Télécharger le fichier pdf - VACANCES

Publié par

Télécharger le fichier pdf - VACANCES

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 227
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins
:4KO VUOC   1gepan  eseMiegaP
PAGES SPÉCIALES - L’EXPRESS NO2968 DU 22 MAI 2008 - NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT
1 
S P É C I A L
OSEZ LA RUPTURE!
TENDANCES 2008 Séjours insolites, écotourisme et sensations fortes DESTINATIONS Nosébonnessurprises en r gions SHOPPING Le sport version high-tech
/016085/9:    59
PUBLICITÉ FOURNIE PAR L’EXPRESS / NOVOTEL
2
S O M M A I R E
Cap sur l’été gne ? Plutôt golf ou plutôt Ptôt lPtu e ?non ou ile toablendraortsyt titepib tqupi? e lutôt meroF r aunlcpet utiôems ,n olaat Pour tous les goûts, pour toutes les env demeure la plus belle des destinations. Encore faut-il connaître les bonnes adresses, les plans d’enfer, les dates incontourna-bles, ces petits plus qui transforment des  congs sympas » en  vacances tip-top ». Telle est l’ambition de cette dition Spcial Tourisme d’Et de l’Express. Des plages ensoleilles de Saint-Tropez aux planches de Deauville, des fairways verdoyants de la côte basque aux sentiers arides de Haute-Corse, des refuges des Alpes aux palaces cannois, suivez le guide de la dtente et du plaisir. Avec ma semaine idale, ma table prfre, mes vnements programms. Sans oublier le mag’. Pour tout savoir des nouvelles disciplines en vogue, bien choisir son stage de golf ou trouver les cls de l’appartement rêv. Et puis, pour ne pas partir les mains vides, terminez par un dtour au rayon shopping. Histoire d’être branch, cet t, sur la route de vos vacances. Moteur...Pascal Auclair
L’Express, 29, rue de châteaudun, 75308 paris cedex 09 Tél. : 01 75 55 10 00 - CPPAP n° 0308c82839 ISSN n° 0014-5270 - Hebdomadaire d’information édité par la Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Groupe Express-Expansion Siège social: 29, rue de châteaudun, 75308 Paris Cedex 09 Capital social: 5 645 100 euros Principal associé: ROULARTA MEDIA GROUP -Président du directoire,Directeur de la publication: Marc Feuillée -Directeur de la rédaction: Christophe Barbier -Directrice adjointe de la rédaction: Christine Kerdellant. Directeur exécutif: Eric Matton Directrice commerciale: Véronique Pican Directrice du pôle Information-Business: Valérie Salomon -Directeurs de la publicité: Pierre-Etienne Musson, Anne-Valérie Oesterlé, Jean-Michel Lopes, Florent Verderosa. Publicité région15, rue Louis Blanc - 69006 Lyon -: Partenaire, www.partenaire.fr - contact : 04 72 83 96 96 Fabrication / Photogravure: Express-Expansion. Imprimé en France : Maury Imprimeur SA (45 330 Malesherbes) Copyright 2007 SA GROUPE EXPRESS - EXPANSION Photo de couverture: © ?????? Réalisation: Objectif Une, 15, rue Louis Blanc, 69006 lyon - tél. 04 72 83 74 64 -Rédaction en chef: Pascal Auclair Adjointe: Véronique Maugé -Coordination de la rédaction :Annie Crouzet -Ont collaboré à ce numéro :Lionel Astruc, Chantal Baud, Antoine David, Nadège Decremps, Catherine Bonifassi, Jean-Marie Constans, Martine Crespin, Christian Dybich, Marie-Hélène Fajardo, Justine Feutry, Françoise Franco, Olivier Gagnebien, Audrey Grosclaude, Delphine Herbette, James Huet, Frédéric Millet, Fabienne Proux, Françoise Sigot, Thierry Seray. -Édition: Amélie Baghdiguian -Direction artistique: Presso. Tous droits de reproduction réservés.
 3
M A G A Z I N E• I N T E R V I E W
Thierry Baudier   Rendre la France plus exotique Cre en 1987, Maison de la France a en charge la promotion de la destination France, à l’tranger mais aussi dsormais dans l’Hexagone. Selon son directeur gnral, Thierry Baudier, le tourisme français doit s’adapter aux volutions du march et de la socit avec des offres plus cibles. ont la vocation est de promouvoir Mtre no à lpaysnaegért,r nna a eéc eretteu aisond  ealF arcn,ed es.r nep orop de lui n mesureuvsot,enoi m lnsnotgmesp ,teq uil a envie de dé rirvuocsertuads meor friou tdeE cnms.eafturo equo-il it en so s’ouv marché français. Cela signifie-t-il que nos compatriotes connaissent Cette évolution des mœurs se Diplômé d’études supérieures en droit etmal l’offre hexagonale ? par l’émergence traduit-elle en sociologie, Thierry Baudier a intégréOui, je crois que nos compatriotes ontde destinations touristiques Maison de la France en 1997, d’abordbesoin de se réapproprier leur territoire.nouvelles ? au poste de directeur des marchés en particulier la ville, devenue Oui,Il faut le rendre plus exotique. Notre exteét rcioeumrms, upnuiicsa tdieo nd ijruescqtueuern  mmaari k2e0ti0n3g,   le deuxième territoire touristique passé, de sespays est victime de son mille ans d’histoire, de sa gestion très de consommation. Certaines grandes date à laquelle il a été nommé villesjacobine, très centralisatrice. Le poids de France ont anticipé cette évo-coordonnant les actdiiornesc tdeeusr  3g5é bnuérreala,ux de Maison  en terme d’infrastructures, lutionde Paris a écrasé toutes les cultures de la France à l’étranger.identitaires qui font la force de la comme Lille, Strasbourg ou Lyon. Le France, qu’il s’agisse de patrimoine, de meilleur exemple reste Nantes qui a culture, de gastronomie... La richesse réussi à « scénariser » son centre-ville, touristique de transformant une ancienne friche  La ville est la France, c’est industrielle en haut lieu touristique. devenue le d’abord cette deuxième territoire  Etd i ve r s i t é .Si le tourisme urbain est en plein toistique de m e r g e n c el’ é boom, d’autres régions comme urde nouveauxla Côte d’Azur semblent moins consommation » dm o y e n s eplébiscitées par les Français... transport favo- C’est vrai que les dernières statistiques rise la redécouverte de toutes ces de fréquentation sont éloquentes. Plus cultures identitaires. J’en veux pour que le prix brut, c’est le rapport qualité-preuve l’explosion de la fréquentation prix qui est en cause. touristique en Alsace-Lorraine depuis la mise en service du TGV-Est.Et la concurrence de certains pays  touristiques émergents n’arrange Le comportement du touriste pas les choses… n ais varie-t-il fondamentale-fmraentç de ses voisins européens ?medivE eédcel -pepevol, sumentt avrtouCe.  dlaw-lostcoffo  sertnemsed ti , Non. On constate que les vacances il faut relativiser. En parts de marché, principales du client français sont de le tourisme français à létranger neÀ  plus en plus courtes, dix-sept jours en dépasse pas 15 % les années fastes. moyenne, qu’il part de plus en plus l’inverse, 80 % des Allemands partent
4
Selon Thierry Baudier,  la Côte d’Azur - comme d’ailleurs certaines grandes stations alpines -est davantage fréquentée par les étrangers que par les Français. » en vacances à l’étranger. Bref, en grandee e de compéti-majorité, les Français restent attachésir eleelap rde nité  hôtotrevitguerexquan mlens ds geugnalseA  telsie qualié  oubon alX uIX ,ecnarFerd   No,e èilcs à leur pays… même s’ils ont unerÀapport à l’étran gmeart i?s peAls dee irfatneianevel snad ures. Depuis des sosni sted sec xirp ed erècéd inne ,se , tendance bien nationale à l’autodéni- mon sens, en grement. l’hôtellerie française est concurren- toute la communication est centrée tielle. En revanche, on en revient sur la saison d’hiver et le tout-ski. Or Le développement des séjours à station, lieu de consommation tou-à la notion de rapport qualité-prix, la thèmes peut-il doper le marché n’est pas le bon vecteur depas toujours flatteur. Cela justifie le ristique, çai promotion du tourisme estival. Il vaut chantier mis fran s ? sOeuni.t  Lems oFirnasn çuains , lideésuo rmais, choisis-anFrn  E, ce communiquer sur des activités mieuxen œuvre par dintérêt et un environqnueumne ncte rnetlrae- 40% des achatsêtn-ie bden ioot  ,erL Cucteha(Nl L.D.: R.-es oce mm rladoanéenno  ualr mesi ene forme, sur la n tionnel. Qu’est-ce que je vais faire ?istiques ruot culture, la gastronomie. L’autrecrétaire d’Etat la Aplvec quip lvuasi sv-ejres  puanr tcirh o?i xO anf ftienintda irdee.  passent désor-lbmèpormnmtsmooonne aCgdleaee   ad  gélrla hucdottioc , emmlleurs, ral daibooselcscse- atlneec Le utso eurni sme à la papa, le camping des  wle »ebmia sap r du parc d’hébergement. Les touristestion et du Tou-Flots bleus, chaque été, depuis vingt risme), pour du XXIesiècle ne veulent plus du T1 de ans, c’est fini ! réformer le système des étoiles, deve- 20 m2pour quatre personnes. C’est en nu inadapté. Il faut aller au-delà des proposant des produits de qualité, Comment analysez-vous l’intru-critères physiques (N.D.L.R : surfaces, avec beaucoup d’activités autour, sion d’Internet sur le marché dui p e m e n t s ,é q u  o n f o r t … . ) c o u r p que les Français reviendront à la mon-tourisme français ? l’été. tagneprendre en compte l’immatériel, et C’est un phénomène à la fois récent, notamment la notion de services. rapide et incontournable pour la L’hébergement marchand – hôtellerieQuel sera le grand chantier de réservation et l’acte d’achat d’un produit et résidences de tourisme – ne repré-Maison de la France dans les touristique. Il y a quatre ans, seule- sente que 20 % des hébergementsannées à venir ? ment 27 % des transactions étaient touristiques consommés. C’est la Adapter l’offre française, la repenser, réalisées en ligne. Aujourd’hui, plus vitrine. Mais une vitrine, il faut parfois pour répondre à la demande et anti-de 40 % des achats passent par le web. la nettoyer… ciper les évolutions du marché et de Et les Américains, toujours en avance, la société. On doit notamment appré-ont dépassé les 50 %. Certes, le premierne vecteur de promotion touristiquesap d à locé rel Fenncra e.evirrangatno mdee smriou tleét ,nEé mogrt déque,aphi cela evliilv eirednehcapmil  , ettionpula aopedl ne tssme reste le bouche-à-oreille. Mais cePourquoi ?le fait que les gens auront de plus en bouche-à-oreille se fait de plus en C’est une vraie problématique. Nos plus de temps à consacrer au tourisme. plus sur Internet, via les chats et les voisins et concurrents, suisses et D’où la nécessité de gommer le carac-forums. autrichiens, ont d’abord développé le tère encore trop saisonnier des grands tourisme de montagne l’été, avant de centres touristiques. L’outil Internet ne met-il pas endévelopper les sports d’hiver. EnPropos recueillis par Pascal Auclair.  5
M A G A Z I N E• L R A U P T U R E
6
Vacances insolites mais j’hallucine !
En vacances, le Français a choisi la rupture ! L’insolite est une valeur en hausse. Le must du moment ? ouvoir se Pituqhtneaben eac sel snad retnav rehan  es an punnu ,ua eterBengaen ville dîners d roimd d aovri  de gardian en Camargue, une borie du Luberon ou à bord d’une péniche sur un quai de Bayonne. Le nec plus ultra restant quand même la cabane. La cabane perchée dans les arbres. Un bon gros chêne par exem-ple. On en fait même aujourd’hui de très luxueuses ! En 2008, notre touriste veut aussi découvrir une ville… autrement. Autrement ? Ce sera le Paris de Landru ou jumelles en main, le Lyon tiaire fanta ue. Il lui faut aussi sa ddousne  dbeésmotions fortsetisq surtout virtuelles. À Cherbourg, la Cité de la Mer l’embarque à bord d’une capsule d’exploration sous-marine, un simulateur de dernière génération, pour un remake d’unVingt mille lieues sous les mers… à quai. Mais qui a la «puissance émo-tionnelle d’une expérience vécue». Ce voyage Du h t de ses 25 m, la location du Phare de Kerbel (Riantec, Morbihan)dans les obscurités abyssales vous prend aux vous apuermettra de proter dune vue panoramique sur la côte bretonne.tripes. Une seule pièce avec clic-clac et coin cuisine.folie du moment reste quand même celleLa des « cooking parties ». Des cours de cuisine Seulement pour les amoureux ! www.pharedekerbel.comautrement dit. Apprendre à réaliser la bouilla-baisse à Marseille et le cassoulet à Castelnau-dary… Mieux : se glisser dans la peau d’un chef. Le pied ! Somme toute, cela trahit une belle santé. Aujourd’hui, le Français se veut acteur de ses vacances, qui sont pour lui un temps de rup-ture, mais aussi de ressourcement. A.C.
ALD Ut RMIAREvIORRÉS E
L es cinq minutes les plus longues de votre vie… Klaxons, hurlements, déflagrations… La , nouvelle attraction du Futuroscope La cita-delle du vertige, vous fait spectateur et citoyen halluciné d’une « cité chaotique ». Cramponné à la main courante, coiffé d’un casque pourvu d’un miroir, vous voyez des gouffres et des labyrinthes visqueux s’ouvrir sous vos pas. Pures illusions d’optique créées par un procédé breveté Majax, l’Hallucinoscope®! Ce parcours-à tous». La Citadelle du Vertige s’inspire, enMunis de jumelles et spectacle fait un tabac auprès de toutes les effet, de l’une de ses œuvres majeures, leGaraged’un bracelet capteur, générations, gavées de jeux vidéo, devenues r Grubervous vivrez un safari familières de mondes virtuels commemétiHerSecond uqe-Smijomae  l ,tartîpaapo  ù,virtuel interactif, à la Lifme-itnad etros .lIs i eatliela mz e,!s oCr éehrtastr aT-i - lfsecè ecetrripsiuécai.dr  .os nèmnis rPsoeeaseit ruausn q s riuuurlst ivjeaodinuaec i tcsn,A .C. n,maerupal uep relprcaéuterrt eed surraients qui ponocner laune des stars du genre, Moebius, qui est der-Futuroscope, Poitiers (Haute-Vienne).t e d’ici 5 à 200 millions err  d’années. C’est l’une des rgirèarned  cmetatîet r«e  edxe plaé rBi.eDn.,c eq urie an vsiegrsnaé nlte es t»o. rCy-e . : 05 49 49 30 Tlé .moc.eposcrotufuw.ww. 00leéd tomb la 0h àde 1nouvelles attractions du board d’Alien,Le huitième passager (Ridley)snarG .5( s 61-4  2roeueu3 s.ro5 ans. atuit   trevuO.t3 n iu eaFuturoscope. Scott, 1979) ou duCinquième élément(LucParution fin mai 2008 de la suite des aventures Besson, 1997) a accepté, pour le Futuroscope,du major Grubert « Le chasseur déprime », de créer «une attraction populaire, accessibleéditions Stardom/Moebius Production.
Gaëlle, en charge de la « com ». Pas de ségré-gation : bien sûr, aitatxis (le grand-père en  basque) peut suivre son petit-fils. En aura-t-il envie ? Trois voitures en 1reclasse sont néan-moins prévues dans chaque convoi. En tout cas, nos seniors, s’ils ne veulent pas se retrouver « à la rue » (perdus), devront très vite assimiler quelques mots de survie dans cet univers impitoyablement « djeune ». Plus de contrôleur, mais dessupervisors, aux unifor-mes sympa, rose, violet, gris. Des grands frères en somme. Ils sont chargés quand même de vérifier si le passager est bien doté de son BOOGIE-wOOGIElsoocla sec ,ixbimetrepl l l, on nc,inDZiuort li sed arevctro élee. Àniquovtil  aab,rru-e  Fallait le faire. Transformer un TGV en tor - doucereux qui se boivent comme du petit lait. tillard et en discothèque roulante. Le 4 avril, Smirnoff Ice, 6 euros. Glups ! En prime, le der -Dame SNCF lançait dans la nuit le premier nier disc-jockey en vogue ou quelque futur iDNiGHT. Départ de Paris-Montparnasse à concurrent de la StarAc’ : iDNIGHT tient 22 h 45, arrivée à Hendaye le lendemain matin « scène ouverte » pour qui veut profiter de ce à 6 h14. Entre-temps, arrêts à Bayonne, Biarritz, trem l Dlive. A.C. Saint-Jean-de-Luz. À bord, une fête d’enfer, p in i pardon uneméga teuf, orchestrée par le duowww.idnight.com. Le week-end. Tous les de Scratch Massive, pas moins.jours pendant ces vacances d’été. À partir «Bien sûr, la clientèle visée est celle des 18-30 ans,de 15 euros. Après Paris-Hendaye, lancement mais aucune limite d’âge n’est fixée», insistele 4 juillet de Paris-Nice et Paris-Perpignan.
 7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.