniquement par le biais d'une modifi
de certifications de produits (label, Appellcation des systèmes de prix (définition de
ations d'origine contrôlée...), l'idée de dévetaxes...), mais de proposer en amont une
lopper une certification des exploitations redéfinition plus fondamentale des systèmes
agricoles sur la base des systèmes de manade droits de propriété et des arrangements
gement de la qualité et de l'environnement organisationnels adoptés. Néanmoins, la
définis par les normes iso 9000 (pour la mobilisation de ces modèles ne peut se faire
en dehors du contexte de la recherche. Il qualité) et iso 14001 (pour l'environne
ment) s'est imposée (Mazé et al., 2000, n'existe pas de modèle général.
2002)8.
Ces systèmes de management de la qual
L'analyse de trois programmes ité et de l'environnement (smqe) ont
de recherche récents d'abord été conçus et développés dans
l'industrie. La transposition de ces sysUne analyse globale du fonctionnement du
tèmes dans le cadre de très petites entresecteur et la revue des modèles existants
prises comme les exploitations agricoles, montrent que nous disposons de nombreux
a mis en évidence la nécessité de définir outils pour aborder l'exploitation. Mais ils
des outils de conseil et d'accompagneont été conçus dans un contexte donné. Or
ment qui tiennent compte des spécificités l'observation de trois programmes de
recherche, menés de points de vue théoriques
8. Ce programme est mené dans le cadre d'une
7. Cerf M., Mazé A., Le Bail M., Papy F. Entre recherche-intervention impliquant des chercheurs
mémoire et preuve : faut-il représenter les façons de du Sad- Apt, Agro-Transfert et les Chambres d'Agri
produire des agriculteurs ? Inra Sad- Apt, 2002, docu cultures de Picardie. D a conduit à la création de la
démarche Quali' terre. ment de travail, 25 p.
140 Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 l'activité agricole, et elle a débouché sur pour analyser les pratiques de gestion de de
l'identification de nouveaux objets d'ana l'information et leurs déterminants organi-
lyse pour la recherche agronomique. sationnels (Ognov, 2000 ; Cerf et al, 2002).
Mettre en place un smqe oblige, en effet, - Enfin, la mise en place de ces systèmes de
à formaliser l'organisation de l'exploitation management conduit à une modification
et surtout à apporter la preuve que l'on a des critères d'évaluation des performances
bien fait ce à quoi l'on s'était engagé. et à l'émergence de nouvelles normes d'act
L'analyse n'est plus centrée sur une pro ivité. Elle est fondée sur un principe de
duction particulière, mais implique une démarche volontaire des agriculteurs. L'obj
approche globale du fonctionnement de ectif visé est à la fois d'inscrire l'exploita
l'exploitation agricole. tion dans une boucle d'amélioration conti
La principale originalité de ce programme nue de la qualité de ses pratiques et de
de recherche réside dans la manière de mobil favoriser les processus d'apprentissage, et de
iser, en relation avec la théorie économique redonner l'initiative aux agriculteurs dans un
des organisations, les modèles de fonctio domaine où les normes de qualité apparais
nnement et d'approche globale de l'exploi sent le plus souvent imposées par leurs
tation considérant l'exploitation agricole clients, industries agro-alimentaires ou
« comme un système piloté » (Capillon, grande distribution.
Sebillotte, 1982 ; Bonne viale et al, 1989 ;
Papy, 2000).
2. Combinaison d'activités professionnelles - Tout d'abord, il a fallu concevoir des par les ménages agricoles
représentations de l'exploitation agricole
qui ne s'inscrivent plus dans une perspective Le maintien d'exploitations agricoles famil
d'aide à la décision, mais dont l'objet est iales de petite dimension peut être utile au
d'évaluer les marges de manœuvre de l'agr développement économique et social rural
iculteur et sa capacité à respecter les enga (fonctions sociales de l'agriculture) mais
gements pris dans les cahiers des charges souvent elles engendrent un revenu faible.
(Papy, 2001). Si l'adaptation de certains Aussi nombre de discours politiques précon
modèles agronomiques existants (Maxime et isent-ils non seulement de diversifier les
activités de l'exploitation vers l' agro-toual, 1995 ; Aubry, 2000) permet de repré
senter la gestion de l'assolement, la ges risme ou d'autres services liés à l'exploita
tion des intrants et l'organisation du tra tion (diversification), mais aussi d'associer
vail, ces modèles ne rendent cependant des activités professionnelles extérieures à
compte que des processus de production, l'activité agricole (pluriactivité). Mais
écartant ainsi de l'analyse d'autres activités lorsque la pluriactivité est analysée, d'un
(commerciales...). point de vue micro-économique (modèle 1,
- Ensuite, il a fallu analyser les modes d'or Benjamin, Guyomard, 1994), ou d'un point
ganisation et de gestion de l'information de vue structurel (modèle 2, Brun et al, 1970,
dans l'exploitation agricole. Les modèles 1982 ; Laurent 1995), les résultats ont une
précédents mettent surtout l'accent sur une faible valeur heuristique pour comprendre
cohérence interne de l'exploitation, et peu des comportements qui, du seul point de vue
sur la communication et l'échange d'infor de l'économie, peuvent apparaître irration
mations avec l'extérieur. Or, la systémati nels, notamment le refus d'agriculteurs en dif
sation des demandes d'enregistrement et de ficulté d'ajouter à leur activité agricole d'aut
transmission d'information dans le cadre res activités sources de revenus. D en résulte
de cahiers des charges, fait de l'information des demandes particulières de la part des
un nouvel enjeu pour les agriculteurs. organisations professionnelles pour mieux
D'autres modèles sont donc nécessaires connaître les ressorts du développement
Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003 systèmes9 car la combinaison de pluriactif revient à en transgresser les fronde tels
8 tières. Des conséquences économiques non diverses activités professionnelles induit des
10 changements qualitatifs particuliers qu'il négligeables peuvent en résulter (fiscalité,
protection sociale, éligibilité aux aides à faut analyser et qui concernent tant l'orga
nisation du travail que l'évolution du statut l'agriculture, etc.) (Laurent et al., 2002).
Les agriculteurs sont donc inégalement prêts professionnel.
à franchir ce pas. Cela conduit, là encore, à Tout d'abord, la question de la compatib
relativiser des modèles d'offre de travail ilité des rythmes des activités combinées,
des ménages qui seraient construits sur des apparaît cruciale10. Pour en tenir compte,
critères trop simples, ignorant les effets de une méthode spécifique (Dedieu et ai, 1999)
seuils qui peuvent résulter du refus de chana été établie. Son application montre que
ger de statut professionnel. ceux qui combinent plusieurs activités pro
Ces observations conduisent à relativifessionnelles peuvent se retrouver au car
ser le poids de l'« exploitation » dans l'anarefour de trois logiques temporelles dis
lyse. D'une part, elles invitent à la replacer tinctes, parfois inconciliables : (i) celle de
l'activité agricole structurée par les dans un système d'activités englobant (le
ménage)" ayant ses propres objectifs d'efcontraintes bio-climatiques, (H) celle du tra
ficacité (en termes de revenu, d'organisation vail subordonné (travail salarié à horaires
du travail...). D'autre part, elles font resimposés, réguliers ou imprévisibles) orga
sortir la nécessité de tenir compte d'une nisée par des accords institutionnels, (Hi)
plus grande individualisation des situations celle des activités de service (agro-tour
d'activité de chacun des membres du isme...), fondée sur les interactions avec
les clients et qui exigent beaucoup de pré ménage agricole. Ainsi les modèles qui ren
voient les comportements des individus sence. Pour les ménages qui, antérieure
dans la boîte noire du « projet de l'ensemble ment, n'avaient qu'une activité agricole
de la famille » (Osty, 1978) ou du projet spécialisée, c'est une économie du temps
d'un « pilote » perdent-ils progressivement différente qui se met en place et qui doit être
de leur pertinence car les membres du analysée et maîtrisée (Laurent et al., 2000).
ménage agricole ont de plus en plus frMais, pour une personne, combiner dif
férents types d'activités professionnelles équemment des activités professionnelles
extérieures au secteur. met également en jeu son statut professionn
el, c'est-à-dire la position qui lui est recon
nue par la société du fait de son travail. Or 3. Rôle de l'élevage dans
la conservation des biotopes sensibles ce statut sous-tend l'identité. Il est aussi à la
base de l'organisation collective de la pro L'élaboration des plans de gestion des sites
fession et de la construction des compét Natura 2000 interroge chercheurs et éle
ences ; il détermine l'organisation des trans veurs sur le rôle de l'élevage pour gérer les
ferts publics et l'insertion dans un régime de milieux naturels. Dans les marais de
protection sociale (Blanchemanche et al., l'Ouest12, les éleveurs devront s'engager sur
2000 ; Laurent, Mouriaux, 2001). Devenir
1 1 . Comme le proposent aussi, par exemple, des tr
avaux des approches « households economics ». 9. Un programme de recherche sur ce thème (avec la
Chambre Régionale d'Agriculture de Rhône- Alpes), 12. Ce programme intitulé « création d'habitat à van
financé dans la convention dadp Rhône- Alpes, a asso neau par le pâturage » est financé par le projet européen
cié notamment S.Blanchemanche, C. Laurent (inra- slim (Social Learning for the Integrated Management at
sad), M.-F.MouriauxCcNRs/cEE), P. Mundler (isara). Catchment Scale) coordonné par R. Ison (Open Univ
10. Même si, comme le remarquent Juster et Stafford ersity). L'équipe française associe P. Steyaert (inra
(1991), elle a été délaissée des modèles d'allocation sad responsable), J.-P. Billaud (cnrs), H. Brive, B.
du temps (Becker, 1965). Hubert, M. Meuret, B. Roche, M. Tichit (inra-sad).
142 Économie Rurale 273-274/Janvier-avril 2003

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.