Enquête sur la Semaine de la sécurité civile – Édition 2010

De
Publié par

Enquête sur la Semaine de la sécurité civile – Édition 2010

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 38
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
1678 Bank Street, Suite 2, Ottawa, ON, K1V 7Y6
T
613-260-1700
F
613-260-1300
E
info@phoenixspi.ca
www.phoenixspi.ca
SOMMAIRE
Enquête sur la Semaine de la sécurité civile –
Édition 2010
Établi pour
Sécurité publique Canada
nc-por-rop-gd@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Avril 2010
This summary is available in the other official language.
Phoenix a la distinction “Sceau d’or” de l’association
de la recherché et de l’intelligence marketing MRIA
Numéro ROP:
POR 003-10
Numéro du contrat:
OD160-110410/001/CY
Date d’attribution:
2010-05-05
Personne-ressource :
Theresa Woolridge
Enquête sur la Semaine de la sécurité civile 2010
Phoenix Strategic Perspectives Inc.
i
S
OMMAIRE
Sécurité publique Canada a chargé Phoenix SPI de mener une enquête sur la Semaine
de la sécurité civile auprès de résidents canadiens âgés de plus de 18 ans. L’enquête
visait à recueillir des données quantitatives, en évaluant dans quelle mesure les
Canadiens et les Canadiennes se souviennent de la campagne sur la Semaine de la
sécurité civile, dans quelle mesure les activités organisées durant la Semaine ont amené
les Canadiens et les Canadiennes à se préparer aux urgences, ainsi que les indicateurs
de préparation personnelle, comme la préparation de trousses et de plans d’urgence. Le
Ministère et ses partenaires se fonderont sur les résultats de l’enquête pour évaluer
l’efficacité globale de la campagne de sensibilisation de la Semaine de la sécurité civile.
Un sondage téléphonique a été mené, du 10 au 19 mai 2010, auprès de 1 004 résidents
canadiens âgés de plus de 18 ans. La marge d’erreur d’un échantillon de cette taille est
de +/- 3,2 %, 19 fois sur 20.
Le gouvernement et la préparation aux urgences
Sur une échelle de 7 points (1 = tout à fait en désaccord, et 7 = tout à fait d’accord), une
grande majorité des répondants (85 %) considèrent qu’un plan et une trousse d’urgence
sont nécessaires pour la sécurité de leur famille (72 % sont fortement d’accord). Deux
tiers des répondants (67 %) savent quoi faire et où demander de l’aide en cas d’urgence,
alors qu’une majorité (54 %) estime peu probable que leur région soit prochainement
touchée par une catastrophe. La plus grande proportion de répondants (48 %) croient
qu’une catastrophe touchant leur région prendrait fin rapidement (31 % en désaccord;
17 % ni en accord ni en désaccord). Alors que la majorité des répondants (44 %) estiment
qu’advenant une catastrophe importante dans leur région le gouvernement prendrait soin
d’eux, presque autant sont en désaccord (39 %), et 16 % sont neutres.
Indicateurs de préparation personnelle
Une majorité des répondants (58 %) ont dit que ni eux-mêmes ni des membres de leur
famille n’ont cherché à savoir quoi faire en cas d’urgence. Ceux qui ont cherché de
l’information étaient les plus susceptibles de mentionner Internet. Un peu plus des deux
tiers, ont consulté le Web, notamment Google (26 %), les sites du gouvernement du
Canada (21 %), et Internet en général (20 %) (plusieurs réponses ont été acceptées).
Internet était également la source la plus consultée par les répondants qui n’ont pas
cherché à savoir quoi faire en cas de catastrophe. Lorsqu’on leur a demandé où ils
chercheraient de l’information à ce sujet, bien plus de la moitié ont mentionné le Web,
notamment Google (28 %), les sites Web du gouvernement (18 %) et Internet en général
(2 %).
Une majorité des répondants (59 %) ont dit que ni eux-mêmes ni des membres de leur
famille n’ont préparé un plan d’urgence familial pour communiquer les uns avec les autres
en cas d’urgence. Presque autant de répondants (60 %) ont dit que ni
eux-mêmes ni des membres de leur famille n’ont acheté ou préparé une trousse
d’urgence qui contiendrait des articles pouvant être nécessaires en cas de catastrophe.
Cela dit, une importante minorité (40 %) ont préparé un plan d’urgence familial, et un
nombre équivalent, ont acheté ou préparé une trousse d’urgence.
On a demandé aux répondants qui ne possèdent pas de trousse d’urgence dans quelle
mesure ils approuvent les raisons pour lesquelles ils n’en ont pas une (sur une échelle de
Enquête sur la Semaine de la sécurité civile 2010
Phoenix Strategic Perspectives Inc.
ii
7 points : 1 = entièrement en désaccord; 7 = entièrement d’accord). Environ un tiers des
répondants indiquaient ne pas avoir le temps d’en préparer une (36 %) ou ne pas en avoir
besoin (31 %), alors qu’un peu plus du quart considéraient que le gouvernement prendrait
soin d’eux (28 %), ou ne pas avoir l’argent nécessaire (26 %).
Semaine de la sécurité civile
Un tiers des répondants ont affirmé avoir entendu ou vu des messages publicitaires sur la
Semaine de la sécurité civile (16 % se souviennent clairement de quelque chose, et 18 %,
vaguement). La moitié de ceux qui se souviennent d’avoir entendu ou vu des messages
publicitaires sur la Semaine de la sécurité civile, ont dit que les messages visaient surtout
à encourager les Canadiens à se préparer à faire face à une urgence ou à une
catastrophe. D’autres messages portaient sur la préparation ou l’achat d’une trousse
d’urgence (18 %), la préparation d’un plan d’action (11 %) et l’approvisionnement en
articles d’urgence (11 %) (plusieurs réponses ont été acceptées).
Bien plus de la moitié des répondants qui se souviennent d’avoir entendu ou vu des
messages publicitaires sur la Semaine de la sécurité civile ont jugé le message pertinent
pour eux. Cela dit, ils étaient beaucoup plus nombreux à considérer que le message était
« plus ou moins pertinent » (44 %) plutôt que « très pertinent » (17 %). Par contre, plus du
quart (28 %) l’ont jugé « pas très pertinent» et 8 %, « pas du tout pertinent ».
Parmi les répondants qui se souviennent d’avoir entendu ou vu des publicités sur la
Semaine de la sécurité civile, 17 % ont indiqué avoir pris des mesures, comparativement
à 82 % qui n’ont rien fait. Ceux qui ont passé à l’action (n = 66) étaient les plus
susceptibles de préparer ou d’acheter une trousse d’urgence (20 %), pour ensuite y
placer tous les articles nécessaires (17 %), préparer un plan d’urgence (16 %) et
s’assurer que certains articles s’y trouvent, notamment de l’eau (15 %), des articles
généraux (15 %), des boîtes de conserve (14 %) et une lampe de poche (13 %) (plusieurs
réponses ont été acceptées). Vu la petite taille de l’échantillon, il faut faire preuve de
prudence dans l’interprétation des résultats.
Déclaration de neutralité politique
Je déclare par la présente, à titre de cadre supérieur de Phoenix Strategic Perspectives,
que les produis livrables respectent toutes les exigences de neutralité politique du
gouvernement du Canada décrites dans la Politique de communication du gouvernement
du Canada et la Procédure de planification et d’attribution des marchés de services de
recherche sur l’opinion publique. Plus particulièrement, les produis finaux ne comprennent
pas de renseignements sur les intentions de vote aux élections, les préférences de partis
politiques, les positions vis-à-vis de l’électorat ou l’évaluation de la performance d’un parti
politique ou de son dirigeant.
Philippe Azzie, Vice-président
Phoenix Strategic Perspectives Inc.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.