Estimation et expression de la ressemblance et de la différence entre pairs - article ; n°4 ; vol.86, pg 527-550

De codol (auteur)
Publié par

L'année psychologique - Année 1986 - Volume 86 - Numéro 4 - Pages 527-550
Summary : Evaluation and expression of similarities and differences between peers.
After having specified the names of the two classmates they knew the best, 170 boys and girls, aged 17 to 22, were asked both to compare themselves to each of these two classmates, and to compare the two classmates to each other, stating differences as well as similarities. In each case the subject was to make the comparisons : a) by giving an overall estimation of the degree of similarity (graded on a scale) ; and b) by freely expressing « whatever cornes to your mind » in the way of similarities and differences between the persons being considered.
For each situation, three experimental groups were defined according to the reference point proposed for the comparison. For example, when the subjects were to compare themselves to person P, the question was either « What makes you different from person P ? » (the other person being the comparison reference point), or « what makes person P different from you ? » (the subject himself is the reference point), or « What makes you and the other person different from each other ? » (no specified reference point).
The quantitative analysis of the results showed in particular that :
— subjects are more sensitive to differences between people than they are to their similarities ;
¦— positivity towards others is an important factor in the assertion of similarities and differences, and can go as far as to reverse the usual effects of categorical differentiation ; — specifying a reference point affects the perception of similarities and differences when the subject himselfis one of the persons being compared. In particular, self-reference increases the degree of similarity perceived, and the expression of resemblances ; and decreases the expression of differences. The results are the exact opposite when the other person is the reference point.
The qualitative analysis of the free descriptions made by the subjects divided their responses into three main categories : personality or behavioral aspects; opinions, tastes and aspirations; and objective factual characteristics.
Results indicate that personality and behavioral aspects almost always oppose opinions, tastes, and aspirations. The former appear in particular to be more essential to the feeling of personal identity than the latter. For example, although subjects most often express their differences from others in terms of the way they are and they act, they most often express similarities between people in terms of ways of thinking and judging.
And lastly, regardless of the category of characteristics used, the lack of an explicit referent in comparisons involving the subject produces effects similar to those produced by self-referenced comparisons, effects which are generally the reversal of those produced during reference to others. This may be interpreted as a cue to a spontaneous self-centering schema, some of whose effects are brought out in this article.
Key Words : interpersonal comparison, reference point, personal identity, self-centering schema.
Résumé
Ayant indiqué les noms des deux camarades de leur classe qu'ils connaissaient le mieux, 170 garçons et filles de 17 à 22 ans devaient, d'une part, se comparer eux-mêmes à chacune de ces deux personnes, et d'autre part comparer ces personnes entre elles, à la fois du point de vue de leurs différences et de leurs ressemblances. Dans chaque cas, les comparaisons étaient effectuées : a) par une estimation globale du degré de similitude (note sur une échelle) ; et b) par l'expression libre, de la part des sujets, de « toutes les idées leur venant à l'esprit » concernant les ressemblances et les différences entre les personnes considérées.
Dans chaque situation, trois groupes expérimentaux étaient constitués selon le point de référence proposé pour la comparaison. Par exemple, dans les situations où les sujets avaient à effectuer une comparaison entre eux-mêmes et une personne P, la question pouvait être du type : « Qu'est-ce qui vous distingue de P ? » (l'autre personne P étant alors le point de référence de la comparaison) ; ou bien : « Qu'est-ce qui distingue P de vous- même ? » (le sujet étant alors lui-même le point de référence de la comparaison) ; ou bien encore : « Qu'est-ce qui vous distingue l'un de l'autre » ? (comparaison sans réfèrent spécifié).
Les résultats sont analysés quantitativement et qualitativement selon trois perspectives : la sensibilité relative des sujets à la différence et à la similitude interpersonnelle ; les effets de l'implication des sujets dans la situation et l'importance du point de référence de la comparaison.
Mots clés : Comparaison interpersonnelle, point de référence, identité personnelle, schème d'autocenlration.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 27 novembre 2011
Lecture(s) : 49
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement

Jean-Paul Codol
Estimation et expression de la ressemblance et de la différence
entre pairs
In: L'année psychologique. 1986 vol. 86, n°4. pp. 527-550.
Citer ce document / Cite this document :
Codol Jean-Paul. Estimation et expression de la ressemblance et de la différence entre pairs. In: L'année psychologique. 1986
vol. 86, n°4. pp. 527-550.
doi : 10.3406/psy.1986.29169
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1986_num_86_4_29169Abstract
Summary : Evaluation and expression of similarities and differences between peers.
After having specified the names of the two classmates they knew the best, 170 boys and girls, aged 17
to 22, were asked both to compare themselves to each of these two classmates, and to compare the
two classmates to each other, stating differences as well as similarities. In each case the subject was to
make the comparisons : a) by giving an overall estimation of the degree of similarity (graded on a scale)
; and b) by freely expressing « whatever cornes to your mind » in the way of similarities and differences
between the persons being considered.
For each situation, three experimental groups were defined according to the reference point proposed
for the comparison. For example, when the subjects were to compare themselves to person P, the
question was either « What makes you different from person P ? » (the other person being the
comparison reference point), or « what makes person P different from you ? » (the subject himself is the
reference point), or « What makes you and the other person different from each other ? » (no specified point).
The quantitative analysis of the results showed in particular that :
— subjects are more sensitive to differences between people than they are to their similarities ;
¦— positivity towards others is an important factor in the assertion of similarities and differences, and
can go as far as to reverse the usual effects of categorical differentiation ; — specifying a reference
point affects the perception of similarities and differences when the subject himselfis one of the persons
being compared. In particular, self-reference increases the degree of similarity perceived, and the
expression of resemblances ; and decreases the expression of differences. The results are the exact
opposite when the other person is the reference point.
The qualitative analysis of the free descriptions made by the subjects divided their responses into three
main categories : personality or behavioral aspects; opinions, tastes and aspirations; and objective
factual characteristics.
Results indicate that personality and behavioral aspects almost always oppose opinions, tastes, and
aspirations. The former appear in particular to be more essential to the feeling of personal identity than
the latter. For example, although subjects most often express their differences from others in terms of
the way they are and they act, they most often express similarities between people in terms of ways of
thinking and judging.
And lastly, regardless of the category of characteristics used, the lack of an explicit referent in
comparisons involving the subject produces effects similar to those produced by self-referenced
comparisons, effects which are generally the reversal of those produced during reference to others. This
may be interpreted as a cue to a spontaneous self-centering schema, some of whose effects are
brought out in this article.
Key Words : interpersonal comparison, reference point, personal identity, self-centering schema.
Résumé
Ayant indiqué les noms des deux camarades de leur classe qu'ils connaissaient le mieux, 170 garçons
et filles de 17 à 22 ans devaient, d'une part, se comparer eux-mêmes à chacune de ces deux
personnes, et d'autre part comparer ces personnes entre elles, à la fois du point de vue de leurs
différences et de leurs ressemblances. Dans chaque cas, les comparaisons étaient effectuées : a) par
une estimation globale du degré de similitude (note sur une échelle) ; et b) par l'expression libre, de la
part des sujets, de « toutes les idées leur venant à l'esprit » concernant les ressemblances et les
différences entre les personnes considérées.
Dans chaque situation, trois groupes expérimentaux étaient constitués selon le point de référence
proposé pour la comparaison. Par exemple, dans les situations où les sujets avaient à effectuer une
comparaison entre eux-mêmes et une personne P, la question pouvait être du type : « Qu'est-ce qui
vous distingue de P ? » (l'autre personne P étant alors le point de référence de la comparaison) ; ou
bien : « Qu'est-ce qui distingue P de vous- même ? » (le sujet étant alors lui-même le point de référence
de la comparaison) ; ou bien encore : « Qu'est-ce qui vous distingue l'un de l'autre » ? (comparaison
sans réfèrent spécifié).
Les résultats sont analysés quantitativement et qualitativement selon trois perspectives : la sensibilitérelative des sujets à la différence et à la similitude interpersonnelle ; les effets de l'implication des sujets
dans la situation et l'importance du point de référence de la comparaison.
Mots clés : Comparaison interpersonnelle, point de référence, identité personnelle, schème
d'autocenlration.L'Année Psychologique, 1986, 86, 527-550
Centre de Recherches en Psychologie cognitive
associé au CNRS
Université de Provence1
ESTIMATION ET EXPRESSION
DE LA RESSEMBLANCE
ET DE LA DIFFÉRENCE ENTRE PAIRS
par Jean-Paul Godol
SUMMARY : Evaluation and expression of similarities and differences
between veer*.
After navmg specified the names of the two classmates they knew the
best, 170 boys and girls, aged 17 to 22, were asked both to compare thems
elves to each of these two classmates, and to compare the two classmates
to each other, stating differences as well as similarities. In each case the
subject was to make the comparisons : a) by giving an overall estimation
of the degree of similarity (graded on a scale) ; and b) by freely expressing
« whatever comes to your mind » in the way of similarities and differences
between the persons being considered.
For each situation, three experimental groups were defined according
to the reference point proposed for the comparison. For example, when
the subjects were to compare themselves to person P, the question was either
« What makes you different from person P ? » (the other person being the
comparison reference point), or « what makes person P different from you ? »
(the subject himself is the reference point), or « What makes you and the
other person different from each other ? » (no specified reference point).
The quantitative analysis of the results showed in particular that :
— subjects are more sensitive to differences between people than they are
to their similarities ;
■ — positivity towards others is an important factor in the assertion of
similarities and differences, and can go as far as to reverse the usual
effects of categorical differentiation ;
1. 29, avenue R. Schuman, 13621 Aix-en-Provence. 528 J.-P. Codol
— specifying a reference point affects the perception of similarities and
differences when the subject himself is one of the persons being compared.
In particular, self- reference increases the degree of similarity perceived,
and the expression of resemblances ; and decreases the expression of
differences. The results are the exact opposite when the other person
is the reference point.
The qualitative analysis of the free descriptions made by the subjects
divided their responses into three main categories : personality or beha
vioral aspects; opinions, tastes and aspirations ; and objective factual
characteristics.
Results indicate that personality and behavioral aspects almost always
oppose opinions, tastes, and aspirations. The former appear in particular
to be more essential to the feeling of personal identity than the latter. For
example, although subjects most often express their differences from others
in terms of the way they are and they act, they most often express similarities
between people in terms of ways of thinking and judging.
And lastly, regardless of the category of characteristics used, the lack
of an explicit referent in comparisons involving the subject produces
effects similar to those produced by Self-referenced comparisons, effects
which are generally the reversal of those produced during reference to
others. This may be interpreted as a cue to a spontaneous self-centering
schema, some of whose effects are brought out in this article.
Key Words : interpersonal comparison, reference point, personal
identity, self-centering schema.
INTRODUCTION
1. La perception des relations de similitude et de différence
entre les personnes a une longue histoire en psychologie sociale,
où elles ont le plus souvent été envisagées dans leurs rapports
avec l'attraction interpersonnelle (Codol, 1984 b, c): Depuis
une dizaine d'années, c'est plutôt dans le cadre de théories
sur l'établissement et la défense des identités personnelles ou
collectives qu'ont été entreprises des recherches dans ce domaine.
On s'y efforce notamment de montrer en quoi, et comment, le
sentiment de la ressemblance et de la différence entre pairs est
significatif d'une quête identitaire (Codol, 1979, 1981, 1982 ;
Godol et Jarymowicz, 1984). Dans cette perspective, un certain
nombre de données semblent maintenant bien établies :
1.1. Il y a, en tout cas dans notre culture, une forte sensibil
ité des individus au thème de leur propre différence par rapport
à autrui. Ainsi par exemple tendent-ils généralement à surestimer Ressemblance et différence entre pairs 529
la différence qui les sépare des autres, en regard de la différence
réelle, et corrélativement à déprécier leur similitude objective.
Cette dépréciation est d'ailleurs d'autant plus forte que le degré
de similitude objective est élevé (Jarymowicz et Codol, 1979).
Ainsi, encore, est-il constant qu'ils s'expriment davantage et
plus longuement sur le thème de leur différence personnelle
qu'ils ne le font sur le de leur similitude à autrui
(Codol, 1979 ; cf. aussi 1984 b pour d'autres recherches).
Ce sentiment de différence s'exprime à travers de nom
breux comportements (Ziller, 1964 ; Maslach, 1974 ; Lemaine,
Kastersztein et Personnaz, 1978 ; Snyder et Fromkin, 1980)
qui sont eux-mêmes indicateurs de la quête d'une reconnaissance
sociale de la différence. De façon générale, l'invisibilité sociale
est un état vécu comme peu satisfaisant parce qu'il contrarie
le sentiment d'identité et de singularité personnelle de chacun.
La quête de la différenciation n'est cependant ni aveugle ni
illimitée : on évite ainsi de manifester sa singularité lorsqu'elle
est susceptible d'altérer l'image que l'on a et que l'on veut donner
de soi-même (Codol, 1975).
1.2. En fait il semble bien au total que la recherche de la
différence comme l'acceptation de la similitude sont l'une et
l'autre dans un rapport essentiel avec l'affirmation personnelle
et la reconnaissance d'une certaine image de soi. La similitude
est ainsi d'autant mieux acceptée :
a) Qu'elle valorise le sujet lui-même plutôt qu'elle ne le
dévalorise. A cet égard, la plus ou moins grande positivité de
l'image que le sujet a des personnes auxquelles il se compare
est un facteur important. Globalement, un sujet accepte plus
facilement sa similitude à autrui si celui-ci lui apparaît comme
possédant des caractéristiques désirables plutôt qu'indésirables.
b) Qu'elle permet à un sujet de s'affirmer soi-même à ses
propres yeux comme aux yeux d'autrui. Ici, l'un des détermi
nants majeurs est sans doute le point de référence de la compar
aison qui aboutit au diagnostic de la similitude. Est-ce le sujet
qui est semblable à autrui, ou est-ce autrui qui est semblable
au sujet ? De nombreux résultats font apparaître que la simi
litude est mieux acceptée dans le second cas que dans le premier.
Dans celui-là en effet, la comparaison « affirme » le sujet et
définit autrui par rapport à lui ; dans l'autre, elle affirme d'abord
autrui et ne définit le sujet qu'en référence à cet autrui. Le sen-
B1BU0THÈQUE
H. PiERON
28, rue Serpente
7 5 GO 6 PARIS ' 530 J.-P. Codol
timent de la différence passe par un processus inverse : les résul
tats des recherches montrent que les individus considèrent
généralement qu'ils diffèrent eux-mêmes des autres davantage
que les autres ne d'eux-mêmes. Ainsi, alors que les
sujets n'acceptent leur similitude que lorsqu'ils en sont eux-
mêmes les modèles, ils attestent au contraire leur propre di
fférence plus qu'ils n'attestent la différence d'autrui. Ici encore,
l'affirmation de soi-même semble au cœur de ces phénomènes.
1.3. D'autres données relient le sentiment de la ressem
blance et de la différence entre personnes à ces phénomènes
fondamentaux de toute appréhension cognitive catégorielle que
sont l'assimilation et le contraste. La littérature abonde de
vérifications expérimentales qui montrent que le classement
d'objets différents dans une même catégorie accentue la simi
litude perçue de ces objets (assimilation), alors que, classés dans
des catégories distinctes, il y a au contraire une accentuation
cognitive de leurs différences (contraste).
Or, la distinction soi/autrui peut précisément être considérée
comme l'une des formes fondamentales de catégorisation entre
les personnes. Elle doit donc conduire à surestimer à la fois les
différences entre ces catégories que sont « moi » et « les autres »,
et les ressemblances à l'intérieur des catégories (notamment
entre les différents autres). Dans cette perspective, en parti
culier, la similitude qu'un sujet perçoit entre les personnes d'un
même ensemble doit être plus faible s'il est lui-même impliqué
dans l'ensemble considéré que s'il ne l'est pas.
L'importance — signalée plus haut — pour les jugements de
similitude et de différence interpersonnelles, du point de réf
érence utilisé dans la comparaison effectuée, n'est sans doute pas
sans lien avec les phénomènes d'assimilation et de contraste
issus de la différenciation catégorielle. Si les sujets acceptent
mieux leur similitude à autrui lorsque celle-ci est définie en
référence à eux-mêmes plutôt que lorsqu'elle est en à autrui, peut-être est-ce en raison d'une tendance
générale à percevoir autrui comme appartenant à la même
« catégorie » que soi-même, alors que l'on ne se percevrait pas
soi-même comme appartenant à la même catégorie qu'autrui.
Il s'agirait alors de la manifestation d'un processus fondamental
d' « assimilation égocentrée » dont la littérature en psychologie
sociale offre de très nombreux exemples. Dans l'appréhension Ressemblance et différence entre pairs 531
cognitive de soi-même chacun aurait ainsi tendance, en quelque
sorte, à avoir une conception « prototypique » de soi.
Une recherche peut illustrer ce point (Hardoin et Codol, 1984).
Des sujets avaient à effectuer successivement deux tâches de
descriptions libres de personnes : une autodescription et la
description d'une personne stimulus. L'analyse des réponses a
fait apparaître une nette asymétrie dans l'influence de la pre
mière description effectuée sur la seconde, selon que les sujets
s'étaient d'abord autodécrits, ou au contraire qu'ils avaient
d'abord décrit la personne stimulus. Dans le premier cas, les
sujets utilisaient pour l'autre personne des traits de même
nature que ceux qu'ils avaient utilisés pour eux-mêmes. Dans
le deuxième cas, en revanche, les sujets utilisaient pour eux-
mêmes d'autres types de descripteurs que ceux avec lesquels
ils avaient précédemment caractérisé l'autre personne. Nous
avons interprété ces résultats comme illustrant comment, en
rapportant les autres à soi-même, chacun a tendance à se consi
dérer comme modèle, et comment, en revanche, il s'efforce de
se différencier des modèles d'autrui.
On voit en quoi les phénomènes d'assimilation et de contraste
issus de la différenciation catégorielle peuvent ainsi être liés à
l'affirmation personnelle, et exprimer une quête identitaire.
2. Quoi qu'il en soit, l'ensemble de ces hypothèses (sensi
bilité relative à la différence et à la similitude ; effets de l'impli
cation du sujet dans la comparaison ; importance du point de
référence de l'estimation, etc.) a déjà fait l'objet de tests au
cours de deux recherches qui ont précédé celle que l'on va
rapporter ici.
2.1. Dans la première, portant sur 275 étudiants (Godol,
1984 a), les sujets étaient répartis au hasard dans des groupes
expérimentaux différenciés selon la question posée : dans un
premier groupe, chaque sujet devait dire s'il pensait qu'en
général « les autres étudiants se ressemblent entre eux, ou non »
(sujet non impliqué dans la comparaison). Dans les trois autres
groupes, chaque sujet devait se comparer personnellement aux
autres étudiants (sujet impliqué dans la comparaison). Ces
groupes différaient selon la formulation utilisée dans la question,
formulation qui soit spécifiait un point de référence dans la
comparaison (le sujet lui-même ou les autres étudiants), soit 532 J.-P. Codol
n'en spécifiait pas. Pour la moitié des groupes, les questions
posées concernaient l'estimation d'une ressemblance ; pour l'autre
moitié, l'estimation d'une différence.
Les résultats montraient que :
— lorsqu'aucun point de référence n'était spécifié dans la
comparaison, les sujets tendaient à percevoir moins de re
ssemblance, et plus de différence, s'ils étaient eux-mêmes
personnellement impliqués que s'ils ne l'étaient pas ;
— la spécification d'un point de référence dans la comparaison
modifiait la perception du niveau des relations de similitude
et de différence entre soi et autrui : les sujets acceptaient
mieux leur similitude à autrui lorsque celle-ci était définie
en référence à eux-mêmes (« les autres me ressemblent »)
plutôt que le contraire (« je ressemble aux autres »). A
l'inverse, ils affirmaient davantage de différence lorsque
celle-ci était définie en référence aux autres (« je suis différent
des autres ») plutôt que lorsqu'elle était définie en référence à
eux-mêmes (« les autres sont différents de moi »).
Toutes ces données allaient dans le sens des hypothèses
faites et confirmaient les résultats précédemment obtenus. On
pouvait néanmoins s'interroger sur leur portée. Dans cette
expérience, en effet, les comparaisons se situaient dans le cadre
très général d'une catégorie sociale large (les étudiants), et
les estimations de similitude données par les sujets étaient très
globales.
2.2. Aussi a-t-on testé le même type d'hypothèses dans
la condition plus concrète d'un groupe réel — équipe sportive
en compétition — (et non plus d'une catégorie sociale). Les
sujets avaient à y estimer, sur un ensemble de traits pouvant
qualifier des sportifs, la similitude les liant non plus globalement
à un ensemble de personnes, mais à une seule, personne ano
nyme, à propos de laquelle le sujet disposait néanmoins d'un
certain nombre d'informations (partenaire d'équipe ou advers
aire, réponses à un questionnaire d'autocaractérisation).
Les résultats indiquaient une similitude perçue plus forte
lorsque le point de référence de la comparaison était le sujet lui-
même plutôt que l'autre personne, résultat conforme aux don
nées de l'expérience précédente. Ils indiquaient aussi que la
similitude perçue par un sujet entre lui-même et un autre joueur Ressemblance et différence entre pairs 533
était d'autant plus faible qu'il avait lui-même gagné son match
et que l'autre était un adversaire (et avait donc perdu). On a
vu dans ce résultat l'effet de la positivité des images de soi et
d'autrui sur l'estimation de la similitude.
3. C'est un même ensemble d'hypothèses qu'afîn d'en mieux
cerner la généralité on a voulu tester dans l'expérience suivante
qui diffère des précédentes sur plusieurs points remarquables :
a) Tout d'abord, elle concerne, au sein de groupes réels
(classes d'élèves), des personnes parfaitement définies, bien
connues des sujets antérieurement à l'expérience — et non des
catégories sociales ou des anonymes.
b) Par ailleurs, la quasi-totalité des résultats obtenus dans
tous les domaines précédemment cités sont issus de travaux
dans lesquels les sujets avaient à estimer (généralement par
l'attribution de notes sur des échelles) le degré de ressemblance
et de différence entre des personnes données. Très peu de recherches
ont utilisé comme indice comportemental l'expression libre des
sujets à cet égard2. Or, une telle technique peut présenter un
double intérêt :
— quantitativement, elle doit être significative du degré de
sensibilisation des sujets aux relations de similitude ou de
différence. De ce point de vue, elle doit permettre de tester
autrement la généralité des résultats obtenus par des tech
niques d'estimation simple ;
— ■ qualitativement, elle doit apporter d'intéressantes informat
ions sur les modalités et les formes perçues de ressemblances
et de différences, pouvant varier selon les conditions, entre
les personnes considérées.
Ainsi, dans l'expérience suivante, les sujets n'ont-ils plus
seulement à estimer, par une note sur une échelle, la similitude
qui les lie globalement à un ensemble de personnes, ou à une
personne unique, mais également à exprimer librement ce en
quoi ils ressemblent et diffèrent d'autrui.
c) Enfin, contrairement aux recherches précédentes, cette
estimation et cette expression par les sujets concernent non
seulement leurs propres rapports à d'autres personnes, mais
également les rapports que ces dernières entretiennent entre elles.
2. On trouvera une exception dans Codol, 1979, p. 241 et "s.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos