Paranoia et delires de grandeur

De
Publié par

Ecole: aucune
Niveau: BAC + 4
C'est quoi la paranoïa ?
Le mot «paranoïa» (du grec par´a, contre, et no''uv, esprit) est synonyme de « folie » dans le langage populaire allemand depuis le XVIIIe siècle; «Paranoïa» prend la signification psychiatrique actuelle de « délire systématisé progressif» d'abord en Allemagne avec avec K. Kahlbaum en 1863. Il est introduit en France par J. Seglas (Archives de neurologie, 1887) et par le Traité clinique des maladies mentales de R. Krafft-Ebing, traduit en 1897. Seglas en donne dans ses leçons cliniques de 1895 une définition toujours valable: «On désigne sous le nom de paranoïa – folie systématique – un état psychopathique fonctionnel, caractérisé par une déviation particulière des fonctions intellectuelles les plus élevées, n'impliquant ni une décadence profonde ni un désordre général, s'accompagnant presque toujours d'idées délirantes systématisées et permanentes. Ce délire [...] se présente comme une sorte de perception inexacte de l'humanité, échappant à la loi du consensus universel, comme une interprétation particulière du monde extérieur dans ses relations avec la personnalité du malade qui rapporte tout à lui, soit en mal, soit en bien «caractère égocentrique»; et il s'accompagne toujours d'un manque de critique, de contrôle, d'une foi absolue, bien que la lucidité reste complète en dehors du délire. Les hallucinations, lorsqu'il en existe, sont créées à l'appui de ce délire, le personnifient en quelque sorte, et, par suite, ont le même caractère égocentrique.»
Publié le : mardi 8 mars 2005
Lecture(s) : 235
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
ABDEL MASSIH Roger
Date de création : Date de dépôt : Niveau :
Paranoia et delires de grandeur
Copyright © ABDEL MASSIH Roger
La France n'est pas assujettie au principe du copyright, mais le droit d'auteur s'applique, selon la Loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique (n° 57-298 ; article L.121-1 du CPI) les droits qui vous sont accordés sont: .:: Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille  .:: Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste (...)  .:: Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source :  * Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique  ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées  * Les revues de presse   * La diffusion, même intégrale, par la voie de la presse ou de  la radiodiffusion, à titre d'information d'actualité, des discours  destinés au public prononcés dans les assemblées politiques,  administratives, judiciaires ou académiques, ainsi que dans les  réunions publiques d'ordre politique et les cérémonies officielles  .:: La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre.
01.03.2001 08.03.2005 BAC + 4
UNIVERSITÉ SAINT ÉSPRIT KASLIK FACULTÉ DE PHILOSOPHIE ET DES SCIENCES HUMAINES                          Travail préparé par : Roger ABDEL MASSIH   Présenté à : Dr. Sami RICHA Dans le cadre de cours : Techniques d'entretient et d'examen clinique        KASLIK – LIBAN 2004-2005    
Paranoïa et délire de grandeur 2
   
 Introduction : .............................................................................. 3  C'est quoi la paranoïa ? ............................................................................... 3 1.  Personnalité paranoïaque ....................................................... 3  1.1 Sémiologie et explication : .................................................................. 4 1.1.1 La méfiance : ................................................................................ 4 1.1.2 La psychorigidité : ......................................................................... 4 1.1.3 L'hypertrophie du moi : .................................................................. 4 1.1.4 La fausseté du jugement : ............................................................... 4 1.2 Mécanismes de défense psychotique : ................................................... 5 1.2.1 La dénégation ............................................................................... 5 1.2.2 La projection ................................................................................. 5 2.  Caractères communs dans le délire paranoïaque: .................... 5  2.1 Mode de début : ................................................................................. 5 2.2 Délire interprétatif : ............................................................................ 6 2.3 Délire logique : .................................................................................. 6 2.4 Délire systématisé et chronique : .......................................................... 6 3.  Les différents types des délires paranoïaques : ......................... 6  3.1 La mégalomanie et la persécution. ....................................................... 7 3.2 Les délires passionnels ....................................................................... 8 3.2.1 La jalousie: ................................................................................... 8 3.2.2 L'érotomanie: ................................................................................ 8 3.3 L'idéalisme passionnel ........................................................................ 8 3.4 les délires de revendication ................................................................. 9 4.  Cas clinique ........................................................................... 9      De Gaulle était-il paranoïaque ? ...............................................................  De Gaulle était tout d'abord ivre de grandeur ................................................  Second trait de la paranoïa, il était ivre de rigueur. ......................................   Troisième trait de la paranoïa .................................................................... 1  Dernier trait du paranoïaque, la solitude du général De Gaulle ......................   Conclusion…………………………………………………………... 12  
     
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 3
Introduction :  C'est quoi la paranoïa ? Le mot «paranoïa» (du grec par ´ a , contre, et no '' uv , esprit) est synonyme de «  folie  » dans le langage populaire allemand depuis le XVIII e siècle; «Paranoïa» prend la signification psychiatrique actuelle de «  délire systématisé progressif» d’abord en Allemagne avec avec K. Kahlbaum en 1863. Il est introduit en France par J. Seglas ( Archives de neurologie , 1887) et par le Traité clinique des maladies mentales de R. Krafft-Ebing, traduit en 1897. Seglas en donne dans ses leçons cliniques de 1895 une définition toujours valable: «On désigne sous le nom de paranoïa – folie systématique – un état psychopathique fonctionnel, caractérisé par une déviation particulière des fonctions intellectuelles les plus élevées, n’impliquant ni une décadence profonde ni un désordre général, s’accompagnant presque toujours d’idées délirantes systématisées et permanentes. Ce délire [...] se présente comme une sorte de perception inexacte de l’humanité, échappant à la loi du consensus universel, comme une interprétation particulière du monde extérieur dans ses relations avec la personnalité du malade qui rapporte tout à lui, soit en mal, soit en bien «caractère égocentrique»; et il s’accompagne toujours d’un manque de critique, de contrôle, d’une foi absolue, bien que la lucidité reste complète en dehors du délire. Les hallucinations, lorsqu’il en existe, sont créées à l’appui de ce délire, le personnifient en quelque sorte, et, par suite, ont le même caractère égocentrique.»  1. Personnalité  paranoïaque   La personnalité paranoïaque possède quatre principales caractéristiques : L'hypertrophie du moi (soucis du jugement extérieur), psychorigidité (rigide avec lui-même), fausseté du jugement (critique d'autrui non justifié), méfiance des autres.  Le comportement : l'individu est particulièrement droit et raisonne rationnellement. Il ne veut pas corriger ses propres idées et ne se fait pas aucune autocritique. C'est une personne très sensible aux échecs et refuse de pardonner la critique et les insultes d'autrui. Il a un caractère très soupçonneux l'invitant à déformer les événements et les actions. Tendance à responsabiliser autrui pour toutes fautes commises.  Les sentiment : présence d'un conflit avec la famille, les amis et le travail. Rumination intérieure des humiliations et hontes vécues. Douleur permanentes.  
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 4
 Dans un cas extrême, cette personnalité peut dégénérer en délire chronique interprétatif ou délire paranoïaque. 1.1 Sémiologie et explication : 1.1.1 La méfiance : Attitude permanente de suspicion. Crainte non fondée de l'agressivité d'autrui. Mise à distance de l'interlocuteur, soit par une politesse excessive mêlée de réticence, soit par une agressivité tantôt ouvert tantôt déguisée. 1.1.2 La  psychorigidité : Avec une froideur affective, entêtement, rigidité des attitudes, autocratisme, incapacité de mettre en cause son propre système de valeur et donc être ouvert à celui d'autrui. 1.1.3 L'hypertrophie  du  moi : Egocentrisme et autophilie exagéré, orgueil démesuré pouvant atteindre la mégalomanie, intolérance et mépris d'autrui, obstination et un despotisme. Surestimation de soi même : orgueil suffisance, il s'obstine à imposer ses idées (et quand il n'arrive pas il se trouve incompris et mal jugé) il fait référence à lui-même. 1.1.4 La  fausseté  du  jugement : C'est le trait essentiel de la structure paranoïaque : la logique du paranoïaque est faussée par la passion. Et cette emprise affective est assez forte pour lui interdire une conception exacte du monde extérieur et de lui-même car elle pèse sur les mayes actuelles et sur les souvenirs, ne laissant parvenir à la conscience du sujet que des notions partiellement sélectionnées et systématiquement truquées et incomplètes.  Même s'il est intelligent ce qui n'est pas toujours le cas, la paranoïaque ne peut se servir de ces capacités intellectuelles lorsqu'il est lui-même en cause. Le doute lui est aussi étranger que l'autocritique, il est si fragile que la moindre critique risquerait de la ruiner.  Les idées sont orientées par une croyance a priori, ce type de raisonnement est en réalité de nature hyper affectives et ne représentent en fin de compte que la justification des tendances affectives et des convictions a priori du paranoïaque.  En somme le paranoïaque est un passionnel, un subpassionnel chronique. Le paranoïa raisonne juste sur des prémisses fausses, cette fausseté du jugement fait le paranoïaque est toujours à coté des vrais problèmes. En dehors de la réalité même lorsqu'il la côtoie et qu'il est étanché à l'opinion d'autrui.  
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 5
Lorsque ces différents traits de caractère sont suffisamment accusés pour entraîner des troubles de comportement. La biographie du sujet est marquée par l'inadaptation sociale les échecs répétés et la solitude. Socialement, il est inadapté, ses assignements lui conférant une certaine précarité professionnelle sentimentale et sociale.  1.2 Mécanismes de défense psychotique : Le caractère paranoïaque est un caractère psychotique reposant sur deux mécanismes de défense typiquement psychotiques : 1.2.1 La dénégation Le paranoïaque aveugle par son affectivité ne voit pas de tout un plan de la réalité, il la hie, il se trompe ainsi sur lui-même et sur le monde, il ne voit pas la réalité. Caractère soupçonneux déformation des événements interprétation des faits. 1.2.2 La projection Toutes les difficultés, tous les échecs, le paranoïaque les porte au crédit d'autrui. Il ne se met pas en cause, s'il échoue c'est le monde est fait ou qu'on lui veut du mal, il projette sa propre plainte sur l'autre tout en se moquant réellement des mépris de ce dernier, il est violant sans faiblesse ni pitié dans les conflits.  2. Caractères communs dans le délire paranoïaque:  2.1 Mode de début : La paranoïa débute progressivement sur un terrain caractériel paranoïaque À l’occasion d’un conflit psychoaffectif d’importance variable, entre l’âge de 35 et de 40 ans. Dans ce début, nous remarquons : Le mode de début progressif, est le mode le plus fréquent.   Insidieusement et lentement, le processus délirant envahit le champ de la pensée.  Le phénom ène peut s’étaler sur plusieurs années.   Et n’être révélé que par des circonstances futures.   
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 6
2.2 Délire interprétatif :  Dans ce caractère, le sujet donne une fausse signification à un fait réel. L’intuition délirante première (l’idée de base) se trouvera confirmée par les inférences erronées et réitérées sur la réalité extérieure.  Pour ce sujet donc, tout est significatif et interprété. Ce qui est perçu est bien perçu, mais immédiatement revêtu d’une signification particulière sans rapport avec la réalité. Ces interprétations partent tout autant sur le mode subjectif interne de sujet que sur le monde extérieur.  2.3 Délire logique :  La perspective psychologique considère que l’apparition d’une pensée délirante constitue en soi un phénomène particulier, qui distingue certains groupes de patients par une vulnérabilité cognitive logique spécifique. Pour cela, cette logique nous parait toujours significative car elle part toujours du réel. Mais un réel qui est transformé en un réel exagéré, pour que les patients puissent de s’en servir. Les interprétations de réel conservent un caractère vraisemblable, si bien que le délire paranoïaque est souvent partagé par l’entourage, (délire à deux ou à plusieurs).  2.4 Délire systématisé et chronique :   Le délire est dit systématiser lorsqu’il est organisé autour d’un thème central ou d’une conviction fondamentale qui forme le point de départ de développement inférentiels, interprétatifs ou d’enrichissements secondaires cohérents avec le thème de départ.  La systématisation est maximale dans les délires paranoïaques. Elle est de moins en moins marquée suivant que l’on parcourt les différents types de délires chroniques ou systèmes délirants persistants de la psychose hallucinatoire, la paraphrénie, jusqu’au grandes schizophrénies.  L’évolution des systèmes délirants persistants sera dite systématique plutôt que systématisée, en référence au délire chronique d’évolution systématique qui passe par 4 phases successives marquées par les interprétations, les hallucinations, les idées de grandeur et la démence.   3. Les différents types des délires paranoïaques :  
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 7
3.1 La mégalomanie et la persécution. Le sujet croit constamment qu'on lui en veut à ses biens, sa vie, sa situation. Les personnes sont jalouses de lui, ne supportent pas son pouvoir. Les persécuteurs sont plus ou moins bien définis: il peut s'agir d'une personne ou d'un groupe de personnes précis (collègues, policiers, communistes...) qui se sont liguées en complot. Le monde entier peut être contre lui. Parfois, le persécuteur n'est pas ou mal défini: "on" m'en veut, "on" l'observe, etc..., mais ne sait pas qui.  Le délire est de type interprétatif: une discussion entre quidam sera forcément tournée vers lui, il développe une ambiance de roman d'espionnage, pouvant truffer les lieux des ennemis de micros, pouvant se dissimuler afin d'attendre une conversation apportant de l'eau à son moulin. Tout geste, sourire, allure, est interprétée: il croit que l'on parle de lui, qu'on veut l'empoisonner, interprète des émissions TV et radios à son égard. Le sujet peut s'isoler, refuser de se nourrir. Il est procédurier, écrivant sans cesse des plaintes répétées au procureur, à la gendarmerie, etc... Qui, ne répondant pas dans le sens de son délire, deviendront de connivence avec ses persécuteurs. Il peut vouloir se rendre justice lui même, agressif physiquement. Il faut être prudent et préférer l'hospitalisation d'office pour ce type de sujet, l'hospitalisation à la demande d'un tiers risquant de provoquer des désirs de vengeance. Le délire mégalomaniaque, lui, est volontiers intuitif: le sujet est investi d'une puissance extraordinaire et est destiné à accomplir une mission, qui s'inscrit souvent dans différents types de délires: ·  un délire mystique où le sujet est en contact avec une divinité, ou alors est la réincarnation d'un prophète. Il Cree sa propre secte, fait des adeptes; ·  un délire de filiation, prétendant être le fils de tel ou tel personnage important, généralement un membre royal ·  un délire politique, où le sujet croit influencer les événements et hommes politiques;  ·  un délire scientifique où le sujet a élaboré une grande théorie expliquant tout et où, évidemment, on en veut à sa découverte. Le délire de relation est une forme "mineure" du délire de persécution:
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 8
 Le sujet est orgueilleux, vaniteux et obstiné. Sournois et hypocrite, il agit dans le silence. Hyperesthésique, il ne tolère aucune remarque, critique ou incident: il démissionne, déménage, coupe les ponts à tout propos.  Généralement, le délire se développe dans d'authentiques difficultés: il a réellement subi des échecs, est frustré, isolé. Maladroit, il se fait rejeter à tous propos, et sa vie sentimentale est pauvre et triste. Son monde est rempli d'irrésolutions et d'insatisfactions. 3.2  Les délires passionnels  3.2.1 La jalousie:  Le sujet est persuadé que son conjoint est infidèle. C'est un délire interprétatif, s'installant de façon insidieuse, le paranoïaque accumule les "preuves": les retards, coups de téléphones, réunions professionnelles du conjoint sont interprétés. C'est un délire dangereux pouvant aboutir au meurtre du conjoint ou du rival, avec suicide associé.  3.2.2 L'érotomanie: Le sujet a l'illusion délirante d'être aimé par une personne avec laquelle il n'a aucune relation réelle. Il peut s'agir d'un personnage illustre, ou d'un quidam. Le délire débute souvent par un événement insignifiant, tel un regard, une poignée de main, ou un autographe. Ensuite, le délire s'organise de façon interprétationnelle, où le moindre geste, la moindre parole est dirigée dans le sens du délire: un silence est une approbation, un refus une "relance" déguisée. L'évolution peut devenir dangereuse avec le temps, l'érotomane voulant se venger. 3.3  L'idéalisme passionnel Ce type de paranoïa s'investi de façon tout à fait exagérée dans un système d'idées politiques, religieuses ou scientifiques, volontiers généreuses et altruistes. Le paranoïaque devient alors une arme redoutable destinée à soumettre les autres à ses idées, à son pouvoir, dans un système totalitaire. Ils sont convaincus de leur bon droit, l'autre se trompant forcément. Il n'existe que leur vérité, et toutes les autres sont à bannir, parfois par des actes terroristes (extrémistes voulant imposer au monde leur religion qui ne peut qu'être la meilleure). On distingue par exemple les idéalistes politiques, prêchant paix et bonheur dans un système utopique, mais devenant dictateurs en imposant leur conception du bonheur et de la liberté en cas d'accès au pouvoir. On peut aussi citer les
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 9
gourous et autres grandes "réincarnations cosmiques interplanétaires", exerçant leur pouvoir sur un parterre d'adeptes isolés du monde extérieur 3.4 Les délires de revendication  C'est un délire de préjudice, où le sujet est persuadé avoir été victime d'une erreur ou d'une injustice, et arpentant alors tous les systèmes juridictionnels possibles afin d'obtenir gain de cause. Son existence entière ne devient alors plus que tournée vers la réparation de cette injustice. C'est un délire gênant car bruyant et facilement étalé sur la place publique. Il se rapproche du délire de quérulence ou le sujet passe sa vie à faire des procès à n'importe qui pour n'importe quel prétexte, le plus futile soit-il.  4. Cas clinique Introduction 1    Dans la seconde moitié de notre XXe siècle, le pouvoir et la folie sont revenus en Méditerranée. La raison en est fort simple. Depuis la bombe atomique, il existe un équilibre de la terreur. D'ou la fin des guerres mondiales. On se bat désormais autour de Mare Nostrum, comme dans 1'Antiquité. II y a sans doute plusieurs raisons à cela, mais la première est incontestablement le pétrole, 1'or noir, parce qu'il apporte la puissance économique. Or, il suffit de regarder une carte pour voir que le pétrole se trouve dans les pays arabes. Le résultat, c'est qu'on  va voir cinq déséquilibres en méditerranée, quatre conquérants arabes (Bourguiba, Kasafi, Saddam Hussein, Khomeiny), et DE GAULLE . Le livre d'Alain Peyrefitte est en train de le démontrer aux ; Français : DE GAULLE est un paranoïaque ! Son livre "C'était DE GAULLE" , qui vient de paraître, apporte un témoignage irréfutable, car 1'auteur transcrivait chaque soir sur ses carnets les notes qu'il prenait le jour au cours des Conseils des ministres et de trois cents entretiens en tête à tête avec le général. Il parle aujourd'hui après un délai légal - et moral, dit-il - de trente ans. Le résultat est un livre explosif, ou la statue du commandeur, sculptée avec soin par les historiens gaullistes, sort passablement effritée. Mais, DE GAULLE était-il un paranoïaque ?   1.  DE GAULLE était tout d'abord ivre de grandeur                                                  
1 Docteur F. Destaing professeur honoraire à la faculté de Médecine de Nice, « DE GAULLE était-il  un paranoïaque ? »  
 
 
Paranoïa et délire de grandeur 10   On savait déjà qu'il se prenait pour Dieu le Père, un peu comme Mitterrand dans le Bébête Show. Vous vous souvenez de 1'anecdote qu'on racontait en Algérie. Lorsque DE GAULLE arrive au ciel, il s'assied au centre de la table. "Non, c'est la place de Dieu, lui dit saint Pierre ! Ça ne fait rien, répond DE GAULLE, je le prendrai à ma droite". Á Colombey les deux églises, le dimanche, à la messe, DE GAULLE dialoguait d'ailleurs avec les grands personnages de 1'Histoire de France, comme l'a expliqué Alain Peyrefitte à Alain Duhamel. "Savez-vous pourquoi il se mettait invariablement au dixième rang ? Parce que c'est la seule place d'ou il pouvait voir à la fois le vitrail de Jeanne d'Arc d'un côté et le vitrail de Saint-Louis de 1'autre côté ". DE GAULLE aimait Jeanne d’Arc parce que c'est elle qui a su le mieux parler de la résistance à 1'envahisseur. Avec Saint Louis, DE GAULLE aimait aussi dialoguer parce que c'est lui qui a su le mieux parler de la grandeur de la France.  2.  DE GAULLE avait un second trait de la paranoïa, il était ivre de rigueur.   Et c'est cette rigueur fanatique qui le poussait tout droit au racisme. Ecoutez ce qu'il dit des musulmans à Alain Peyrefitte. "Les musulmans, vous êtes allé les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français... Nous ne pouvons pas tenir à bout de bras cette population... prolifique comme des lapins... Les Arabes sont des Arabes et les Français sont des Français". Ecoutez ce qu'il dit des Noirs "On a prétendu faire des Nègres de bons Français. On leur a fait réciter "Nos ancêtres les Gaulois". Ce n'était pas très malin". Ecoutez-le parler des Pieds-Noirs: "Pendant la guerre, ces gens-là ne nous aimaient pas... C'est de la mauvaise graine, des blousons noirs".  Et voici ce qu'il dit encore de 1'integration "Ceux qui prônent l'intégration out une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau... L'intégration est une entourloupette... un tour de passe-passe puéril... un attrape-couillons... (Si nous faisions l’intégration) mon village ne s'appellerait plus Colombey les deux églises, mais Colombey les deux mosquées  . Et voici ce qu'il répond quand on lui parle des Français d'Algérie "L'Algérie Française, ce serait une boite à scorpions... un effort ruineux... un terrible boulet. Il faut le détacher". C'est cette rigueur intransigeante, absolue, qui fait comprendre pourquoi DE GAULLE était incapable de faire du sentiment. Lorsque Peyrefitte lui demande quelques phrases de compassion pour les Pieds-Noirs qui traversent la Méditerranée après les accords d'Evian, il se heurte à un non absolu. "Voilà qui eut pourtant évite plusieurs milliers de morts" déplore Peyrefitte.   
 
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.