Structure des qualifications et échanges extérieurs français - article ; n°1 ; vol.279, pg 35-46

De
Économie et Statistique - Année 1994 - Volume 279 - Numéro 1 - Pages 35-46
Structure des qualifications et échanges extérieurs français
Selon la théorie du commerce international, les facteurs de production disponibles dans un pays déterminent la nature de ses échanges extérieurs. Dans ce cadre, et sous un certain nombre d'hypothèses, le lien entre la structure des emplois par qualifications et les échanges extérieurs est ici analysé pour la France en 1993.
Le travail qualifié serait plus abondant en France que chez ses partenaires commerciaux. Mais le schéma de spécialisation par le haut ne serait pas entièrement acquis : les employés et les commerçants constitueraient un avantage comparatif plus Important que certaines catégories techniques très qualifiées en termes de diplôme. De plus, parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures, les cadres commerciaux, administratifs et les professions libérales seraient relativement plus abondants en France, les ingénieurs et les cadres techniques, plus rares.
Les professions qui tirent parti de l'échange sont liées à son principe et se situent dans certaines branches d'activité et de produits : l'abondance relative en employés en France résulte surtout du commerce et des services marchands ; de façon réciproque, les biens intensifs en travail ouvrier sont plus importés, ceci se concrétisant particulièrement dans tes échanges de biens de consommation courante.
The Structure of French Qualifications and Foreign Trade
International trade theory posits that the factors of production available in a country determine the nature of that country's foreign trade. The link between France's employment structure by qualifications and its foreign trade in 1993 is analyzed in this article from the point of view of this theory and a certain number of hypotheses.
Skilled labour is reported to be more abundant in France than in the countries with which it trades. However, the pattern of top-down specialization is not totally sound as employees and retailers represent a greater comparative advantage than certain highly qualified technical categories. Moreover, among executives and senior professionals, there is a relatively more plentiful supply of sales executives, administrative executives and self-employed people whereas engineers and technical executives are thinner on the ground.
The professions that take advantage of the trade are connected with the source of this trade and are found in certain activity and product sectors. The relative abundance of employees in France is due mainly to commerce and market services. The relative scarcity of manual employees can be observed in particular in the trade of fast-moving consumer goods.
Estructura des las cualificaciones e intercambios exteriores franceses
Segûn la teorfa del comercio internacional, los factores de producciôn de los que dispone determinado paîs, influyen en la naturaleza de sus intercambios con el exterior. Dentro de este marco, y ateniéndose a unas cuantas hipôtesis, se analiza aquf el vfnculo existente entre la estructura de los empleos por cualificaciones y los intercambios exteriores para Francia en 1993.
Et trabajo cualificado serfa mâs abundante en Francia que entre sus socios comerciales. Pero el esquema de especializaciôn desde arriba no se darîa del todo : los empleados y los trabajadores del sector comercio constituirian una ventaja comparativa mâs importante que ciertas categorîas técnicas muy cualificadas en cuanto a
la titulaciôn. Ademâs, entre los ejecutivos y las profesiones intelectuales superiores, los cuadros del comercio, administratives, y las profesiones libérales serîan mâs abundantes en Francia, y mâs escasos los ingenieros y cuadros téenicos.
Las profesiones que sacan ventaja del intercambio estân supeditadas a su principio, y se sitûan entre ciertas ramas de activrdad y de productos r ta abundancia relativa err empleados en Francia se debe ante todo al comercio y a los servicios privados ; la escasez relativa en obreros se observa asimismo en los intercambios de bienes de consumo corriente.
Struktur der Qualifikationen und franzôsischer AuBenhandel
Nach der Théorie des Welthandels bestimmen die in einem Land verfùgbaren Produktionsfaktoren auch die Art seines AuBenhandels. In diesem Rahmen und unter einer Reine vorv Hypothesen wird irv diesem Artikef die Beziehung zwischen der qualifikationsspezifischen Beschâftigungsstruktur und dem AuBenhandel fur Frankreich im Jahre 1993 analysiert.
In Frankreich gebe es demnach mehr qualifizierte Beschàftigungen als bei seinen Handelspartnern. Das Schema der Spezialisierung von oben sei aber keine vôllig unumstôBliche Tatsache: denn die Angestellten und
Geschâftsleute wùrden einen grôBeren komparativen Vorteil als einige technische Kategorien mit sehr hoher Ausbildungsqualifikation darstellen. Unter den Fûhrungskràfterrund den hôheren geistigen Berufen gebe es in Frankreich relativ mehr Fùhrungskrâfte im Vertrieb und in der Verwaltung sowie Freiberufler, dagegen aber weniger Ingenieure und technische Fùhrungskrâfte.
Die Berufe, denen der AuBenhandel zugute kommt, sind mit ihm verbunden und konzentrieren sich auf einige Tâtigkeitsbereiche und Produkte: die relative hohe Zahl von Beschàftigten in Frankreich ist insbesondere auf den Handel und die marktbestimmten Dienstleistungen zurùckzufùhren; die relative Seltenheit von Arbeitern ist
vor allem beim Handel mit den gângigen Konsumgùtem zu beobachten.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1994
Lecture(s) : 72
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

Monsieur Alain Gallais
Bernard Gautier
Structure des qualifications et échanges extérieurs français
In: Economie et statistique, N°279-280, 1994. pp. 35-46.
Citer ce document / Cite this document :
Gallais Alain, Gautier Bernard. Structure des qualifications et échanges extérieurs français. In: Economie et statistique, N°279-
280, 1994. pp. 35-46.
doi : 10.3406/estat.1994.5914
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1994_num_279_1_5914Résumé
Structure des qualifications et échanges extérieurs français
Selon la théorie du commerce international, les facteurs de production disponibles dans un pays
déterminent la nature de ses échanges extérieurs. Dans ce cadre, et sous un certain nombre
d'hypothèses, le lien entre la structure des emplois par qualifications et les échanges extérieurs est ici
analysé pour la France en 1993.
Le travail qualifié serait plus abondant en France que chez ses partenaires commerciaux. Mais le
schéma de spécialisation par le haut ne serait pas entièrement acquis : les employés et les
commerçants constitueraient un avantage comparatif plus Important que certaines catégories
techniques très qualifiées en termes de diplôme. De plus, parmi les cadres et professions intellectuelles
supérieures, les cadres commerciaux, administratifs et les professions libérales seraient relativement
plus abondants en France, les ingénieurs et les cadres techniques, plus rares.
Les professions qui tirent parti de l'échange sont liées à son principe et se situent dans certaines
branches d'activité et de produits : l'abondance relative en employés en France résulte surtout du
commerce et des services marchands ; de façon réciproque, les biens intensifs en travail ouvrier sont
plus importés, ceci se concrétisant particulièrement dans tes échanges de biens de consommation
courante.
Abstract
The Structure of French Qualifications and Foreign Trade
International trade theory posits that the factors of production available in a country determine the
nature of that country's foreign trade. The link between France's employment structure by qualifications
and its foreign trade in 1993 is analyzed in this article from the point of view of this theory and a certain
number of hypotheses.
Skilled labour is reported to be more abundant in France than in the countries with which it trades.
However, the pattern of top-down specialization is not totally sound as employees and retailers
represent a greater comparative advantage than certain highly qualified technical categories. Moreover,
among executives and senior professionals, there is a relatively more plentiful supply of sales
executives, administrative executives and self-employed people whereas engineers and technical
executives are thinner on the ground.
The professions that take advantage of the trade are connected with the source of this trade and are
found in certain activity and product sectors. The relative abundance of employees in France is due
mainly to commerce and market services. The relative scarcity of manual can be observed
in particular in the trade of fast-moving consumer goods.
Resumen
Estructura des las cualificaciones e intercambios exteriores franceses
Segûn la teorfa del comercio internacional, los factores de producciôn de los que dispone determinado
paîs, influyen en la naturaleza de sus intercambios con el exterior. Dentro de este marco, y ateniéndose
a unas cuantas hipôtesis, se analiza aquf el vfnculo existente entre la estructura de los empleos por
cualificaciones y los intercambios exteriores para Francia en 1993.
Et trabajo cualificado serfa mâs abundante en que entre sus socios comerciales. Pero el
esquema de especializaciôn desde arriba no se darîa del todo : los empleados y los trabajadores del
sector comercio constituirian una ventaja comparativa mâs importante que ciertas categorîas técnicas
muy cualificadas en cuanto a
la titulaciôn. Ademâs, entre los ejecutivos y las profesiones intelectuales superiores, los cuadros del
comercio, administratives, y las profesiones libérales serîan mâs abundantes en Francia, y mâs
escasos los ingenieros y cuadros téenicos.
Las profesiones que sacan ventaja del intercambio estân supeditadas a su principio, y se sitûan entre
ciertas ramas de activrdad y de productos r ta abundancia relativa err empleados en Francia se debe
ante todo al comercio y a los servicios privados ; la escasez en obreros se observa asimismo
en los intercambios de bienes de consumo corriente.
ZusammenfassungStruktur der Qualifikationen und franzôsischer AuBenhandel
Nach der Théorie des Welthandels bestimmen die in einem Land verfùgbaren Produktionsfaktoren auch
die Art seines AuBenhandels. In diesem Rahmen und unter einer Reine vorv Hypothesen wird irv
diesem Artikef die Beziehung zwischen der qualifikationsspezifischen Beschâftigungsstruktur und dem
AuBenhandel fur Frankreich im Jahre 1993 analysiert.
In Frankreich gebe es demnach mehr qualifizierte Beschàftigungen als bei seinen Handelspartnern.
Das Schema der Spezialisierung von oben sei aber keine vôllig unumstôBliche Tatsache: denn die
Angestellten und
Geschâftsleute wùrden einen grôBeren komparativen Vorteil als einige technische Kategorien mit sehr
hoher Ausbildungsqualifikation darstellen. Unter den Fûhrungskràfterrund den hôheren geistigen
Berufen gebe es in Frankreich relativ mehr Fùhrungskrâfte im Vertrieb und in der Verwaltung sowie
Freiberufler, dagegen aber weniger Ingenieure und technische Fùhrungskrâfte.
Die Berufe, denen der AuBenhandel zugute kommt, sind mit ihm verbunden und konzentrieren sich auf
einige Tâtigkeitsbereiche und Produkte: die relative hohe Zahl von Beschàftigten in Frankreich ist
insbesondere auf den Handel und die marktbestimmten Dienstleistungen zurùckzufùhren; die relative
Seltenheit von Arbeitern ist
vor allem beim Handel mit den gângigen Konsumgùtem zu beobachten.I
INTERNATIONAL
Structure des qualifications
et échanges extérieurs français
Selon la théorie du commerce international, les facteurs de production disponibles
et Gautier* Alain Bernard Gallais dans un pays déterminent la nature de ses échanges extérieurs. Dans ce cadre, et
sous un certain nombre d'hypothèses, le lien entre la structure des emplois par
qualifications et les échanges extérieurs est ici analysé pour la France en 1993.
Le travail qualifié serait plus abondant en France que chez ses partenaires
commerciaux. Mais le schéma de spécialisation par le haut ne serait pas
entièrement acquis : les employés et les commerçants constitueraient un avantage
comparatif plus important que certaines catégories techniques très qualifiées
en termes de diplôme. De plus, parmi les cadres et professions intellectuelles
supérieures, les cadres commerciaux, administratifs et les professions libérales
seraient relativement plus abondants en France, les ingénieurs
et les cadres techniques plus rares.
Les professions qui tirent parti de l'échange sont liées à son principe et se situent
dans certaines branches d'activité et de produits : l'abondance relative en
employés en France résulte surtout du commerce et des services marchands ; de
façon réciproque les biens intensifs en travail ouvrier sont plus importés, ceci se
concrétisant particulièrement dans les échanges de biens de consommation
courante.
* Alain Gallais fait partie
de la division Synthèse
biens et services de
l'Insee. Bernard Gautier
appartenait au bureau
de l'Industrie de la di
uatrième pays exportateur et cinquième ou de la Commission européenne (1993), par rection de la Prévision
au moment de la ré importateur mondial, la France est l'un exemple, soulignent que les économies frandaction de cet article. des~pays dont l'économie est la plus ouverte, çaise et européenne sont abondamment dotées
ce qui justifie un examen d'ensemble des con en capital humain. Leur spécialisation devrait
Les auteurs remercient ditions d'insertion de la France dans les échan donc tendre vers l'exportation de biens intenDominique Bureau et les ges commerciaux internationaux. sifs en capital humain, c'est-à-dire en travail membres du bureau Emp
qualifié, et l'importation de biens intensifs en loi-Salaires de la direc
tion de la Prévision pour Dans ce cadre, le rôle du savoir-faire et des travail peu qualifié. la pertinence de leurs qualifications est reconnu comme l'un des facconseils.
teurs cruciaux lorsque les perspectives de la Implicitement, cette argumentation se réfère
Les noms et dates entre spécialisation des différents pays ou zones de au modèle de base de la théorie du commerce parenthèses renvoient à l'économie mondiale sont abordées. Les tr international, selon lequel les facteurs de la bibliographie en fin
d'article. production disponibles déterminent la spécia- avaux du Commissariat général du Plan (1992)
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 35 lisation des pays dans le commerce mondial. En Spécialisation des échanges :
particulier, le théorème de Hecksher, Ohlin et le rôle du facteur travail
Samuelson (HOS) précise qu'un pays exporte
les biens relativement les plus intensifs dans les Une telle approche considère traditionnell
facteurs les plus abondants chez lui. C'est donc ement comme facteurs de production le capital
à la notion d'avantages comparatifs en termes et le travail. Cependant, le travail n'est pas un
de dotations en facteurs de production qu'il bien homogène. L'analyse doit ainsi être enri
chie par l'intégration d'un facteur travail difféconvient de se référer d'abord pour analyser les
forces et les faiblesses de l'économie française. rencié selon les qualifications dans les sources
Encadré 1
LE MODÈLE DE HECKSCHER, OHLIN ET SAMUELSON
Ce modèle propose un schéma du commerce inte quels il possède un avantage comparatif. Cet avan
rnational basé sur les dotations factorielles tage comparatif ne résulte plus des différences
respectives. Les facteurs sont supposés mobiles technologiques, comme chez Ricardo, mais des do
entre les secteurs (mais non entre les pays). Les tations factorielles.
autres hypothèses sont une identité internationale
des fonctions de production pour un bien donné, À l'équilibre, la différence entre les contenus en fac
des technologies à rendements d'échelle constants, teurs des exportations et des importations,
c'est-à-dire leur solde extérieur, constitue donc une des productivités marginales décroissantes le long
d'une isoquante, une concurrence parfaite sur tous mesure indirecte des abondances factorielles relat
les marchés, une différence et une irréversibilité ives. C'est dans cette perspective que doivent être
des intensités factorielles, une identité internatio interprétés les calculs de soldes nets en emplois.
nale des goûts des consommateurs et une pleine
utilisation des facteurs. Deux théorèmes découlent du modèle HOS :
- le théorème de Stolper-Samuelson établit que la Seules les dotations respectives en facteurs de pro
duction différencient alors les pays. Chaque rémunération réelle (c'est-à-dire par rapport au prix
économie est caractérisée par son abondance fac- des biens) du facteur rare diminue avec l'introduc
torielle relative, définie sur la base des dotations tion du libre échange. En d'autres termes, plus un
factorielles. La main-d'oeuvre est ainsi relativement facteur est utilisé intensivement dans la production
abondante dans un pays si le rapport de la main- de biens exportés, plus il a de chances de tirer un
d'œuvre disponible au stock de capital est plus éle gain du commerce international ; plus un facteur
vé que dans le reste du monde. est présent dans la production de biens importés,
plus il a de chances de perdre au commerce inte
La version de base du modèle considère deux pays rnational. En pratique, le rôle explicatif de ce
produisant deux biens avec deux facteurs. Suppo phénomène comme déterminant de l'évolution de la
sons que ces deux facteurs soient le travail non structure des salaires entre travailleurs qualifiés et
qualifié d'une part, le travail qualifié d'autre part. non qualifiés est fortement débattu (Bhagwati,
Les deux pays ont des dotations initiales en fac 1995), notamment aux États-Unis. À l'opposé de la
teurs différentes : l'un possède une offre relative thèse du commerce international, certaines études
plus forte en travail non qualifié, l'autre de travail soutiennent que la baisse de la demande relative
qualifié. Le théorème de Hecksher, Ohlin et Sa de travail non qualifié et l'accroissement de la di
muelson (HOS) établit que, en situation de libre spersion salariale seraient dus à l'introduction
échange, chaque pays exporte alors le bien qui uti récente d'un progrès technique systématiquement
lise intensivement le facteur de production qu'il biaisé en faveur du travail qualifié. L'informatisation
détient en abondance par rapport à son partenaire. des processus productifs auraient ainsi déformé
Dans le cas d'un pays développé tel que la France, l'emploi en faveur du travail qualifié et réduit la r
où le travail qualifié est relativement abondant, les émunération du travail non ;
biens exportés seront intensifs en travail qualifié ;
- le théorème de l'égalisation des prix des facteurs de façon réciproque, les biens intensifs de travail
non qualifié seront importés. montre que le libre échange égalise non seulement
le prix des biens échangés, mais aussi le prix des
Ce cadre permet de décrire les spécialisations dues facteurs entre les pays, quelles que soient les dota
aux différences de dotations factorielles. En effet, tions initiales, a condition toutefois que la
dans la mesure où un pays détient un avantage spécialisation soit incomplète : si les dotations des
comparatif sur les biens intensifs en facteurs rela facteurs sont trop différentes, il se peut qu'un pays
tivement abondants, le théorème HOS indique que se spécialise totalement dans la production d'un
chaque pays se spécialise dans les biens pour bien (Codes et Jean, 1994).
36 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 d'avantages comparatifs. Ainsi, un pays dispo rieurs par produits les contenus en emplois
sant de ressources abondantes en un type de totaux (directs et indirects) par qualification
travail exportera-t-il des biens demandant pour (Leontief, 1953). Dans cette étude, Webster se
leur réalisation ce type de travail, c'est-à-dire place dans le cadre du modèle HOS et, de ce
dont le contenu dans ce facteur est important. fait, considère ces soldes comme une mesure de
Inversement, il importera des biens nécessitant l'abondance relative en facteurs. En effet, un
des qualifications peu abondantes dans le pays. facteur relativement abondant doit trouver un
débouché à l'exportation selon le modèle HOS
Une composition nettement différente de la et peut être interprété comme constituant un
part de travail peu ou non qualifié dans la valeur avantage comparatif pour les biens l'utilisant
ajoutée est constatée selon les biens échangés. de façon intensive (cf. encadré 1).
Ainsi, dans le secteur manufacturier et pour les
biens exportés par les pays du Nord vers ceux Ces calculs ne constituent pas un test de la
du Sud, le pourcentage d'emplois peu ou pas théorie de Hecksher, Ohlin et Samuelson. Au
qualifiés est de 35 à 40 % de la main-d'œuvre contraire, leur interprétation en termes d'avan
tages comparatifs en qualification est faite sur utilisée (Cortes et Jean, 1994 ; Schumacher,
1989). En revanche, plus de la moitié des emp les hypothèses du théorème HOS que le com
lois sont peu ou pas qualifiés dans les secteurs merce international respecte les règles du libre
des pays de l'OCDE en concurrence avec les échange et que ce commerce soit équilibré ; que
produits importés du Sud. Le phénomène l'égalisation du prix des facteurs, résultant de
inverse est observé pour les pays du Sud l'analyse théorique, soit effectivement réali
(Krueger, 1981). sée ; enfin que la technologie soit homogène
dans l'ensemble des pays, ce qui traduit l'hy
Si les conditions à réaliser pour conforter cet pothèse de base de ce modèle selon lequel ce
avantage comparatif en termes de capital n'est pas l'accès aux technologies, comme chez
humain sont souvent débattues, notamment Ricardo, mais les dotations factorielles qui
les actions à mener en matière de formation, en déterminent les spécialisations.
revanche le constat de départ sur l'articulation
entre la structure des qualifications et celle du Si, dans l'ensemble, la qualification du travail
commerce extérieur français est peu document constitue, selon Webster, un avantage compar
é. La plupart des études récentes se focalisent atif de l'économie britannique, une analyse
sur le bilan en emplois des échanges, et non sur fine de ce facteur suggère la présence de spécia
la nature des échangés ; elles considè lisations en certaines professions. En effet, les
rent le travail comme un facteur homogène (1). résultats désagrégés montrent de fortes dispari1. Voir article de H. Bonnaz,
N. CourtotetD. Nivatdans Cependant, on peut citer les travaux de Vimont tés au sein des professions et catégories socioce numéro. (1993) et ceux de Husson (1994) ; ces derniers professionnelles (PCS) en termes d'abondance
ne portant que sur la structure des exportations. relative. Ainsi, les catégories techniques, où le
De plus, ces études ne bénéficient pas de tous niveau de qualification en termes de diplômes
les perfectionnements de la comptabilité natio est élevé (ingénieurs, techniciens, etc.), consti
nale et présentent en général un niveau d'agré tuent un avantage comparatif moindre que les
gation des catégories socioprofessionnelles employés ou les commerçants. Par ailleurs,
assez élevé (respectivement 3 et 6), ce qui peut plusieurs professions à niveau de qualification
masquer d'éventuelles spécialisations (Brecher élevé, ingénieurs notamment, sont relativement
etChoudrhi, 1988). peu abondantes comparées aux autres PCS. Enf
in, le travail manuel, qualifié ou non, est relat
ivement rare. De façon inattendue, le travail
Des interrogations manuel non qualifié apparait relativement plus
sur le système éducatif britannique abondant que le travail manuel qualifié.
L'avantage comparatif du Royaume-Uni sem
Une étude récente sur le Royaume-Uni ble d'abord se situer dans les activités intensi
(Webster, 1993) analysait les qualifications ves en travail non manuel, particulièrement
dont ce pays était bien ou pas assez pourvues en celles employant de façon relativement import
1984. Webster en déduisait quelques conclu ante les cadres, employés et commerçants.
sions sur la performance passée de la politique
de l'éducation au Royaume-Uni. Pour appré Webster soulève alors quelques interrogations
cier les dotations en facteur travail de l'écono sur l'efficacité du système éducatif britannique
mie britannique, il a estimé des soldes nets par et sur les conditions d'insertion de cette écono
qualification en appliquant aux soldes mie dans la mondialisation des échanges. Il
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 37 Encadré 2
LE MODÈLE INPUT-OUTPUT
Cette étude est effectuée au niveau le plus fin de Le calcul réciproque des contenus en emplois des
la structure productive française (Nomenclature importations découle d'une variante du même mo
d'activités et de produits en 90 branches mar dèle : c'est la différence des contenus en emplois
chandes ou niveau 90), en détaillant le facteur de la demande finale dans un système ayant re
travail par branches selon les catégories socio cours aux importations et ce qu'ils deviendraient s'il
professionnelles. n'y avait plus d'importations. Dans ce dernier cas,
EFd est remplacé par EF, somme de EFd et de
La structure de l'emploi est issue de l'enquête Emp EFm (la demande finale, hors marges, en produits
loi. L'utilisation de la structure par secteur importés), et Ad par A, somme de Ad et Am (la
d'établissements de cette enquête pour estimer cel matrice des coefficients techniques importés, hors
les par branche est satisfaisante, dans la mesure marges commerciales). Dans cette simulation, la
où, au niveau 90, le recouvrement avoisine 90 %. production domestique se substitue non seulement
Les actifs sont définis au sens du Bureau internatio aux importations, mais aussi aux consommations
nal du travail (BIT). Enfin, la nomenclature des intermédiaires des importations aux différents n
professions et catégories socioprofessionnelles iveaux. Les résultats obtenus permettent d'évaluer
(PCS) est celle de 1982, dont deux niveaux sont ut les emplois substitués aux importations.
ilisés : l'un agrégé en 6 catégories, l'autre détaillé
en 31 catégories. Les soldes en emplois des échanges extérieurs
sont calculés à partir du contenu en emplois des ex
Le modèle input-output, déroulé à partir d'un ta portations et de celui des importations. Ils sont
bleau entrées sorties (TES) en branches et en fournis pour toutes les branches, y compris celles
produits, permet de déduire les conséquences ult qui font appel à des ressources naturelles (pétrole
imes sur la production des branches, leur valeur brut, gaz naturel, etc.). Cette démarche supposerait
ajoutée et les effectifs occupés d'un vecteur de de que ces activités puissent être transférables. En
mande finale en produits (Péronnet et Rocherieux, tout état de chose, elle demande des corrections
1983). Le raisonnement est statique, linéaire, non particulières à l'issue du calcul, mais présente
économétrique et ne prend pas en compte l'effet du l'avantage d'estimer les contenus en emplois de
multiplicateur keynésien d'entraînement par le reve l'ensemble des échanges de l'économie.
nu sur le reste de l'économie.
Les soldes ont été corrigés pour les branches agri
Le point central du calcul est « l'inversion du ta culture, pétrole brut, produits pétroliers raffinés et,
bleau des entrées intermédiaires » (TEI) (1). Les dans une moindre mesure, pour le commerce. Pour
conséquences sur la production domestique par l'agriculture, le solde très positif en vin de la
branches, notée sous forme d'un vecteur Q, sont France, au plus faible contenu en emplois que les
reliées à une demande finale EF : autres produits agricoles, a été pris en compte.
L'estimation du contenu en emplois des importa
tions en pétrole brut présente également une
Q= (/ - EF difficulté : les gisements français ne sont pas extens
ibles, ou ne le seraient qu'au prix de rendements
décroissants importants. La nature de la production
où EFd désigne la demande finale adressée aux domestique retracée par les comptes est sensible
produits domestiques (hors marges), / la matrice ment différente des importations : elle contient
identité, Ad la matrice des coefficients techniques beaucoup d'ingénierie et de prospection. Aussi la
domestiques (rapportés à la production de la bran structure par qualifications de la branche gaz natur
che) après traitement des marges commerciales et el, activité extractive la plus proche et la plus
déduction des importations, B la matrice des trans développée en France, lui a été appliquée.
ferts entre branches et produits (assimilables dans
une certaine mesure à des consommations intermé
diaires négatives).
Le contenu en emplois des exportations est estimé
avec une valeur particulière de EFd : les exportat
ions. Du contenu en production domestique de ces
exportations, on déduit linéairement, par l'applica
tion des ratios domestiques production-emploi, les 1. Le calcul est fait en prenant en compte les marges commerc
« contenus en emplois créés par les exportations » iales et les consommations intermédiaires importées pour ré
concilier les valorisations des ressources et des emplois au prix dans chaque branche, correspondant à la réalité
départ usine, départ douane. des années étudiées.
38 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 conclut ainsi que la politique de l'éducation vriers, l'affectation est simple ; elle suit les inti
passée du Royaume-Uni ne répondait que tulés de la PCS : ouvriers non qualifiés de type
partiellement aux exigences du marché de industriel, ouvriers non qualifiés de type artisa
l'emploi : certes, les catégories qualifiées sont nal et ouvriers agricoles. Pour les employés,
relativement abondantes, mais la rareté de cer une estimation a été réalisée en appliquant des
taines professions à niveau de qualification clés issues des travaux de Bisault et alii (1994)
élevé et du travail manuel qualifié témoignait qui proposent une répartition des employés non
d'une insuffisante performance de la politique qualifiés en fonction du diplôme.
de l'éducation.
L'abondance factorielle relative est mesurée
d'après les ratios issus des critères de Learner
Mesure du solde en emplois (1980) (cf. encadré 3). Plus le ratio est élevé,
par qualifications en France plus il révèle un facteur relativement abondant.
Dans le cadre HOS, cette abondance factorielle
L'étude présentée ici sur la France reprend la suggère l'avantage comparatif, entendu en
méthodologie de Webster. Elle repose égale quantités relatives à celles des partenaires com
ment sur la désagrégation poussée de l'analyse, merciaux. Compte tenu des hypothèses rete
autant en termes de nomenclature de produits nues, l'analyse se limite à une appréciation du
2. Des estimations de (biens et services) (2) que de qualifications pouvoir explicatif du facteur travail dans les
soldes en emplois à un (cf. encadré 2). Le tourisme n'est pas pris échanges extérieurs. niveau de détail fin ont en compte ; la composition des dépenses des également été effectuées
par Péronnet et Roche- résidents français à l'étranger ou celle des non-
rieuxen 1982. L'hypothèse de substituabilité en France est, en effet, assez mal
connue. Par ailleurs, les dotations en capital ou constitue la principale limitation
en ressources naturelles n'ont pas été incluses
3. Par contre, Baldwin dans cette étude (3). Enfin, les résultats portent L'évaluation des soldes nets ne porte pas sur la
(1971) et Webster (1993) sur l'année 1993 et sont décomposés par zone balance entre les emplois français et les empont largement développé
géographique (CEE et hors CEE). lois étrangers, mais bien entre les emplois ce point.
français induits par les exportations et les emp
Les soldes sont constitués par les contenus en lois français qui auraient pu être substitués
emplois du commerce extérieur. Le solde brut aux importations. Les soldes sont donc seule
en est le nombre d'emplois produits ment à considérer selon la technologie fran
par les échanges extérieurs ; c'est-à-dire, la dif çaise de la branche correspondante. Cette
férence entre les emplois induits par les expor estimation se situe au cœur du modèle HOS,
tations et ceux qui auraient pu être substitués dans la mesure où les fonctions de production
aux importations. Ces derniers sont évalués sur sont supposées les mêmes internationalement.
la base de la technologie française de la branche Ainsi, ce ne sont plus les différences technolo
correspondante. giques qui sont utilisées pour décrire le com
merce international (Ricardo), mais les écarts
Afin de compléter l'analyse, un solde structurel de dotations factorielles.
en emploi est estimé. Il est défini comme le
solde extérieur en emplois qui serait observé, En pratique, une production domestique n'est
une année donnée, si les échanges extérieurs de pas toujours substituable aux importations (4)
biens et services étaient équilibrés en francs. Il (cas des produits énergétiques fossiles : pétrole
est calculé en extrapolant par homothétie les brut, gaz naturel, ou des produits agricoles tro
importations et les exportations françaises jus picaux, etc.) ou elle ne le serait pas nécessaire
qu'à leur demi-somme, en conservant la struc ment aux mêmes conditions de production que
ture par produits. Moins fluctuant que le solde la branche domestique correspondante (cas du
brut, il permet une analyse structurelle, hors ef textile-habillement ou du matériel informati
fets liés aux excédents commerciaux. C'est le que), en raison des dotations en facteurs et de la
taux de couverture global qui supporte alors le technologie mise en œuvre. Le produit domest
caractère conjoncturel de l'année. ique peut aussi se révéler très hétérogène au
Le calcul des soldes en emplois qualifiés et non
qualifiés découle des soldes par professions et
catégories socioprofessionnelles (PCS). Par 4. Une présentation des méthodes alternatives pour estimer le hypothèse, le travail non qualifié ne concerne contenu en emplois des importations, notamment celle de Wood
que les ouvriers et les employés. Pour les (1992), est proposée par Cortes et Jean (1994).
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 39 i
produit importé, et cela même au niveau le plus L'avantage comparatif en emplois qualifiés
fin de la nomenclature. dans chaque catégorie se combine avec la struc
ture des échanges français, plus favorable aux
Cet inconvénient est cependant minimisé ici par secteurs primaire et tertiaire qu'au secteur se
5. Nomenclature d'acti la finesse du niveau de détail des branches (5), condaire. Le désavantage en travail non qualif
vités et de produits au mais il est toujours persistant étant donné l'imié résulte essentiellement de celui des ouvriers niveau 90 (90 bran portance du commerce intra-branches : dans non qualifiés (cf. tableau 2). En effet, les emches marchandes), soit
le niveau le plus fin de cette étude, 81 % des flux d'importations et ployés non qualifiés présentent un solde struc
la comptabilité nationale d'exportations sont compensés par des flux turel positif et constituent un avantage pour les données par opposés et sont, de ce fait, sans incidence sur comparatif supérieur à celui des cadres, par branches.
l'emploi (hormis un glissement entre emplois exemple. Enfin, la qualification pour les em
des producteurs et emplois du commerce). ployés et les ouvriers représente un avantage
comparatif.
Travail qualifié : globalement, En 1993, la France présente un solde structurel
un avantage comparatif pour la France des échanges négatifs pour le travail ouvrier
(- 109 000) et les professions intermédiaires
Les résultats obtenus par qualification indi (- 20 800). En revanche, il est excédentaire 6. Selon l'enquête Emploi
de mars 1993, 53 % des quent qu'en 1993 la France aurait une abon pour les autres catégories socioprofessionnell
cadres et professions dance relative en travail qualifié : le solde net es ce qui est conforme à l'idée que la France est intellectuelles supérieu en emplois des échanges est déficitaire pour le bien dotée, relativement, en capital humain. De res ont un diplôme de
deuxième ou troisième travail non qualifié et excédentaire pour le plus, l'avantage comparatif de la France est
cycle universitaire ou de qualifié (cf. tableau 1), que l'équilibre moins important dans les catégories à haut nigrande école, contre des échanges de biens et services hors tourisme veau de formation (cadres, chefs d'entreprises) seulement 1 % des emp
loyés. soit réalisé ou non. que chez les employés (6). L'avantage compa-
Encadré 3
L'ABONDANCE FACTORIELLE RELATIVE
Selon Learner (1980), un pays se révèle être rela des ratios (Ax-AmVAc, constitués par le solde
tivement bien doté en un facteur A comparé à un extérieur rapporté au contenu en facteur de la con
facteur B si et seulement si l'une des conditions sommation. Ces ratios sont classés par ordre
suivantes est remplie : décroissant dans les tableaux afin de faciliter les
comparaisons. De plus, comme l'abondance rela
Ax - Am > 0, fix - < 0, tive est plutôt un concept ordinal que cardinal,
l'analyse des résultats se concentrera sur ces Ax- A, A x - A m > 0 , B x - B m > 0 , rangs. Les ratios sont estimés à partir des soldes > Be Bx- B> structurels, correspondant à des échanges équili
brés. Cet équilibre est, bien sûr, virtuel car il est Ax - An Ac Ax - A 0,Bx - B o, peu probable que l'équilibre du commerce extérieur "We se réalise ainsi : même si on imagine une homothé-
tie sur les prix via une modification de parité, les
élasticités de demande, tant intérieure qu'extér
ieure, sont différentes selon les produits et vont
déformer la structure par produit des exports et des puisque consommation de le dans où facteur A/ B les négatif. et le exportations 6 A y solde sont est c Les . extérieur plus les La deux première niveaux x abondant , dernières les de de importations condition A A est que et conditions positif 6 le signifie incorporés facteur m et celui et que perB la imports. Cependant la structure des qualifications
observée d'après ce solde est peu fluctuante et as
sez proche de celle observée en 1990 où les
mettent de lever l'ambiguïté lorsque les soldes ont échanges extérieurs avaient été quasi équilibrés.
le même signe : il faut alors comparer le rapport Ces soldes permettent de signaler de façon simple
des soldes extérieurs en facteurs à celui observé la présence de spécialisations, avec des soldes po
dans la consommation. Ces trois conditions peu sitifs et d'autres nécessairement négatifs. La
vent être résumées par la seule inégalité : partition des qualifications obtenue à l'aide des sol
des bruts est plus instable car elle est sensible à
l'évolution du solde extérieur. Dans la mesure où Ax- A, B x — B
les classements obtenus avec les soldes bruts et
structurels diffèrent peu, l'hypothèse technique pos
De ce fait, la comparaison des facteurs en termes tulée pour établir un solde structurel est peu
d'abondance relative peut être effectuée à l'aide restrictive ; mais elle est aussi assez fruste.
40 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 ratif de la France résiderait alors plus dans la général, la spécialisation par qualifications
catégorie des employés que dans celle des ca ainsi établie n'étant pas très typée.
dres. Cela suggère que les dotations à hauts n
iveaux de qualification soient relativement
Un diagnostic à nuancer moins importantes. Toutefois, ce diagnostic est
à prendre avec précaution, dans la mesure où pour les agriculteurs
les employés du commerce profitent des échan
ges : comme une analyse plus fine des profes La plus forte abondance relative est observée
sions le montrera, leur solde structurel est très dans le domaine agricole. À l'équilibre des
excédentaire, à + 26 700, contre + 37 400 pour échanges en biens et services, cette profession
l'ensemble des employés. dégage le solde en emplois le plus important
(47 800), qui dépasse celui des employés
Des résultats semblables sont obtenus pour le (37 400). Rapporté à l'emploi intérieur, le solde
Royaume-Uni (Webster, 1993). Toutefois, le des échanges en emplois apparaît aussi particu
travail manuel non qualifié y semblait plus lièrement élevé pour les agriculteurs : à l'équi
abondant que le travail manuel qualifié. De ce libre, il présente 5,2 % de l'emploi intérieur
fait, les résultats par professions et catégories total contre 0,3 % pour les cadres et 0,7 % pour
socioprofessionnelles obtenus ici sont, a priori, les employés qualifiés. Néanmoins, l'aspect
plus conformes à ce que l'on attend pour un statique de ces estimations en limite leur por
7. Leur comparaison avec pays industrialisé comme la France. Il faut tou tée (7). Une analyse dynamique des liens entre
des analyses dynamiques tefois observer que les soldes sont faibles en l'emploi agricole et l'ouverture des frontières et économétriques per pourrait affecter cette évaluation. mettrait de mieux cerner
la complexité des effets
des échanges extérieurs Par ailleurs, les abondances relatives des prosur l'emploi. Mathieu et Tableau 1 fessions ont été analysées en supposant que Sterdyniak (1994) soul
Un solde extérieur excédentaire ignent que l'émergence de d'autres facteurs de production, non pris en
l'Asie en développement en emplois qualifiés compte dans l'étude, ne modifieraient pas les se serait ainsi traduite, conclusions. L'agriculture constitue sans doute pour les seuls échanges Emploi industriels, par une perte l'exemple le plus flagrant où un facteur caché Solde extérieur d'environ 200 000 emp en emplois (1) ou complémentaire peut être omis. En effet, lois marchands en Qualifié Non qualifié l'abondance relative en agriculteurs peut traFrance entre 1974 et
1992. duire un avantage comparatif bien réel, mais Solde brut 270800 -700
non traité ici : la qualité de la terre et du climat. Solde structurel 33 600 -58400
Par ailleurs, l'abondance factorielle en agriculSolde conjoncturel 237 200 57 700
teurs peut aussi s'expliquer par la protection 1 . Le solde conjoncturel en emplois est la différence entre le dont ils sont bénéficiaires et qui les mettent parsolde brut (niveau réel des échanges) et le solde structurel
(échanges équilibrés de biens et services hors tourisme). tiellement hors du champ d'application du
théorème HOS (libre échange). Pour ces raiSources : comptes nationaux, enquête Emploi de 1992 pour la
sons, les agriculteurs ont été écartés des compa- structure des qualifications et de 1993 pour les autres données.
Tableau 2
Solde extérieur en emplois par professions et catégories socio-professionnelles
Artisans, Cadres Employés Ouvriers Agriculteurs commerçants et professions Professions exploitants et chefs intellectuelles intermédiaires Qualifiés Non qualifiés Qualifiés Non qualifiés d'entreprise supérieures
Solde brut 67900 28 500 44 300 38000 64 600 21500 27 500 -22200 270100
Solde structurel 47 800 13200 6700 -20800 27500 9900 -40 700 -68300 -24800
Solde conjoncturel 20100 15 300 37 600 58800 37100 11600 68 200 46100 294 900
Emploi intérieur total 921 500 1670700 2 721 300 4670 900 3 876 600 2 253 300 3669 400 2183 800 21967500
Poids du solde structurel
5,2 0,8 0,3 -0,5 0,7 0,4 -1.1 -3,3 -0,1 (en %)
Abondance factorielle
1 2 5 6 3 4 7 8 relative (1)
1. Pour comparer les PCS, les abondances relatives sont classées en rang décroissant d'après les critères de Leamer (1980)
(cf. encadré 2).
Sources : comptes nationaux, enquêtes Emploi.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 279-280, 1994 - 9/10 41

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.