La fonction de production de Cobb-Douglas et l'évaluation des paramètres de croissance en économie soviétique. - article ; n°2 ; vol.12, pg 79-87

De henri dunajewski (auteur)
Revue d’études comparatives Est-Ouest - Année 1981 - Volume 12 - Numéro 2 - Pages 79-87
The Cobb-Douglas Production Function and Evaluation of the Parameters of Growth in the Soviet Economy.
The author examines the Cobb-Douglas function, and questions its relevance as applied to analysis of the Soviet economy. The tacit assumption underlying the Cobb-Douglas function is that the substitution of capital and labour is regulated by the free movement of prices. The relative scarcity of a given factor leads automatically to a vice in its price, and causes a displacement of preferences towards another factor which is relatively less scarce, and whose price is therefore more accessible. This sort of adjustment being continuous the prices of factors are in inverse proportion to their relative scarcity. In cases where the Cobb- Douglas function, by reference to its elasticity coefficients, is used to analyse capital productivity or the return to labour, the relationship to the market value of the factors is perfectly clear.
This is not the case with the Soviet economy. A rigid price system does not reflect relative scarcities of the factors. The same elasticity coefficients are no longer related to market values, but to those which the central planning body has arbitrarily assigned to them. In these circumstances the separation and assessment in terms of value of the factors of capital and labour, has no particular significance. The author defines homogeneous production function with a perfect elasticity of substitution where the two factors are considered to be one. He tried 7 regression equations, one linear. He found that the formula Q = 0.30647 (KL) 0.60351 relating to the period 1961 to 1979 describes the long-term growth of the USSR with a precision notably superior to that obtained hitherto. The square of the correlation coefficient which characterises the above formula is equal to 0.99696.
L'auteur analyse la fonction de Cobb-Douglas et met en question le bien-fondé de son application à l'économie soviétique. L'hypothèse tacite qui est à la base de cette fonction admet que la substitution entre les facteurs « capital » et « travail » est régie par un jeu libre des prix. La rareté relative d'un facteur fait automatiquement augmenter son prix et glisser les préférences de substitution vers celui qui est relativement moins rare et dont le prix est plus abordable. Ce type de glissement, étant perpétuel, assure que les prix des facteurs sont inversement proportionnels à leurs raretés relatives. Lorsque la fonction de Cobb-Douglas apporte, grâce à ses coefficients d'élasticité, des renseignements sur la productivité du capital ou sur le rendement du travail, la référence de la valeur marchande des facteurs est claire et nette.
Tel n'est pas le cas de l'économie soviétique. Les prix rigides n'y reflètent pas les raretés relatives des facteurs. Les mêmes coefficients d'élasticité n'ont plus comme référence les valeurs marchandes mais celles que le planificateur central a bien voulu arbitrairement leur affecter. Dans ces conditions, la séparation et l'appréciation en valeur des facteurs «capital» et «travail» n'a pas de signification particulière.
L'auteur définit une fonction homogène de production à élasticité parfaite de substitution où les deux facteurs sont considérés comme un seul. Essayant 7 équations de régression, dont une linéaire et six non linéaires, il trouve que la formule Q = 0,30647 (KL)».60351 correspondant à la période 1961-1979 décrit la croissance économique de l'U.R.S.S. à long terme avec une précision nettement supérieure à celle obtenue jusqu'à présent. Le carré du coefficient de corrélation caractérisant la formule proposée est égal à 0,99696.
9 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 13 décembre 2011
Lecture(s) : 608
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Monsieur Henryk Dunajewski
La fonction de production de Cobb-Douglas et l'évaluation des
paramètres de croissance en économie soviétique.
In: Revue d’études comparatives Est-Ouest. Volume 12, 1981, N°2. pp. 79-87.
Citer ce document / Cite this document :
Dunajewski Henryk. La fonction de production de Cobb-Douglas et l'évaluation des paramètres de croissance en économie
soviétique. In: Revue d’études comparatives Est-Ouest. Volume 12, 1981, N°2. pp. 79-87.
doi : 10.3406/receo.1981.2341
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/receo_0338-0599_1981_num_12_2_2341
Abstract
T
h
e
C
o
b
b
-
D
o
u
g
l
a
s
P
r
o
d
u
c
t
i
o
n
F
u
n
c
t
i
o
n
a
n
d
E
v
a
l
u
a
t
i
o
n
o
f
t
h
e
P
a
r
a
m
e
t
e
r
s
o
f
G
r
o
w
t
h
i
n
t
h
e
S
o
v
i
e
t
E
c
o
n
o
m
y
.
The author examines the Cobb-Douglas function, and questions its relevance as applied to analysis of
the Soviet economy. The tacit assumption underlying the Cobb-Douglas function is that the substitution
of "capital" and "labour" is regulated by the free movement of prices. The relative scarcity of a given
factor leads automatically to a vice in its price, and causes a displacement of preferences towards
another factor which is relatively less scarce, and whose price is therefore more accessible. This sort of
adjustment being continuous the prices of factors are in inverse proportion to their relative scarcity. In
cases where the Cobb- Douglas function, by reference to its elasticity coefficients, is used to analyse
capital productivity or the return to labour, the relationship to the market value of the factors is perfectly
clear.
This is not the case with the Soviet economy. A rigid price system does not reflect relative scarcities of
the factors. The same elasticity coefficients are no longer related to market values, but to those which
the central planning body has arbitrarily assigned to them. In these circumstances the separation and
assessment in terms of value of the factors of capital and labour, has no particular significance. The
author defines homogeneous production function with a perfect elasticity of substitution where the two
factors are considered to be one. He tried 7 regression equations, one linear. He found that the formula
Q = 0.30647 (KL) 0.60351 relating to the period 1961 to 1979 describes the long-term growth of the
U
S
S
R
w
i
t
h
a
p
r
e
c
i
s
i
o
n
n
o
t
a
b
l
y
s
u
p
e
r
i
o
r
t
o
t
h
a
t
o
b
t
a
i
n
e
d
h
i
t
h
e
r
t
o
.
T
h
e
s
q
u
a
r
e
o
f
t
h
e
c
o
r
r
e
l
a
t
i
o
n
c
o
e
f
f
i
c
i
e
n
t
w
h
i
c
h
c
h
a
r
a
c
t
e
r
i
s
e
s
t
h
e
a
b
o
v
e
f
o
r
m
u
l
a
i
s
e
q
u
a
l
t
o
0
.
9
9
6
9
6
.
Résumé
L'auteur analyse la fonction de Cobb-Douglas et met en question le bien-fondé de son application à
l'économie soviétique. L'hypothèse tacite qui est à la base de cette fonction admet que la substitution
entre les facteurs « capital » et « travail » est régie par un jeu libre des prix. La rareté relative d'un
facteur fait automatiquement augmenter son prix et glisser les préférences de substitution vers celui qui
est relativement moins rare et dont le prix est plus abordable. Ce type de glissement, étant perpétuel,
assure que les prix des facteurs sont inversement proportionnels à leurs raretés relatives. Lorsque la
fonction de Cobb-Douglas apporte, grâce à ses coefficients d'élasticité, des renseignements sur la
productivité du capital ou sur le rendement du travail, la référence de la valeur marchande des facteurs
est claire et nette.
Tel n'est pas le cas de l'économie soviétique. Les prix rigides n'y reflètent pas les raretés relatives des
facteurs. Les mêmes coefficients d'élasticité n'ont plus comme référence les valeurs marchandes mais
c
e
l
l
e
s
q
u
e
l
e
p
l
a
n
i
f
i
c
a
t
e
u
r
c
e
n
t
r
a
l
a
b
i
e
n
v
o
u
l
u
a
r
b
i
t
r
a
i
r
e
m
e
n
t
l
e
u
r
a
f
f
e
c
t
e
r
.
D
a
n
s
c
e
s
c
o
n
d
i
t
i
o
n
s
,
l
a
s
é
p
a
r
a
t
i
o
n
e
t
l
'
a
p
p
r
é
c
i
a
t
i
o
n
e
n
v
a
l
e
u
r
d
e
s
f
a
c
t
e
u
r
s
«
c
a
p
i
t
a
l
»
e
t
«
t
r
a
v
a
i
l
»
n
'
a
p
a
s
d
e
s
i
g
n
i
f
i
c
a
t
i
o
n
p
a
r
t
i
c
u
l
i
è
r
e
.
L'auteur définit une fonction homogène de production à élasticité parfaite de substitution où les deux
facteurs sont considérés comme un seul. Essayant 7 équations de régression, dont une linéaire et six
non linéaires, il trouve que la formule Q = 0,30647 (KL)».60351 correspondant à la période 1961-1979
décrit la croissance économique de l'U.R.S.S. à long terme avec une précision nettement supérieure à
celle obtenue jusqu'à présent. Le carré du coefficient de corrélation caractérisant la formule proposée
est égal à 0,99696.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos