Cheikh Hamallah ou Qu'est-ce qu'une confrérie islamique (Tarîqa) ? / Sheik Hamallah or What is an Islamic Brotherhood (Tarîqa) ? - article ; n°1 ; vol.55, pg 67-83

De
Archives des sciences sociales des religions - Année 1983 - Volume 55 - Numéro 1 - Pages 67-83
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 30 novembre 2011
Lecture(s) : 495
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement

Constant Hames
Cheikh Hamallah ou Qu'est-ce qu'une confrérie islamique
(Tarîqa) ? / Sheik Hamallah or What is an Islamic Brotherhood
(Tarîqa) ?
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 55/1, 1983. pp. 67-83.
Citer ce document / Cite this document :
Hames Constant. Cheikh Hamallah ou Qu'est-ce qu'une confrérie islamique (Tarîqa) ? / Sheik Hamallah or What is an Islamic
Brotherhood (Tarîqa) ? . In: Archives des sciences sociales des religions. N. 55/1, 1983. pp. 67-83.
doi : 10.3406/assr.1983.2273
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1983_num_55_1_2273Arch Sc soc des Rel. 1983 55/1 janvier-mars) 67-83
Constant HAMES
CHEIKH HAMALLAH
OU EST-CE UNE CONFR RIE ISLAMIQUE
AR QA)
nization mic arose tariqa able logical to French Out examine brotherhoods afa to around or settle West one discussion and one the African some Sheikh its of conditions its doctrinal tariqa of about derivatives) Hamallah colonies these the to for aspects questions which nature the at its the creation he The internal of better referred beginning the sociological are Islamic and than raised operations Hamallism legitimation of movement purely about the approach century and the islamo- is orga used Isla of that in is
En abordant étude du mouvement religieux ouest-africain de Cheikh Ha-
mallah on se trouve rapidement confronté des interrogations ordre organi-
sationnel et doctrinal sur une institution islamique dont se réclament Cheikh
Hamallah lui-même et ses disciples la tarîqa ou confrérie islamique Ce sont
quelques-unes de ces questions que nous nous proposons examiner ici
LE HAMALLISME
Durant la première moitié de ce siècle les colonies fran aises Afrique
occidentale et principalement le Mali ex-Soudan fran ais et la Mauritanie ont
vu naître et se propager un mouvement islamique qui largement dépassé ses
prémisses religieuses pour se transformer en phénomène social et politique aux
conséquences souvent importantes administration coloniale utilisé le
terme hamallisme pour désigner ce mouvement après le nom de Cheikh
Hamallah personnalité religieuse en qui elle voyait animateur et inspirateur
un ensemble varié de groupes sociaux se réclamant de lui et de ses idées
Cette personnalité de tout premier plan été décelée entre autres par
MM les Gouverneurs Descemet Terrassen de Fougères et par le Capitaine
67 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
André est Hamallah en effet qui transformé cette nouvelle confrérie en
mouvement politico-religieux est lui qui lui donné son essor foudroyant par
son attitude notre égard son esprit xénophobe et par son comportement avec les
musulmans appartenant pas sa voie son intolérance et son agressivité En un
mot il su former une sorte de parti extrémiste pratiquant un Islam de combat et
groupant non seulement les mystiques exaltés mais encore les aigris et les mécon
tents 2)
Sans la personnalité de Cheikh Hamallah qui par son mysticisme et son in
transigeance devient aux yeux de ses fidèles un saint puis un prophète et enfin est
identifié avec Dieu lui-même la doctrine hamalliste aurait point connu un déve
loppement aussi rapide ...) elle ne fait appel ni la raison ni intelligence
Aussi les sectateurs se sont-ils recrutés surtout parmi les gens de basse condition
illettrés et ignorants et principalement parmi les noirs ...) la licence sexuelle
dont accompagnaient les pratiques hétérodoxes de la secte hamalliste explique
encore. 3)
Inutile insister pour le moment sur le ton et imagination des rapports
coloniaux propos un mouvement religieux pour eux assez insaisissable Sur
le fond cette présentation de Cheikh Hamallah comme chef charismatique qui
aurait fondé sa propre secte été critiquée ici-même par Moreau partir
de données recueillies en Haute-Volta en 1962 il conclut aucun musulman ne
se dit hamalliste En ce sens nous pouvons dire que le Hamallisme est une
création de administration coloniale création qui va attribuer une doc
trine au mouvement Or il semble il en ait pas
Comment faut-il alors définir ensemble des idées de organisation et de
action dans lesquels se sont situés Hamallah et ses disciples Et notamment
a-t-il des modèles institutionnels islamiques auxquels se référer La perspective
selon Moreau qui permettrait de cerner de plus près la nature de ce mouve
ment serait de le prendre pour ce il est donné une partie intégrante une
confrérie islamique ou tarîqa Sans même créer de confrérie nouvelle en son
nom le marabout de Nioro Hamallah est contenté de modifier quelque peu
le rituel de la Tarîqa tijaniya Mais même ceux qui adoptent ce point de vue et
essaient entrer dans la logique des tarîqa arrivent guère se mettre accord
ni sur la dénomination de cette tarîqa ni sur sa place et ses différents contenus
Il nous semble que si on fait la part des ignorances des erreurs interprétation
des filtrages des renseignements et surtout de idéologie polémique qui caracté
rise les analyses coloniales fran aises sur Hamallah il reste que institution de
la tarîqa porte peut-être en elle-même une marge incertitude propice toutes
sortes interprétations interrogations et actions est-ce en effet une
tarîqa
Notre propos est essayer travers le cas historique et spécifique du ha-
mallisme de mettre accent sur quelques perspectives exploration de cette
question du point de vue sociologique Que peut-on dire du phénomène tarîqa
en général partir du cas particulier un mouvement qui se réclame de cette
institution Mais avant engager analyse il est nécessaire de rappeler un
point de terminologie et un autre histoire doctrinale
Une tarîqa littéralement une voie un chemin pluriel turuq porte généra
lement le nom de son fondateur Ainsi la voie créée par Sî Ahmed Tijânî
1737-1815 au Maghreb appelle tarîqa tijânîya ou simplement tijânîya On
parle alors un adepte tijânî pluriel tijâniîn Historiquement et doctrinale-
68 LES CONFR RIES ISLAMIQUES
ment est une différence exécution au sein du rituel de la tijânîya qui servi
de détonateur au conflit entre des descendants et disciples El Hadj Omar Tall
1794-1864) introducteur de la tijânîya en Afrique occidentale négro-africaine
et autre part les adeptes de Cheikh Hamallah 1886-1943 Pour ce dernier en
effet suivant en cela son propre maître spirituel Cheikh Sîdî Mohammed dit
Lakhdar une des prières du rituel ti/anî prière sur le Prophète 5) doit être ré
citée onze fois et non pas douze si on veut rester fidèle aux pratiques pré
conisées par le fondateur Sî Ahmed Tij anî qui les tenait rappelons-le de ré
vélations directes du Prophète Mohammed lui-même Comme par ailleurs cette
prière est égrenée sur un chapelet les hamallistes ont rapidement été qualifiés
de onze grains ou simplement de onze sappoygo dans la langue peule de
leurs adversaires omariens)
IMPLICATIONS DE LA NOMINATION DES TAR QA
Justement la dénomination du mouvement suscite des controverses et
illustre un premier niveau de difficultés dans approche une tarîqa Pour en
rendre compte il suffit de parcourir quelques écrits consacrés Hamallah
Moreau nous dit il est une branche de la grande Tarîqa Tijânîya ... il
existe pas de tarîqa hamallahiya ... le seul nom précis qui convienne ce
groupe musulman est finalement onze grains Pourtant on consulte
Encyclopédie de Islam on trouve sous la plume de africaniste J.C Froe-
lich 6) un long article intitulé (Hamalliya ou Hamawiya ce qui laisse sous-
entendre (tarîqa hamalliya ou hamaviya De même dans un ouvrage récent
par ailleurs parfois très criticable le R.P Cuoq titre (Hamalliya ou Ha-
mâliyya)) De son côté Alexandre écrit que Hamallah was to become
famous as the shaykh of tidjanisme différencié or tidjanisme réformé later
called tidjanisme onze grains or more plainly and strikingly Hamallism
The terms Hamalliya Hamawiya are seldom found in French sources In the
vernaculars Fulani Soninka Mandinka More etc. the order seems to have
been usually called way Pour savoir comment les adeptes
con oivent et désignent leur affiliation il faudrait une enquête sociologique
étendue aux différentes composantes sociales et intellectuelles du mouvement
Mais on peut dès maintenant se référer aux textes des id sing aasida
composés par un chantre quasi-officiel du groupement Boubakar Lekhèïba
dans un de ses poèmes en langue peule 10) il dit
Nous croyons cette route-là que Cheikhnâ notre cheikh Hamallah nous
montre parce il nous traduit les vingt-trois chart les commandements de la
voie tijânîya)
Donc on doit connaître son maître le maître de son maître Cheikh
Tijânî Il plusieurs wird formules confrériques qui risquent de te dérouter il
ne faut jamais hésiter il ne faut jamais rendre visite un saint quelconque si ce
est Cheikh Tijânî
On voit bien que la référence finale et de base est Cheikh Tijânî mais on ne
peut pas dire grand chose sur cette route-là que Cheikhnâ nous montre sauf
elle se veut proprement tijânî On ne peut pas non plus oublier que la plupart
de ces qasâ id semblent avoir eu une fonction défensive afin attester ortho
doxie et la légitimité du mouvement où appel au fondateur de la tarîqa De
vant ces difficultés saisir origine le statut et importance institutionnelle des
69 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
différentes segmentations socio-religieuses qui ponctuent histoire des confré
ries islamiques on peut être tenté de se tourner vers institution elle-même
slam a-t-il codifié réglementé commenté quelque part le fonctionnement des
turua Il semble bien que tout ce pan on ne peut plus considérable de histoire
et du vécu musulmans ait pas fait objet de textes légiférant et relève essentiel
lement de la pratique et un certain nombre de consensus sociaux et religieux
on consulte un des premiers ouvrages de base 11 compilé la fin du
XIXème siècle Alger par Deponi et Coppolani ce dernier étant le fu
tur conquérant colonial de la Mauritanie on découvre une tentative de mise en
forme systématique de ensemble du fonctionnement mental et organisationnel
des confréries religieuses musulmanes Ainsi sur la question du fractionne
ment des voies qui nous préoccupe les auteurs avancent une distinction entre
tarîqat el ul est-à-dire voies originelles et (tarîqat alfur voies déri
vées des précédentes Les ou de base seraient au nombre de
cinq Qadriya Chadheliya Khelouatiya Naqechabendiya et Saharaouardiya
sic pour le Sahara Dans ce cadre la tarîqa tijânîya ne trouve une place que
comme dérivation de la khaîwatîya ce qui est en soi un sujet de discussion
parmi les orientalistes voir plus loin et une allégation fortement rejetée par les
tijâniîn Mais cette typologie rudimentaire calquée sur le modèle de islam
théologico-juridique usul al qh ne nous dit rien sur les mécanismes de sub
division intérieur et entre les tarîqa
Sans vouloir alourdir trop mais pour avancer vers une conclusion sur ce point
nous voudrions rapporter un extrait entretien que nous avons eu sur ce sujet
avec un lettré mauritanien du centre confrérique des dly Boutilimit qui se
trouve lui aussi dans une position de dérivation intérieur de la plus ancienne
des tarîqa la qadrîya 12)
Question Est-ce au actuellement il des confréries nouvelles qui se créent
en Mauritanie
Réponse Je ne vois que la branche de qadrîya en Mauritanie ne ap
pelle pas la qadrîya mais appelle un autre nom chaque fois elle passe
par un marabout on lui donne le nom de ce marabout Cette confrérie-là qui été
donnée par Mohammed Ali Ali donnée Hasan Basrî et chaque fois
elle arrive uh homme chaque fois que un arrive un degré de sainteté
il la modifie un peu et quand il la modifie il lui donne son nom ce est plus la
voie parce elle été modifiée et cause de cette modification on lui donne son
nom comme Cheikh Abdelqâder Jilânî modifiée il appelle qadrîya et après
il Hasan Chadhilî qui modifiée et la branche de cette qadrîya-ià il appe
lée chddhilîya et Mohammed ben Naser qui modifié aussi chadhilîya donné
nasrîya tout est la même chose ce sont des modifications faites par un mara
bout quand il arrive un degré de sainteté soi-disant il voit Mohammed en rêve
qui lui dit Fais telle chose ou bien il voit en ajoutant cette adoration-là est
mieux il ajoute et après il ne peut plus dire que est qadrîya parce il quel
que chose qui est pas de qadrîya comme par exemple murid le mouridisme
Amadou Bamba) il était de la voie Cheikh Sidîya la voie Cheikh Sidîya elle
était qadrî il fait des modifications et maintenant il ne peut plus dire que est la
voie de Cheikh Sidîya et il appelée murid et quand un type se détache de murid
pour faire autre chose il lui donne son nom Tout cela ce sont les modifications
une seule voie la base est la même
On pourrait donc penser que est le consensus socio-religieux entourant un
personnage religieux qui fonde ses rapports au système des tarîqa Mais quels
70 LES CONFR RIES ISLAMIQUES
seraient alors les critères ou conditions permettant de postuler la création
une branche ou une dérivation et justifiant une nouvelle dénomination
Ou bien encore quelles seraient les conditions du consensus 13)
II FONDATION ET GITIMATION DANS LE SYST ME DES TAR QA
Dans entretien ci-dessus on insiste en même temps que sur le degré de
sainteté sur des modifications introduites dans le fonctionnement de la tarîqa
Dans la pratique ces concernent des détails de la formule rituelle
wird) nombre invocations genre invocations etc Ainsi on vu que la
modification de la tijânîya onze grains concernait la récitation une prière du
wird plus exactement de la wazîfa onze fois au lieu des douze habituelles No
tre interlocuteur de la branche qadrîya-sidîya la question Quelles sont les
modifications que Cheikh Sidîya apportées répondu Vous savez dans
la qadrîya il faut répéter quelques noms Allah cent fois il Cheikh Sidîya
laissé ces noms-là que qadrîya dits et il est allé vers autres noms qui sont
dans les hadîth de Mohammed et il dit il faut ils soient répétés cent fois
il préféré ce dit durant sa vie partir des recueils très sé
rieux comme ceux de Boukt ârï de Mousiim et il préféré cela plutôt que ce qui
été dit par qadrîya seulement
Modifications mineures donc qui permettent et entraînent la création un
nouveau segment tout en restant intérieur de la tarîqa origine Cependant
immédiatement nous vient esprit la polémique autour de la fondation de la
tijânîya un côté on affirme que ensemble du rituel propre la tarîqa été
révélé et dicté Ahmed Tijânî par le Prophète lui-même au cours une vision
ce qui équivaut une fondation absolue un autre côté on avance après ana
lyse de ce rituel et de la biographie de Tijânî que ce dernier avait en réalité
rien fait de plus que adopter les traits caractéristiques de la confrérie des
Khalwat yya en ce qui concerne les rites et les croyances en les altérant quelque
peu souligné par nous pour leur donner sa marque personnelle et pouvoir les
réclamer pour siens 14 où on voit que des modifications mineures peu
vent également déboucher sur la création une tarîqa nouvelle plus personne
ne déniant hui ce statut la tijânîya Ce qui met auteur cité mal
aise car tantôt il parle comme dans le titre de son article de la tarîqa des tijâ-
niyya il se reprend Avant de fonder son propre ordre ou plutôt sa
branche dans cet ordre Ahmad al-Tijânî..
Sur ce point des modifications les onze grains de Cheikh Hamallah posent
une question supplémentaire en effet la modification introduction des onze
grains dans la tijânîya du Sahel soudanais est pas le fait de celui qui popu
larisée au point de lui voir attacher son nom Les minces éléments historiques
dont nous disposons 15 permettent affirmer que la formule des onze grains
été introduite au début du siècle par un représentant de la tijânîya Afrique du
Nord Hamallah été un des disciples de ce Cheikh Sîdî Mohammed ben
bdallah surnommé El Akhdar mort et enterré Nioro en 1909 Logique
ment on aurait dû accoler la pratique des onze grains le nom de Cheikh
Lakhdar Pourquoi alors celui de Hamallah La légende qui est tissée autour
de la rencontre entre les deux hommes en inversant le sens de la relation maître-
disciple pris en compte le problème et lui donné une réponse après cette
légende Cheikh Lakhdar aurait re la mission aller la recherche un Pôle
71 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
qutb et guidé mystérieusement par une lumière nur et par son chameau il se
rait arrivé après vingt-trois années errance Nioro là il découvre le jeune
Hamallah et après lui avoir fait subir une épreuve décisive il voit sa mission
accomplir le qutb recherché est Hamallah Aussitôt dit la légende
Cheikh Sîdî Mohammed Lakhdar agenouillé devant lui et dit maintenant
je ne suis plus ton maître. permets queje sois ton élève ton disciple Moi
étais un simple missionnaire envoyé vers toi Maintenant je veux avoir ta béné
diction adhère ta secte est toi le chef de la secte maintenant 16)
côté du remarquable travail de imaginaire qui joue sur le couple
précurseur-envoyé pour expliquer accroc fait histoire dans le renversement
des rôles on peut retenir de cette légende idée que Cheikh Lakhdar origine
arabe lointaine été un relais vers Afrique sahélo-soudanaise où pro
bablement seule une personnalité autochtone pouvait créer autour elle un con
sensus suffisamment fort et socialement enraciné pour faire démarrer une bran
che modifiée de la tijânîya locale Faut-il voir là non pas une règle absolue mais
fréquente Les fondateurs de tarîqa ou de dérivations sont autre part un
autre part qui peut être ethnique tribal etc ils implantent localement une dy
nastie baraka avant un autre fondateur en puissance vienne autre part
puiser ce nouveau centre ou soit contacté distance Il là une espèce de loi
hétérogénéité socio-culturelle qui paraît nécessaire et qui est un moteur très
important de la diffusion des tarîqa Sans ces greffes permanentes les centres
confrériques dynastiques éteignent au bout de quelques générations voire de
quelques successions avant parfois être rallumés ce qui peut se dire aussi du
renouveau hamalliste par rapport une tijânîya omarienne éteinte Le relais de
Cheikh Sîdî Mohammed jouait aussi en faveur de Hamallah dans un autre sens
fondamental pour idéologie légitimante du Système des tarîqa Par intermé
diaire de ce maître Hamallah atteignait en ligne spirituelle su ila) le fondateur
Cheikh Ahmed Tijânî par seulement deux relais En effet Cheikh Sîdî Moham
med aurait tenu le wird de Cheikh Tahar Bou Tayeb compagnon et disciple di
rect Ahmed Tijânî 17 Cette proximité spirituelle de Hamallah avec le fonda
teur apparaît comme un argument non négligeable pour les populations locales
qui vivent au début du siècle sous autorité spirituelle et temporelle de descen
dants Aï Hadj Omar héritiers indirects et lointains du message tijânî
Dans le même ordre idées Hamallah été crédité du titre de charîf est-
à-dire de descendant du quatrième khalife CA gendre du Prophète Moham
med Ce titre en milieu agro-pastoral saharien et sahélien place son titulaire au
premier rang de la hiérarchie sociale et religieuse ou peut-être de fa on plus pré
cise hors hiérarchie Les groupements de chorfa pi. sont socialement bien ré
pertoriés intérieur de la société maure et Hamallah est rattaché aux chorfa
Ahel Sîdî Chérît de Tichitt agglomération du tiawd mauritanien dont son père
Mohammedou et lui-même étaient originaires Cette légitimation semble être
celle qui eu le plus impact dans la région et dans usage courant si on ne
parle pas de cheikhnâ notre cheikh) on parle de Chérît Hamallah et même tout
simplement de Chérîf chrîv en hassanîya)
Mais tout cela modification apportée au rituel double généalogie spirituelle
et biologique remontant une au fondateur de la tarîqa autre au fondateur de
la religion est-ce suffisant pour créer le consensus confrérique autour un
homme Il faut en effet revenir au degré de sainteté mentionné plus haut Sur
ce point tous les recoupements on peut faire sont unanimes Hamallah se
situe dans la lignée des sufi mystiques du monde musulman Il est fort probable
72 LES CONFR RIES ISLAMIQUES
que ses seuls déplacements de quelque importance auront été ses déportations
Pour le reste il est sans doute jamais sorti de sa zâwiya maison-centre confré-
rique de Nioro-du-Sahel entre 1909-1910 date où il succède Cheikh Sîdî
Mohammed Lakhdar la tête des onze grains et 1925 date de sa déportation
en Mauritanie-Côte Ivoire et de 1936 retour de déportation en 1941
date de son exil définitif en France où il meurt en 1943 Les témoignages directs
que nous avons recueillis en 1979 au Mali décrivent un homme qui passe son
temps en prière qui prolonge celles qui sont obligatoires en ajoutant des
ou en priant en silence qui passe le plus clair de ses nuits prier et qui durant
tout le mois de Ramadan reste presque continuellement en prière sans on le
voie même intérieur de sa zâwiya 18 La renommée religieuse de Hamallah
est alimentée de cette attitude de retraite mystique et son caractère de waîî
saint ne fait aucun doute pour ses disciples et adeptes Il faut dire par paren
thèses que la réclusion de Hamallah permettait une administration coloniale
soup onneuse et sur le qui-vive de développer librement toutes sortes de fantas
mes sur les activités subversives secrètes du chérif Cela ne fut pas sans con
séquence surtout si on ajoute comme on le verra plus loin absence de leader
ship organisationnel dans le mouvement Et puis les témoignages de ceux qui
ont connu et approché font ressortir un charisme personnel indéniable auquel
son jeune âge une vingtaine années la succession de Cheikh Lakhdar
ajoute encore le stéréotype du chef un mouvement religieux est en effet plutôt
celui un cheikh au sens premier du mot est-à-dire une personne âgée Et
on peut dire que dans ces sociétés où autorité passe abord par les classes
âge entreprise du jeune Hamallah pouvait avoir un aspect provocateur vis-à-
vis des autorités religieuses en place qui elles répondaient mieux au critère de
la gérontocratie Situation ailleurs non exceptionnelle dans le monde confréri-
que sahélo-saharien si on se reporte par exemple aux débuts de la carrière de
Cheikh Sîdî Mokhtâr El Kuntî al Kabîr) le grand propagateur de la qadrîya
dite justement kunta The enemies perceived in this young man di
rect threat to their hereditary influence nous dit A.A Bat an agissant des
traditional ulamâ de la région du Tagant Mauritanie 19)
Mais une remarque de Marty qui rencontré Hamallah avant 1920 et
une réaction de Hamallah lui-même nous font penser que si au départ il est
bien question de jeunesse âge par la suite il faut plutôt admettre que Hamal
lah continué présenter une apparence de jeunesse qui frappait ses inter
locuteurs Grand mince figure jeune rasée ou imberbe et complètement
noire il donne impression un adolescente souligné par nous nous rapporte
Marty 20 Et quelques années plus tard en décembre 1925 lorsque Hamal
lah arrive Bamako sur convocation du Gouverneur Terrassen de Fougères
qui va lui signifier son exil il est pris en surveillance par le commissaire de po
lice de la ville ce dernier est extrêmement étonné la vue du Cheikh Nous
nous croyions que Hamallah était un grand un de déjà âgé un vieux
un peu gros mais il est jeune il est jeune Et la réaction de Hamallah Ché
rif dit Je suis plus vieux que lui 21)
propos du caractère mystique et charismatique du personnage il faut
faire des remarques Très souvent les cheikh qui sont la tête une tarîqa ou
une de ses branches consacrent une partie de leur temps enseigner Ensei
gnement portant sans doute sur la mystique et la tarîqa elle-même mais aussi
sur les matières islamiques habituelles exégèse droit grammaire etc Tel était
le cas des Cheikh Kunta auxquels on vient de faire allusion et le cas de leurs
73 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
disciples les Cheikh Sidîya Rien de cela chez Hamallah ni dans sa zâwiya II ne
donne aucun enseignement ni coranique ni supérieur note encore Marty
où très vite la renommée chez ses détracteurs de un de pas très ins
truit et même illettré pour certains de ses jeunes disciples aujourdhui qui
nous ont dit Hamallah avait effectivement rien intellectuel mais les té
moignages ne manquent pas sur son instruction Celui que nous avons sur la fin
de sa déportation en Mauritanie Mederdra parle de cinq ou six caisses de li
vres accumulées durant les cinq ans exil Quant idée un illettré elle sem
ble plutôt devoir être rattachée cette volonté plus ou moins inconsciente de
voir se répéter un certain modèle religieux en occurrence celui du Prophète
Mohammed déclaré illettré par toute une tradition 22 En tout cas le fait est
que contrairement la majorité des chefs de confréries ou autres leaders reli
gieux Afrique occidentale nous ne possédons aucun écrit notable de Cheikh
Hamallah Ceci vient renforcer si était nécessaire image un homme avant
tout mystique mais autre part absence écrits rend plus délicate analyse
des idées et des sentiments on lui prêtés ainsi son mouvement
Voilà donc certains points appui que nous pouvons relever lorsque nous
nous demandons ce qui pu permettre de créer un consensus socio-religieux au
tour de la personne de Hamallah et de sa voie des onze grains Modification du
rituel tijânî reprise en compte lien spirituel étroit avec le fondateur Tijânî par
intermédiaire un envoyé prétention la descendance directe du Prophète
état de suf et de âlî personnalité charismatique
III AU-DEL DE LA TAR QA
Ces points appui ces conditions de légitimation un courant confrérique
nouveau doivent leur tour être réinsérés dans un ordre explication plus large
pour il soit possible de comprendre non seulement la naissance et le succès
du mouvement mais aussi ses fonctions et sa nature Notre propos est pas de
développer cette analyse qui nécessite un approfondissement historique des so
ciétés sahéliennes avant et aux débuts de la colonisation On peut cependant
titre indicatif signaler entre autres intervention des facteurs suivants
émiettement la division et la perte de crédibilité des successeurs de la tîjân-
îya Aï adj Omar représentants du côté soudanais de islam officiel au
pouvoir
concrétisation de cette faillite installation un pouvoir étranger colonial
avec lequel les manens composent pour conserver les restes de leur assise
politico-religieuse
les conséquences de installation du pouvoir colonial sur les rapports entre
classes sociales sur les chefferies sur esclavage etc. créant la fois des mou
vements sociaux et des blocages politiques
état endémique de rébellion les réquisitions de récoltes la monétarisation
du circuit gouvernemental de taxes impôts les enrôlements militaires de 1915
et 1918 tous éléments responsables un climat oppression et de crises ali
mentaires graves
74 LES CONFR RIES ISLAMIQUES
action systématique anti-hamalliste de administration fran aise qui cris
tallise autour du Cheikh les sentiments divers opposition de résistance et de
contestation du pouvoir la fois étranger et non musulman
la position socio-économique stratégique de Nioro-du-Sahel au centre de
courants échanges entre agriculteurs du sud et éleveurs-transporteurs du nord
impliquant une possibilité unification idéologique entre éléments de la société
maure arabophone et négro-africains des sociétés soninké peule et bambara en
tre autres dans ce cadre on peut souligner la double appartenance ethnique de
Cheik Hamallah de père bizânî maure et de mère peule
On devine évocation rapide de la situation du Sahel soudanais au mo
ment de installation coloniale que se Sont engouffrées dans le mouvement au
tour de Cheikh Hamallah des forces religieuses sociales politiques de diffé
rents niveaux et de différentes natures trouvant là un cadre suffisamment large
et ouvert et une occasion propice pour pouvoir exprimer et occasion agir
En fait face un pouvoir une dimension géographique A.O.F. et socio-
politique nouvelle après écroulement des pouvoirs locaux et inadéquation
soudaine des structures sociales en place cadre villageois ou tribal) la tarîqa
peut apparaître comme une tentative de réorganisation sociale une échelle su
périeure transethnique et plus tard transnationale sorte de réponse la nouvelle
surface politique et sociale occupée par Etat colonial Par ailleurs en tant que
mouvement religieux un peuple opprimé 23) elle est le seul type organi
sation pouvoir posséder un cadre social autonome et légitime aux yeux du co
lonisateur Bien entendu il faut se garder de toute conclusion hâtive sur le ni
veau de conscience et sur unité du mouvement prisonnier des limites notam
ment idéologiques déterminées par le type de groupements qui le compose
échec viendra ailleurs de impossibilité de dépasser certaines de ces limites
les clivages tribaux chez les éleveurs maures en occurrence
En conséquence il faut selon nous pour se prononcer sur la question de la
fondation une tarîqa ou une dérivation ou un mouvement un autre
type tenir compte non seulement une série de critères variables mais en
nombre limité débouchant sur légitimation ordre islamique et sur la
constitution de idéologie même du groupe mais tenir compte aussi des situa
tions sociologiques plus larges qui font que le mouvement ou bien ne se consti
tue pas ou bien reste confiné dans la routine des succursales confrériques ou
bien au contraire constitue par exemple un courant ordre plutôt messianique
ce qui fut le cas du hamallisme Les rivalités politico-religieuses avec les Oma-
riens encore en place les compétitions tribales la lisière du Sahara les reven
dications plus ou moins latentes des classes jusque là opprimées tout cela qui
rien exceptionnel est transformé en des affrontements inattendus par
tir du moment où le nouveau pouvoir étatique est intervenu de fa on massive et
partisane Usant en effet du droit de violence légitime des Etats modernes
bloquant tous les mécanismes politiques propres régler les conflits dans ce
type de société segmentaire administration coloniale transformé ce qui au
rait pu être un paisible courant confrérique en un messianisme cachant
peine ce que le religieux pouvait signifier de politique
On se trouve finalement en présence un phénomène tarîqa aux effets so
ciaux et politiques inattendus Mais est-ce que cet inattendu ne fait pas partie in
tégrante des tarîqa lorsque ces dernières laissent béantes toutes sortes de poten
tialités dans leur recrutement dans leur organisation dans leur fonctionne-
75

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi