L'établissement de la saison des pluies à Bamako et dans le Mali pendant l'année 1962 - article ; n°413 ; vol.76, pg 60-74

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1967 - Volume 76 - Numéro 413 - Pages 60-74
Abstract. — The build up of the rainy season in Mali spreads over a period that varies according to the years and during which the rainy spells are uncertain and rather scattered.
In 1962, the precipitations have developed very irregularly both in time and space. As a matter of fact, Mali happened to be for a long time in the oscillation zone of the Intertropical Front. Most rains have issued from tornados. These disturbances, the violence of which lessens as the Intertropical Front travels Northward, seem to be bound with the mobility of the front activated by the surges of the Monsoon. Their frequency and the activity of the Squall Line which accompanies them determine the characteristics of this intermediate period, concerning the volume and distribution of the precipitations as well as the distribution of temperature.
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1967
Lecture(s) : 53
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

René Viala
L'établissement de la saison des pluies à Bamako et dans le
Mali pendant l'année 1962
In: Annales de Géographie. 1967, t. 76, n°413. pp. 60-74.
Abstract
Abstract. — The build up of the rainy season in Mali spreads over a period that varies according to the years and during which
the rainy spells are uncertain and rather scattered.
In 1962, the precipitations have developed very irregularly both in time and space. As a matter of fact, Mali happened to be for a
long time in the oscillation zone of the Intertropical Front. Most rains have issued from tornados. These disturbances, the violence
of which lessens as the Intertropical Front travels Northward, seem to be bound with the mobility of the front activated by the
surges of the Monsoon. Their frequency and the activity of the Squall Line which accompanies them determine the characteristics
of this intermediate period, concerning the volume and distribution of the precipitations as well as the distribution of temperature.
Citer ce document / Cite this document :
Viala René. L'établissement de la saison des pluies à Bamako et dans le Mali pendant l'année 1962. In: Annales de
Géographie. 1967, t. 76, n°413. pp. 60-74.
doi : 10.3406/geo.1967.14924
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1967_num_76_413_14924L'établissement de la saison des pluies
à Bamako et dans le Mali
pendant Tannée 1962
par René Viala
En 1962, les premières averses qui annonçaient la saison des pluies sont
tombées, à Bamako, dès le mois d'avril. Il a fallu attendre cependant la fin
du mois de mai et le début du mois de juin pour que les pluies acquièrent une
certaine régularité. En effet, les deux mois pendant lesquels s'établit la
saison des pluies forment une période particulière qui frappe par la soudai
neté, la violence et le caractère aléatoire des épisodes pluvieux. Grâce aux
statistiques mensuelles et aux cartes synoptiques aimablement communiquées
par le Service météorologique de la République du Mali, nous essaierons de
caractériser cette époque de l'année qui voit se faire les semailles et reverdir
la végétation.
I. LA PROGRESSION VERS LE NORD
DU FRONT INTERTROPICAL ET LES PLUIES
En 1962, dans l'antagonisme mousson-harmattan qui règle le climat du
Mali, la mousson l'emporte très tôt sur l'harmattan. Au sol, à Bamako, la
répartition des vents s'est établie de la manière suivante :
Répartition des vents à Bamako
Avril Juin Mai
Nombre de jours de mousson 11 21 20
Nombre de jours d'harmattan 8 0 3 LA SAISON DES PLUIES A BAMAKO 61
La mousson, par vagues successives, repousse vers le nord le front inter-
tropical. Le 1er avril, celui-ci partage l'Afrique de l'Ouest suivant une ligne
qui joint Conakry aux chutes de Boussa sur le Niger. A la fin du mois, il
Bamako ф Ouagadougou
Sikasso
Fig. I. — Les positions les plus septentrionales du front intertropical
en avril, mai et juin 1962.
oscille de part et d'autre de la boucle du Niger. Fin mai et début juin, il
gagne, dans ses positions les plus septentrionales, l'Azaouad et l'Adrar des
Iforas, et, à la fin du mois, la Mauritanie et le Hoggar (fig. 1). Cependant, la
zone pluvieuse s'est étendue sur le territoire de la République du Mali en 62 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
retrait par rapport au front intertropical. En effet, les pluies se répartissent
entre les diverses stations de la manière suivante :
Répartition des pluies
Stations Avril Mai Juin
Bamako aérodrome . 92 38 140 Koulouba 70 38 202
Bougouni 105 127 230
Koutiala 117 35 157
Ségou 19 28 120
Kayes 0 14 78
M opti 9 28 78
Tombouctou 0 8 18
Gao 11 0 3
En avril, deux bandes de forte pluviosité s'allongent de Koutiala à
Bamako et de Bougouni à Kita, alors que les régions orientales et occiden
tales restent relativement sèches.
En mai, l'intensité maximum des précipitations se localise dans le Sud et
le Sud-Ouest (à Keniéba, il est tombé 145 mm) ; cependant, la vallée
du Niger, les pluies ont été modérées.
En juin, pour la première fois, se dessinent des zones plus cohérentes
avec une hauteur de pluie de plus de 100 mm dans le Sud-Ouest, de Keniéba
à Koutiala (fig. 2). La répartition de la pluviosité est donc extrêmement capri
cieuse au début de la saison des pluies, tant dans l'espace (l'un des exemples
les plus frappants réside dans les différences énormes que l'on constate dans
les deux stations établies à proximité de Bamako et distantes d'un kilomètre)
que dans le temps. On a observé, à Bamako, au mois de mai, des chutes de
pluie inférieures à la moyenne alors que le mois d'avril avait été arrosé plus
que d'habitude. Cela tient au caractère des épisodes pluvieux que nous allons
examiner maintenant. LA SAISON DES PLUIES A BAMAKO
I. LES ÉPISODES PLUVIEUX
A Bamako, durant les mois d'avril, mai et juin 1962, il a plu 33 fois. La
fréquence des épisodes pluvieux a augmenté au fur et à mesure de l'éloigne-
ment du front intertropical vers le nord. Ils se répartissent en deux catégories
d'après le tableau suivant :
Épisodes pluvieux par catégories
Avril Mai Juin Total
Pluies de tornades 6 9 26 41
Autres pluies 3 3 1 7
Total 9 12 27 48
A. Les tornades
L'essentiel des précipitations est apporté par les tornades qui sont les
perturbations les plus fréquentes et celles qui donnent le plus d'originalité
à la période considérée. Ces perturbations se déplacent d'est en ouest et sont
représentées sur les cartes synoptiques par un noyau de hautes pressions,
entouré au sud et au sud-ouest par une ligne de grains. Les cartes des 13,
16 et 22 juin 1962 qui saisissent leur passage à Bamako vont nous permettre
d'en décrire à la fois le cortège nuageux et l'évolution (fig. 3).
Le 13 juin, la ligne de grains est jalonnée par les villes de Bamako, Siguiri,
Kankán en Guinée et Odienné en Côte-d'Ivoire. A l'avant de la perturbation
s'étendent de nombreux nuages à développement vertical : cumulus congestus,
cumulo-nimbus-calvus, souvent accompagnés d'altocumulus plus ou moins
denses. Le passage de la ligne de grain est marqué par l'arrivée de bancs
épais d'altostratus, par un brusque changement de vent et de violentes
rafales (45 km/h à Kankán), par des manifestations orageuses et par un brutal
abaissement de la température : 32 °C à l'avant de la perturbation (Kita),
22 °C à Bamako, 21 °G à Bougouni à l'arrière. La zone pluvieuse s'étend la
rgement jusqu'à Ségou et Sikasso ; le ciel reste encombré d'altocumulus qui
se dissipent peu à peu, alors que la mousson recommence à souffler. Le 13 juin,
Bamako était à 250 km au sud de la trace au sol du front intertropical ; le
16 juin, il se trouvait à 650 km, et le 22 juin à 800 km. Au fur et à mesure de
l'éloignement du front intertropical, les perturbations perdent de leur vio
lence. Certes, le 16 juin encore, des rafales ont soufflé à Bamako à plus de т
64 65
/ / / I' . I cil*
к
с -* .? ^w li
Ann. de Géog. — lxxvi» année. I 1 I 1 1
I .-low. f I I I i 1 f l I 9 * F.I.T \
\
\
I 25 1
I D 2
3
4
5 H
К 6 22avr//I962
IO1O 1009 1008 D
I i
I I I I I I
I
1012 A
-7 1009
23 avril I962
1010 SAISON DES PLUIES A BAMAKO 67 LA
arrière du front intertropical. Il faut en effet, pour que les pluies se déclenchent,
une épaisseur des masses d'air humide d'au moins 1 200 mètres. C'est ainsi
que les premières pluies de tornade n'ont lieu qu'à une distance variant entre
60 et 100 km de la trace au sol du front intertropical en 1962. Entre ces deux
limites, le passage de la perturbation provoque seulement un coup de vent
violent que l'on appelle tornade sèche. Plus au sud, comme nous l'avons vu
plus haut, les masses d'air humide de la mousson s'épaississent et deviennent
progressivement plus fraîches et plus humides : la perturbation perd peu à
peu de sa violence.
B. Les autres pluies
En dehors des tornades, les pluies tombées à Bamako en 1962 sont peu
abondantes ; elles se situent dans les premiers mois de la saison des pluies.
Paradoxalement, elles s'établissent sur des dorsales et dans une position
assez proche de la trace au sol du front intertropical (fig. 4). Il est possible
que ces crêtes de pression correspondent à des poussées de mousson1 qui pro
voquent des advections d'air plus frais et une plus grande convergence sur
le front en lui donnant ainsi une activité qu'il ne possède pas d'ordinaire.
С Le caractère des précipitations et la pluviosité
Le petit nombre des tornades au mois d'avril explique la répartition des
pluies sous forme de traînées qui ne semblent avoir de rapport ni avec le
relief ni avec le dessin du front intertropical. Leur nombre élevé en mai et
en juin justifie la distribution plus régulière des précipitations. Le rôle du
relief qui renforce l'activité des lignes de grain semble plus décisif que l'épais-
sissement des masses d'air et de la mousson : le font intertropical a longue
ment stationné sur la Gasamance et l'épaisseur de ces masses d'air est restée
faible dans l'Ouest du Mali.
III. LES MODALITÉS DE L'ÉTABLISSEMENT
DE LA SAISON DES PLUIES
A. Les types de temps
Gomme nous avons pu le voir au sujet des tornades, les types de temps
sont étroitement liés à la position du front intertropical. Au nord du front
intertropical, nous avons relevé, pour la période qui nous intéresse, deux
types de temps :
— Dans la presque totalité des cas, la prédominance de l'harmattan
impose un ciel clair avec quelques rares altocumulus en fin de journée, des
horizons brumeux et de fortes températures ;
1. Au sud du front intertropical, dans la circulation à composante d'Ouest, les dorsales
dirigées sud-nord organisent les lignes de flux plus régulièrement suivant les directions à compo -
santé méridienne, ceci bien que le gradient de pression (parfois renforcé au voisinage du front)
reste faible. 68
О) 73

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.