VALORISATION DU ROMARIN (Rosmarinus officinalis) MAROCAIN

3 298 lecture(s)
(1)
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté Des Sciences Dhar El Mhraz, Fès, Maroc. THESE: POUR L’OBTENTION DU DOCTORAT ES SCIENCES EN BIOLOGIE. Spécialité :Biotechnologie. Option :Biotechnologie des Plantes Aromatiques. Présenté par :Noureddine ELOUTASSI
Sous le thème : ELABORATION DE PROCEDES BIOTECHNOLOGIQUES POUR LA VALORISATION DU ROMARIN (Rosmarinus officinalis) MAROCAIN

lire la suite replier

Télécharger la publication

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
bionour
publié par

suivre

Vous aimerez aussi

. Étude bibliographique. Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté Des Sciences Dhar El Mhraz Fès
THESE POUR L’OBTENTION DU DOCTORAT ES SCIENCES EN BIOLOGIE
Spécialité : Biotechnologie
Option : Biotechnologie des Plantes Aromatiques
Présenté par : Noureddine ELOUTASSI
Sous le thème : ELABORATION DE PROCEDES BIOTECHNOLOGIQUES POUR LA VALORISATION DU ROMARIN (Rosmarinus officinalis) MAROCAIN
Devant le Jury :
Soutenue publiquement le 24 - 04 - 2004
Président :BENCHEQORNU E    l aFçiia: Professeur à l'I.A.V. Rabat. Rapporteur :LEMTILI Noureddine: Professeur à l'Université Abdelmalke Issaadi. Tétouan Rapporteur:EL ASLI Abdelghani: Professeur à l'Université Elakhawayne. Ifrana. Rapporteur :REMMAL Adnane : Professeur à la faculté des Sciences D.H.M. Fès. Examinateur :CHAQROUNE Abedellah: Professeur à la faculté des Sciences D.H.M. Fès. Examinateur :EL HASSOUNI Mohamed: Professeur à la faculté des Sciences D.H.M. Fès. Examinateur :TANTAOUI ELARAKI Abdelghafour: Professeur et directeur de Sup Agro.  Casablanca.
6
. Étude bibliographique.
SOMMAIRE LISTE DES ABRÉVIATIONS……………………………………………........ LISTE DES ILLUSTRATIONS……………………………………………….. ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE……………………………………....……...... I. INTRODUCTION GENERALE…...……………………………………………… II. GENERALITES……………………………………………………………………  II. 1. Description de lante……………………………….....….............................      II. 2. Écologielap..............  II. 2. 1. Milieu……………………………………………………………….......  II. 2. 2. Variété……………………………………………………………….......  II. 3. Caractères pharmaceutiques généraux…………………………........…............  II. 4. Valeur économique………………………………………………........…......... III. PHYTOCHIMIE DES PLANTES AROMATIQUES……………….....…........  III. 1. Introduction………………………………………………….............….........  III. 2. Métabolismes des végétaux supérieurs…………………………………….....  III. 2. 1. Métabolisme primaire…………………………………………..…........  III. 2. 2. Métabolisme secondaire………………………………………..….........  III. 3. Intérêts et fonctions des composés du métabolisme secondaire…………....... IV. TECHNIQUES D’EXTRACTION DES HUILES ESSENTIELLES……........  IV. 1. Définition et généralités sur les huiles essentielles……………………….......  IV. 2. Intérêt et utilisation des huiles essentielles………………………….…..........  IV. 3. Les huiles essentielles au monde et au Maroc….……………………….........  IV. 4. Méthodes physiques de détection des huiles essentielles………….................  IV. 5. Méthodes de séparation………………………………………………….........  IV. 5. 1. Techniques générales………………………………………….…..........  IV. 5. 1. a. Enfleurage……………………………………………….……......  - Enfleurage à froid………………………………………………….….......  ...  - Enfleurage à chaud…………………………………………………….........   IV. 5. 1. b. Infusion………………………………………………….…..........  IV. 5. 1. c. Décoction……………………………………………………........  IV. 5. 1. d. Macération……………………………………………………......  IV. 5. 1. e. Relargage……………………………………………………........  IV. 5. 2. Extraction……………………………………………………..….........  IV. 5. 2. a. Extraction par pression…………………………………..….........  - Principe…………………………………………………………….….........  - Principaux types de presse……………………………………………..........  IV. 5. 2. b. Extraction au solvant…………………………………….…..........  - Principe…………………………………………………………….…..........  - Performances industrielles…… .......................  ……………...........................  - Cinétique…………………………………….................................................  - Modèle mathématique de l'extraction au solvant………...............................  - Autres facteurs influençant les performances de l'extraction………….........  IV. 5. 2. c. Extraction par CO2......puresqieurcti.....  IV. 5. 2. d. Extraction par Headspace (espace de tête)………….…..….........  IV. 5. 3. Distillation………………………………..................................…..........  IV. 5. 3. a. Mécanisme……………………………..…....................................  IV. 5. 3. b. Les méthodes générales………………..…....................................
7
1 2 6 7 8 8 9 9 10 10 11 11 11 11 11 12 13 14 14 15 15 16 16 17 17 17 17 17 17 17 18 18 18 18 18 19 19 20 20 21 22 22 23 23 23 24
. Étude bibliographique.  - Hydrodistillation ou distillation à l’eau……………………………….......... 25  - Vapohydrodistillation ou distillation à la vapeur…………………..…......... 26  - Générateur séparé ou distillation à la vapeur directe………………….......... 26  - Distillation fractionnée…………………………………………….….......... 27  Distillation extractive………………………………………………….......... 27 - - Distillation souspression…………………………………………..…........... 27  IV. 5. 3. c. Modèle mathématique de distillation…………………......…........ 28 V. VALORISATION DE DECHETS LIGNOCELLULOSIQUES….......…........... 29  V. 1. Introduction………………………………………………………….…........... 29  V. 2. Principaux composants des résidus des plantes……………………..…........... 29  V. 2. 1. La cellulose………………………………………………………........... 29  V. 2. 2. Les hémicelluloses…………………………………………….…........... 30  V. 2. 3. La lignine………………………………………………………….......... 31  V. 2. 4. Les composés extractibles…….……………………………………....... 31  V. 3. Hydrolyse de la biomasse lignocellulosique…………………………….......... 32  V. 4. Aperçu biochimique sur la fermentation…………………………….…........... 33  V. 4. 1. Généralité………………………………………………………….......... 33  V. 4. 2. Production de l’éthanol par fermentation.…………………….……........ 33  V. 4. 3. Mode d'action de l'alcool……………………………………………....... 33  V. 4. 4. Effets de l'éthanol sur les enzymes………………………………............ 34  V. 4. 5. Effets de l’éthanol sur la membrane…………………………..…............ 34  V. 5. Mécanisme d’adaptation et de tolérance à l’éthanol…………………….......... 34  V. 6. Métabolisme des composés aromatiques…………………………………....... 34  V. 7. Dégradation des lignines…………………………………………………........ 35  V. 8. Production des protéines (Production de la biomasse)…………………........... 35  V. 9. Les inhibiteurs du lysat lignocellulosique……….………………………......... 35  V. 10. Technologie des cellules immobilisées…………….…………………........... 35  V. 10. 1. Généralités……………………………………….……………….......... 35  V. 10. 2. Différentes techniques d'immobilisation des cellules….…………........ 36  V. 10. 3. Applications des cellules immobilisées………………….……….......... 37  CHAPITRE  I  PLANTATGE ET DEB UOUTARSEAS IED:  NOI  DU ROMARIN I. INTRODUCTION39 II. MATERIEL ET METHODES39  II. 1. Région d’étude……………..…………..…………..…………..…………....... 39  II. 2. Origine du matériel végétal…………..…………..…………..………….......... 40  II. 3. Le substrat de bouturage et de plantation…………..…………..…….….......... 40  II. 4. Méthodologie et aperçu général du système de bouturage et de plantation....... 40  II. 4. 1. Conditions générales de bouturage et de plantation……………….......... 41  II. 4. 1. a. La préparation des pieds-mères…………………....…………........ 41  II. 4. 1. b. Le remplissage des pots à bouture……………………………........ 41  II. 4. 1. c. Le prélèvement des boutures……………….…………………....... 41  II. 4. 1. d. Les conditions ambiantes lors du bouturage et de la plantation....... 42  - Humidité relative et aération des boutures……….…………..…………...... 42  - Traitement du terrain…………..…………..…………..………………........ 42  - Elimination des mauvaises herbes…………..…………..……………......... 42  II. 4. 1. e. Technique de bouturage au sens strict…………..…………........... 42  II. 4. 1. f. Transplantation des boutures enracinées…………..…………........ 43  II. 4. 1. g. Effet de la période d’acclimatation……………………….…......... 43 8
. Étude bibliographique.
 II. 4. 1. h. Arrosage des boutures et des plantules…………..……….….........  II. 5. Mesure de la croissance v ative du romarin…………           II. 5. 1. Étude agro  climatiéqguéet......................  II. 5. 1. a. Analyse du régime pluviométrique…………..………………........  II. 5. 1. b. Quantification du risque de sécheresse au sein de la période de la  croissance végétative..……………………………………….........................  II. 5. 2. Mesure de la croissance végétative des plantules…..................................  II. 5. 2. a. Contrôle de l’enracinement des boutures…………….………........  II. 5. 2. b. Méthodologie de mesure de la croissance végétative….…….........  II. 5. 2. c. Estimation de développement racinaire………………….……......  II. 5. 3. Estimation de la biomasse totale du romarin cultivé..…………….…...... III. RÉSULTATS…………………………………………………………….…..........  III. 1. Caractérisation agroclimatique de la région de Saïs…………..…….…..........  III. 1. 1. Analyse du régime pluviométrique…………..……………………........  III. 1. 2. Précipitations annuelles………..…………..…………..…………..........  III. 1. 3. Premières pluies significatives (PPS)…………..…………..………......  III. 1. 4. Facteurs influençant le bouturage du romarin…………………….........  III. 1. 4. a. Effet de la lignification des boutures…………..……………........  III. 1. 4. b. Effet de la longueur des boutures et effet des caractéristiques  agroclimatiques sur l’enracinement…………..…………................................  III. 1. 4. c. Effet de la période d’adaptation…………..…………..……….….  III. 2. Mesure de la croissance végétative des boutures et des plantules………........  III. 2. 1. Estimation de développement racinaire…………..……………….........  III. 2. 2. Estimation de la biomasse totale du romarin planté………………......... IV. DISCUSSION  IV. 1. Caractérisation agroclimatique de la région de Saïs…………………….........  IV. 2. Facteurs influençant le bouturage du romarin……………………….….........  IV. 3. Mesure de la croissance végétative des plantules……….................................  IV. 3. 1. Estimation de développement racinaire……………………….…..........  IV. 3. 2. Estimation de la biomasse totale de romarin planté………………........ V. CONCLUSIONS  CHAPITRE II    E ALOBGLÉTUD: UQ EIHIMTYCO EHP DU ROMARIN I. INTRODUCTION II. MATÉRIEL ET MÉTHODES  II. 1. Préparation de la décoction du romarin……………………………………......  II. 2. Réactions d’identification (analyse qualitative)…………………………........  II. 2. 1. Composition minérale………………………………………….…..........  II. 2. 2. Composition organique…………………………………………….........  II. 2. 2. a. Composition en protéines et en acides aminés………………….....  II. 2. 2. b. Les alcaloïdes………………………………………………….......  II. 2. 2. c. Les flavonoïdes……………………………………………….........  II. 2. 2. d. Les tannins……………………………………………………........  II. 2. 2. e. Les chlorophylles…………………………………………….........  II. 2. 4. f. Les saponosides………………………………………………........  II. 2. 2. g. Les anthocyanines……………………………………………........  II. 2. 2. h. Les anthracènes………………………………………………........  II. 5. 2. d. Les coumarines………………………………………………........
9
43 44 44 44 45 45 45 45 46 46 47 47 47 47 48 49 49 50 52 52 52 54 57 57 58 59 59 60 61 63 63 63 63 64 64 64 65 65 66 66 66 67 67 67
. Étude bibliographique.  II. 2. 2. j. Les huiles essentielles…………………………………….….......... 68  II. 3. Identification par chromatographie sur couche mince…………….…….......... 68  II. 4. Identification par spectrophotométrie……………………………………........ 68 68 III. RESULTATS  III. 1. Réaction d’identification…………………………………………….…......... 68  III. 2. Analyse chimique quantitative…………………………………………......... 69  III. 2. 1. Composition minérale…………………………………………….......... 69  III. 2. 2. Composition organique……………………………………………........ 69  III. 2. 2. a. Composition en chlorophylles……………………….......…......... 71  III. 2. 2. b. Composition en protéines et en acides aminés………………....... 71 IV. DISCUSSION72 IV. 1. Réaction d’identification……………………………………………………....... 72 IV. 2. Analyse chimique quantitative………………………………………….…......... 73  IV. 2. 1. Composition minérale…………………………………………….…......... 73  IV. 2. 2. Composition organique………………………………………………........ 73 V. CONCLUSIONS74  CHAPITRE III  H SED NOSE SELIULLIENTSE   ES: ACTIEXTR DU ROMARIN I. INTRODUCTION76 II. MATÉRIEL ET MÉTHODES76  II. 1. Récolte et traitement de la plante…………………………………….….......... 76  II. 2. Influence de la méthode d’extraction sur le rendement en huiles essentielles... 76  II. 2. 1. Hydrodistillation……………………………………………………........ 77  II. 2. 2. Distillation avec générateur séparé…………………………….….......... 77  II. 3. Influence des conditions d’hydrodistillation sur le rendement en huiles      essentielles.................................................................................................................77  II. 3. 1. Effet du cycle végétatif………………………..……………………....... 78  II. 3. 2. Effet de l’organe traité………………………………………….….......... 78  II. 3. 3. Effet du séchage……………………………………………………........ 78  II. 3. 4. Effet du broyage et de l’agitation………………………………….......... 78  II. 3. 5. Effet de la durée d’hydrodistillation………………………………......... 78  II. 3. 6. Effet de la cohobation………………………………………………….... 79  II. 3. 7. Effet de la quantité d’eau dans l’alambic………………………….......... 79  II. 4. Amélioration du rendement en huiles essentielle par utilisation de la 7      technologie enzymatique…………………………………….…............................... 9  II. 4. 1. Extraction d’huiles essentielles par distillation après traitement 7  enzymatique…………………………………………………………….........….. 9  II. 4. 2. Activité des enzymes pectinolytiques………………………….….......... 80   III. RESULTATS80  III. 1. Influence de la méthode d’extraction sur le rendement en huile  essentielle de romarin…………………………………………………………......... 80  III. 1. 1. Hydrodistillation………………………………………………….......... 80  III. 1. 2. Générateur séparé…………………………………………………........ 81  III. 2. Etude de l’effet des conditions d’hydrodistillation sur le rendement  des huiles essentielles de romarin…………………………………………….......... 81 10
. Étude bibliographique.
 III. 2. 1. Effet du cycle végétatif……………………………………………........  III. 2. 2. Effet de l’organe traité…………………………………………….........  III. 2. 3. Effet de séchage……………………………………………….…..........  III. 2. 4. Effet du broyage et d’agitation……………………………………........  III. 2. 5. Effet de la durée d’hydrodistillation………………………………........  III. 2. 6. Effet de cohobation………………………………………………..........  III. 2. 7. Effet de la quantité d’eau dans l’alambic………………………….........  III. 3. Amélioration du rendement en huiles essentielles par utilisation  de technologie enzymatique………………………………………............................ IV. DISCUSSION  IV. 1. Influence de la méthode d’extraction sur le rendement des huiles  essentielles de romarin…………………………………………………………........  IV. 2. Etude des conditions d’hydrodistillation sur le rendement en huiles  essentielles..................………………………..………………………………..........  IV. 3. Amélioration de rendement des huiles essentielles de romarin par  utilisation de la technologie enzymatique…………………………………………... V. CONCLUSIONS  CHAPITRE IV  NOD ASITOLIR :AVAL ETAM EREI    LIGNOCELLULOSIQUE D UORAMIR N I. INTRODUCTION II. MATÉRIEL ET MÉTHODES  II. 1. Préparation de la biomasse à l’hydrolyse…………………………….…..........  II. 2. Prétraitement………………………………………………………….….........  II. 3. Hydrolyse de la biomasse lignocellulosique……………………………..........  II. 4. Détoxification…………………………………………………………….........  II. 5. Fermentation du lysat cellulosique hydrolysé....................................................  II. 5. 1. Microorganismes……………………………………………….…..........  II. 5. 1. a. Préparation de la biomasse cellulaire…………………….…..........  II. 5. 1. b. Les tests de fermentation……………………………………..........  II. 5. 2. Croissance d’Erwinia chrysanthemisur les rejets de romarin……..........  II. 5. 2. a. Détermination de l’extrait sec…………………………….….........  II. 5. 2. b. Détermination de la biomasse fraîche………………………..........  II. 5. 3. Analyses des composées phénoliques des déchets de romarin…….........  II. 5. 3. a. Préparation de la gamme d’étalonnage………………………........  II. 5. 3. b. Préparation des échantillons pour le dosage…………………........  II. 5. 4. Dosage des sucres réducteurs………………………………………........  II. 6. Traitement de la biomasse cellulosique parErwinia chrysanthemi  immobilisée……………………………………………………………….…............  II. 7. Etude des paramètres influençant les processus de fermentation des  cellules immobilisées et libres…………………………………………….…..........  II. 7. 1. Effet du pH…………………………………………………………........  II. 7. 2. Effet de la température……………………………………………..........  II. 7. 3 Effet de la concentration du sucre…………………………………..........  II. 7. 4. Effet de la biomasse initiale………………………………………..........  II. 8. Distillation et dosage de l’éthanol……………………………………........ III. RÉSULTATS  III. 1. Influence du mode de préparation de la biomasse de romarin…………..........
11
81 82 83 84 84 85 85   87   87   87   87   89     90 92 93 93 93 93 93 93 93 94 94 95 95 95 95 95 95 96  9 6  9 6 96 96 96 97 97  9 7 97
. Étude bibliographique.
 III. 2. Prétraitement par la vapeur………………………………………….…..........  III. 3. Hydrolyse de la biomasse lignocellulosique prétraitée………………….........  III. 4. Détoxication……………………………………………………………..........  III. 5. Fermentation du lysat cellulosique hydrolysé...................................................  III. 5. 1.Erwinia chrysanthemiEC 3565……………….......................................  III. 5. 2. Tests d’assimilation du xylose………………………………...…..........  III. 6. Cinétique de dégradation d’hydrolysat traitée et de bioproduction  d’éthanol parErwinia chrysanthemiEC 3665 libre et immobilisée……….…..........  III. 6. 1. Cinétique de dégradation par les cellules libres…………………….......  III. 6. 2. Cinétique de dégradation par les cellules immobilisées……...……........  III. 7. Étude des paramètres influençant la production d’éthanol………….…..........  III. 7. 1. Effet du pH et de la température…………………………………..........  III. 7. 2. Effet de la concentration du sucre…………………………………........  III. 7. 3. Effet de la biomasse initiale de la soucheErwinia chrysanthemi............ IV DISCUSSION  IV. 1. Effet de la préparation de la biomasse..............................................................  IV. 2. Prétraitement…………………………………………………………….........  IV. 3. Hydrolyse de la biomasse lignocellulosique et détoxification du milieu..........  IV. 4. Fermentation du lysat cellulosique hydrolysé...…………………………........  IV. 5. Cinétique de fermentation de l’hydrolysat du romarin………………….........
V. CONCLUSIONS
CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES…………………………………........ RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES……………………………............. ANNEXES………………………………………………………………………........
12
97 98 99 100 100 101  10 2 102 104 105 105 106 107   107 107 108 108 109 110 111
112 116 129
. Étude bibliographique.
ÉTUDE
BIBLIOGRAPHIQUE
13
. Étude bibliographique.
I. INTRODUCTION GÉNÉRALE Le secteur d’exploitation les plantes aromatiques et médicinales est l’un des secteurs socio-économiques porteurs par excellence(Walteret al., 1996 ; Deslandes, 2001; Ramaromanana, 2001). A condition de rationaliser et de valoriser ces ressources naturelles sur les lieux de production et de développer des outils visant à faciliter la mise en valeur par la population locale, et ce, de façon durable. (Souissiet al., 2000). Dans le même sens, le Maroc dispose de ressources végétales mal exploitées, exporte une grande partie de sa production d’huiles essentielles et de molécules de grands intérêts avec une faible valeur ajoutée et importe des produits finis ou semi finis d’origine végétales de plus forte valeur ajoutée (Birouket al., 1996, Souissiet al., 2000 ; Jaworski et Griffiths, 2001; Benida, 2002). Dans ce travail, nous nous sommes intéressés l’élaboration les techniques d’extraction de molécules provenant du romarin en vue d’augmenter le rendement, de réduire le coût de production et d’améliorer la qualité du produit obtenu et d’avoir une production propre permettant non seulement de réduire l’impact environnemental, mais aussi de diminuer les coûts et d’accroître la productivité et la compétitivité. Les progrès récents réalisés en biotechnologie permettent de résoudre des problèmes environnementaux actuels et de prévenir des problèmes futurs d’une façon qui ne place pas le développement industriel en opposition avec la protection de l’environnement(Wang, 1999; Wooleyet al., 1999; Kimet al., 2000; Stergaret al., 2002). Les procédés biotechnologiques utilisés dans ce travail, devraient contribuer à une production propre de trois façons : L’étude des paramètres de la culture de romarin pour conserver l’espèce sauvage et améliorer la production en qualité et en quantité; L’utilisation de la matière première de cette plante en tant que source d’énergie renouvelable et de produits chimiques; de la pollution liquide et solide grâce à des procédés comportant desLa réduction traitements biologiques (Biocatalyse par des procédés enzymatiques ou généralement par des microorganismes); Cette contribution scientifique permettrait de mettre au point de technologies biologiques et chimiques basées sur des conceptions nouvelles (théoriques et expérimentales) ayant pour but un développement industriel durable. Ce type de procédés, peu coûteux, permettrait aussi d’améliorer l’environnement et de contribuer à la diversification et la richesse économique.
14
. Étude bibliographique. II. GENERALITES II. 1. Description de la plante  Embranchement Spermaphytes  embranchement Sous Angiospermes  Dicotylédones Classe  Sous classe Astéridés  Ordre Tubiflorales  Sous ordre Lamiales  Familles Labiatea  GenreRosmarinus  EspèceR. officinalis
Photo 1 : Rameau feuillé à fleurs du Photo 2 : Tige principale et rameau  romarin feuillé à fleurs du romarin Le Rosmarinus en Latin signifié la rosée marine, ce qui fait référence à la fois à la présence du romarin sur les côtes et les îles de la méditerranée et à diverses légendes liées à cette plante (Boudy, 1948; Favreet al., 1981; Grégory, 1988). Le romarin est un arbrisseau dont la tige pouvant atteindre deux mètres, est couverte d'une écorce grisâtre. Elle se divise en nombreux rameaux opposés, tortueux (Photo 2). Les fleurs sont bleues pâles à bleues violacées, hermaphrodites, visibles de janvier en mai. Elle sont groupées à l'extrémité des rameaux, à la base des feuilles (Photo 1). Les feuilles opposées décussées insérées sur une tige à section carrée, étroites, lancéolées, linéaires, à bords roulés en dessous, sont vertes foncé et luisantes à la face supérieure (Photo 2). Le fruit, ovoïde, est entouré par un calice persistant, sec est constitué de quatre akènes (tetrakène). Il attire les insectes (entomophile) pour assurer la pollinisation (entomogame). (Boudy, 1948 ; Grégory, 1988). II. 2. Écologie
15
. Étude bibliographique.
Le romarin se développe sous climat méditerranéen, de préférence dans les lieux secs et arides (Figure 1), exposés au soleil.
Figure 1 : Bioclimat du romarin dans le climagramme d’Emberger (1955) La multiplication du romarin se réalise en automne ou au printemps par semis des graines, des boutures ou par rejets des pieds. Plusieurs récoltes peuvent se faire dès le printemps, en mai, juillet et septembre. On suspend les tiges réunies en bouquets, dont on détache les feuilles après un séchage complet. Il peut y avoir des fleurs toute l’année, mais la période de floraison maximale se situe au printemps (mars à mai), puis, dans une moindre mesure, à l’automne (septembre). Le romarin ne se développe complètement qu'en pleine lumière (héliophile), Il s'accommode de milieux à sécheresse estivale accusée, il est xérophile, (Boudy, 1948; Favreet al., 1981; Franchomme et Pénoêl, 2001). II. 2. 1. Milieu Le romarin, peu exigeant, affectionne les lieux bien ensoleillés à sécheresse estivale marquée. Il s’accommode de terrains rocailleux arides de type calcaire où il constitue parfois des buissons étendus car il marcotte facilement. Au Maroc, les populations du romarin sont en peuplements plus ou moins denses, rarement en bouquets ou individus isolés, organisant des groupements de matorrals ou participant à des formations pré-forestières, appartenant aux séries de chêne kermès, de thuya, de chêne vert et de sapin. Accompagnant souvent les peuplements de pin d’Alep et de pin maritime, ses peuplements se localisent sur les versants Est ou dans les vallées encaissées de la dorsale calcaire, occupant la tranche altitudinale entre 300 et 1.700 m en bioclimat perhumides et subhumides, chauds, tempérés, frais et froids, sur substrats calcaires ou marneux calcaires, sols peu profonds ou superficiels. (Boudy, 1948).
16
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

boudodou

D'après l'introduction c'est intéressante

samedi 12 juillet 2014 - 08:14
 
Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, Plus d'infos