Entre sacrifice et sacré : l'écriture de Toni Morrison., Writing in between Sacrifice and the Sacred : toni Morrison's Fiction

De
Publié par

Sous la direction de Claudine Raynaud
Thèse soutenue le 30 novembre 2009: Tours
Cette étude aborde l’œuvre de Toni Morrison à travers le prisme du sacré. Elle explore comment les romans offrent, d’un point de vue thématique et littéraire, une toile structurelle et formelle permettant l’accès au sacré – à cette transcendance dont le lecteur ne revient pas indemne. L’acte sacrificiel et la violence sont au cœur de la diégèse des romans. La reproduction du geste sacrificiel dans l’acte de « lecture-écriture » (terme emprunté à Henri Meschonnic) élabore le passage, au fil des romans, de la mise à mort des personnages au don (de l’être, de l’œuvre), comme en atteste le titre du dernier roman, A Mercy. L’idée de séparation véhiculée par l’étymologie du mot « sacré » est explorée à travers la dichotomie du pur et de l’impur ; le positionnement systématique des personnages d’un côté et de l’autre d’un écran de « pureté » participe au processus de sacralisation et tisse le fil rouge de la contagion, générée dans le texte même. Ce travail explore dans quelle mesure le sacré se répercute sur l’écriture, au point de devenir la condition du dé-pli et de l’expérience figurale du texte. La composition à l’œuvre dans les romans orchestre une écriture vivante, à haute voix, à l’orée du sentiment, qui rend très souvent compte de l’élément non rationnel du « divin ». Celui-ci est à même de souligner l’impact de l’écriture morrisonienne sur le lecteur, alors que le ressenti commun entre écrivain et lecteur, propre à l’écriture dialogique, génère la pulsion d’écrire.
-Ecriture
-Don
-Sacré
-Pur
-Sacrifice
-Impur
This study investigates Toni Morrison’s oeuvre from the standpoint of the sacred, and in particular how the sacred bears upon the writing itself, thus transforming the text into the locus and condition of the reader’s experience. Morrison’s work is thematically and formally predicated upon an access to the sacred/holy. The concept of the sacred is indeed highly relevant in Toni Morrison’s work, since the very act of composing/conducting the novels is heard and set in an affective language which often renders the non-rational element of the divine, referred to here as the “holy”. Its ability to move and astound the reader is rendered through actual or textual sacrifice. As the title of her latest novel, A Mercy, suggests, the sacrificial gesture which is reproduced in the reading/writing experience (following Meschonnic’s concept of “lecture-écriture”) creates an intimate link between the characters’ sacrificial deaths and the gift of the book, thereby inscribing sacrifice and violence at the very heart of the novels. The idea of separation conveyed by the etymology of the word “sacred” is explored through the dichotomy of “purity” versus “impurity” in the novels, where characters labelled as either pure or impure participate in the sacralising process. The concept of the sacred/holy not only accounts for the impact of Toni Morrison’s writing on the reader; it also sheds light on the dialogical nature of her work from which arises the shared impulse that is the reading/writing of the book.
-Holy
-Figural
Source: http://www.theses.fr/2009TOUR2011/document
Publié le : samedi 29 octobre 2011
Lecture(s) : 95
Tags :
Nombre de pages : 413
Voir plus Voir moins


UNIVERSITÉ FRANÇOIS -
RABELAIS

DE TOURS

ÉCOLE DOCTORALE SHS
Groupe de Recherche Anglo-Américaine de Tours

THÈSE présentée par :
Emmanuelle ANDRES

soutenue le : 30 novembre 2009


pour obtenir le grade de : Docteur de l’université François - Rabelais
Discipline/ Spécialité : ANGLAIS


ENTRE SACRIFICE ET SACRÉ :
L’ÉCRITURE DE TONI MORRISON



THÈSE dirigée par :
Madame RAYNAUD Claudine Professeur des Universités, Université François Rabelais de Tours

RAPPORTEURS :
Madame PERRIN-CHENOUR Marie-Claude Professeur des Universités, Université de Paris
Ouest Nanterre
Madame SAMMARCELLI Françoise Professeur des Universités, Université de Paris
Sorbonne

JURY :
Madame MICHLIN Monica Maître de Conférences, Université de Paris Sorbonne
Madame PERRIN-CHENOUR Marie-Claude Professeur des Universités, Université de Paris Ouest
Nanterre
Madame RAYNAUD Claudine Professeur des Universités, Université François Rabelais de Tours
Madame SAMMARCELLI Françoise Professeur des Universités, Université de Paris Sorbonne









À ma mère et à son sourire, toujours
2

Remerciements

À Toni Morrison : au détonateur intellectuel et affectif de son écriture ; au
dialogue profond qu’elle instaure. J’ai eu la chance de pouvoir la remercier en
personne, un soir de nuit noire, devant la pyramide du Louvre…

À ma directrice de thèse, Madame Claudine Raynaud, qui a accepté de me suivre
dans cette aventure et m’a soutenue dans mes avancées professionnelles, de
l’obtention de l’agrégation à ma nomination à l’université de La Rochelle. Ses
remarques, qui ont toujours stimulé mon travail et son soutien dans mes
moments de doute m’ont poussée à aller plus loin.

À mon père, son amour, sa générosité et sa capacité unique à être LÀ.

À Pierre et à son Amour sur le chemin qu’on a choisi. Ce travail est aussi le fruit
de sa patience et de son soutien au quotidien.

À mon frère et aux doutes qu’il n’a pas quand il s’agit de sa petite sœur.

À Martine, ma cousine, ma sœur, de toutes les tourmentes et de toutes les
envolées.

À ma famille et mes amis, sans qui je n’aurais pas eu la confiance d’affronter la
rédaction d’une thèse de doctorat. Qu’ils soient encore, ou non, sur mon
chemin, ils m’accompagnent plus que je ne saurais le dire.

À Dan qui, par delà les naufrages, a toujours cru que je mènerais à bien ce projet
qui me tenait tant à cœur.

À Suzette, ma compagne de route dans cette aventure. Elle a su transformer ce
parcours en solitaire en voyage solidaire ; j’ai rencontré une co;doctorante, une
collègue, et une amie chère.

À Maboula, mon autre compagne de route ; son soutien, son amitié et son
incitation à accélérer la rédaction à un moment crucial m’ont donné des ailes.

À Rémy, ami relecteur fidèle qui n’aime pas être remercié.

À Rémy, Martine, James, Brigitte et Sue, qui m’ont poussée à poursuivre et
terminer la rédaction, et qui sont la raison amicale et professionnelle pour
laquelle j’ai choisi de rester au bord de l’océan.

À Amaya, Philou, Isa (IP), Karine, Isa, Fati, Didier, Judith, Cindy, Patrice,
Cécile, Jean;Christophe, Marianne, Freddie, Frédéric, Yves, Sandrine, Violaine,
Sébastien, pour leurs encouragements et leur foi en moi.

3

À mes parents, amis, collègues et voisins qui ont, suite à des recommandations
enflammées, lu Toni Morrison : ma mère, Pierre, Jean;Michel, Amaya, Philou,
Isa, Marianne, Martine, Françoise, Elodie… La chaîne se perpétue.

À Denis Bonnecase, mon directeur de recherche en DEA ; un professeur et une
personne rares.

À Madame Patricia Bleu, mon premier professeur de littérature américaine,
pour avoir m’ouvert un monde.

À Frédéric, au pays de cette même littérature.

À Madame de Bertrand;Pibrac, bibliothécaire à la bibliothèque américaine de
Grenoble, pour sa fidélité sans faille, avant et après mes années aux États;Unis.

À mes élèves, particulièrement ceux de la seconde 2 d’Aristide Bergès,
aujourd’hui bacheliers ; à mes étudiants de Grenoble et de La Rochelle.

À l’université d’Albany ; aux professeurs du département des Africana Studies ;
à Éloïse Brière, du département de français, et Professor Goldman, directeur du
programme du D.A., qui m’ont donné l’envie et la possibilité d’explorer la
littérature et l’histoire africaines et africaines;américaines.

A Ronnie Saunders, secrétaire du département des Africana Studies de
l’université d’Albany qui m’a demandé un jour, presque au hasard d’une
conversation, si j’avais lu Toni Morrison… Par cette question simple, elle a tout
déclenché.

Au Schomburg Center for Research in Black Culture, en plein cœur d’Harlem, et
plus particulièrement à Sharon L. Jarvis, biliothécaire patiente et adorable qui
m’a permis de découvrir des trésors.

A la montagne et, désormais, à l’océan ; sans cette nature à proximité, je
n’aurais pas pu écrire.

4

Résumé de thèse en français :

Cette étude aborde l’œuvre de Toni Morrison à travers le prisme du sacré.
Elle explore comment les romans offrent, d’un point de vue thématique
et littéraire, une toile structurelle et formelle permettant l’accès au sacré
– à cette transcendance dont le lecteur ne revient pas indemne. L’acte
sacrificiel et la violence sont au cœur de la diégèse des romans. La
reproduction du geste sacrificiel dans l’acte de « lecture;écriture »
(terme emprunté à Henri Meschonnic) élabore le passage, au fil des
romans, de la mise à mort des personnages au don (de l’être, de l’œuvre),
comme en atteste le titre du dernier roman, A Mercy. L’idée de
séparation véhiculée par l’étymologie du mot « sacré » est explorée à
travers la dichotomie du pur et de l’impur ; le positionnement
systématique des personnages d’un côté et de l’autre d’un écran de
« pureté » participe au processus de sacralisation et tisse le fil rouge de
la contagion, générée dans le texte même. Ce travail explore dans quelle
mesure le sacré se répercute sur l’écriture, au point de devenir la
condition du dé;pli et de l’expérience figurale du texte. La composition à
l’œuvre dans les romans orchestre une écriture vivante, à haute voix, à
l’orée du sentiment, qui rend très souvent compte de l’élément non
rationnel du « divin ». Celui;ci est à même de souligner l’impact de
l’écriture morrisonienne sur le lecteur, alors que le ressenti commun
entre écrivain et lecteur, propre à l’écriture dialogique, génère la pulsion
d’écrire.
Mots;clefs :
sacré ; « holy » ; sacrifice ; don ; écriture ; pur ; impur ; figural
5

Dissertation abstract in English:
This study investigates Toni Morrison’s oeuvre from the standpoint of
the sacred, and in particular how the sacred bears upon the writing itself,
thus transforming the text into the locus and condition of the reader’s
experience. Morrison’s work is thematically and formally predicated
upon an access to the sacred/holy. The concept of the sacred is indeed
highly relevant in Toni Morrison’s work, since the very act of
composing/conducting the novels is heard and set in an affective
language which often renders the non;rational element of the divine,
referred to here as the “holy”. Its ability to move and astound the reader
is rendered through actual or textual sacrifice. As the title of her latest
novel, A Mercy, suggests, the sacrificial gesture which is reproduced in
the reading/writing experience (following Meschonnic’s concept of
“lecture;écriture”) creates an intimate link between the characters’
sacrificial deaths and the gift of the book, thereby inscribing sacrifice and
violence at the very heart of the novels. The idea of separation conveyed
by the etymology of the word “sacred” is explored through the dichotomy
of “purity” versus “impurity” in the novels, where characters labelled as
either pure or impure participate in the sacralising process. The concept
of the sacred/holy not only accounts for the impact of Toni Morrison’s
writing on the reader; it also sheds light on the dialogical nature of her
work from which arises the shared impulse that is the reading/writing of
the book.
Key words:
sacred ; holy ; sacrifice ; gift ; writing ; pure ; impure ; impulse
6

Introduction........................................................................................................... 9
Première Partie .................................................................................................... 25
Sacrifice, violence et pulsion d’écriture............................................................... 25
A) Prémices du sacrifice : The Bluest Eye, Sula, Song of Solomon et Tar Baby
.......................................................................................................................... 29
1. Formes du sacrifice ................................................................................... 29
1. The Bluest Eye....................................................................................... 29
2. Sula ....................................................................................................... 34
1. Flammes et éclaboussures sacrificielles............................................ 34
2. Sula ou le destin du bouc émissaire:................................................. 36
3. Song of Solomon................................................................................... 39
1. Figures du sacrifice « blanc » :.......................................................... 39
2. Hagar et la mort « souriante ».......................................................... 43
3. La mort de Robert Smith, le sacrifice de Pilate et le chant de
Salomon................................................................................................. 46
4. Tar Baby ............................................................................................... 50
1. Fils rédempteur et fils sacrificiel ....................................................... 50
2. Son et Jadine : l’érotique du sacrifice ............................................... 52
2. Écriture et sacrifice dans les premiers romans de Toni Morrison .......... 55
1. Médiation(s) .......................................................................................... 55
2. L’inter;dit ...............................................................................................61
3. Du sublime « terrible » au sublime « magnifique »............................. 65
B) Beloved, Jazz et Paradise : la trilogie sacrificielle de Toni Morrison ........ 70
1. Sacrifice de l’Autre, sacrifice de soi : transitivité et réflexivité du sacrifice
dans la trilogie .............................................................................................. 70
1. La figure des sacrifiées ...........................................................................71
1. Beloved................................................................................................71
2. Dorcas................................................................................................ 76
3. Les femmes du Couvent .................................................................... 78
2. L’acte sacrificiel.....................................................................................82
1. BELOVED ..........................................................................................82
2. JAZZ .................................................................................................. 85
3. PARADISE.........................................................................................90
2. La lettre et le style : sacrifice et pulsion d’écriture dans la trilogie ......... 94
1. Médiations : la lecture;écriture............................................................. 94
2. La « chair secrète » de l’œuvre ............................................................. 97
3. L’encre du sacrifice : violence et pulsion d’écriture ........................... 103
C) Au;delà du sacrifice : Love et A Mercy ......................................................110
1. Quel sacrifice ? .........................................................................................110
1. Love ou le «massacre sans le sang»..................................................... 111
1. Junior................................................................................................ 111
2. Au lieu de l’Amour le sacrifice .........................................................116
2. A Mercy, la clémence ou le don sacrificiel ......................................... 120
1. Un don ?........................................................................................... 120
2. Florens, victime sacrificielle ............................................................125
3. Le Nouveau Monde, la perte et le « devenir;sauvage ».................. 128
2. Écriture, sacrifice et délivrance............................................................... 131
1. Détours émissaires et déferrement de l’objet d’écriture...................... 131
2. Le don de l’œuvre comme réalisation/acte performatif .....................137
3. Le « chant » pulsionnel du sacrifice .................................................... 141
7

Deuxième Partie..................................................................................................145
«So clean a mission» – le pur et l’impur dans l’œuvre de Toni Morrison.........145
A) Scandales impurs....................................................................................... 146
1. La maladie, la mort ................................................................................. 146
2. Forces impures ....................................................................................... 158
3. Le sang impur ..........................................................................................167
4. Êtres et communautés en mal de pureté.................................................177
B) Le pur et l’impur du texte.......................................................................... 190
1. Condensation et saturation..................................................................... 190
2. L’autre genre .......................................................................................... 198
3. A capella : pureté et sensibilisation de la prose.....................................202
4. Épurer le texte ........................................................................................ 212
C) L’expiation par l’écriture, l’expiation de l’écriture.................................... 224
1. L’expiation de l’Histoire par l’histoire .................................................... 225
2. Dé;remembrer l’histoire......................................................................... 235
3. Le rituel d’expiation des romans............................................................ 246
Troisième Partie................................................................................................. 253
L’écriture du sacré.............................................................................................. 253
A) Du sacré religieux au holy morrisonien.................................................... 256
1. Le ciment et les écueils du sacré religieux.............................................. 256
2. L’autre versant du sacré .........................................................................280
B) L’écriture ou le processus créatif de la transcendance .............................. 311
1. Rituel narratif et désacralisation ritualisée de l’écriture......................... 311
2. « (Having) the vigor of a felon pardoned after twenty;one years on hold »
: la vitalité d’une écriture figurale .............................................................. 323
1. L’expérience vitale de l’écriture .......................................................... 323
2. L’espace du figural .............................................................................. 334
3. Du sacré de l’oeuvre................................................................................ 346
Conclusion.......................................................................................................... 362
Bibliographie...................................................................................................... 373
I. Œuvres de Toni MORRISON...................................................................... 373
A) Romans .................................................................................................. 373
B) Articles, ouvrages critiques.................................................................... 373
III. Entretiens avec Toni MORRISON........................................................... 376
IV. Ouvrages et articles sur Toni MORRISON .............................................. 378
V. Critique littéraire .......................................................................................398
VI. Ouvrages généraux ...................................................................................400
VII. Publications, communications et travaux universitaires ....................... 407
A) Publication, communications :.............................................................. 407
B) Travaux universitaires : ......................................................................... 407
Index ..................................................................................................................409
8





Introduction
9


Toute conception religieuse du monde implique la distinction
du sacré et du profane, oppose au monde où le fidèle vaque à
ses occupations, exerce une activité sans conséquence pour
son salut, un domaine où la crainte et l’espoir le paralysent
tour à tour, où, comme au bord d’un abîme, le moindre écart
dans le moindre geste peut irrémédiablement le perdre. (…)
Mais il n’est pas plus au pouvoir du langage abstrait de définir
sa qualité propre qu’il ne lui est possible de formuler celle
d’une sensation. Le sacré apparaît ainsi comme une catégorie
de la sensibilité. Au vrai, c’est la catégorie sur laquelle repose
l’attitude religieuse, (…) celle qui impose au fidèle un
sentiment de respect particulier, qui prémunit sa foi contre
l’esprit d’examen, la soustrait à la discussion, la place au;
dehors et au;delà de la raison. (Caillois, 1950, 24; c’est moi
qui souligne)

Comme l’explique Roger Caillois, toute tentative de circonscription
de la notion de sacré nécessite préalablement la mise en lumière de la
distinction majeure qui le définit par rapport à son pendant, c'est;à;dire
1le profane , monde des choses qui ne saurait ébranler l’individu dans son
être même. L’ambivalence première du sacré, véhiculant à la fois la
crainte et l’espoir, le pur et l’impur, ne peut occulter ce dénominateur
commun qui l’oppose au profane : la possibilité de l’ébranlement du
fidèle (lecteur). Le respect, la révérence directement liés au sacré ont été
largement étudiés par le théologien et théoricien des religions allemand
Rudolf Otto, qui a associé à ce mysterium tremendum le mysterium
fascinans, véhiculant la crainte, la stupeur devant ce « tout autre » qu’est
le sacré (Otto, 1969). Utilisant, notamment, comme outils de réflexion les
écrits de Rudolf Otto, Roger Caillois, Émile Durkheim, René Girard et





1 C’est le titre d’un ouvrage de Mircea Eliade : Le Sacré et le profane. Paris, Gallimard,
1965.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi