Zoothérapie : Ces animaux qui soulagent nos peines

De
Publié par

La zoothérapie, c'est s'appuyer sur un animal pour améliorer la santé d'un patient. Grâce à cet article, découvrez comment nos amis chiens, chats, et autres, parviennent à soulager nos peines.

Publié le : jeudi 19 avril 2012
Lecture(s) : 232
Tags :
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Zoothérapie : ces animaux qui soulagent nos peines
Eliott a 3 ans et il a fait dernièrement une entrée remarquée dans un hôpital gériatrique de Lyon. C'est qu'Eliott est un chien. Son rôle : participer aux exercices de rééducation des victimes d'AVC et apaiser les malades d'Alzheimer. Labonne nouvelle, c'est qu'Eliott n'est pas le seul animal à contribuer au mieux être de personnes en souffrance.
Né dansuneécole de chiens guides d'aveugles, lacarrière d'Eliottsemblait toutetracé e. Mais, le destin en a voulu autrement. Le jeune labrador avait peurdes camions dans la rue. Il a étéréformé. Et, à l'Unité neuro-vasculaire de lapersonne âgée de l'hôpital gériatriquedes Charpennes deLyon, il a trouvé une deuxième carrière. Depuisle mois de septembre, il participe nonseulement àdes ateliers aux côtés depersonnes souffran tde troubles cognitifs mais aussià des exercices de rééducation depersonnes âgéesayant étévictimes d'accidents vasculaires cérébraux.« Les séances originales que nous avons mises en place ne doivent pas se substituer aux autres », avertitPhilippe Bonnet, kinésithérapeute.« Mais, nous avons remarqué que la présence de l'animal encourage les patients, apaise les tensions et rend le sourire à tout le monde. Eliott représente un énorme facteur de motivation »Pierre, précise Krolak-Salmon, le médecin chef de service. Unconstat encourageantqu'une étude clinique pourrait venir confirmer dès l'année prochaine.
De plus en plus d'adeptes de la zoothérapie
Car la zoothérapie, cette technique qui consiste à s'appuyer sur un animal pour améliorer l'état de santéd' unpatient, n' enest encore qu'à ces balbutiements. Desétudes scientifiques commencent à validerles effets bénéfiquesent. Sans doute parce quede ce type de traitemla relation hommeanimalpermet d'augmenter l'estime de soi et de combler le besoin que nous avons tous de nous sentir aimés inconditionnellement.
Les chiens et les autres
Le chien,c 'estle m eilleurami del' Homme.Et commeil est en plus particulièrement obéissant, ilest aussi souvent à la basede programm esde zoothérapie. Mais,« on peut travailler avec beaucoup d'animaux différents »précise Catherine Barthalot, une, nous infirmière quiexerce comme zoothérapeute en région parisienne pour le compte« 4 pattes tendresse »depuis 18 ans déjà, dont 15 ans en tant que bénévole.
Des chevaux,des chats mais aussi,plus étonnant, descobayes, des oiseaux, des lamas et même des rats.« L'important, c'est de trouver l'animal et la race qui correspondent le mieux au public que l'on vise. Il faut aussi savoir aimer cet animal car il va devenir notre collègue de travail... notre ami », confie Catherine à NewZitiv. Grâce à une famille de cochons d'Inde, elle permet ainsipar exemple àdes patientsqui subissentchaque jour des soins parfois douloureux deredevenir acteurs de leur vie.« Ces petites bêtes sont fragiles et elles ne demandent qu'à ce que l'on s'occupe d'elles », nous explique l'infirmière.
Le pouvoir magique de l'animal
Du côté du centre de zoothérapieHakuna Matata, ouvert récemment dans le Cher, aussi, on parie sur la diversité des anim aux mis à contribution. Tous les animaux de la ferme peuvent être appelésà la rescousse. Même siles ch ienset les chev auxrestent lesp lusutilisés pour l'instant.« Parfois, des kinés me contactent parce qu'ils ont un patient totalement réfractaires à la thérapie qu'ils proposent. En passant par le jeu avec un chien, la donne change complètement », nous raconte Paméla Potard, la zoothérapeute maîtresse des lieux. Et pourappuyer ses propos,elle confie à NewZitiv cette belle anecdote.« Il y a quelques années, dans un poney club, j'ai croisé la vie de ce petit garçon de 4 ans. La maladie l'empêchait de marcher et de se servir de ses mains comme tous les autres enfants de son âge. Lorsque j'ai vu le regard amoureux qu'il posait sur les chevaux, j'ai proposé une expérience à ses parents. Je lui ai tendu une brosse et avec ses moyens à lui, il a réussi à s'en saisir pour s'occuper du cheval. Pour l'amour d'un animal, ce petit garçon a dépassé des limites qu'aucun kiné n'avait encore réussi à lui faire franchir. C'est pas unebonne nouvelle, ça ? Le sourire sur ses lèvres à cet instant là et l'émotion dans les yeux de ses parents. C'est ce qui a scellé ma décision de devenir zoothérapeute. »Réponse commentaire : Vous aussi vous pouvez le faire !Si vous êtes tentés par la zoothérapie, il vous faut tout d'abord savoir que ce métier là est un métier que l'on fait par passion. La seule chose quela zoothérapie enrichira, c'est votre coeur. Une foisposées ces bases-là, il vous faudra suivre uneform ationdans le social, le para-médical oum êmele médical, selon votre goût. Vouspourrez ensuitevous spécialiseren zoothérapie. Pourcela, vousaurez lechoix entre plusieurs centresde formation. Comme celui, par exemple, de"4 pattes tendresse" ici. RetrouvezcetarticleenlignesurlesitedeNewZitiv:http://www.newzitiv.com/201203134049/europe/zootherapiecesanimauxquisoulagentnospeines.html
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.