Analyse morphosémantique de l'aspectuo-temporalité en français : le cas du préfixe RE-, A morphosemantic analysis of the aspectuo-temporal values of the French prefixation : the case of the prefix RE-

De
Publié par

Sous la direction de Denis Apothéloz
Thèse soutenue le 10 décembre 2007: Nancy 2
Notre travail de recherche est consacré à l'analyse, d'un point de vue aspectuel, du rôle de la morphologie dérivationnelle dans le processus de construction du sens aspectuel lexical. Le préfixe RE- est très intéressant parce que sa structure processuelle est complexe. Il implique une relation entre un procès présupposé et un procès posé et cette relation est établie par un troisième procès, intermédiaire, qui crée un lien de continuité, de reprise ou d'interruption. L'activation de ces liens est notamment dépendante du sens de la base lexicale du dérivé et du sens aspectuel de cette même base. Le préfixe RE- est donc un opérateur de dérivation dont une des valeurs est aspectuo-temporelle et agit sur deux dimensions de la temporalité linguistique : la première est quantitative, il s'agit de l'itération ; la seconde est qualitative, elle traduit la relation temporelle établie entre les trois procès signifiés par le dérivé.
-Temps
-Aspect lexical
-Préfixation
-Verbe
-Dérivés verbaux
-Sémantique temporelle
-Morphologie
Our research is centered on the analysis of the role of morphological derivation in the elaboration of the lexical aspectual meaning. The prefix RE- is particularly interesting because of the complexity of its processual structure. RE- implies a relation between a presupposed process and a posited process, and this relation is established by a third - intermediate - process, which can signify continuity, resumption or interruption. The activation of this relation depends in particular on the meaning of the lexical base of the derived term and on the aspectual meaning of this base. The prefix RE- is thus an operator of derivation which possesses a temporal/aspectual value acting on two dimensions of linguistic temporality : the first, iteration, is quantitative, and the second is qualitative, as it expresses the temporal relation established between the three processes signified by the derived term.
Source: http://www.theses.fr/2007NAN21011/document
Publié le : mardi 25 octobre 2011
Lecture(s) : 124
Nombre de pages : 305
Voir plus Voir moins

Université de Nancy 2
ATILF (UMR 7118)










ANALYSE MORPHOSÉMANTIQUE DE
L’ASPECTUO-TEMPORALITÉ EN FRANÇAIS.
Le cas du préfixe RE-.




THÈSE
présentée en vue de l’obtention du titre de
docteur en Sciences du langage

par
M. Laurent Mascherin


sous la direction de M. Denis Apothéloz

décembre 2007




Composition du jury

Mme Dany Amiot, prof., Université d’Artois (rapporteur)
M. Carl Vetters, prof., Université du Littoral – Côte d’Opale (rapporteur)
M. Bernard Combettes, prof., Université de Nancy 2
M. Denis Apothéloz, prof., Université de Nancy 2

REMERCIEMENTS




Je tiens tout d’abord à remercier mon directeur de thèse, Monsieur Denis Apothéloz,
pour tout le temps qu’il a consacré à mon travail, pour m’avoir fait confiance tout au long de
ce parcours et m’avoir soutenu dans tous les projets et toutes les démarches que j’ai entrepris.
Je remercie également Gilles Boyé pour son appétit contagieux de la linguistique, pour
son dynamisme et tous les conseils qu’il m’a prodigués.
Enfin, je remercie Monsieur Bernard Combettes qui a été l’initiateur de mes
recherches en linguistique en dirigeant mon mémoire de maîtrise.

Ce travail doit beaucoup au laboratoire ATILF et à Jean-Marie Pierrel qui m’ont donné
les moyens techniques, les soutiens financiers et humains pour mener à bien cette recherche.
Merci également à tous les membres du laboratoire qui ont rendu plus légers les moments les
plus difficiles, un remerciement particulier à Nicole Barre, Michèle Baermann, Jean-Luc
Benoit et Willy Stumpf.
Je remercie également l’Ecole Doctorale « Langage, Temps, Société » de l’Université
Nancy2 qui m’a octroyé une bourse de fin de thèse.

Je tiens à remercier M. Carl Vetters, Mme Dany Amiot et M. Bernard Combettes
d’avoir accepté de participer au jury.

Je remercie aussi tout particulièrement Catherine Kellou et Yvon Keromnès pour leur
relecture de mon travail, ainsi que Virginie Andrée, Eva Buchi, Manu Canut, Manu Colin,
Merce Coll, Hortensia Curell, Matthieu Delatte, Zafar Ganiev, Luis Garcia Fernandez,
Laurent Gosselin, Evelyne Jacquey, Brenda Laca, Marie-Laurence Knittel, Cathy Pira,
Halima Sahraoui, Dorota Sikora, et l’ensemble des doctorants de l’ATILF pour leurs
commentaires et pour toutes les discussions que nous avons eues à différents niveaux de ce
travail ainsi que pour tout le temps qu’ils m’ont consacré.

Enfin, je remercie tous mes amis qui ne m’ont pas abandonné malgré mon caractère
évanescent de ces dernières années, ma famille qui ne m’a jamais découragé malgré leurs
moments de doutes. Et surtout, merci à Malya qui m’a accompagné tout au long de ce
parcours et avec qui tout a été possible.




























à Noa,
entrée dans la vie active
















Sommaire

Introduction générale.......................................................................................... 8
Chapitre 1. Le temps dans la langue et dans le discours............................... 11
1 Généralités sur la distinction entre temps empirique et temps linguistique ........... 11
1.1 Langage, langue et temps..................................................................................... 11
1.2 Le temps empirique.............................................................................................. 12
1.2.1 Paradoxes du temps empirique..................................................................... 12
1.2.2 Contenu du temps em........................................................................ 13
1.3 Le temps linguistique ........................................................................................... 14
1.3.1 Déixis et représentations temporelles........................................................... 14
1.3.2 « Des » temporalités linguistiques ............................................................... 15
2 Trois caractéristiques du temps................................................................................ 16
2.1 Les différents sens du mot temps vus par les linguistes....................................... 16
2.2 Les caractéristiques de la notion de temps 18
2.2.1 Caractéristiques universelles du temps ........................................................ 18
2.2.2 Caractéristiques conventionnelles du temps ................................................ 19
2.2.3 Caractéristiques individuelles du temps....................................................... 20
2.3 Schéma des distinctions ....................................................................................... 21
3 Les marqueurs de la temporalité en français .......................................................... 22
3.1 La temporalité et l’opposition lexique contre grammaire.................................... 22
3.1.1 Unités dénombrables vs unités non-dénombrables ...................................... 23
3.1.2 Unité autonomes vs unités liées ................................................................... 24
3.1.3 Sens « plein » vs sens « vide » ..................................................................... 26
3.1.4 Le plan notionnel et les oppositions interne vs externe et fréquent vs rare. 30
3.2 Les notions temporelles véhiculées par les signes linguistiques.......................... 33
3.3 La localisation temporelle .................................................................................... 34
3.3.1 La question de la déixis dans le système des tiroirs..................................... 34
3.3.2 porelle et les repères conventionnels............................. 41
3.4 La quantification temporelle ................................................................................ 45
3.4.1 Les catégories de la quantification............................................................... 45
3.4.2 Les propriétés de la quantification 50
3.5 La qualification temporelle .................................................................................. 53
3.5.1 Qualification et notion de procès ................................................................. 53
3.5.2 La qualification et son expression grammaticale ......................................... 53
4 Préambule aux concepts aspectuels et à la terminologie ........................................ 56
Chapitre 2. La notion d’aspect : histoire et évolution ................................... 59
1 Aspect .......................................................................................................................... 59
1.1 Origine du terme................................................................................................... 59
1.2 Origine du concept d’aspect................................................................................. 60
1.3 L’aspect slave....................................................................................................... 61
1.3.1 Une double opposition 61
1.3.2 L’interaction entre morphèmes aspectuels et temporels .............................. 63
1.3.3 Le statut des morphèmes aspectuels slaves.................................................. 64 1.3.4 Les différents processus d’aspectualisation ................................................. 65
1.4 L’aspect et les langues.......................................................................................... 71
1.4.1 Hétérogénéité des marqueurs aspectuels et intrication des données ............ 71
1.4.2 Diversité des approches théoriques.............................................................. 72
2 Aspect et Aktionsart................................................................................................... 74
2.1 Origine du terme Aktionsart................................................................................. 74
2.2 Aktionsart et aspect lexical .................................................................................. 79
2.2.1 Origine des typologies de l’aspect lexical.................................................... 79
2.2.2 Typologie de Vendler sur la base de tests 80
2.2.3 Instabilité des classes de verbes et rôle du contexte..................................... 82
2.3 Difficultés terminologiques 83
3 Temps et aspects......................................................................................................... 88
3.1 Exemples de la polysémie sémantique des tiroirs en français ............................. 88
3.1.1 Les tiroirs simples au sens morphologique .................................................. 88
3.1.2 Les tiroirs composés au sens morphologique du terme................................ 90
3.2 Temps impliqué et temps expliqué....................................................................... 92
3.2.1 Aspects et tiroirs, de la tension à l’extension............................................... 93
3.2.2 Temps et tiroirs, de la décadence à l’incidence............................................ 96
3.3 Le système de Reichenbach ................................................................................. 98
3.3.1 Le point R..................................................................................................... 98
3.3.2 Organisation des tiroirs .............................................................................. 100
3.3.3 Le système de Reichenbach appliqué aux phrases complexes................... 102
3.3.4 L’extension du temps de l’événement........................................................ 103
3.3.5 Une vision aspectuelle au sein du système................................................. 104
3.4 Les analyses référentielles inspirées de Reichenbach : le modèle de Gosselin . 105
3.4.1 Le cadre théorique de Gosselin. La structure aspectuo-temporelle............ 106
3.4.2 Adaptation du système de Reichenbach : les quatre intervalles................. 108
3.4.3 Les quatre dimensions aspecto-temporelles............................................... 109
3.4.4 Procédure de calcul .................................................................................... 114
4 Bilan........................................................................................................................... 117
Chapitre 3. Les trois sources linguistiques principales des informations
aspectuo-temporelles et leurs interactions.................................................... 119
1 Le lexème verbal....................................................................................................... 120
1.1 Définition et propriété du verbe ......................................................................... 120
1.2 La nature processuelle de la catégorie verbe...................................................... 122
1.2.1 Valeur temporelle propre à la catégorie lexicale verbe.............................. 122
1.2.2 L’opposition action/état.............................................................................. 124
1.2.3 Définition de la notion de procès ............................................................... 125
1.3 Verbe et mode de procès .................................................................................... 126
1.3.1 Relation entre valeur lexicale et valeur temporelle du verbe ..................... 126
1.3.2 Valeur temporelle du procès et discours .................................................... 128
2 Les tiroirs .................................................................................................................. 130
2.1 La notion de tiroir : définition morphologique et contenu sémantique.............. 130
2.2 Les différentes valeurs de l’aspect flexionnel 131
2.3 Le rôle et le sens aspectuel des périphrases verbales......................................... 134
2.3.1 Les périphrases aspectuelles et le type de focalisation sur le procès ......... 134
2.3.2 Les périphrases aspectuelles à la base des tests d’aspect........................... 136
3 La complémentation verbale................................................................................... 145
3.1 Les compléments de temps à valeur qualitative................................................. 145

3.2 La notion de valence : l’agentivité, les compléments d’objet............................ 148
3.2.1 La transitivité et l’instabilité de la valeur aspectuelle des procès .............. 148
3.2.2 Le rôle du complément dans la détermination du mode de procès, l’exemple
du verbe traverser. ..................................................................................................... 150
3.2.3 Le rôle de l’agent et du sujet dans la détermination de la catégorie
aspectuelle. ................................................................................................................. 155
4 Bilan........................................................................................................................... 157
Chapitre 4. Les modes de procès : typologies disponibles........................... 158
1 Objectif d’une typologie pour la definition du mode de procès 158
1.1 La typologie de Vendler à la base d’une définition purement linguistique........ 158
1.1.1 Les classes Vendlériennes.......................................................................... 158
1.1.2 Organisation hiérarchique sur la base de tests des classes aspectuelles et de
leur contenu sémantique............................................................................................. 160
1.2 La typologie de Mourelatos pour une définition ontologique du MDP ............. 163
2 L’exposant du MDP dans les typologies : verbe, prédicat, phrase ?................... 166
2.1 L’aspect prédicatif de Verkuyl. 166
2.1.1 La compositionnalité syntaxique................................................................ 166
2.1.2 Typologie de Verkuyl................................................................................. 167
2.2 L’aspect phrastique chez Vet ............................................................................. 170
2.2.1 La compositionnalité sémantique............................................................... 170
2.2.2 Typologie et traits sémantico-aspectuels.................................................... 172
2.3 La typologie logico-intensionnelle de Karolak .................................................. 176
2.3.1 Le lexème verbal au centre de la structure aspectuelle .............................. 176
2.3.2 Typologie et composition sémantico-conceptuelle .................................... 184
3 Bilan sur les typologies............................................................................................. 187
3.1 Définition du MDP 187
3.2 Délimitation du MDP......................................................................................... 187
3.3 Les classes de MDP............................................................................................ 188
Chapitre 5. Les modes de procès : quelques propositions pour une autre
typologie ........................................................................................................... 189
1 Les éléments nécessaires à l’élaboration d’une typologie du MDP ..................... 190
1.1 Le MDP entre langue et discours ....................................................................... 190
1.1.1 Mode de prise en compte des arguments du verbe pour la typologie ........ 190
1.1.2 pte des tests pour la typologie des verbes............... 192
1.2 Les principales distinctions conceptuelles opérées par les traits sémantiques... 194
1.2.1 Dynamique actionnelle et bornes de dynamisme : le trait dynamique et
l’agentivité.................................................................................................................. 194
1.2.2 La transitionnalité : les satellites antonymes et résultatifs ........................ 195
1.2.3 Absence de durée et durée intrinsèque : les traits duratif et ponctuel........ 197
1.2.4 Structure interne du procès, structure externe et bornes : les traits
homogènes et téliques ................................................................................................ 200
2 La structure du procès et les deux traits aspectuels fondamentaux .................... 201
2.1 Homogénéité et types de structures internes des procès .................................... 201
2.1.1 Homogénité et hétérogénéité...................................................................... 201
2.1.2 Propriétés de mesure, sous-ensemble, union.............................................. 203
2.1.3 Les intervalles en relation aux processus actionnel et temporel ................ 208
2.2 La télicité et les différents types de bornes ........................................................ 209

2.2.1 L’opposition Aristotélicienne entre verbes de kinesis et verbes d’energia 210
2.2.2 Le « paradoxe de l’imperfectif »................................................................ 212
2.2.3 L’opposition entre valeur processuelle et valeur temporelle ..................... 213
2.2.4 La frontière linguistique entre télicité et bornage ...................................... 215
2.2.5 Les différents types de bornes.................................................................... 217
2.2.6 Bornage, télicité et structure du MDP........................................................ 218
3 Les classes aspectuelles ou « Classes de mode de procès » ................................... 220
3.1 Typologie du MDP en sept classes 220
3.1.1 Les états...................................................................................................... 220
3.1.2 Les activités................................................................................................ 223
3.1.3 Les accomplissements................................................................................ 225
3.1.4 Les achèvements ........................................................................................ 226
Chapitre 6 – Les marqueurs lexicaux de l’aspectuo-temporalité............... 228
1 L’itérativité en relation avec la structure aspectuo-temporelle du procès ......... 229
1.1 L’itérativité à la croisée des valeurs aspectuo-temporelles................................ 229
1.2 La quantification entre localisation et qualification........................................... 230
1.3 Le statut de la quantification sur le plan aspectuo-temporel.............................. 231
1.3.1 La quantification marquée par des adverbes spécifiques........................... 231
1.3.2 La quantification et l’absence de marqueur lexical spécifique .................. 233
1.4 Le caractère aspectuel de l’itérativité et le préfixe RE-....................................... 238
2 Les analyses de la préfixation en re-. état de la question ...................................... 240
2.1 Les différentes formes du préfixe RE-. ............................................................... 241
2.2 Analyse descriptive en discours des effets de sens des lexèmes en RE-,
l’empirisme des anciennes descriptions ......................................................................... 241
2.3 Analyse du sens et des effets de sens des dérivés en RE-, analyse structuraliste et
réduction des sens........................................................................................................... 244
2.4 Le sens du préfixe RE-, vers une unité du sens en langue. ................................. 246
2.4.1 RE- un « opérateur de relation à caractère rétrospectif » ............................ 246
2.4.2 RE- opérateur itératif portant sur les différents constituants de la scène
actancielle................................................................................................................... 249
2.4.3 RE- opérateur itératif portant sur la base et les paramètres de la base........ 252
2.5 Bilan 257
3 Délimitation des données ......................................................................................... 258
3.1 Caractérisation générale de RE- .......................................................................... 258
3.1.1 Compositionnalité morpho-sémantique et modes de composition ............ 258
3.1.2 Arbitraire relatif et motivation ................................................................... 260
3.1.3 La question de la productivité .................................................................... 260
3.1.4. Distinction entre diachronie et synchronie................................................. 264
3.1.5. Caractérisation générale de l’opérateur RE-................................................ 265
3.2 Les différentes formes d’« irrégularités de façade » .......................................... 266
3.2.1 Les « trous » lexicaux................................................................................. 267
3.2.2 Les bases non-autonomes........................................................................... 267
3.2.3 Intervention d’une variation de spécialité .................................................. 268
3.2.4 Composante superficielle du sens du préfixe RE-....................................... 268
3.2.5 Base lexicale non-verbale 269
3.2.6 Les homonymes.......................................................................................... 270
3.2.7. Irrégularités liées à des contraintes pragmatiques...................................... 271
3.3 Bilan ................................................................................................................... 271
4. Quelques exemples d’analyse aspectuelle de dérivés en RE-..................................... 272

4.1. Perspective adoptée............................................................................................ 272
4.2. Les types de temporalité des préfixes en RE- ..................................................... 272
4.2.1. Dissociation temporelle des procès itérés .................................................. 272
4.2.2. Structure aspectuelle en trois temps des dérivés en RE- ............................. 274
4.2.3 Les différents types d’intervalles et de bornes........................................... 275
4.3. Les interactions entre la structure aspectuelle de la base et l’opération de
dérivation........................................................................................................................ 277
5 Bilan........................................................................................................................... 281
Conclusion........................................................................................................ 282
Annexes............................................................................................................. 288
Index des auteurs............................................................................................. 293
Bibliographie.................................................................................................... 296

Introduction générale

Problématique

Cette thèse s’attache à décrire la notion d’aspect et à proposer une nouvelle lecture du
sens aspectuel des procès véhiculé par le lexème verbal. Dans ce travail, nous nous sommes
donné pour objectif d’analyser le sens aspectuel de lexèmes verbaux complexes qui, sur le
plan morphologique, sont formés par dérivation. Le sujet de notre travail se situe : d’une part,
au niveau de la recherche du fonctionnement du verbe et de son sens ; et d’autre part, au
niveau de la recherche des formes d’expression du procès (verbes, expressions prédicatives de
grandeurs variées…) et de l’aspectuo-temporalité. La question de l’aspect qui appartient au
domaine du temps a une importance primordiale dans la recherche en linguistique notamment
en raison de sa présence dans un très grand nombre de langues sous des formes
morphologiques radicalement différentes (verbes, affixes, périphrases verbales, structure
syntaxique, adverbes, …) ; et également parce que son analyse indique un mode particulier de
l’expression du temps dans le langage. Cette notion se doit d’être délimitée, autant dans les
formes qui la véhicule que dans l’interaction de ces formes au niveau des séquences
d’événements.

En français, le verbe par ses valeurs morphologiques et sémantiques spécifiques est
l’élément central de la notion d’aspect. Il véhicule des informations temporelles par
l’intermédiaire de la flexion et dans son sémantisme même ; par exemple, exploser implique
une temporalité du type immédiat, tandis que courir implique une certaine durée. Les
informations temporelles spécifiques au sémantisme du verbe font partie de la catégorie de
l’aspect car elles appartiennent au concept d’action (ou procès) dont les traits discriminants
sont principalement la durée et le bornage. Pour autant, une restriction de l’expression de
l’aspect au verbe est difficile, car les verbes sont insaturés. Leur sens aspectuel varie, se
modifie ou s’enrichit en fonction du co(n)texte, de la flexion et de la dérivation. Par ailleurs,
l’information aspectuelle véhiculée par les verbes est une information sémantique seconde
logiquement. L’information sémantique principale du verbe courir est le déplacement, le fait
que ce déplacement prenne du temps est une information seconde.

Mon analyse s'appuie sur les deux notions aspectuelles principales qui sont le mode de
procès (ou aspect lexical) et l’aspect morphologique (dit aussi aspect grammatical ou
aspect flexionnel). Par aspect morphologique, nous entendons, en français, l’aspect véhiculé
par la flexion verbale. Le mode de procès, hormis quelques cas particuliers, n'est pas marqué
par des morphèmes spécifiques mais, en français, il est véhiculé principalement par le lexème
verbal. Le mode de procès est tributaire de la polysémie des lexèmes verbaux, ainsi que de
facteurs discursifs et de l'aspect morphologique. Pour mettre au jour les principaux vecteurs
d'instabilité sémantique des verbes, deux directions de recherche sont explorées : la première
consiste à distinguer lexème verbal (point de vue de la langue) et prédicat verbal (point de vue
du discours) ; l’autre consiste en une exploration des rapports complexes qu'entretiennent en
discours l'aspect morphologique et le mode de procès.



Plan de la thèse

Chapitre 1 – Ce premier chapitre vise, comme dans tout travail sur l’aspectuo-temporalité, à
distinguer ce qui dans la notion générale de temps concourt à l’analyse linguistique du temps.
Dans ce chapitre, nous posons que la temporalité en linguistique ne renvoie pas à un unique
référent qui serait un temps absolu, mais au contraire qu’il faut distinguer plusieurs
dimensions temporelles. Ces dimensions sont définies d’un point de vue notionnel, et elles
sont mises en relation avec la structure morpho-sémantique des éléments linguistiques qui les
expriment. Ceci aboutit à une distinction de trois dimensions : localisation temporelle,
quantification temporelle et qualification temporelle. Cette position que nous prenons,
c’est-à-dire de lier les formes linguistiques directement aux notions temporelles, est un choix
délibéré lié au rejet de l’opposition lexique vs grammaire. Les notions linguistiques pures de
grammaire et de lexique qui sont censées expliquer l’organisation et le type de contenu des
différentes informations véhiculées par les signes linguistiques, sont contestables sur les trois
1plans : sémantique, formelle et catégorielle .

Chapitre 2 – Le second chapitre propose un aperçu historique de l’évolution de la notion
d’aspect. Nous revenons donc sur l’origine slave de l’aspect, et sur son marquage lexical,
ainsi que sur les relations étroites établies entre les marqueurs aspectuels dérivationnels et les
marqueurs temporels flexionnels. Le passage de ce concept des langues slaves aux langues
romanes entraîne diverses questions, notamment sur le type de contenu aspectuel véhiculé
ainsi que sur la nature des formes qui véhiculent l’aspect. Cette évolution de la notion
d’aspect se situe sur deux axes transversaux qui sont : le déplacement de la problématique
aspectuelle grammaire/lexique vers une opposition lexique/discours ; et, la distinction sur le
plan conceptuel cette fois-ci, entre temporalité et aspectualité. Enfin, nous rappelons quelques
théories et modèles qui expliquent le système d’expression aspectuo-temporel en français.
Nous nous appuyons sur les analyses développées par Guillaume dans son optique mentaliste,
ainsi que sur le modèle référentiel de Reichenbach adapté et enrichi en français par Gosselin.
Cette partie sert donc d’introduction aux différentes dimensions de l’aspect et à ses relations
avec la catégorie du temps. Nous relevons également les nombreux problèmes
terminologiques qui contribuent à la complexité de cette notion.

Chapitre 3 – Dans ce chapitre, nous mettons en correspondance les différents moyens
d’expression de l’aspect en français (sources), en montrant quels types de valeurs ils
expriment, et de quelles manières ils interagissent. Notre objectif est de rendre compte des
différents niveaux de l’expression de l’aspect et des définitions qui sont proposées pour régler
les différents problèmes de calcul de l’aspect en discours. La discussion porte notamment sur
la nature lexicale ou prédicative de l’expression du procès. Dans ce chapitre, nous proposons
de dépasser l’opposition langue/discours pour rendre compte, à partir de la valeur sémantique
du lexème verbal, de la qualification temporelle. Nous partons donc de l’analyse aspectuelle e verbal pour ensuite aborder le rôle de la flexion, le rôle des périphrases
aspectuelles et le rôle de la complémentation verbale.

Chapitre 4 – Ce chapitre est consacré aux typologies du mode de procès. Les analyses de
l’aspectuo-temporalité sont nombreuses, les typologies du MDP également. Nous n’avons pas
effectué ici un résumé de toutes les approches, mais nous avons voulu montrer quatre analyses
différentes en partant de la typologie de Vendler. Ces analyses nous semblent particulièrement
représentatives des conceptions principales : sur la définition du MDP, sur les limites de

1 Nous entendons par « catégoriel » les différentes parties ou catégories du discours.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi