Implantation : fermer correctement le sillon

De
Publié par

La gestion des résidus devant les lignes de semis et l'ouverture du sillon a été jusqu'alors la préoccupation majeure des TCSistes et s'est traduite par d'importants progrès en matière de régularité et qualité du positionnement des graines. Aujourd'hui, de plus en plus d'agriculteurs mais également de constructeurs commencent à considérer la fermeture du sillon comme une intervention complémentaire déterminante pour l'environnement de la graine permettant de garantir une levée rapide et homogène.
Publié le : jeudi 5 janvier 2012
Lecture(s) : 301
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
ULTURES
Implantation Fermer correctement le sillon
La gestion des résidus devant les lignes de semis et l’ouverture du sillon a étéusqu’alors la pré occupation ma eure des TCSistes et s’est traduite par ’importantsprogrès en matièree régu a-ité et qua itéu positionnementes graines Au ourd’hui, de plus en plus d’ariculteurs mais é alementde constructeurs commencent à consi-dérer la fermeture du sillon comme une inter ention compémentaire éterminantepou ’environnement de la graine permettant de garan-ir une levée rapide et homoène. Cet aspect est essentiel lors des implantations de printemps avec es cu tures souvent monograines etes so s qui peuvent passer très vite d’un état humide, gra et astiue à un état sec et dur. Si certains construc-eurs sont restés dans le rappui latéral classique d’autres proposent des solutions plus sophisti quées qui peuvent aer jusqu’à unéger retra ail de la ligne de semis. Afin d’y voir plus clair nous avons essaé de faire l’inventaire des options et des pratiques Avec du poids, il est toujours possible d’ouvrir un i onmême anses so ses p usurs, cepenant dans la ma orité des cas et surtout en situation de emis direct, les disques ouvreurs exercent sur le ol une action similaire à un « coin ». Ainsi l’ap-pui sure soten àcompacter esparois atéraes même en conditions sèches. En conséquence, ce issa epeut emprisonner laraine dans une véri-able outtièrequi va limiter une colonisation rapide u sopar esjeunes racinese ap antu e, se rem-p ir’eau ou s’assécer rapiement enonctio des fluctuations climatiues ; des conditions tout ussi néfastes à laermination. Cette situation est ien entendu exacerbée en sol arileux et lorsque es conitions ’interventionsont un peuumi es mais elle se retrouve corrigée dans le temps pa
la remontée du taux de MO en surface, le déve-loppement d’une activité bioloique intense et l’uti-lisation de couverts performants et structurants. ’environnement ea graine est éga ementéter-minant pourimiter espéna ités inigées pares rava eurstels que les taupins, corbeaux et limaces Cette fixation sur l’ouverture du sillon, le posi-tionnement de laraine et la conservation de l’eau contactsol graineont trop souvent fait ublier qu’une graine et une jeune pousse néces-itent éalement derandes quantités d’ox ène pour se remettre en activité et redémarre rapi ement.Ainsi esmo ese ermeturepar ression qui correspondent plus aux prépa-rations elits esemences traitionnelles mon-trent leurs limites et apparaissent de moins en moins adaptés aux itinéraires très simplifiés t surtoutirects. De p us,a pression exigée our la fermeture du sillon avec des disosi-tifs classiques, qui est relativement propor-tionnelle à la pression d’ouverture, exie encore us epoi s.Ainsi arec erc e’une péné-tration régulière et d’une plus grande stabilité es semoirs au travail a conuit les construc-teurs comme beaucoup d’ariculteurs à lester les machines et/ou les éléments. S’il s’ait ’un pois certainement juicieux en coni-tions dures, cette charge peut devenir un han-ica lorsue le sol est uneu lastiue et risue ’accentuer les compactions latérales et ositionner agraine ansun environnement trop ermétiquepour une germination rapi t totale. À l’inverse en sol limoneux, cette fer-meture trop énerique peut favoriser la bat-tance toute aussi néfaste. En in, uneermeture avec conservation’oxygène ne doitas se solderar la création d’une voûte u-dessus de laraine, un environnement dé favorable aux limaces et qui peut, si un peu d umière arrive à pénétrerans esi on,entraî ner le démarrage de la plantule qui aura beau ou demal à sortir our ermer,une xy tain ariation de température pour ocessus biolo turbé oisine de l . Il
ocessus biolo han eseux
ECHNIQUES CULTURALES SIMPLIFIÉES. N°42. MARS/AVRIL/MAI 2007
Même si l’imortant avant tout est laualité du sol et les conditions d’intervention, de nom-breux constructeurs et éalement des ariculteurs ont mis au point’autres approces eermeture e a ignee semis pour réponre à cesi ficultés qui intèrent toutes plus ou moins un lé erretravail après le positionnement de la raine. Comment refermer la line de semis avec n peu mais pas trope pression tout en main-tenant uneonne aération et une surface suf-fisamment friable, un compromis pas s facile que cela mais une qualité de travail qui est ac é’une evéerapi e,omogène et avec des plantes dynamiques. Roues à doigt
Cette approche, qui s’est développée particu-ièrement aux USAans esannées quatre-vingt-ix, aitappe àes rouese casse-rési us rotatifs montées à laace d’une ou des deu roues de fermeture classique. En pénétrant dans le sol sur le côté du sillonles dents exercent ne pression latérale qui tend à briser la ou les aroisdu sillon tout en fabricant uneu de terre fineour faciliter le recouvrement de la raine.Ce montae est efficace pour faire n peue terre, mais n’apporte aucune pres-ion sura graine, et peut,ans certaines coni-tions de sol et de réa es,laisser un sol souf-flé et, si la profondeur de travail est mal maîtrisée, ller usqu’àé ecter desraines hors du sillon. ce titrecertains constructeurs comme Martin proposent de monter des roues en aluminium oit à l’intérieur, soit à l’extérieur, afin de mieu maîtriser la profondeur et d’apporter un léer ra ermissemente a ignee semis. Le tra-ai pouvantêtre ignoé par une caînette en rc de cercleui ramène et concentre la terre fine dans et sur le sillon. http://needhama .com/innovative_product_sales martin_c osing_system_moi ications.p
a version Thompso
De conception p us récente, cette rouee er-meture est censée améliorer les perfor-mances des autres disositifs. La faible éais-eur des roues qui ressemblent plus à des isques roitsaci itea pénétrationans eso fin e ousculerles ors usillon et limite l’accumulation de terre en situation collante tout en facilitant le positionnement de décrot-toirs. L’extrémité arrondie et l’angle des den-r rn in ri rn légère pression sur le sol qui croit avec le degré e pénétration. C’est en fait ce qui limite pro-ressivement la profondeur de travail du dis-ositi anse so . Dans certaines conition
et surtout en semis direct, le constructeur pro-pose éalement une cale en forme de coin à onter sur’axe a ine ermerun peu’ang e à l’arrière pour ramener sur le sillon de la terre écartée arles disues ouvreurs. ttp://www.exapta.com/products/thompson.html osi- ose ne aroche original Schlagel, constructeur d’accessoires aux USA propose une approc e assezi érente Toujours pour éliminer les lissages éventuels du sillon tout en cherchant à le refermer avec un bon rappui même en conditions un peu umi es,i aéve oppées roues ou p utôtes ou eaux àoigts orizontaux.I s’agite petites « roues caes » avec les barreaux qui exercent une pression sur plusieurs centimètres de lar et qui en pénétrant léèrement dans le sol refer-ent esi onpar pression et cisaiement. Cet effet est renforcé par l’inclinaison des doigts vers l’avant qui entraîne un léer dérapae su e sol et tend à repousser la terre vers le centre. n position norma e,es roues sont écartée au sol d’environ 2 cm mais lorsque le sillon est lusdur à refermer, il estossible de les esserrer afin de concentrer la pression sur une surface plus étroite. Dans ce cas, les doits des oues sont engrainéeses unsans esautres comme les dents de deux pignons. Enfin et dan
es conditions très particulières, ce même dis-positi peutêtre monté aussi enieu et p ace es roues de jauge latérales afin de mainteni la rofondeurtout en évitant leincement entre roue et disque qui accentue souvent le problème. e dispositif est adaptable sur semoir John Deere  Mn m http://www.schlagel.net
ECHNIQUES CULTURALES SIMPLIFIÉES. N°42. MARS/AVRIL/MAI 2007
ULTURES
Roue en fonte et disqu cranté ourMonose
L’approche Monosem associe, quant à elle, la oue « Pro » et un choix d’outils de fermeture du sillon sur les semoirs de NX, éalement adap-ables sur les versions NG. Avec ce type de semoir, il faut impérativement remonter la profondeur de semis surtout en semis directour obteni de bons résultats. La roue « pro » d’unrand diamètre en aluminium avec bandage inox est urtout plus large que les bords du sillon. Cec ui permet de bloquer la graine et de l’appuye dans le fond du sillon tout en brisant les bords du fond du sillon. Ensuite pour finir le travail, il est possible de boulonner sur les roues tra-itionne esun isquecranté aceextérieure in de léèrement retravailler le sol sur le côté et pro eter un peu de terre sur le sillon. Une utre option consiste à monter une roue cré-ne ée enonte assezarge a ine rappuyer éner-giquement et latéralement tout en brisant le bord et le dessus du sillon . Cour uxIsère ,en TCS et SD en fonction es conitions eso ete précéent, mais éga-ement producteur de maïs semence, utilise un X deuis six ans. Pour lui, il est indisensable vec ce tpe d’outils de remonter la profondeu de semis et de ne pas excéder 2 à 2,5 cm afi e pro itere aqua itée positionnement qu’ap-orte la roue «ro ». Comme il travaille en terres r ileuseset raviers,il a choisi d’équiper le emoir avec la roue fonte crantée qui,râce son pois, soniamètre égèrementsupérieu et ses aspérités, ramène bien la terre, ferme e sillon en terre arileuse et retravaille la sur-ace pour éviter la battance. De l’autre côté, a roue conventionnelle complète l’interven-
ion et remplit un peu le rôle de roue de auge pour’en-emble. Ainsi posi-ionnées, lesraines erment rapidement pour esevées très omogènes même ans un chaumee a - rass après une écolte d’ensilage. J. PouzierPuy-de-ôme) uise trouve en bordure de Lima neavec des erres très argi euses mais égaement es ables et des alluvions, vait pris quant à lu a roue fonte en optio dans le but de ne la monter que dans les condi-ions où elle semblerait nécessaire. Cependant et avec l’expérience, ce dispositif est mainte-nant à tenir quelles que soient les conditions « Bien rég ere semoir et surtout trouvere onnes ressionssur la roue « Pro » comme sur les roues deermeture peut deman-er plusieurs tentatives, précise-t-il,mais cela st nécessaire pour obtenir un bon semis très aie pro oneur. »éga ement,Pour ui, il ne fautas descendre àus de 1 à 2 cm, d’au-ant plus que la terre reste fraîche en SD. À ce itre, et comme il fait un peu d’entreprise, à la eman e’un voisin, ia acceptée semer une parcelle un peu plus profond4 à 5 cmpou ne levée très décevante : une exérience mal-heureuse qui confirme cependant parfaitement ce facteur de réussite.
ECHNIQUES CULTURALES SIMPLIFIÉES. N°42. MARS/AVRIL/MAI 2007
u n mener de la terre avec des disque C ezKu n,ce sonteux petitsisques 20 cm de diamètrelégèrement concaves et décalés (5 cm)ui travaillent de chaue côté du sillon et ramènent de la terre sur la line de semis avant le passae des roues plombeuses. La Cuma de Castet ArouysGers ,dont une partie des cultures monograines (maïs et sorgho) est implantée soit en direct ou après une léère préparation au chisel, utilise ce dispositif depuis p usieurs années. Le positionnemente agraine comme ea ermetureu sion est très satis-faisant même à vitessee semis soutenue 8 km/h). Là encore, les utilisateurs sinalent qu’ils obtiennent de meilleurs résultats avec des emis assez super icie s. Par contre, si cesisques peuvent légèrement travailler le sol, ils fonc-tionnent mieux avec uneu de terre fine. Si cela est optimum en TCS, en SD, les Gersois recom-man ente aire égèrementgratter esrou-ettes étoi e à’avant usemoir a ine aire et de laisser uneu de terreour les disues de fermeture. Enfin, ce dispositif est rélable en hauteur et en pression mais il peut absor-ber une partie non négligeable du poids et per-tur erle travailes autres éléments. Dans cer-taines conditions de sol dur, il peut être nécessaire de lester la machine.
ola moins uvrir le sillo
Pour Sola, il faut anticiper le problème en amont en imitant ’ange ’ouverture usi on.C’est pour cette raison que le Prosem possède un angle d’ou-erture de 9° seulement contre 13°our lalu-part des autres machines. Ainsi, il faut moins de poi spour pénétrere soà conitions éga es ce qui se trauit par moinse pression, moin de lissae et par conséquent des sillons plus faciles  refermer.Ce constructeur est éalement opposé à tout rappui de laraine dans le sillo et erésu tate iérents essais p aie en saaveur
. TCS° 37 pae 8). À l’arrière, les roues de ermeture peuvent être équipées de disques cran-és pour amé iorera qua itée ermeture.Outre un réglage de pression classique, l’angle au so des roueslombeuses eutêtre facilement modi-ié râceà un montae oriinal sur l’arbre commun et coudé. L’objectif n’est pas vraiment de pincer plus ou moins la terre à l’arrière pour amé-iorer le travail mais’exercer en fonctione la profondeur de semis tou ours la pression laté ralement au niveau de la graine et non au-dessus : p use semis sera pro on, p use contact au so r rin r mn . Milhorat d’Aro d’Oc qui a réalisé les essai comparatifs et suivit quelques machines confirme que epoi s,contrairement à ce qu’iest cou ramment amis, permet peut-être’assurer une onne ualitéde ositionnementmais il handi-cape certainement la vitesse et l’homoénéité de a levée. En d’autres termes, il lui semble plus favo-rable de semer plus superficiellement et d’allé er les machines que de les lester. Pour ce qu est des disques crantés, ils sont pour lui intéressants en sables et limons pour renfermer sans trop de pression, légèrement réchauffer le sol et oblige es roues à tourner. Par contre en sol argileux, l vaut mieux les oulier et rester avec les roues conventionnelles car elles risquent de découper a terre, remonter des mottes et contribuer plus à ’assèc ementu sion qu’à saermeture
ECHNIQUES CULTURALES SIMPLIFIÉES. N°42. MARS/AVRIL/MAI 2007
ULTURES
Bertini : un nouvea rototy eou la fermeture du sillo Ce semoir est l’un desremiers àro oserou optimiser la fermeture du sillon un rappua ssocié à unéger travaie a ignee semis. Les roues plombeuses munies de dents en forme de sectionour limiter l’accumulation de terre comme de résidus sont bien entendu rélables en pression. Grâce à un excentrique, il est possible de les faire travailler soit, avec un angle efermé vers l’avant dans le but d’augmenter e netto ae autour du sillon un peu comme des chasse-résidus, soit, avec un pincement à ’arrière a ine poussera terre verse centre et amé iorera ermetureu sion. En com-ément et surtoutour les imantations de cultures monoraines, le constructeur fournit n kit qui permet d’aumenter l’inclinaison des oues a in’augmenter apression atérae et mieux retravailler la surfaceu sillon Ce dispositif qui donne de bons résultats arrive cependant à se bloquer lorsque la terre est trop
ollante ou à se coincer éventuellement avec n caillou de la taille du poin. Ainsi dans des on itions imiteset surtout poures imp an-tations d’automne, certains utilisateurs retirent l’une des roues eteuvent ainsi continuer à semer. Didier LambinMarne estl’un des premiers ti isateurse ce semoir en France. En terre rayeuse et argileuse, il a implanté des céréales ’hiver mais éalement du maïs, du tourne-ol et même des betteraves. Pour ces dernières, l est cependant revenu à un semoir conven-tionne pus poures raisonse argeure rang ue deualité de semis (il sème la betterave  5cm pour la récolte alors que les lines e semis du Bertini sont tous les 20 cm . oncernant a ermeturee a ignee semis, est très satis ait même sies entsont ten-ance à uneu découer la terre en situations r ileuseset faire des lambeaux.Cependant récise-t-ilaut pas demander l’iml ne ossi eà amac inecar enrésence ’u on couvert, bien déveloé, le résultat est out de suite meilleur. ean-Louis IzardHaute-Garonne faitsensi-
TECHNIQUES CULTURALES SIMPLIFIÉES. N°42. MARS/AVRIL/MAI 2007
lement le même constat alors que dans le Sud-Ouest ilsème en direct sur chaume et non su couvert, qu’iésite à introuire, à causees difficultés de ressuyage au printemps dans ses r ilo-calcairestrès collants, du sorho, du tour-nesol et du blé dur. Pour lui, le plus important est ene pas entrer trop tôt et’atten re es onnes conditions. Comme le sol n’est pas tra-aillé à l’avance, il n’a pas de risque d’assè-chement du lit de semence et cela permet d’ailleurs de semer le plus léger possible2 cm afinde gagner en température et vitesse de levée. Il arécie articulièrementla res-ion sur la line de semis et surtout le léer tra-ail des dents qui doit permettre un meilleur réchauffement de cette bande sans lissage. Frédéric THOMA
v v taines contraintes, le constructeur entin vient de mettre au point un kit o oues sont mont . Ce s loc va
a surtout limiter les bourrages de oues qui vont ainsi plus s’autonettoer . Les rées d’an v
ulation de terre sur latie Primé au dernier ce prototourni (une unit s s Bertini pour évaluation lor et d’automne : .
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.