Oeil de verre et jambe de bois

De
Publié par

Pirates des Caraïbes, jusqu’au bout du monde. Critique du 3e volet de la saga à succès.

Publié le : lundi 25 juin 2012
Lecture(s) : 207
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
OEil de verre et jambe de bois
Le second volet de la saga des Pirates des Caraïbes est, avec Titanic et Le seigneur des
anneaux : le retour du roi, l’un des rares films à avoir engrangé plus d’un milliard de dollars
de recette de part le monde. Le troisième volet, Pirates des Caraïbes, jusqu’au bout du monde,
remportera-t-il le même succès ?
Pour les pirates, les temps sont durs. Le Hollandais Volant est désormais entre les
mains de Lord Cutler Beckett qui compte bien se servir de ce nouveau pouvoir pour
exterminer jusqu’au dernier des pirates. Pour Elizabeth Swann, Will Turner et le Capitaine
Barbossa, il n’y a plus qu’une seule chance de survie : réunir les Neuf Seigneurs de la Cour
des Frères. Mais, l’un d’entre eux, le Capitaine Jack Sparrow, manque à l’appel.
Que ce soit à la réalisation, au casting ou dans le scénario, la recette de Pirates des
Caraïbes, jusqu’au bout du monde est la même que celle des deux précédents opus. Et, elle
semble fonctionner toujours aussi bien. Pour Jerry Bruckheimer, sans doute le producteur le
plus en vue du moment, cet extraordinaire succès mondial, la saga le doit principalement à
« l’énorme travail réalisé par toute l’équipe du film, de l’écriture à la réalisation en passant
par le jeu des acteurs et les aspects techniques ». Une fois encore, ce Pirates des Caraïbes
propose ainsi de magnifiques images, des scènes tour à tour surprenantes, poétiques ou
effrayantes et des personnages à la fois drôles, romantiques, malicieux et cruels. Johnny Depp
excelle toujours dans l’interprétation du Capitaine Jack Sparrow, ce pirate totalement
improbable devenu le héro de bien des enfants. Orlando Bloom renfile le costume d’un Will
Turner face à un choix cornélien. Un costume qui lui va décidemment comme un gant. Quant
à Keira Knightley, elle incarne parfaitement une Elizabeth aussi courageuse que féminine.
Côté surprise, ce troisième volet est celui du dénouement de plusieurs histoires
laissées jusqu’alors en suspens. Il marque aussi l’entrée en jeu d’un tout nouveau méchant en
la personne du Capitaine Sao Feng, interprété par Chow Yun-Fat que l’on avait notamment
apprécié dans Tigre et dragon. L’occasion pour le responsable des décors, Rick Heinrichs, de
recréer, dans les studios Disney, une formidable Singapour du XVIIIe siècle.
Et pour ceux qui se demanderaient si Pirates des Caraïbes, jusqu’au bout du monde
sonne le glas de la saga, une seule chose est sûre : il marque la fin d’une trilogie. Mais, Walt
Disney Picture plancherait déjà sur un nouveau film mettant en scène nos pirates préférés.
D’autant que Johnny Depp semblerait prêt à rempiler…
Nathalie Mayer
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.