Le Ciel au mois de juillet 1873

De
Publié par

Le Ciel au mois de juillet 1873Amédée Guillemin1873Le Ciel au mois de juillet 1873L’astronome observateur n’est pas, comme le physicien ou le chimiste, ou même lenaturaliste, le maître d’observer ou d’expérimenter quand et comment il lui plaît : ilne dispose pas du temps, et le temps peut être, il est même souvent, dans nosclimats, défavorable aux observations astronomiques. La première quinzaine dejuin a été pluvieuse, le temps si souvent couvert, le jour comme la nuit,qu’instruments et observateurs ont dû chômer, bon gré mal gré, dans nos contréesoccidentales du moins.Juillet sera-t-il plus beau ? Espérons-le ? Voici, en attendant quelques observationssur les phénomènes à observer.Mercure, qui se lève pendant tout le mois après le Soleil, et passe au méridienentre 1h. ½ et 2h. de l’après midi, ne sera visible que le soir après le coucher duSoleil. Le 15 juillet est le jour de son maximum d’élongation orientale : ce jour là, laplanète se couche une heure et demie environ après le Soleil ; il faut de puissanteslunettes pour reconnaître la forme en croissant de son disque, la planète étanttoujours très-voisine de l’horizon et noyée dans les lueurs crépusculaires. On doitavoir soin de rétrécir par un diaphragme l’ouverture de l’instrument, à cause de lavivacité de la lumière de l’astre. Le 15, son ascension boréale de 14° 25’ ; c’est unpoint situé dans le Lion, environ à 8 degrés à l’ouest de Régulus.Vénus, au contraire, sera visible le matin avant le ...
Publié le : vendredi 20 mai 2011
Lecture(s) : 71
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Le Ciel au mois de juillet 1873 Amédée Guillemin
1873 Le Ciel au mois de juillet 1873
L’astronome observateur n’est pas, comme le physicien ou le chimiste, ou même le naturaliste, le maître d’observer ou d’expérimenter quand et comment il lui plaît : il ne dispose pas du temps, et le temps peut être, il est même souvent, dans nos climats, défavorable aux observations astronomiques. La première quinzaine de juin a été pluvieuse, le temps si souvent couvert, le jour comme la nuit, qu’instruments et observateurs ont dû chômer, bon gré mal gré, dans nos contrées occidentales du moins.
Juillet sera-t-il plus beau ? Espérons-le ? Voici, en attendant quelques observations sur les phénomènes à observer.
Mercure, qui se lève pendant tout le mois après le Soleil, et passe au méridien entre 1h. ½ et 2h. de l’après midi, ne sera visible que le soir après le coucher du Soleil. Le 15 juillet est le jour de son maximum d’élongation orientale : ce jour là, la planète se couche une heure et demie environ après le Soleil ; il faut de puissantes lunettes pour reconnaître la forme en croissant de son disque, la planète étant toujours très-voisine de l’horizon et noyée dans les lueurs crépusculaires. On doit avoir soin de rétrécir par un diaphragme l’ouverture de l’instrument, à cause de la vivacité de la lumière de l’astre. Le 15, son ascension boréale de 14° 25’ ; c’est un point situé dans le Lion, environ à 8 degrés à l’ouest de Régulus.
Vénus, au contraire, sera visible le matin avant le lever du Soleil, et c’est le 14 juillet qu’elle atteindra le point de sa digression occidentale maximum. Elle traverse diagonalement dans ce mois la constellation du Taureau, les Hyades, entre les étoiles δ, ε et α. Son ascension droite varie de 3h. 33m. à 5h. 36m. et sa déclinaison boréale, de 15° 32’ à 20° 35’. Le jour de son élongation maximum, elle sera guère qu’à deux degrés au nord-ouest d’Aldébaran.
Mars passe au méridien entre 7h. ¼ et 6h. du soir. Il continue son mouvement, de la vierge (10° à l’est de l’Epi) dans la Balance où il viendra à la fin de Juillet se placer à deux degrés environ au dessous de α. Il s’éloigne de plus en plus de la Terre, la distance des deux planètes s’accroissant pendant le mois de près de 27 millions de kilomètres.
Jupiter, toujours dans le Lion, s’éloigne de Régulus et s’avance à l’orient jusqu’à l’étoile ρ de la même constellation. Comme il se couche de bonne heure, entre 10h. ½ et 8h. 40m., Jupiter sera pendant ce mois assez peu favorable à l’observation.
Saturne est visible toute la nuit ; il se lève entre 9h. 8m. et 9h. 45m. et ne se couche qu’entre une heure et demi et minuit. Malheureusement, sa hauteur au-dessus de l’horizon est assez faible, même à l’instant du passage au méridien : elle ne dépasse pas 20 degrés. Saturne est dans le Sagittaire, entre les étoiles φ et π, à 10 degrés environ à l’est de la branche orientale de la Voie Lactée. Avec un bon télescope, on peut apercevoir l’anneau et quelques-uns des satellites. Le 21 juillet, Saturne se trouvera en opposition.
Mars et Saturne - Mouvements de ces planètes dans les constellations : 1° de la Vierge et de la Balance ; 2° du Capricorne
Le ciel sidéral offre des parties intéressantes à étudier par exemple les deux branches de la Voie Lactée qui se séparent à la hauteur du Cygne et dont la plus brillante, la branche orientale, traverse le Renard, l’Aigle au-dessus d’Ataïr et va se perdre à l’horizon dans le Sagittaire. N’y a-t-il donc point en France d’astronome assez dévoué pour cultiver cette partie de la science, l’astronomie sidérale, avec les moyens nouveaux que fournit l’analyse spectroscopique ? M. William Huggins a déjà recueilli, des observations qu’il fait depuis plusieurs années à l’aide de cette méthode nouvelle, d’assez beaux fruits pour que ces résultats encouragent les chercheurs.
La Comète à courte période (H, 1867) sera visible dans Ophiucus ; dans les premiers jours de juillet, son ascension droite sera d’environ 16h. 15m. et sa déclinaison australe de 24°, ce qui lui assigne pour position un point situé un peu au nord d’Antarès. Cette comète, dont les éléments et les éphémérides ont été calculés par M. Hind, a été observée pendant les derniers jours de mai à Paris et à Marseille ; par MM. Paul et Prosper Henry, André et Baillaud et par M. Stephan. « Elle paraît, selon M. Wolf, comme une nébulosité ronde, assez visible, avec une apparence de concentration augmentant progressivement des bords au centre, et d’un diamètre de 1 minute à 1 minute et demie. » L’astre s’éloigne d’ailleurs de plus en plus de la Terre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les anneaux de Saturne

de sciences-et-avenir

Jupiter, belle de jour

de sciences-et-avenir

Une éclipse au crépuscule

de sciences-et-avenir