Une vérité qui dérange

De
Publié par

Dans ce film, on retrouve Al Gore, ex-futur président des Etats-Unis, en défenseur convaincant d'une cause qui nous concerne tous : la sauvegarde de notre planète.

Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 88
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Une vérité qui dérange Dans «Une vérité qui dérange», en salles depuis ce mercredi, Al Gore, candidat malheureux aux élections présidentielles de l’an 2000 aux EtatsUnis, présente son plaidoyer pour la survie de l’humanité. Pour faire passer son message, Al Gore n’hésite pas à parcourir les EtatsUnis et le monde à la rencontre du public. Depuis 5 ans, il se bat sans relâche et avec passion pour faire admettre cette vérité qui dérange : les jours de l’humanité sont aujourd’hui comptés ! Et son principal ennemi n’est pas le terrorisme mais les changements climatiques provoqués par ses comportements puérils. Parviendratil à convaincre les spectateurs de l’urgente nécessité de réagir ? Lors de sa présentation au dernier festival du film de Sundance, le documentaire de Davis Guggenheim (réalisateur entre autre des séries The Shield et Numb3rs) a été accueilli par trois «standing ovations» de la part du public. Sans doute parce que la façon qu’à Al Gore de présenter les choses est originale, parfois distrayante et d’autres fois terrifiante. Le show à l’américaine de « l’exfutur président des EtatsUnis » vaut véritablement le détour. A grand renfort de souvenirs émouvants, de courbes habilement exposées, d’images révélatrices et d’animations mettant en scène les gentils Messieurs Rayons Solaire et les méchants Gaz à effet de serre, il présente la vérité sur laquelle s’accordent les savants: les changements climatiques en cours auront de dramatiques conséquences pour notre planète. Et, grande surprise, il n’hésite pas à exprimer sa honte d’appartenir à ce pays qui refuse de signer le protocole de Kyoto. Mais, le discours d’Al Gore reste résolument optimiste. Il est encore temps de changer les choses, de prendre notre avenir entre nos mains. « Ne passons pas directement de la case « déni »à la case «désespoir »,imploretil. Arrêtons nous un instant sur la case « réaction » ! » Car, comme le disait Antoine de Saint Exupéry : « Nous n’héritons pas de la Terre de nos parents. Nous empruntons celle de nos enfants.» Et un minimum d’éducation voudrait que nous leur rendions un peu plus propre. Alors, que ceux qui doutent encore de la réalité de la situation se laissent tenter par ce film. Et que ceux qui sont (ou seront) convaincus s’engagent enfin à sauver cette belle planète qui est la nôtre. Pour plus d’informations : www.criseclimatique.fr ou www.defipourlaterre.org. "le film décrit remarquablement bien l'état des connaissances scientifiques sur le changement climatique, estime le climatologue Jean Jouzel, directeur de l'Institut PierreSimon Laplace.Nathalie Mayer
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.